Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin des illusions | Nathaniel & Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le vengeur
Messages : 19
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mar 16 Mai - 20:25


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Se laisser aller à de vils instincts est la meilleure façon de se perdre en soi-même. Nathaniel tente d’y remédier mais je ne pense pas que ce soit le cas de toutes les âmes qui vivent en cette ville. C’est en tout cas cette pensée qui me fait continuer ma besogne, en plus de celle, bien plus satisfaisante, qui concerne la vie sauve de dizaine d’humain. Je tente de me dire, à chaque fois qu’un Strigoï meurt, que ce sont des centaines de vies qui sont sauvés, des centaines de victimes, pas encore née pour certaines, qui vivent grâce à cette mort. J’ai les mains tâchées de sang mais c’est un sacrifice que je consens volontiers pour permettre à d’autres de vivre. Et je n’ai pas besoin de croiser le regard de mes frères d’armes pour savoir qu’ils ressentent exactement la même chose. C’est ce qui nous unit bien plus surement que cette nuit où nous sommes tous morts.

Ce soir encore, je tenterais de rapporter des résultats concluant, ce qui signifie une mort ou une capture. Je n’aime que peu la seconde option, surtout en connaissant les difficultés qu’à mon frère à se contrôler. Passer entre les mains de nos scientifiques aideront peut-être quelques jeunes vampires à se reprendre… Mais cela passera forcément, pour eux, par un gouffre de faim et de désespoir. Ne serait-ce pas plus humain de les éliminer ? Je n’en sais rien et pour ne pas me retrouver confronter à ce problème, je m’attaque toujours de plus en plus haut dans la chaîne alimentaire. De plus en plus vieux… Il est possible qu’un jour, je sois dépassé par les événements mais tant que ce n’est pas le cas, je continuerais à agir.
Je sais que le bar vers lequel je me dirige est fréquenté par quelques hauts rangs des Strigoïs. Les rumeurs vont bon train, surtout sur les services qui sont offerts dans les étages supérieurs de l’établissement. Un bar, ce n’est qu’un bar. Mais qui offre d’autres boissons pour qui sait mieux y regarder. Je ne suis pas intéressé par celles-ci, mais bien plus par ce qui pourraient être intéressés par ses promesses.

Je jette un dernier regard dans le miroir, ajustant ma veste autour de moi pour dissimuler le harnais autour de mon torse. Pour certains, cela pourrait passer pour des bretelles, mais c’était véritablement un harnais. Qui contenait des seringues contenant de l’argent, dosé mortellement pour certaines et mélangés à des somnifères pour d’autres. J’avais également quelques fines lames et un uzi calé contre mon cheville. Bref, j’étais armé, même si mon apparence ressemblait à celle de n’importe quel homme voulant simplement se détendre : jean et chemise, avec cette veste qui me permettait de tout dissimuler. Bref, j’étais assez armé pour aller affronter la réalité extérieure et celle de ce bar donc je ferme la porte de ma chambre de motel derrière moi avant de me diriger vers le bar, prenant le temps d’y aller à pieds. C’était, certes, un risque non négligeable d’agression, mais c’était aussi le meilleur moyen de savoir si j’étais poursuivi et si mes services auraient pu être plus utiles ailleurs. Sauf que visiblement, ce soir, mon destin se trouve dans ce bar… Peu importe à quel point je peux détester ce mot : destin. Tout n’était qu’une question de calcul et de prévoyance… Tout du moins, pour mon esprit.

J’hoche la tête en direction du vigile, humain, mais je ne doutais pas qu’un Strigoï se tenait un peu plus loin en cas de problème. Quand ce genre de réputation commençait à grandir, c’est qu’il y avait quelqu’un de haut placé derrière… Mais je n’allais pas m’attaquer à cette personne immédiatement, elle m’offrait un magnifique terrain de chasse après tout.
Je me dirige vers le bar après avoir parcouru la salle des yeux. Quelques tables, quelques fauteuils également, une piste ronde de danse déjà bien prise d’assaut. Un bar proche de la piste. Deux sorties menant vers des toilettes, une autre menant surement vers l’étage. Une sortie vers l’extérieur, des fenêtres hautes et très étroites. Oui, un bon terrain de chasse… Mais pas que pour moi. Je sens l’odeur de quelques Strigoïs, perdus aux milieux des fragrances humains même si je n’arrive pas à les repérer très précisément. Mais après tout, j’ai le reste de la soirée pour cela, ils ne fuiront pas… Donc approchez, ce soir, je suis en chasse et certainement pas d’humains ni de sexe, contrairement aux rêves que vendent cet établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sanguinaire
Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 40
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mar 16 Mai - 20:27


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Peter, Peter, sais-tu que je suis revenu en ville en partie pour toi ? Pour eux et pour toi. Eliminer l’unité, t’entraîner avec moi. Tu es après tout en partie responsable de ma chute, alors j’ai bien le droit de te tirer dans mon camp. Emma m’a rendu monstrueux en échange de ta survie, accroc au sang, disparue cette part d’humanité, il ne reste que le strigoï qui réclame vengeance et beaucoup de morts. Je t’avais demandé de m’arrêter avant de tomber aussi bas, je t’avais demandé de me tuer avant que ce ne soit moi qui tue, je suis sûr que tu t’en souviens Peter, ça ne remonte qu’à quelques mois après tout. Tu ne l’as pas fait. Peut-être n’as-tu pas osé, peut-être n’en as-tu pas eu la force, mais maintenant ce sont des innocents qui en paient le prix. Quoi que sont-ils réellement si innocents ? Une partie de mes victimes sans doute, mais pas ceux que je pourchasse. Tu les connais bien ceux-là, puisqu’il s’agit de l’unité. Près de dix scientifiques sont morts depuis ces deux dernières semaines, depuis mon retour, et je ne compte même pas les soldats.

Tout a changé à présent, en détruisant ma part d’humanité, c’est mon ancienne vie qui a été détruite. Déclaré comme cible à abattre par l’unité, j’ai aussi de mon côté l’intention de les détruire. La liste a changé camarades, désormais elle contient les noms de tous ceux qui nous ont manipulés, contrôlé et mentis. Les scientifiques de l’unité sont mes cibles principales, eux qui nous faits toutes ces belles promesses, trouver un remède, nous faire redevenir humain, nous redonner notre vie d’avant, celle qu’ils ont détruit avec leurs expériences. Des paroles en l’air, nous étions seulement des échecs bons à utiliser, mais pas à soigner. Ils nous ont fait ces promesses pour nous garder dans leur camp, pour avoir leurs meilleurs soldats. Traîtres et manipulateurs. Je te ferais ouvrir les yeux sur eux Peter, après tout tu es mon frère et toi et moi appartenons à la même espèce.

Tu n’es pas facile à repérer Peter, mais ce soir je t’ai enfin trouvé. Un bar ? Pas le genre de lieux que tu fréquentes habituellement, mais après tout j’ai toujours dit que le changement pouvait être bon. Sauf qu’ils te surveillent eux aussi, ils se doutaient peut-être que je viendrais pour toi, alors ce soir ils sont là pour moi. Je regarde ces cinq soldats de l’unité qui m’entourent, prêts à suivre les ordres qui sont de m’éliminer. Pas de capture pour moi, juste la mort. Je les regarde à tour de rôle, silencieux, les laissant attaquer en premier. Pensent-ils réellement pouvoir me battre alors qu’ils ne sont que cinq ? Ils oublient que j’ai reçu le même entraînement qu’eux, que j’étais haut gradé pour mes compétences au combat, et surtout qu’aujourd’hui je suis un strigoï, de quoi creuser énormément leurs chances de remporter cette victoire. Trois minutes plus tard il y a déjà deux morts, un soldat inconscient, un autre qui se vide de son sang et un dernier qui est parvenu à planter son pieu dans mon ventre. Pas loin du cœur, mais pas au cœur pour autant.

- Tu viens de manquer ta chance gamin.

La seconde plus tard il vole littéralement contre la porte du bar, la fracassant sous son poids alors que tous les regards se tournent vers celui-ci. Je retire le pieu enfoncé dans ma peau, non sans grimacer légèrement, mais aucun son ne sort de mes lèvres. J’entre à mon tour dans le bar, rejoignant mon ennemi qui commence doucement à reprendre ses esprits, du moins jusqu’à ce que je lui porte un coup à la tête suffisamment fort pour l’assommer. Un autre de moins. Je survole la pièce du regard, voyant que tous les yeux sont posés sur moi mais je m’en moque assez en réalité, du moins si on ne compte pas les seuls yeux qui m’intéressent et qui me fixent aussi. Peter. Je m’avance près du bar, là où il se trouve, prenant place en toute tranquillité à ses côtés tout en commandant un verre de Whisky. Ce n’est qu’ensuite que je repose mon regard sur lui et prends la parole.

- Alors mon frère, tu as un rendez-vous ce soir ? J’espère que ce n’était pas professionnel, sinon je crains qu’il faille reporter. Il faut bien reconnaître que tu es un bon appât.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 19
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mar 16 Mai - 20:28


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Trop d’évènements se déroulent et ce ne sont pas forcément des meilleurs. Je ne sais pas comment tout a pu basculer aussi vite, mais je sais, que plus rien ne sera comme avant. Nous avons une scission, au sein même de notre unité, et j’en suis en partie responsable. Aurais-je du écouter Nathaniel ? Mettre fin à sa vie avec la dernière balle qu’il me restait ? Non. Je ne pouvais pas mettre fin à sa vie, pas comme ça, pas sans avoir tout essayé une dernière fois. Est-ce que je regrettais ? Un peu, enfin je regrettais tout le sang qui avait coulé. La souffrance qu’elle avait engendrée, la peur qu’il semait, la rage et la haine. Mais je ne regrettais pas d’avoir laissé une chance à mon frère. Même si maintenant, j’étais sur la sellette avec l’unité, c’était un choix que j’avais effectué en mon âme et conscience, et je ne pourrais pas le regretter. Oh non…

Histoire de donner un peu de mou dans ma relation avec le gouvernement, je partais à la chasse ce soir. Et cette fois, ce n’était pas Nathaniel que je cherchais, mais une proie sur laquelle l’unité pourra se casser les dents. Ou en tout cas, une qui les fera détourner les yeux quelques temps. Je sais qu’avec ce que propose ce bar, je devrais trouver rapidement des proies, de quoi me laisser un peu de ma soirée pour avancer dans mes recherches. Sauf qu’il semblerait que je n’ai pas besoin de me déplacer ce soir et que j’ai encore moins besoin de faire des recherches. C’est quand le chasseur se relâche, qu’il devient la proie, Nathaniel me rappelle cela ce soir.

Au début, je sens uniquement l’odeur du sang mais je ne comprends pas qu’une bagarre en est la cause. Ou plutôt, je me figure qu’il y a eu quelques échanges en dehors de la boîte mais je n’imagine pas ce qui se passe réellement. C’est quand la porte est détruite et que l’odeur de sang me provient brusquement que je comprends ce qu’il en est réellement. Il y a quelqu’un qui est en train de mourir. Et il y en a un autre qui n’est pas loin de se faire détruire. Par Nathaniel. Par le démon qui a pris la place de mon frère et que je revois réellement pour la première fois depuis des semaines. Je suis prêt à me redresser, surtout quand il l’assomme mais Nathaniel se désintéresse de l’homme à terre pour me rejoindre alors j’hésite. Je suis encore celui dans ce bar qui peut le mieux se battre contre lui, le seul qui puisse, rivaliser sans chercher à le tuer. Alors il vaut mieux que je reste calme et que je le laisse s’approcher jusqu’à ce que… Jusqu’à ce que quoi d’ailleurs ? Jusqu’à maintenant mon plan était de le retrouver, de l’assommer, de nous isoler du reste du monde jusqu’à le sevrer de son état sang-dépendant… Mais là… Être en public changeait énormément la donne. Je ne pouvais pas me permettre d’agir ainsi. Je me retrouvais légèrement coincé, sans les armes nécessaires, avec des paires d’yeux en trop et je ne savais pas forcément quoi faire.

Nathaniel arrive à mes côtés et commande, ce qui me permet de reprendre contact avec la réalité et de m’assurer que rien dans mon attitude ne trahisse mon désarroi… Ou n’importe quel autre type de sentiment. Ses paroles me surprennent pourtant. Un bon appât ? Mais de quoi diable parle-t-il ? Et surtout, y aurait-il quelques souvenirs qui ont sautés chez lui ? Il sait très bien que si je suis ici, c’est pour un quelconque travail, ce n’est pas le genre de lieu où j’irais de mon plein gré un jour de repos, après tout…

« J’ai bien peur que même si j’aurais du avoir un rendez-vous, tu n’aurais réussi à la faire fuir. »

Alors cela tombe bien que ce ne soit pas le cas. Parce qu’à part l’unité, je ne vois pas qui tu pourrais attirer, Nathaniel. Ce n’est pas parce que je suis faussement nonchalant que je ne me rends pas compte des regards portés sur nous. Des regards plus qu’hostiles. Visiblement, les hommes de ce bar ne cherchaient pas la mort, ils préféraient se contenter des bagarres et mon compagnon d’arme les avait contrariés… Ce qui n’était pas forcément une bonne chose pour leur survie. A moins qu’ils n’y aient quelques uns de ses dhampirs dans le tas, il allait y avoir un carnage.

« Je vais devoir vous demander de dégager de mon bar. »

J’entends en même temps que ses paroles une arme qui se recharge et quand je me tourne vers le bar, je tombe sur un nouvel homme, tenant un canon scié en main qu’il pointe sur nous. Et un peu plus loin se trouve le barman qui nous regarde avec inquiétude. Je me disais bien que le verre de Nathaniel prenait son temps à arriver. Par contre, les ennuis n’ont guère pris très longtemps. Je finis mon verre et me relève, déposant ma main sur l’épaule de Nathaniel. Si tu as encore la moindre amitié pour moi, tu me suivras. De toute façon, il semblerait que nous voulions discuter tous les deux et loin des oreilles indiscrètes, cela n’en sera que mieux.

« Nous allions partir, n’est-ce pas mon frère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sanguinaire
Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 40
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mar 16 Mai - 20:28


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

N’auraient-ils pas pu envoyer plus d’hommes que ça pour me combattre ? Non parce que très franchement, c’est presque trop facile et je n’aime pas l’ennui. Peut-être que toi tu seras à la hauteur, n’est-ce pas Peter ? Ou peut-être que j’ai trop d’espoir en toi, après tout je t’avais demandé de me tuer avant de dégénérer et tu ne l’as pas fait, alors pourquoi le ferais-tu aujourd’hui ? Je suis surpris par le pieu qui s’enfonce dans mon torse, mais juste une seconde, pas assez longtemps pour me faire perdre. Dommage pour le petit jeune qui traverse le bar et finit assommer. Ne te réveille pas petit, sinon la prochaine fois je te tuerais. Je laisse tomber le pieu enfoncé dans mon ventre à mes pieds, ma blessure se soignant déjà alors que je m’approche de Peter au comptoir et commande un verre. Je ne peux m’empêcher de lâcher un léger rire face à sa remarque.

- Si cette simple intervention l’aurait fait fuir alors ce n’était définitivement pas le bon rendez-vous.

Après tout malgré mon arrivée spectaculaire dans le bar il n’y a pas grand monde qui est partit tout compte fait, ou alors je n’y ai juste pas fait attention. En fait je dirais même que les humains de ce bar sont presque plus courageux que ceux de l’unité, en tous cas celui qui braque son flingue vers moi l’est. Courageux ou suicidaire ? Je ne sais pas trop en fait. Je plonge mon regard sur ce type qui n’a apparemment pas l’intention de baisser son arme, même devant mon mauvais sourire. Peter réagit en premier, posant sa main sur mon épaule en insinuant que nous allions partir. Si vite ? Allons, je n’ai même pas eu droit à mon verre. Je ne bouge pas, restant silencieux de longues secondes à affronter l’ennemi du regard alors que je sens la pression monter du côté de Peter.

- Je ne quitte jamais un bar avant d’avoir consommé au moins un verre, c’est de la politesse après tout.

Et puisque vous ne semblez pas vouloir m’offrir le whisky que j’ai commandé, alors je vais passer à une toute autre boisson. J’envoie mon coude s'enfoncer dans le ventre de Peter pour l’empêcher de réagir à temps. Une seconde me suffit pour me retrouver hors de tir, juste aux côtés du tireur, une autre pour lui briser la nuque, une dernière pour me mettre à boire son sang, me moquant bien de tous les autres. C’est trop tard pour le sauver de toute façon, je me suis assuré de sa mort avant de le goûter. Une fois que j’ai assez bu je laisse le cadavre retomber à mes pieds, affrontant tous les autres du regard mais visiblement aucun d’entre eux ne semble vouloir prendre la place du mort. J’essuie le sang qui reste sur mes lèvres d’un revers de main avant de reposer mon regard sur Peter, toujours ce même sourire sur le visage.

- Maintenant on peut partir.

Ne fais pas cette tête mon frère, tu sais bien que je n’aime pas être menacé, c’est juste qu’aujourd’hui je suréagis peut-être un peu, mais tu devrais essayer, tu verrais comme c’est amusant ! C’est en sifflotant que je me dirige vers les portes du bar pour le quitter, ignorant si Peter me suit ou non, mais après tout je doute qu’il veuille me perdre de vue après ça, alors je suppose qu’il ne tardera pas à me rejoindre. Une fois dans la rue je me retourne vers Peter, presque comme un enfant pressé de découvrir quel sera le prochain jeu.

- Alors mon frère, quel est le programme pour ce soir ? Une boite, des filles et du sang ? Peut-être quelque chose d’un peu plus sérieux ? A moins que tu ne te sois finalement décidé à me tuer ?

Je ne cesse de le fixer du regard, insistant, curieux. Alors ? Fais rapidement ton choix ou je le ferais à ta place, pas dit que ça te convienne en revanche...

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 19
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Dim 9 Juil - 13:44


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Je ne sais pas comment réagir ce soir, face à lui, face à mes doutes et ses certitudes. Qui de nous deux a raison, au final ? Surement aucun de nous. Mais je ne me laisserais jamais aller à la barbarie dont tu fais preuve. Et même si c’est la dernière fois que je pourrais faire, je m’assurerais de faire revenir l’homme d’honneur qui fut mon frère et mon ami. Celui que tu étais et que tu es toujours au fond de toi, j’en suis sûr. Cette nature, cette vie, nous dénature. Mais nos principes sont toujours là, il faut juste que tu retrouves les tiens. Je me laisse juste aller à haïr ma passivité, à me lamenter de mon manque de courage. J’aurais du t’éloigner de ta petite-amie tant qu’il en était encore temps. J’aurais également dû tuer cette Emma la première fois, et non pas reculer par prudence au vu de nos blessures. D’éternels remords, qui me concerne tout autant que toi mais je ne vais pas me morfondre sans agir, sois en sûr mon frère.

Il arrive, plaisantant presque, à ma hauteur. J’aurais pu penser que le monde tournait toujours rond si je ne voyais pas la lueur sauvage dans tes yeux, si je ne sentais pas ce frisson glacé dans mon dos qui m’indiquait la présence d’un ennemi, la tienne. Je lui réponds tout de même, prudemment. Tu me connais, je suis du genre prudent, avançant à petit pas mais ne reculant jamais et tenant toujours le front. J’espère juste que nous retrouverons bientôt un front uni, mon frère. T’avoir comme ennemi n’est pas une affaire de toute santé. Sa plaisanterie tombe un peu à l’eau. Pas le bon rendez-vous, peut-être mais après tout, cela tombe bien, je n’en avais pas. Enfin, nous parlons un peu trop d’hypothèses, ne trouves-tu pas ? Revenons-en à du concret.

Notre duel de regard s’interrompt grâce à cet homme, cet humain, mais j’aurais préféré qu’il reste en dehors de cette histoire. Je ne sais pas comment Nathaniel va réagir, enfin, je sais comment l’ancien aurait réagit, mais celui-ci… Alors je prends les devants, espérant calmer Nath avant même que l’humeur ne commence à monter. Je dépose ma main sur son épaule, prêt à le retenir, prêt à le tirer vers la sortie. Mais je lui laisse une chance d’agir. Oui, à croire que je ne comprends rien à rien. J’ai encore des espoirs qui ne devraient plus exister. Et le monstre qui a pris la place de mon frère le prouve, en s’assurant de tuer cet homme avant que je ne puisse agir. Je ne ressens plus la douleur de son coup, uniquement la douleur psychique à la vue de ce qu’il est devenu, de ce qu’il laisse comme image de lui. Du corps qui tombe, de cet homme, surement père, surement frère, d’un fils, qui meurt dans les bras de celui qui avait juré avec moi de protéger ce pays et ses habitants…

Comme si de rien était, il relâche ce corps et sourit, visiblement très satisfait de ses actions. Ce que tu fais, ce que tu deviens… Cela me dégoûte. Je peux comprendre que certains strigoïs pensent être en haut de la chaîne alimentaire. Mais il y a un respect à avoir. Un respect que tu n’as plus, que tu ne présentes pas. Un respect qui m’aurait permis de te voir avec autre chose que les yeux d’un frère désillusionné et horrifié. Je murmure un faible désolé à l’adresse de ce corps, de ce mort, avant d’emboîter le pas à mon frère, sortant de ce bar dans une ambiance qui aurait réfrigéré plus d’un mort. Son excitation me rend malade, bien plus que ces mots.

« Allons sur le sérieux pourquoi pas, maintenant que tu as le ventre plein, tu vas peut-être avoir du sang qui viendra t’oxygéner le cerveau et te permettre de réfléchir. »


Oui, je sais, ce n’est pas très poli. Mais il a titillé bien plus qu’il ne le faut ma patience et ma sensibilité. A dire vrai, je suis prêt à lui foutre bien plus qu’un coup dans sa tête de macaque mais je tente de me contenir. Et pour cela, je croise les bras, permettant à mes mains de se spasmer sur mes bras plutôt que sur sa tête. Prie, mon frère, pour que je ne me décide pas à t’en foutre une, parce que notre relation risquerait de devenir encore plus sportive que ce jour.

« Alors, dis-moi, à quel point t’es-tu amusé depuis la dernière fois, mon frère ? A combien de vie as-tu mis fin pour ton propre amusement et à l’honneur de cette garce de strigoï ? »


A croire qu’elle t’a plus que transformée, mais qu’elle t’a également capturée le cœur. C’est la meilleure explication au fait que plus personne, ni moi, ni la femme dont tu disais désirer le cœur, ne puisse atteindre le tien… Et laisses-moi savoir, ce qui t’amusera certainement, de combien de morts je suis indirectement responsable. Que je puisse en faire pénitence à ta place. Et je ne peux pas m’empêcher d’espérer que cela te permettra une petite prise de conscience, bien que l’espoir soit en réalité bien trop mince… Les illusions se dissipent face à l’horreur de la vérité, de la réalité…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sanguinaire
Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 40
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mer 12 Juil - 19:19


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Ça faisait un bail qu’on ne s’était pas vu Peter, pas vrai ? Oh je sais que le nouveau moi ne t’a pas vraiment manqué, je sais que tu regrettes l’ancien, mais que veux-tu, il y a un temps pour chaque chose. Est-ce que tu apprécies voir le sang couler de mes mains ? Me voir combattre et assassiner ces gens devant toi sans que tu ne puisses rien y faire ? Pauvre Peter, tu as toujours voulu croire que j’étais le meilleur de nous deux, celui qui ferait toujours passer son prochain avant sa propre personne, mais tu avais tort. Regarde-moi aujourd’hui, je suis devenu l’ennemi, celui dont on doit protéger les innocentes personnes. Tu aurais dû être plus réactif, être capable de protéger cet homme de moi. Encore une vie de perdue, et si tu ne m’arrêtes pas ce ne sera pas la dernière.

Je lis ton dégoût à travers ton regard, tu détestes l’homme que je suis devenu, que dis-je, le monstre. Et bien Peter, je vais te révéler une petite chose que tu sais sans doute déjà, mais l’ancien moi détesterait aussi celui que je suis devenu, voilà pourquoi il a fallu éteindre toute la partie conscience et émotion. Pouf, envolée, comme ci j’avais simplement appuyé sur un bouton, c’est aussi simple que ça. Tu pourrais en faire autant si tu le voulais, mais on sait tous les deux que ça n’arrivera jamais, n’est-ce pas ? C’est pour cette raison que tu me suis dehors, parce que tu veux que ce soit toi qui m’influence, qui fasse revenir le frère que tu as connu, celui qui a disparu probablement pour toujours. En tous cas on peut dire que tu n’y vas pas de main morte dans tes paroles, pourtant ça ne me met pas en colère, au contraire, je continue de garder mon sourire je m’enfoutiste et provocateur.

- Outch, attention à tes mots mon frère, tu m’offenses.

Je lâche un léger rire pour lui prouver à quel point toute cette situation m’importe peu, on dirait que tu es le seul à prendre tout ceci au sérieux mon frère, tu devrais te lâcher et déstresser un peu, peut-être que mordre dans le cou d’une jolie demoiselle t’aiderait à te décoincer. Je l’observe croiser les bras, toujours cette posture si sérieuse, si fermée. Il va falloir que je travaille dur pour changer ça, mais nous avons tous le temps du monde après tout, nous sommes immortels. J’écoute ses questions, même si je sais qu’en réalité il n’aimerait pas connaître les réponses, mais après tout, c’est lui qui a décidé de s’orienter vers un tel sujet.

- Qu’est-ce que ça change si je te dis une ou cent ? Est-ce qu’un petit nombre soulagerait ta conscience ? Je ne pense pas, mais peut-être que des noms t’aiderait. Alors voyons voir, il y a eu Ryan Bailey, Benjamin Torres, Matthew Gilbertson, Jenna Rice, Nathalie Vasquez, oh le Sergent Sheifields aussi et je suppose qu’en fait tu connais déjà la suite de la liste puisque tu travailles toujours à l’unité.

Ne nous mentons pas, j’ai aussi tué des innocents, de pauvres âmes qui n’étaient même pas au courant pour notre espèce, mais ceux que je pourchasse, ceux que je t’ai cité, tu les connais tous. Ce sont des traîtres, des hommes et des femmes qui nous ont manipulés, qui nous ont fait des promesses pendant qu’ils se servaient de nous. Quand ouvriras-tu les yeux mon frère ? Tu cherches à protéger le monde de la pire espèce mais tu ne te rends même pas compte que tu travailles pour eux. Au mois les strigoïs ne se cachent pas de leur monstruosité. Sauf que tu ne vois rien, la seule chose qui semble te dégoûter c’est l’homme que je suis aujourd’hui. La seconde suivante j’use de ma rapidité pour attraper Peter à la gorge et le plaquer contre un mur sans chercher à resserrer ma prise, je veux juste le maintenir en place pendant que je plonge mon regard noir dans ses yeux.

- Ne me regarde pas avec tant de dégoût Peter, je t’avais dit de m’arrêter avant que je ne fasse des victimes et tu n’as rien fait. Tu es autant responsable de ces morts que moi.

Je finis par le relâcher et m’écarte légèrement de lui, la haine dans mes yeux disparaît tout à coup pour laisser revenir un sourire sur mon visage.

- Au fond tu devrais m’être reconnaissant de passer plus de temps à traquer ces enfoirés qu’à tuer de pauvres humains. Toi aussi tu vois l’unité différemment aujourd’hui, ne me mens pas, je peux lire en toi mon frère.

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 19
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mer 9 Aoû - 22:09


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Qu’est-ce que tu es devenu, Nathaniel ? Où est passé mon frère, celui qui était prêt à tout pour rester avec la femme de sa vie, même à me mentir à moi ? Où est passé celui qui a juré de servir et de protéger son pays ? Où est celui que je connais et que je respecte, le seul qui ait pu me donner des ordres sans que je ne tente de les contester ? J’ai toujours été ton bras droit, Nathaniel, celui qui réfléchit de paire avec toi et qui te suit au bout du monde. Mais je ne te suivrais pas cette fois-là, Nathaniel. Non, ce chemin sur lequel tu t’engages, tu y iras seul. J’aurais toujours la main tendue pour te permettre de faire demi-tour mais je ne te suivrais pas. Tu vas toujours trop loin, Nathaniel. Et c’est pour ça que j’ignore ta réponse pour te poser la seule question qui compte : qui as-tu tué, encore ?

J’aimerais que tu me répondes que tu n’as-tué personne, que tu as réussi à te nourrir sans blesser. Mais je ne me fais pas d’illusion, ce n’est même plus à l’ordre du jour. Et même si j’aimerais que tu redeviennes mon frère, je crains aussi ce jour, même si je fais tout pour qu’il arrive. Car je sais, que ce jour là, le poids de tes actions risquent de te faire ployer, peut-être même de te briser, bien que tu sois fort… Mais je ne peux pas te laisser continuer sur cette voie pour autant.

Partager tes crimes, partager tes morts… C’est ma manière d’expier tes fautes, c’est ma manière de me rappeler comment je me bats. De me rappeler aussi qui je n’ai pas pu sauver, par sentimentalisme. Tout serait tellement plus simple si tu avais été un homme lambda, si je n’étais pas tant attaché à toi. Mais ça, tu t’en fous, tu t’en amuses. Ton jeu : celui qui tueras le plus. Et tu continueras, tu te confronteras à d’autres, tu blesseras… Tu me blesseras. Mais encore une fois, tu ne t’y intéresses pas.

Tu me sors une liste de noms, parmi eux, certains que je reconnais. Donc les deux dernières, les femmes. Je me rappelle qu’elles étaient là lors de notre transformation, ce sont elles qui m’ont expliqués, à mon réveil, tous ceux qui étaient morts, toutes les réussites et les échecs. Je me souviens de leurs compassions. Même si je doute du gouvernement, je ne doute pas que certains soient comme nous, à la recherche de la bonne chose à faire. Je sais qu’elles l’étaient. Et je sais que leurs familles les pleurent maintenant, par ta faute. Par ma faute…

Je me retrouve collé au mur, sa main sur ma gorge et je réagis avec une seconde de retard, plongeant mon regard dans le sien. J’y vois sa haine. Que comptes-tu faire, Nathaniel ? Veux-tu mettre fin à ce conflit ? Ce ne serait pas si mal… Mais je ne peux pas te laisser derrière moi en sachant qui tu es devenu. Pas encore… Il change encore de visage. Psychopathe. Tu es devenu un véritable psychopathe, Nathaniel. Tu es bon à être enfermé mais aujourd’hui, aucun mur ne pourrait te retenir. Je reste adossé à mon mur, le laissant continuer à parler et quand sa voix s’éteint enfin, c’est la mienne qui s’élève, peu forte, mais assuré.

« Je le sais, Nathaniel. Je sais que leur sang se trouve sur mes mains et je ne le renierais jamais. Je porterais ce poids aussi longtemps que je vivrais, et je porterais ton poids, jusqu’à ce que tu sois prêt à l’endurer. »


Je le regarde droit dans les yeux, sans aucune hésitation. Tu es un psychopathe, oui. Mais en dessous, caché quelque part, il y a mon frère. Et c’est à lui que je m’adresse avec ces derniers mots. C’est le seul qui mérite une réponse de toute façon. Mais maintenant, je vais m’adresser à vous deux, alors tu peux ouvrir les oreilles, psychopathe-Nathaniel, t’es autant concerné que le vrai-Nathaniel.

« Oui, j’ai des doutes sur l’unité, de sérieux doutes. Mais contrairement à toi, je me contente de faits avant d’agir. Je fais ma part des choses entre les exécutants et les commanditaires. Parce que si tu continues comme ça, tu devrais te tuer, Nathaniel, tu fais parti de ces enfoirés, au vu de combien ta liste est large. »

Puisque c’est apparemment la guerre des nerfs entre toi et moi, tu ne m’en veux pas si j’en rajoute, j’espère ? Tu tentes de m’avoir sur le terrain de la culpabilité, tu gagnes des points. Pourquoi pas. Mais tu oublies que moi aussi j’ai fais la guerre. Et je connais plutôt bien la guerre psychologique. Je ne vais pas me faire avoir, Nathaniel. Pas si facilement. Je ne serais pas ton frère si je baissais les bras au premier obstacle, n’est-ce pas ?

« Alors, dis-moi, comment justifies-tu la mort de tous ses "pauvres humains" quand tu as largement de quoi te nourrir parmi toutes les cibles que tu élimines ? Vu qu’apparemment, je dois t’être reconnaissant, autant que tu m’expliques à quel point. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sanguinaire
Messages : 13
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 40
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Mar 15 Aoû - 19:58


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Peter, Peter, Peter... Quand décideras-tu d’arrêter de jouer leur larbin ? Quand ouvriras-tu les yeux ? Quand te rebelleras-tu ? Tu attends trop de preuves avant d’agir alors que tu connais la vérité à propos de l’unité et on sait tous les deux qu’ils sont bien pires que moi. Alors pourquoi souhaites-tu tant me faire revenir quand il y a un problème bien plus important à régler ? Enfin ce n’est pas grave, tu m’offres l’opportunité de jouer avec toi, de t’ouvrir les yeux, de t’entraîner avec moi. Laisse-toi guider Peter, autrefois tu me faisais confiance les yeux fermés, redeviens cet homme-là, suis-moi jusqu’au bout du monde et massacrons ensemble ces enfoirés qui pensent être les rois, pire même, des dieux.

Sauf que tu n’es pas encore prêt à craquer, à céder, je le vois dans ton regard, tu veux garder espoir alors qu’il n’y en a plus depuis longtemps. Qui souhaites-tu sauver comme ça Peter ? Aucun de ces humains ne mérite que tu te battes pour eux. Tu veux amener la paix ? Massacrons-les, et ensuite on retournera tuer les autres strigoïs, comme au bon vieux temps. Qu’en dis-tu ? Evidemment que tu n’accepteras pas, massacrer n’a jamais pu faire partit de tes options, pourtant tu les laisses faire. Que crois-tu au juste Peter ? Tous ce qu’ils veulent c’est obtenir du pouvoir. Dès lors qu’ils auront obtenu ce qu’ils cherchent des moroïs, des dhampirs et des strigoïs, ce sera la chasse ouverte, ce sera un génocide, et tu ne seras pas épargné non plus, peu importe tes relations. Alors pourquoi veux-tu que je porte le poids de leur mort sur ma conscience quand je nous sauve de leurs griffes ?

- Tu crois vraiment que je vais culpabiliser pour eux ? Tu crois que je vais regretter les avoir tué après tout ce qu’ils ont fait ? Morfonds-toi si ça t’amuse, moi au moins j’ai ouvert les yeux sur ce qu’ils sont, je ne prétends pas combattre du bon côté.

Non, c’est fini désormais, j’ai choisis mon propre camp, je choisis moi-même qui mérite de vivre et de mourir, je ne reçois plus d’ordres de manipulateurs pour m’indiquer des noms à éliminer. La liste c’est moi qui la fabrique désormais et tous ceux qui se retrouvent dessus sont des personnes qui méritent de payer. Tu devrais être heureux, au moins je me contente de tuer la plupart plutôt que de les faire souffrir. Oh ça y est, tu reconnais enfin avoir des doutes sur l’unité, hallelujah, tu n’es peut-être pas si aveugle que je l’avais pensé tout compte fait. Oh ça y est, on repart sur moi et mes crimes ? Allons change un peu de disque mon frère, je vais presque finir par croire que tu aimerais que je me punisse pour ce que j’ai fait. Tiens, c’est justement ce qu’il dit, amusant, tu deviens prévisible, provoquant aussi, tu sais viser juste.

Je ne réponds rien, pas encore. C’est vrai Peter, ma liste est longue, trop longue. Qui sait combien d’innocents j’ai tué jusque-là ? Entre leur liste et mes propres victimes, il a dû y en avoir beaucoup. Alors dis-moi, pourquoi ne m’as-tu pas encore arrêté au juste ? N’est-ce pas ton job ? Tu es celui qui est censé rétablir l’équilibre Peter, alors rétablis-le. Tu continues de me provoquer mais tu ferais mieux de te taire car à ce jeu moi aussi je sais piquer là où il faut. Tu veux une raison Peter ? Je vais te la donner.

- Allons Peter, je pensais que tu aurais deviné, la raison c’est toi bien sûr.

Surpris ? Tu ne devrais pas, après tout tu es celui qui me connais le mieux, ou me connaissais le mieux peut-être. Mais rassure-toi je vais t’expliquer, puisqu’apparemment c’est ce que tu veux.

- Je n’arrêterai pas l’assassinat des membres de l’unité, ils doivent tous mourir, ils sont tous responsables. Quant aux autres victimes innocentes, ce sont des cadeaux pour toi.

Je me rapproche de lui, menaçant sans pour autant tenter quoi que ce soit à son égard. Regarde bien mes yeux Peter, vois à quel point ils ont changé. Je ne suis plus le même homme, mon âme s’est envolée, Emma l’a emporté avec elle et tu l’as laissé faire. C’est ton tour à présent. Je m’arrête juste en face de lui, mon regard planté dans le sien.

- Si tu veux mettre un terme à tout ça Peter, rejoins-moi et j’arrêterai de tuer ces pauvres humains, je me contenterai de l’unité. Ou alors tue-moi, comme je te l’avais demandé avant de devenir cet homme-là.

Tu as toujours eu du mal à prendre des décisions Peter, mais il n’y a pas que les choix qui ont des conséquences, ne pas en faire en implique aussi. Tu n’as rien fait lorsque je t’ai demandé de m’arrêter et je vais te faire payer pour ça. Ce soir tu as une décision à prendre Peter, devenir comme moi et accepter de massacrer l’unité ou me tuer et avoir la mort de ton frère sur la conscience. Ou bien tu peux encore choisir de ne rien faire et dans ce cas tu ne changeras rien, je poursuivrais à la fois ma vendetta contre l’unité tout comme je tuerais d’autres humains en y laissant des traces pour que tu saches toujours que c’est moi. Alors Peter, qu’est-ce que ce sera ?

copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 19
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   Jeu 24 Aoû - 15:14


La fin des illusions
Peter & Nathaniel

Sais-tu ce qui est le pire, Nathaniel ? Ce n’est pas de supporter le poids de ses morts, ils ne seront pas les premiers à mourir, après tout, nous n’avons pas attendus d’être des strigoïs pour ôter la vie. Non, le pire, c’est de savoir que quelque part, sous cette carapace au cœur de pierre, se trouve mon frère, mais que je ne peux pas l’atteindre, que je ne trouve pas le moyen de toucher son cœur. C’est cela qui me tue, bien plus que le reste. Parce que quand tu parles de la mort de ces êtres que tu penses coupables, je ne vois pas mon frère dans le reflet glacé de tes yeux. Non, tu ne veux pas culpabiliser, pas cette version de toi, parce que cette version là oublie les familles, les mères, les pères, les enfants…

Je secoue la tête mais je ne réplique pas à ses derniers propos. Tu ne culpabilises pas, pas encore. Mais un jour, tu ouvriras les yeux, j’espère juste pouvoir être là pour t’empêcher de te consumer sous la culpabilité. Mais malgré tout, malgré ce nouveau Nathaniel, je sais qu’une part de logique subsiste. Je sais que tu as des raisons derrière chaque acte. Mais je ne vois rien qui puisse justifier ta si longue liste de victimes innocentes. Ces gens qui n’ont rien à voir avec le conflit dans lequel nous sommes plongés. J’ai vérifié, aucun, ou presque, n’ont de liens avec l’unité et si c’est le cas, le lien est très lointain. Alors pourquoi ? Pourquoi eux Nathaniel ? Pourquoi semer autant de dévastation et de morts ?

Ta réponse… Ta réponse me surprend, mais je suppose qu’elle ne le devrait pas. Quelque part, tous tes derniers actes ont une raison commune : moi. Tout comme mes actes sont tous centrés sur toi dernièrement. Nous voilà dans un cercle bien vicieux et sanglant. Je ne l’interromps pas, j’ai besoin de tout connaître, de savoir la vérité. Mais que tu parles de ces pauvres gens comme des cadeaux me dégoûtent. Plus le temps avance, plus tu deviens monstrueux. Au contraire de l’histoire des autres strigoïs, tu ne retrouves pas une certaine stabilité au fil du temps et des meurtres, mais tu t’enfonces toujours plus loin… Jusqu’à devenir inatteignable…

Je le laisse s’approcher, je le laisse parler, cherchant encore dans son regard un peu de son ancienne bonté. Mais je ne trouve rien, seulement le vide. Que dois-je faire pour t’atteindre, Nathaniel ? Tu me proposes un marché, mais un marché qui ne me convient pas. Encore une fois, peu importe le chemin, je te perdrais au bout du compte et en plus, les meurtres continueront. Je commence… à aspirer à autre chose. J’ai toujours été un soldat et je me considère toujours ainsi, mais je pense avoir besoin d’un break. Et je sais que tu réfléchissais à comment arrêter, malgré notre situation très inédite. Est-ce que je dois faire revenir cette Chloé pour cela ? Pour que tu redeviennes cet homme là ? Quelque chose me dit que cela ne suffira pas…

« Tu as toujours l’homme sur qui je pouvais compter, celui à qui j’aurais confié ma vie les yeux fermés. Nous nous sommes toujours entraidés…Tant que je ne retrouverais pas cet homme-là, Nathaniel, le choix est vite fait. »


Je ne te suivrais pas. Non. Je n’accepterais que de suivre un seul homme jusque dans le cœur d’un volcan et tu n’es pas cet homme là. Je lui adresse un léger sourire, un peu hors de contexte. Que comptes-tu faire ? Surement râler sur mon incapacité à choisir, n’est-ce pas ? Oui, je suis assez certain que c’est le cas. Je lève la main, la laissant lourdement retomber contre l’épaule de Nathaniel que je serre en une parodie d’étreinte fraternelle. Il détourne le regard une demi-seconde, celle que je cherchais. De mon autre main, je fais sauter le capuchon de l’aiguille que j’enfonce ensuite dans la nuque de Nathaniel, le prenant assez par surprise pour pouvoir injecter la totalité du tranquillisant. Je l’observe ensuite reculer et tituber, déjà sous le coup du puissant tranquillisant, il faut dire que j’avais doublé les doses spécialement pour lui…

« Tu as raison, je n’agis pas assez. Je ne doute pas que tu seras bientôt dans les rues, mais en attendant, ne m’en veux pas, je choisis la troisième option, celle où je tente de te raisonner. Quelque chose me dit que tu pourrais devenir un peu plus conciliant rien que pour ne plus entendre mes sermons sur les gentils vampires. »


Enfin, il s’écroule, me faisant éprouver une pointe d’admiration face à sa résistance. Toujours aussi têtu, peu importe la version à laquelle je parle… Je m’approche de lui, vérifiant qu’il est bien inconscient avant de le soulever pour le prendre sur mes épaules, direction les grottes. Nous allons faire un retour en arrière, Nathaniel… Sauf que ton tortionnaire sera d’un tout autre niveau. Sois heureux, je t’ai écouté, j’ai décidé d’agir. Peut-être le regretterais-je plus tard mais en attendant, je veux m’essayer à espérer… Pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La fin des illusions | Nathaniel & Peter   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin des illusions | Nathaniel & Peter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Les archives :: Archives-
Sauter vers: