Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Mads

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mads Nielsen
Le sosie torturé
Messages : 3
Date d'inscription : 30/05/2019
Age : 22
MessageSujet: Mads   Mads EmptyJeu 30 Mai - 15:40


Mads Nielsen
Feat. Lucas Lynggaard Tønnesen


Date de naissance 03.10.1996
Lieu de naissance : Danemark
Age : 23 ans
Statut : Célibataire
Groupe désiré : Moroï
Pouvoir : Esprit
175*280



Physique

Je suis le cliché typique du fameux blond aux yeux bleus, original pas vrai ? Le seul truc qui vient rompre le cliché, c’est sûrement que je suis blanc comme un cul, le genre de peau qui devient directement rouge au soleil au lieu de bronzer. Heureusement que je ne suis pas un strigoï, autrement j’aurais cramé en moins de deux. Du haut de mes 1m82, j’essaie d’avoir l’air imposant. Marche ou crève, probablement le crédo de ma vie, alors forcément on essaie de s’affirmer comme on peut. Je n’ai peut-être pas le corps le plus musclé qui soit mais je fais en sorte de m’entretenir ne serait-ce que pour avoir la force de me défendre parce que oui, je suis aussi un type à problèmes visiblement.

C’est lui qui m’a causé beaucoup de problèmes, ce type que je n’ai jamais rencontré, ce type dont on me rabâche pourtant sans cesse le nom : Rick Heroland. J’ignore qui il peut bien être mais je peux vous confirmer que ce gars a littéralement gâché ma vie. Visiblement j’ai le malheur de lui ressembler comme deux gouttes d’eau, à croire que la génétique s’est vraiment dit qu’elle allait me la mettre à l’envers en faisant de moi le sosie d’un moroï recherché. Autant dire que si je rencontre ce type un jour, je n’hésiterais pas à lui mettre mon poing dans la tronche. En attendant il ferait mieux de rester bien caché, car ces personnes qui m’ont pris à sa place ne lui veulent pas du bien… Vraiment pas.



Histoire

« When you were here before,
Couldn't look you in the eye,
You're just like an angel… »


Je n’ai jamais eu une vie très glorieuse, jamais été très entouré ou vivant dans le luxe et même si certains soirs il m’arrivait de cracher sur la vie, la plupart du temps je me disais que cette vie-là me convenait très bien. Fils unique grandissant avec une mère célibataire, il n’y a toujours eu que nous deux contre le reste du monde, mais au moins nous étions soudés. Je n’ai jamais connu mon père, juste son nom, je ne voulais pas en savoir plus à son sujet, il est parti alors il ne mérite pas que je m’intéresse à lui. Ça m’allait très bien qu’il n’y ait que ma mère et moi, au moins je n’avais pas à la partager avec un petit frère ou une petite sœur, ni à la voir triste à cause d’un mari qui ne prendrait pas assez soin d’elle. Le seul hic c’est que même si nous n’étions que deux, il y avait tout de même des frais à payer et ma mère trimait pour nous faire survivre. Fut un temps où j’étais la seule lumière qui l’aidait à tenir le coup dans ce monde, à lui donner une raison d’exister. Sauf que je voulais plus pour elle, je voulais qu’elle puisse avoir une vie, sortir, s’amuser.

Certains disent que les hommes ne deviennent jamais matures, qu’ils aillent se faire foutre. Je n’ai que 13 ans et je dois probablement être bien plus mature que tous les gars et les gonzesses réunis dans mon établissement. Leurs centres d’intérêts ne m’intéressent pas, je me foutais bien des potins sur qui a embrassé qui pendant la soirée du week-end dernier, et oui ça commence tôt, mais moi je réfléchissais déjà à comment avoir un meilleur avenir. Heureusement j’ai toujours été débrouillard, charmant, convainquant, alors j’ai pu me faire de l’argent de poche à droite à gauche, je ne vous dirais pas encore comment mais au cas où vous vous poseriez la question, je ne me prostituais pas. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à mentir à ma mère pour la première fois, alors qu’elle voulait savoir d’où pouvait provenir cet argent, il me suffisait de lui raconter une histoire qui tenait la route pour qu’elle me croie. En fait j’ai toujours eu une facilité déconcertante à convaincre les gens, comme si c’était un don inné en moi.

Je n’arrête pas l’école, je termine mon bac avec mention et plusieurs opportunités s’offrent à moi, sauf que je ne peux pas perdre cinq ou huit ans dans des études avant d’avoir un véritable travail, alors il a fallu que je trouve une solution alternative, surtout quand j’ai appris que l’employeur de ma mère menaçait de la virée. Ce sale type a toujours eu des vues sur elle et je savais qu’il la garderait uniquement si elle écartait les cuisses devant lui, sauf qu’il était hors de question que je laisse ce connard la salir pour garder un emploi.


« You float like a feather,
In a beautiful world,
And I wish I was special,
You're so fucking special. »

Il y a quelque chose qui change cette nuit-là, lorsque je viens rencontrer ce salaud à la fermeture du magasin muni d’une batte. Je ne comptais pas le passer à tabac, juste lui faire peur, sauf que ce type n’était pas effrayé par ma carrure, je n’étais qu’un minable ado qui essayait de jouer les grands durs, j’étais encore plus pathétique que ma mère d’après ses mots. Il aurait dû s’arrêter là, plutôt que de me plaquer contre ce mur, son bras sous ma gorge, m’énonçant tout ce qu’il ferait au corps de ma mère lorsqu’elle finirait par céder à sa demande, parce qu’il était persuadé que c’est ce qui arriverait. J’ai vu rouge, tellement rouge… Et j’ai souhaité sa mort. J’ai hurlé que mon plus grand désir était qu’il meurt ce soir-même dans d’atroces souffrances. Il m’a ri au nez et envoyé son genou dans l’estomac, me laissant écroulé-là dans la ruelle, plié en deux, le souffle coupé, les larmes aux yeux, les poings serrés de colère.

Non je ne me suis pas jeté sur lui pour lui arracher la carotide à pleines dents. Je suis rentré chez moi plus dépité que jamais, trouvant ma mère endormie d’épuisement dans sa chambre. Ce fut l’une des fameuses nuits où je me suis mis à détester la vie, alors incapable de savoir comment protéger cette femme unique et parfaite. J’ai réfléchi à tellement de plans possibles durant la nuit, qu’il m’aura fallu du temps à réaliser l’annonce de ma mère dans la matinée. Son patron est mort durant la nuit, ils ne savent pas encore s’il s’agit d’un meurtre ou d’un suicide. Ils disent qu’il aurait avalé un bidon de javel avant de s’écrouler dans sa salle de bain, souffrant mille maux avant de lâcher son dernier souffle. Ce jour-là j’ai commencé à me poser des questions, mais j’ai préféré me persuader qu’il s’agissait d’un meurtre, il ne serait pas étonnant que ce salaud ait plus d’un ennemi après tout. Sauf qu’après plusieurs jours écoulés ils ont affirmé qu’il s’agissait bel et bien d’un suicide et que le type devait vraiment s’en vouloir pour quelque chose pour s’infliger soi-même une mort pareille.


« But I'm a creep, I'm a weirdo
What the hell am I doing here ?
I don't belong here. »

J’ai fini par réaliser que quelque chose clochait chez moi, que j’avais des dons ou peut-être une malédiction. Pourquoi moi ? Est-ce que ma mère était pareille ? Je n’osais pas lui en parler, par peur de l’effrayer, par peur qu’elle me prenne pour un fou ou pour un monstre. Alors j’ai gardé mes questions pour moi et il m’aura fallu du temps pour comprendre comment fonctionnaient mes dons, pour les maîtriser parfaitement. La vie a commencé à devenir plus simple à partir de ce moment-là, j’ai ramené de l’argent à la maison, ma mère pouvait enfin prendre des journées de repos et j’ai même pu lui offrir des voyages. Enfin nous avons pu quitter le Danemark pour visiter le reste du monde. Parfois elle continuait de se poser des questions et je m’en voulais d’user de mes dons sur elle pour qu’elle insiste pas, mais je ne voulais pas qu’elle ait peur de moi, je voulais juste la rendre heureuse.

Puis j’ai fini par découvrir que je n’étais pas le seul être à part de cette planète. C’était lors d’une longue soirée à Londres, ce type m’est tombé dessus, sorti de nulle part, affirmant qu’il n’avait pas eu l’occasion de goûter à du sang de moroï depuis bien trop longtemps. Moroï ? Qu’est-ce que c’était que ça ? Et qu’est-ce qu’était ce type ? Je n’ai pas le temps de poser la question que des crocs se referment sauvagement autour de ma gorge et je ne m’en serais probablement pas sorti vivant si ces types n’étaient pas intervenus, achevant ce qu’ils appelleront le strigoï d’une lame en plein cœur. Merde est-ce que… Est-ce que je viens d’être complice d’un meurtre ? Mon cœur bat la chamade et ces personnes me demandent comment je vais et pourquoi un moroï traîne dehors en pleine nuit sans être accompagné d’un dhampir. Ces personnes sont folles… C’est ce dont j’aimerais me convaincre alors que j’ai la sensation que tout mon monde s’écroule autour de moi. En réalité c’est moi qui perds connaissance.

C’est dans un institut que je me suis réveillé, entouré de visages inconnus qui ont commencé à me poser mille questions. Ils ont compris que je ne connaissais rien à leur monde, monde auquel j’appartiens également d’après eux, monde auquel mes parents appartiennent forcément eux aussi. Ma mère ! Elle doit être morte d’inquiétude ! Je passe un coup de téléphone pour la rassurer, inventant une soirée un peu trop alcoolisée, lui promettant de ne plus jamais l’inquiéter de cette façon à nouveau. Puis j’ai demandé à ces personnes de m’expliquer, je leur ai demandé de ne jamais rien dire à ma mère également et ils ont accepté.


« I don't care if it hurts,
I want to have control,
I want a perfect body,
I want a perfect soul. »

Pour la première fois je me sentais vraiment spécial, presque à ma place dans ce monde. Pour la première fois je n’avais plus l’impression d’être un monstre mais un être spécial. Et j’ai voulu qu’ils m’entraînent à la dure pour rattraper tous le temps perdu, sauf qu’ils ont dit que les moroïs ne s’entraînaient pas à la dure, qu’ils avaient des cours pour apprendre à maîtriser leurs dons et que les dhampirs se chargeaient du reste. C’est tout ? Je voulais plus, tellement plus de ce nouveau monde… Mais j’ai commencé à suivre leurs cours, étant dans une section spéciale à cause de mon âge. Les moroïs ici apprennent à se servir de leurs dons dès leur plus jeune âge et ça aurait été con d’être le seul adulte parmi des gamins. En réalité j’avais plutôt bien appris à maîtriser mes dons tout seul, mais eux m’ont appris à découvrir de nouvelles facultés. Voilà comment j’ai commencé à tomber amoureux de cet endroit, de ces personnes, de ma nouvelle famille… Et je m’en voulais de délaisser ma mère pour eux.

Ils ont commencé à s’intéresser d’autant plus à moi lorsque mes facultés ont dépassé leurs attentes. Etant donné que les moroïs aux pouvoirs de l’esprit étaient rares là-bas, je n’avais pas trop de moyens de comparaison pour savoir ce qui est normal ou pas. Je sais juste qu’ils m’ont proposé un voyage aux Etats-Unis, parlant d’une académie qui avait hâte de me rencontrer. J’ai accepté leur proposition à condition que ma mère vienne elle aussi, je crois que je ne serais jamais capable de l’abandonner, elle a toujours besoin de moi et je ne veux pas la laisser seule. Ils acceptent et lui trouve même un appartement luxueux à Missoula, là-bas elle ne manquerait de rien.

Sauf que je ne passerais pas plus d’un week-end dans cette ville. A peine le temps d’installer nos affaires dans ce nouvel appartement que je devais déjà me rendre à cette académie, mais on s’est fait intercepter sur le chemin. J’ai vu les deux dhampirs m’accompagnant se faire éliminer par des types armés sortis tout droit du futur. Ils avaient l’intention de m’éliminer moi aussi, jusqu’à ce que l’un d’entre eux se mette à sourire en énonçant dans son talkie-walkie avoir remis la main sur le sujet 309 et il a suffit d’une fléchette s’enfonçant dans ma nuque pour que je m’écroule, sans avoir l’occasion de riposter. A partir de ce jour-là ma vie a commencé à devenir un véritable enfer.


« I want you to notice,
When I'm not around.
You're so fucking special,
I wish I was special... »

Deux ans, trois mois et neuf jours, c’est le temps durant lequel j’aurais été enfermé dans cet endroit, pris au piège entre les mains de ces savants-fous. Ils pensaient avoir récupérés un ancien cobaye, ils en ont en réalité récupéré un nouveau et ils ont joué avec le feu. Ces hommes ne savaient pas s’arrêter et les tests ont fini par se retourner contre eux. Que suis-je réellement aujourd’hui ? Quelque chose de différent. Je voulais être tellement différent à l’époque… Aujourd’hui je regrette le temps où je me croyais simplement humain et faible. Je ne sais plus exactement comment les choses se sont déroulées, je me souviens surtout de cette alerte qui résonne encore dans ma tête durant mes nuits de cauchemars, je me souviens de cette lumière rouge et des hurlements. Je me souviens des corps qui s’écroulent un par un autour de moi et de ce fluide noir qui s’échappe de mon corps pour les massacrer. Je ne sais pas comment, je ne sais pas pourquoi, je sais seulement que ça a commencé à partir du moment où la douleur et la haine ont été trop intenses.

Voilà comment je suis sorti de cet endroit, alors que d’autres prisonniers s’échappaient eux aussi. Je me souviens avoir croisé le regard de cet adolescent, même si dans ses yeux il avait l’air beaucoup plus mature. Je me souviens que je voulais simplement la retrouver elle, ma mère. J’ai fini par retrouver mon chemin jusqu’à Missoula, par retourner à cet appartement où ma mère a ouvert la porte pour… Me demander qui j’étais. Voilà comment la dernière part de moi s’est brisée, alors qu’elle a oublié mon existence de je ne sais quelle façon. Je me suis retrouvé incapable de lui expliquer que je suis son fils, incapable de la prendre dans mes bras malgré l’envie. Je me suis simplement excusé, prétextant m’être trompé de porte et j’ai fui. J’ai fui le plus vite possible.

« He's running out again,
He's running out
He's run, run, run, running out... »


Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mads
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (m) MADS MIKKELSEN aka Rory O'Hare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Administration :: Présentations :: Moroïs-
Sauter vers: