Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Lorenzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorenzo Mancini
Le féroce protecteur
Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2019
Age : 516
MessageSujet: Lorenzo   Lorenzo EmptySam 8 Juin - 14:52


Lorenzo Mancini
Feat. Josh Holloway



Date de naissance 14.02.1503
Lieu de naissance : Italie
Age : 35 ans physiquement, 512 ans réellement
Statut : Libre comme l'air
Groupe désiré : Strigoï
175*280



Caractère

J’ai toujours été un homme juste et droit. Toujours ? Disons que je l’étais surtout dans ma vie d’humain mais en cinq ans d’existence il y a forcément certaines choses qui changent. Grand fervent de la justice, j’ai un souci avec le système de richesse et de pauvreté, d’autant que vous remarquerez que les riches sont souvent de grands manipulateurs alors que les pauvres ont des âmes beaucoup plus pures. Admettez-le, vous vous attendiez à un psychopathe qui se complaît dans les massacres et dans la peur de ses victimes. Il faut arrêter avec les préjugés, tous les strigoïs ne sont pas comme ça ! Ce serait mentir que de dire que je n’ai jamais tué, même dans ma vie d’humain j’avais tout un tas de morts à mon actif, mais j’ai toujours choisis avec soin mes victimes. Tuer la veuve et l’orphelin ne m’apporte aucune satisfaction personnelle mais tuer des crétins qui se croient invincibles ? C’est bien plus amusant de leur rappeler qu’ils ne sont rien de plus que des vermines.

Je suis arrogant, Don Juan, polyvalent… Tous les trucs cool qui riment en an ! Les femmes aiment lorsque je prends soin d’elles mais rares sont celles qui passeront plus d’une nuit sous mes draps. Je ne m’attache que trop rarement parce que je sais ô combien la vie est éphémère alors à quoi bon se faire souffrir ? Je suis provoquant et je ne fuis jamais devant un combat digne de ce nom même si rares sont ceux capables de véritablement tenir la distance. Faites l’amour pas la guerre disaient-ils, et pourquoi pas mélanger les deux ? Décimer ses ennemis puis fêter cela avec la compagnie de quelques femmes, voilà qui me convient parfaitement. Je ne suis pas un psychopathe, je ne suis pas une bonne personne non plus. J’imagine que finalement je dois plus me rapprocher de la normalité que la plupart des habitants de Missoula.



Histoire

Je me présente, Lorenzo Mancini, 512 ans et originairement prince d’Italie. Ça claque sur le CV, pas vrai ? Juste sur le CV alors, parce que je n’ai jamais vraiment voulu de ces fonctions. Bon d’accord, la richesse et tout ce qui va avec est plutôt cool, mais il ne faut pas non plus oublier les responsabilités qu’un tel poste demande et ce n’était pas vraiment mon truc. Heureusement j’avais deux autres frères aînés avant moi, du coup si on suit la logique, ils deviendront rois en premier et j’aurais le temps de vieillir et de quitter ce monde sans avoir eu à gérer le pays. Mon truc ce n’était pas la politique, c’était la stratégie et la guerre. Faut dire qu’avec deux frères aînés qui m’entraînent au combat depuis que je sais marcher, j’ai forcément eu envie d’aller sur le terrain très vite. Ce n’était pas le fait de planter mon épée dans le cœur de l’ennemi qui me plaisait, c’était surtout de me dire que toutes nos victoires nous permettaient de protéger notre peuple, d’en solidifier sa réputation pour qu’un beau jour plus personne n’ose nous défier.

J’étais doué dans mon domaine, plus que mes frères qui en étaient parfois jaloux, surtout quand notre père m’attribuait tous les mérites. On dit toujours que le dernier de la famille est le favoris, peut-être que c’était vrai dans mon cas mais ça ne changeait pas grand-chose à ma façon de faire. Je n’allais pas à la guerre pour recevoir les félicitations de mon père, j’y allais parce que j’aimais ça, sentir l’adrénaline parcourir mon corps, esquiver la mort de justesse… J’étais fait pour être un guerrier. J’avais un avantage de plus comparé à mes frères, j’étais souple et cascadeur, alors je me faufilais partout, je grimpais sur les toits pour contourner l’ennemi et ouvrir les portes arrière afin d’y laisser entrer mes hommes. Et la victoire était à nous. Parfois il ne suffit pas de tuer pour gagner, juste d’avoir la bonne stratégie.

Notre père nous a quittés lorsque j’avais 27 ans et l’aîné est devenu roi à sa place. Le vent n’a pas tourné pour autant, ou du moins pas avant mes 30 ans. C’est à cet âge-là que j’ai commencé à tomber malade et même nos médecins semblaient incapables de trouver un remède. Alors quoi, j’allais mourir d’une maladie ? Hors de question, je voulais mourir sur le champ de bataille comme tout bon guerrier. J’ai tenu plusieurs années avant que mon état ne s’aggrave vraiment, que je ne puisse plus sortir de mon lit sans cracher mon sang et mes poumons. J’allais mourir, je le savais et je détestais le sort de m’infliger pareille sentence. Puis cette femme est arrivée dans ma chambre au beau milieu de la nuit, jusqu’au dernier moment je me suis demandé si ce n’était pas un rêve. Elle disait que sa famille était en danger et qu’elle avait besoin de l’esprit du meilleur guerrier pour les sauver. Elle n’avait pas l’air d’une mauvaise personne mais elle me paraissait beaucoup trop naïve. Que pouvais-je faire pour sa famille dans cet état ? Elle m’a demandé si je voulais vivre, devenir plus fort que jamais, puis elle m’a informé qu’il y aurait deux conditions à cela, sauver sa famille et accepter de ne vivre que la nuit. J’ai dit oui.


***

Vous voulez savoir comment cette histoire s’est finie ? Et bien je suis devenu strigoï cette nuit-là donc c’est déjà un assez gros indicateur, quant au reste il vous faudra creuser un peu pour en savoir davantage. Maintenant on va faire un bon dans le temps de plusieurs siècles, lorsque ma route a croisé la sienne. Ce n’était pas un heureux hasard que je rencontre Jared cette nuit-là, j’avais fait une promesse il y a longtemps, veiller sur la descendance de ma Créatrice tant que je serais de ce monde. Les Dashkov faisaient partis de sa lignée et la sœur de Jared ressemblait terriblement à ma Créatrice. J’ai tout de suite remarqué l’étrangeté de cette famille mais je n’avais pas le droit de m’en mêler excepté s’il s’agissait de préserver le nom. Il a pourtant fallu faire un choix cette nuit-là… Décimer la majorité de la famille pour en sauver deux, ou laisser ces deux mourir. Je l’ai choisi Elle. Je l’ai choisi Lui.

Je n’ai jamais dit à Jared la vérité au sujet de mon lien avec sa famille, je lui ai simplement fait croire que les siens m’avaient faits du tort et qu’on pourrait tous les deux obtenir ce que l’on veut s’il acceptait de se transformer. Mon premier et unique Infant. Jared a accepté et vous connaissez la suite. Le reste de la famille est morte mais le frère et la sœur ont survécu. Et puisque la sœur n’avait plus rien à craindre, nous avons décidé de la laisser partir. Voilà comment mon périple a commencé aux côtés de cet Infant à qui j’ai tout appris, avec qui j’ai partagé de merveilleux moments. Puis il y a eu cette femme également, celle qui a partagé nos lits et nos nuits. Une délicieuse créature. Elle nous a accompagné plusieurs années, elle est même restée à mes côtés lorsque Jared est reparti sans donner de nouvelles. Je ne savais pas trop si je lui en voulais ou si j’acceptais ce départ, il a toujours été libre après tout mais mes soirées sont devenues beaucoup plus amères sans sa touche de folie et de provocations. Mais elle était toujours là et je ne lui ai jamais demandé pourquoi est-ce qu’elle restait. Elle était la seule à m’aider durant les crises, la seule à savoir.

Le cancer du poumon, c’est ce qu’ils avaient été incapable de me diagnostiquer à l’époque, c’est ce que j’avais dans ma vie d’humain. Logiquement une transformation en strigoï aurait dû arrêter le cancer, aurait dû arrêter n’importe quel problème puisque les organes n’ont plus besoin de fonctionner. Alors on dira probablement que mon problème est d’ordre psychologique, que c’est ce qui déclenche les crises… Tout ce que je peux vous dire, c’est que le manque de sang ou certaines blessures un peu plus graves déclenchent les crises, comme si la régénération ne s’occupait plus du cancer le temps de guérir le reste. Je ne sais pas trop comment est-ce que ça fonctionne en réalité, je sais seulement que j’ai horreur de ces moments parce qu’à chaque fois j’ai l’impression que je n’y survivrais pas. Une chance pour vous, je m’en remets toujours !


Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lorenzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille de San lorenzo 8 mai 1863
» Mission Classique : Lorenzo & Chouliette [Toutes plateformes]
» "Lorenzo, but my friend call me Enzo...Kidding, I don't have any friends" - Lorenzo Melanoti
» ◊ SMS de Lorenzo Calloway

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Administration :: Présentations :: Strigoïs-
Sauter vers: