Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sombre chemin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 20:58



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Ça fait une demi-heure que je suis en train de suivre cette luciole brillante. Apparemment je suis le seul à le voir, je le sais parce que j’ai demandé à une ou deux personnes, histoire de savoir si je délirais encore, et effectivement c’est le cas. D’ailleurs le gars que j’ai interpellé pour ça a composé le numéro d’une clinique après mon départ... Non mais franchement de quoi je me mêle ? Y a des gens qui devraient apprendre à se la fermer, et oui c’est moi qui dis ça. Bref, je me dis que si cette luciole est apparue, c’est peut-être pas pour rien, alors je ne tiens pas à la laisser filer. Ou alors elle est là seulement parce que ça fait trop longtemps que je suis sans médocs et que mes hallucinations commencent sérieusement à déconner en ce moment, croyez-moi là on est encore dans une bonne phase. Enfin bonne phase, ça reste à voir, j’ai l’apparence d’un gars complètement malade, blanc comme un cul, tremblant comme une feuille, marchant limite comme un zombie. Ouais finalement cette phase n’est pas si bonne que ça.

- Où est-ce que tu m’emmènes comme ça petite luciole...

Ouais ouais, je parle à un insecte imaginaire, ou plutôt je pense à voix haute, enfin c’est du pareil au même, dans les deux cas on me prendrait pour un fou. Je continue de la suivre et là, la luciole tourne dans une nouvelle ruelle puis disparaît. Sérieusement ? Où t’es allée comme ça ? C’est pas marrant franchement, moi qui pensais qu’on aurait pu devenir amis... Sauf que là, je vois cette personne en face de moi et je crois bien halluciner. Oui c’est ça, ce type doit être une autre de mes hallucinations. Je l’entends rire, se fendre la poire sur je ne sais quel sujet amusant. Moi je n’arrive pas à sourire, pas devant ce type. Je me rapproche de lui, jusqu’à carrément me planter devant lui, le regardant de la tête au pied, comme pour être sûr. Le type qui est en réalité un strigoï me regarde d’un drôle d’air et semble être agacé par ma présence.

- Dégage de là bouffon.

J’ai un rire jaune. Sa voix est la même que dans mes souvenirs, son visage également. Non ce type n’a pas changé, forcément puisqu’il était déjà un monstre lorsque je l’ai rencontré. Le strigoï me pousse de ses deux mains en arrière en me disant encore de dégager ou sinon il me fera la peau, ou bien un truc dans le genre, j’admets que je ne l’écoute pas trop, perdu dans mes sombres songes.

- Alors tu es bien réel... Et en plus tu ne te souviens pas de moi. Essaies de m’imaginer avec onze ans de moins, accompagné d’une gamine un peu plus jeune qui me ressemble. Une adorable gosse qui est morte aujourd’hui.

- Si je devais me souvenir de toutes les personnes que j’ai tué...


Il termine à peine sa phrase que je balance mon pied contre son torse pour le pousser en arrière, contre le mur, avant de placer ma lame juste sous sa gorge au moment où il croit bon de sortir les crocs. Les deux personnes qui l’accompagnent arrêtent de rire, se redressent, prêts à m’attaquer, prêts à me tuer.

- Ce n’est pas toi qui l’as tué, mais je vois que tu as changé tes fréquentations.

L’instant qui suit ma lame danse et découpe les deux autres têtes avant de se repositionner sous la gorge du strigoï qui n’a pas vraiment eu le temps de comprendre ce qu’il se passait. Vous voyez, même malade je suis encore apte à me battre. Je plante mon regard dans celui du strigoï avant de commencer à dessiner une fine entaille au niveau de sa gorge.

- Ne me force pas à te torturer. Donne-moi seulement son nom, celui qui l’a tué, celui que tu as accompagné, c’est lui qui m’intéresse.

- Ecoute, je me souviens même plus dans quel pays j’étais il y a treize ans, alors je risque encore moins de me rappeler avec qui je trainais alors que je changeais d’alliés toutes les semaines !

- Ce n’est pas la bonne réponse...


Je reste silencieux, à le regarder dans le blanc des yeux, à réfléchir. Que vas-tu faire maintenant Kyle ? Il te dit qu’il ne sait plus, peut-être dit-il la vérité, peut-être ment-il. Vas-tu te contenter de le tuer ? N’as-tu pas un peu envie de le torturer ? Oui, il y a cette terrible tentation, cette envie de lui faire du mal. Je ne veux pas être comme ça. Je ne veux pas ressembler à mes bourreaux. J’aperçois alors un serpent glisser sur le bras de mon ennemi, je sais qu’il n’y a que moi qui le vois, je sais que c’est un signe. Cet homme est un monstre, un vil serpent qui a fait du mal, qui mérite aussi d’avoir mal avant de lâcher son dernier souffle. Ma main tremblante se referme sur le manche de mon épée que je décide de planter dans son torse, suffisamment loin de son cœur pour l'épargner. Puis je profite de sa blessure pour l’envoyer au sol et me jeter à califourchon sur lui pour frapper, pour évacuer. Que fais-tu Kyle ? Arrête ça... ça ne te ressemble pas. Sauf que plus je frappe et plus je revois le visage de ma petite sœur apeurée et en larme. Plus son sang coule et plus je revois le sien couler. Il fait partit des personnes qui me l’ont arraché.

- Les enfoirés comme toi qui détruisent les bonnes personnes méritent de souffrir.

Ou alors j’essaie seulement de m’en convaincre, de justifier ces actes qui vont à l’encontre de mes principes. Je ne sais pas. Je ne sais pas non plus quand est-ce que je trouverais la force d’arrêter de frapper cet homme. Peut-être que les choses prendront fin lorsqu’il parviendra à reprendre les choses en main et me tuera. Peut-être que les choses prendront fin lorsque j’aurais fini par le tuer de coups. Allez savoir... Ce soir je ne suis plus moi, alors tout peut arriver.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 20:59


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

En apesanteur. Non pas au dessus de la folie, je suis déjà dedans. Mais en apesanteur face à la mort. Si je dévie trop tôt, je manque l’occasion, si je dévie trop tard, je meurs. Quel est le pire ? Laisser sa mission échouer avant la fin ou manquer une précieuse occasion d’en finir ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je ne sais ce qui est le plus important ou le moins. Des visages, j’en connais trop à mon goût. Je me rappelle d’eux. De leurs voix. De leurs rires. Mais je ne me rappelle plus de Son visage. L’enfer a ce goût. La mort, même si je suis condamné à souffrir pour l’éternité face à mes actions, me paraît bien plus douce. Est-ce que je me trompe ? Oui. Non. Peut être. Je ne sais pas, encore une fois.
Je jette un coup d’œil à ma liste, accrochée sur les murs de ma chambre avant de barrer un autre visage. Un qui a péri cet après-midi. Un de plus. Et je pars maintenant, de nouveau en chasse. Je devrais m’arrêter. Pour me reposer, pour manger, pour boire du sang. Sauf que mon corps a beau être engourdi, je ne désire rien de tout cela. Je ne veux pas perdre du temps. Je veux que le temps s’accélère jusqu’à son dénouement final.

Je quitte la chambre, je quitte les lieux et j’avance dans les rues. Où suis-je ? Où vais-je ? Je ne sais pas. Je n’ai pas de piste, je n’ai plus de piste. Alors je me laisse porter. Les alchimistes sont sur leurs gardes, ceux qui sont innocents ne savent pas s’ils seront la prochaine cible du tueur qui sévit et ceux qui savent, eux, se doutent de mon arrivée. Ils se terrent. Mais j’ai appris que c’est en ne recherchant rien qu’on trouve le plus facilement les ennuis. Ils viendront à moi, ne serait-ce à cause du fait que je ne recherche pas férocement leurs présences. Pour l’heure, je laisse mon protecteur ouvrir la voie quand une chose attire son attention. Sinon j’erre. Simplement. Je vois quelques passants s’écarter instinctivement. Surement à cause du vide qui m’emplit. Vous faites bien. Si vous souhaitez survivre. Heureusement, il n’y a presque personne dans les rues alors se promener est simple, presque paisible… Paisible, comme si ce mot avait encore une quelconque signification quand on connaissait mon passif…

Je ne sais pas ce qui attire l’attention de mon protecteur mais je le vois tout d’un coup devenir plus flou que nécessaire et plus rapide en même temps. Je n’aime pas quand il disparaît ainsi, quand il s’efface. Certains diraient que c’est la folie qui disparaît… S’ils connaissaient ce qui se passe dans ma tête bien sur. Moi je dirais plutôt que ça sent les ennuis. Mais tout va bien. Après tout je les cherche, ces ennuis. Alors, j’emboîte ses pas. Je suis le chemin qu’il ouvre. Pour trouver quoi ? J’aurais parié, je n’aurais pas trouvé. Pour une fois, je sais identifier mes émotions. Pour la première fois depuis Sa mort. Et je sais que c’est la surprise qui m’anime. La plus grande des surprises. Le chasseur a pris du galon et a dit au revoir à ses beaux principes. Il s’est transformé en Grand méchant Loup… Et je ne sais pas à quoi est dû cette transformation. Il faut croire que le chasseur a perdu son innocence. Mais ce qui m’étonne le plus, c’est que finalement, les souvenirs que j’ai gardé de son visage sont assez exacts. J’avais raison, il n’est pas devenu un simple inconnu, de quoi m’embêter légèrement.

J’avance silencieusement à sa hauteur pendant qu’il offre des coups à ce Strigoï tout en perdant son souffle inutilement en parlotte. Depuis quand faut-il se justifier pour agir ? Quoi que… Pour lui. Peut-etre n’a-t-il pas perdu toute sa conscience ? Allez savoir ce qui se passe dans la tête des hommes. Je jette un coup d’œil à mon protecteur qui se rapproche du duo. Pour les séparer ou les regarder ? Allez savoir. Je devrais peut-être passer mon chemin, rien ne nécessite ma présence. Mais après tout, cet homme avait réussi à m’amener à l’une de mes cibles, certes avant de me bassiner pour me sauver la vie, mais cela mérite bien que je fasse quelques efforts pour lui rendre l’appareil et rendre l’ardoise vierge entre nous deux.

« N’étais-tu pas contre la souffrance, chasseur ? Ou m’aurais-tu menti ? »

Et moi, comment cela se fait-il que je me rappelle de tout cela ? Oh et puis, stop aux questions. Ça n’a jamais avancé l’humanité. Au contraire, l’histoire avance avec les guerres et le sang. Il fait son histoire tout comme je fais la mienne en y mêlant le mot vengeance. On entre dans les normes finalement. Normes de qui. Normes d’eux, du peuple, d’eux. Même si ce même monde chercherait à nous tuer en nous mettant la main dessus… Mais je crois que finalement, le nombre de personne n’ayant pas commis de meurtre dans cette ville doit être plus que bas. Du sang, du sang et toujours du sang. Et ce soir, je ne sais pas si mon ombre n’agira pas avant moi pour aller chercher ce sang. Ah oui, faut aussi que je me nourrisse. Trop grand programme. Mais d’abord le chasseur qui s’est enfin rendu compte de ma présence avec mes mots. Je croise son regard et attend. A lui de réagir. Mais qu’il ne compte pas m’attaquer de suite. Je n’ai pas encore perdu les dernières brides de ma santé mentale, tout comme je n’ai pas fini d’exercer ma vengeance. Alors ma mort sera pour plus tard, désolé pour toi qui apparemment cherche à faire souffrir ceux qui le méritent, selon tes critères…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:00



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Je suis perdu dans un autre monde, un monde parallèle où la personne que je frappe n’est pas un humain, ou plutôt n’a pas apparence humaine, puisqu’un strigoï n’est de toute façon plus humain. Oui vous pouvez prendre votre temps pour relire si vous n’avez pas compris du premier coup. Dans mon imaginaire c’est un monstre qui se tient là, un monstre dangereux, effrayant, qui aime faire couler le sang. Un monstre dans lequel on peut y lire tous ses crimes en regardant ses yeux, comme s’ils étaient une toile sur lesquelles tous ses meurtres défilés. Oui, mon imagination va parfois très loin. Je continue de frapper alors que je vois ce crime, celui qui me touche personnellement, le meurtre de ma sœur auquel il a participé. Tu n’as pas le droit de vivre. Tu n’as pas le droit de mourir trop vite.

Que m’arrive-t-il ? Je ne me contrôle plus. Tous mes principes se sont envolés dès l’instant où ma lame l’a touché. J’ai oublié qui je suis pour devenir une âme vide, une âme remplie de colère. Finalement en cet instant, je ressemble beaucoup à l’un de ces montres. D’ailleurs je ne veux pas qu’il perde connaissance, je veux qu’il reste éveillé, qu’il subisse chaque secondes, qu’il souffre avant de recevoir l’ultime libération. Oui, ce soir je suis devenu tout ce que je déteste et je n’ai même pas le meurtrier sous les yeux.

Une voix lointaine me ramène soudain à la réalité. Je reconnais cette voix, je m’en souviens même très bien. Mon monde se dissout peu à peu pour redevenir réel. Je vois ce strigoï complètement amoché sous mes yeux. Je vois mes mains recouvertes de son sang. Puis la fille de Lucifer, juste à côté de nous qui nous observe, toujours aussi belle. Oui j’arrive à penser à la beauté même dans ce genre de situation. Je la dévisage un instant avant de reporter mon attention sur le strigoï. Mes mains sont redevenues tremblantes, mais ça ne m’empêche pas d’attraper l’un de mes pieux pour le planter dans son cœur et l’achever une bonne fois pour toute.

- Je ne t’ai pas mentis. Ça ce n’est pas moi... Je ne sais pas ce qui m’a pris.

Je me lève, le visage fermé, silencieux. C’est idiot mais la seule chose à laquelle je pense, c’est que je regrette qu’elle m’ait vu ainsi. J’attrape le cadavre par les pieds et le traîne jusqu’à une benne à ordure, oui encore. Le plus stupide c’est qu’au final il y a une grosse trace de sang qui reproduit parfaitement le chemin entre l’endroit où il est mort et l’endroit où j’ai laissé le corps. Avec un peu de chance il pleuvra ce soir. Au final j’en viens même à me dire que je m’en fous qu’on remonte jusqu’à moi, peut-être que je mériterais d’aller en taule finalement, ça m’éviterait de devenir à nouveau tout ce que je méprise.

Après un long moment de silence je finis par reposer mon regard sur Lucifer Girl qui est toujours là, à m’observer, je crois. Sauf que plus je la regarde et plus ma vision d’elle se transforme en une créature étrange, pas humaine, mi-ange mi-démon et elle a une ombre diabolique sur les épaules. Je suis en train de devenir fou. Il me faut mes pilules. Bon sang il me les faut ! Mon apparence fait peine à voir ce soir, surtout avec ces maudits tremblement, mais le pire est ce qu’il se passe dans ma tête. Je sais que tout ce bordel pourrait me faire m’en prendre à elle, c’est déjà arrivé par le passé, que je m’attaque à quelqu’un que j’apprécie à cause de ce manque, de ces hallucinations. Je ne laisserais pas le passé se reproduire. Alors je détourne mon regard d’elle, moins je la verrais, mieux j’arriverais à me concentrer.

- Alors, combien d’innocents as-tu tué depuis notre dernière rencontre ? Quoi que non, ne réponds pas à cette question, dis-moi plutôt où tu en es dans ta quête de vengeance.

Oui je fais la conversation, ça me laissera le temps de trouver une bonne idée pour m’esquiver de là sans paraître trop malpoli, puis ça me permettra aussi de savoir où elle en est, parce que oui ça m’intéresse tout ça. Tiens, bizarre, la luciole brillante est réapparue. Est-ce que je devrais me remettre à la suivre ? Ce serait bien d’attendre au moins la réponse de Lucifer Girl avant.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:01


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Je ne sais pas qui de nous deux est le plus suicidaire, entre moi qui recherche Nos meurtriers et toi qui t’attaque au haut de gamme tout seul. Mais je sais assurément qui a le plus changé. Fini les beaux discours, bienvenue dans les affres de la passion, au centre des tortures. La douleur… La douleur physique, une chose abstraite. Ton adversaire attend une faiblesse pour reprendre le dessus s’il est habitué à composer avec la douleur, sinon il a déjà perdu. Que feras-tu s’il tente de se redresser pour se battre ? Je me suis débattue, je m’en rappelle. La première fois. La deuxième fois aussi. Et au bout d’un moment, je me suis arrêtée. J’ai commencé à guetter le moment. Mon protecteur apparaissait à ses moments-là, j’étais plus proche de la mort que jamais et pourtant, j’ai repris le dessus sans une seconde d’hésitation ou sans une seconde de faiblesse fatale. J’ai fini par les vaincre, me vaincre, vaincre mes faiblesses et les surmonter. Je me suis affranchie. Et lui ? Et toi ? Qui survivra ? Sache, chasseur, qu’on finit toujours par tomber sur plus fort que soi.

Je m’annonce, attirant finalement son attention. Je le vois cligner des yeux, apparemment surpris, avant de se focaliser sur moi. Un point en moins pour le chasseur, et si je t’avais tué ? Décidément, tu as bien changé et pas forcément en bien. J’aurais pensé que te donner des pistes sur la véirté de cette ville t’aurait permis de renforcer ta méfiance… Enfin si tu as changé d’avis et que tu veux me tuer, je te préviens, je ne te laisserais pas faire.
Il prend la parole, répondant à ma question. Ne pas savoir ce qui nous prend. C’est le propre à l’être humain ça. C’est pourtant simple, t’as laissé ton instinct prendre le dessus. Tu es devenu bestial un instant et tu as pu voir l’autre facette de l’humanité. Celle qui ne me donne pas envie de retrouver des émotions. Je préfère fonctionner avec mon esprit qu’avec mon instinct. Peut-être te rangeras-tu à mon avis maintenant, chasseur.

Je l’observe agir, se débarrasser du mort. Mais intérieurement, je suis un peu plus loin. Cette ville est trop petite, on ne fait que recroiser nos connaissances alors que je ne recroise personne de mon ancienne vie. Mais tous ceux qui furent un jour à Missoula, retourne à Missoula. Drôle de slogan. Mon protecteur s’anime un peu, attirant mon attention sur lui. Ah oui, c’est vrai, l’heure tourne. Elle avance, me laissant en arrière. Certes, je n’ai rien à craindre du soleil mais je préfère vivre la nuit, sans ses rayons pour me brûler les cornées et saccager ma résistance à la soif. Et au moins, je ne ressens plus. La nuit, je continue à être anesthésié.
Les paroles du chasseur attirent de nouveau mon attention vers lui, tout cela pour que je le vois observer un mur. Drôle d’hobby mais pourquoi pas. Des questions. Il en a posé plusieurs. Est-ce que je souhaite y répondre ? Non, pas réellement. De toute façon, qui cela intéresse en dehors de moi ? Et du fantôme d’Henry ?

« Poser des questions sans être intéressé par la réponse… Tu fais fort chasseur et tu changes. »

Qu’est-ce qui attire à ce point ton regard ? Est-ce intéressant ? Je ne sais pas et je n’en ai rien à faire. Plus le temps passe et moins de chose attire mon attention. C’est pour cela que je ne suis pas encore parti. Je ne sais pas pourquoi mais tu continues à intriguer mon protecteur et ce n’est pas quelque chose de simple. Tout comme moi, il commence à errer sans but.
Combien as-tu changé depuis la dernière fois ? Qu’est-ce qui en est responsable ? Pour la première fois, je t’observe réellement et je vois ses tremblements sur tes mains et la couleur de ta peau. Tu es encore plus pâle que moi, or vu que je me suis nourri pour la dernière fois depuis très longtemps et que je ne vais pas au soleil… Cela en dit long. Est-ce la vérité qui était trop dur à supporter ? Peut-être. Ton équilibre mental a peut être été détruit… Dois-je me sentir coupable ? Non. Enfin je suppose que oui, mais je ne le ressens pas. De toute façon, qui sait ce qui est réellement le coupable de ta mine…

« Sais-tu maintenant ce que je suis ? »

Innocence perdue ou perdure ? Folie présente ou omniprésente ? Quelle est la vérité quand rien n’est vérifiable… Que des mots pour décrire des sensations et des vérités indescriptibles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:01



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Est-ce une bonne soirée pour se retrouver, Lucifer Girl ? J’ai beaucoup pensé à toi tu sais ? Evidemment non, tu ne le sais pas, et vaut peut-être mieux pas que tu sois au courant d’ailleurs, mais toi qui me lis, et bien tu sauras que j’ai pas mal pensé à elle ces derniers jours. Pourtant je ne peux m’empêcher de penser qu’aujourd’hui n’est pas le jour idéal pour des retrouvailles, pas au vue de mon état. D’ailleurs faudrait sérieusement que je pense à cambrioler une pharmacie, parce que là je fonce droit dans le mur et vers ma perte à continuer ainsi. Foutu psychologues et médecins ! Incapables de prescrire un médoc même quand on leur dit que c’est vital. Bah non, ces cons doivent connaître les antécédents, incapables de faire confiance en leurs patients ! Bon en même temps c’est un peu une forme de drogue qu’ils me prescrivent, mais quand même ! Fallait pas m’y rendre dépendant !

Bon on en était où déjà ? Ah ouais, je cachais très mal un cadavre et je demandais à Lucifer Girl où elle en est dans sa quête de vengeance. Apparemment elle n’a pas envie de me répondre, ou alors elle croit vraiment que ça ne m’intéresse pas, mais hé c’est faux ! Je suis très ouvert comme gars, il y a tout un tas de choses qui m’intéressent ! Sauf que c’est vrai que mon intention est assez détournée de la conversation, déjà parce que j’évite de la regarder, et aussi parce qu’il y a cette luciole qui me perturbe assez à me tourner autour, sans comprendre réellement ce qu’elle peut bien vouloir.

- Qui a dit que le changement était mauvais ? Et détrompe-toi, la réponse m’intéresse.

Je ne suis certes pas concentré c’est vrai, mais je ne serais pas contre le fait de savoir à combien de morts tu en es sur combien. Histoire que je sache quand je devrais venir te sauver, parce que oui, je n’oublie toujours pas cette idée. Tiens, y a une deuxième luciole qui est apparue ! C’est fou ce que je les trouve incompréhensibles, ces lucioles, ce serait chouette de pouvoir communiquer avec elles histoire de savoir ce qu’elles veulent... Enfin j’ai déjà une conversation avec Lucifer Girl sur laquelle je ne suis pas du tout concentré, du coup ce serait bien que je fasse quelques efforts avant qu’elle me prenne pour un abrutis. Est-ce que je sais qui tu es ? Ça c’est une question bien vaste ! Je repose mon regard sur elle et ouais, à mes yeux elle est toujours représentée avec une facette angélique et une autre démoniaque.

- Ça dépend, dans ton jargon je dirais que tu es une moroï, dans mes hallucinations je dirais que t’es mi-ange mi-démon.

Est-ce que tu vas penser que je parle d’hallucinations au second degré ou au sens propre du terme ? Allez savoir. Sauf que je plus je la regarde, plus j’ai l’impression de devenir dingue, et plus je la trouve fascinante. Déjà qu’elle l’était avant. Merde réveil toi Kyle, tu t’es perdu au pays des hallu et il serait grand temps de te réveiller ! Sauf que les lucioles se rapprochent d’elle et se mettent à lui tourner autour. Alors comme un idiot je me dis que je devrais peut-être les suivre et me rapprocher moi aussi, du coup je le fais, je les suis pour m’arrêter devant elle et observer cet étrange phénomène.

- Bizarre, je saurais pas te dire ce qui te va le mieux entre la corne et l’auréole.

Les deux te vont bien en fait et s’en est peut-être un peu flippant. Juste un peu, parce que sinon je trouve ça surtout séduisant. Ouais je dois m’être pris un coup sur la tête. M’enfin ce qui me perturbe le plus c’est cette ombre étrange qui la guette et qu’elle traîne derrière elle, le pire c’est que je ne saurais pas dire si elle lui veut du bien ou du mal, et ça c’est très perturbant.

- Il y a un truc qui te suit, c’est pas vraiment humain, c’est une espèce d’ombre étrange, c’est... Complètement dans ma tête. Oublie ce que je viens de dire.

Ouais, c’est pas en passant pour un barjo que je vais réussir à la séduire. Est-ce que j’ai dit la séduire ? Faut croire. En tous cas pour l’instant je me donne un zéro pointé, espérons que je me rattrape un peu par la suite, parce que là une fois de plus je fonce droit dans le mur.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:02


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Noir sur blanc. Blanc dans le noir. Tâches de gris, invisibles pour certains. Est-ce noir ou blanc ? Ta façon de voir les choses, je veux dire. Noir, je dirais. Noir comme ton âme en cet instant. Tu as perdu l’innocence, le sens des couleurs. Depuis combien de temps est-ce monochrome, pour moi comme pour toi ? J’ai perdu le sens des couleurs en perdant Henry, j’ai perdu la signification des couleurs. Seul reste les impressions, les douleurs, les tristesses et les blessures. La violence de la vie qui se déchaîne et détruit ce que tu peines à reconstruire. Je me demande, à chaque instant, combien de temps ? Combien de temps avant qu’un obstacle ne vienne à ma vengeance ? Tu as failli être cet obstacle mais on dirait que tu as changé. Que tu as changé, peut être au point de ne plus me barrer la route, de ne plus me tuer si je faute. Enfin, qu’est-ce que cela changerait ? Rien. Aucun intérêt.

Je finis par lui porter de nouveau de l’attention quand il me répond, apparemment à une remarque que j’ai faite. Laquelle ? Ah oui, sur son changement et sur le fait qu’il n’est pas intéressé. Hum… Je ne réponds pas à sa première partie, ne faisant que détourner le regard sur le cadavre défiguré. Le changement est bon ? Eh bien, chasseur, si c’est ainsi que tu vois les choses, cela signifie que tu as changé du tout au tout, que tu as troquée ton âme pure contre une âme aussi désabusée que la mienne et je ne sais pas si ce changement est plaisant. Enfin, je ne compte pas prendre la parole. Ma vengeance me concerne et me concerne moi uniquement.
Je finis par lui demander l’unique question qui compte. A-t-il fait ses devoirs ? Car après tout, c’est ainsi qu’il aura les armes pour survivre ? Pourquoi est-ce si important ? Aucune idée. Peut-être car ainsi j’aurais fais une bonne action. Non, je n’ai pas réfléchi à cela sur le moment. Enfin, aucune importance. Mais je prête de l’importance à sa réponse. Je croise un instant son regard avant qu’il ne me réponde. Mes sourcils se froncent, je crois. Qu’est-ce qu’il raconte ? Hallucination ? Mi-ange, mi-démon ? Eh bien, déjà pour qu’il pense qu’il y ait une part d’ange, c’est certain, il hallucine… Mais tout de même, d’où est-ce qu’il sort cela ? Est-ce le genre de conversations normales, pour un humain ? Je ne les ai jamais compris, je ne crois pas que je commencerais à les comprendre maintenant…

« Vous êtes vraiment étranges, les humains. »

Je le vois s’approcher et soudainement… Ca ne me dérangerait pas qu’il recommence à regarder le point inconnu sur le côté. Je ne sais pas c’est quoi son problème avec la proximité mais je vais vraiment finir par lui casser des côtes pour qu’il comprenne. Pas de contact. N’essaie même pas. N’essaie même plus. Parce que je ne me contenterais pas de mots cette fois.
Sauf qu’il me déstabilise un peu, en prenant la parole, pourtant ce n’est pas chose simple… Mais tout de même, ce délire est vraiment étrange. Dire que je me suis pensée pendant un temps comme une femme un peu hors de ce monde, je me retrouve soudain face à un homme vraiment sorti du monde…
Je ne lui réponds pas, de toute façon pour dire quoi ? Je ne fais que soutenir son regard trouble. Il s’est peut-être fait mordu ? Je sais que les morsures peuvent provoquer des effets étranges sur les humains… Mais peut-être pas à ce point ? Je baisse un instant le regard sur son cou. Pas de traces de morsures mais des élancements dans mon estomac. Ah c’est vrai, il faut que j’aille me nourrir. Plus tard.

Je croise de nouveau son regard, à temps pour l’entendre me parler et cette fois, ce n’est plus uniquement de la surprise qui me vient mais c’est aussi… De la peur. Je crois. Est-ce qu’il verrait mon protecteur ? Enfin, d’après sa description, ce n’est pas exactement lui mais… Le chasseur n’a pas l’air exactement lui-même non plus. Sauf qu’il ne peut pas voir mon protecteur. C’est le seul qui soit resté intouchable face à ces monstres. Il ne peut pas y avoir quelqu’un qui connaisse son existence. Jamais. Et il ne faut pas qu’ils l’apprennent. Jamais non plus.
Je reprends la parole, plusieurs secondes après. Complètement dans ta tête, hein ? C’est ce que tu as dis. Eh bien, continue à penser ainsi, chasseur. Surtout, ne pense jamais autrement…

« Oublies toi aussi. »

Oublies l’avoir croisé. Oublies de m’avoir pensé angélique et rappelles toi juste que je pourrais être ta meurtrière. Voici un rôle qui me siérait bien mieux. Ne crois-tu pas, chasseur ? D’ailleurs, en parlant de ce surnom…

« Quel est ton nom ? »

Tout en parlant, je reprends un peu de mon assurance. Ce n’était finalement qu’un coup de chance, qu’une opportunité qui ne se représentera pas. La première fois, le chasseur n’avait rien vu ainsi la prochaine fois… Tout devrait revenir à la normale. J’ose de nouveau croiser son regard pour attendre sa réponse, le tout sans reculer, même si sa proximité commence de plus en plus à me peser et cela rend mon protecteur d’autant plus nerveux, je le vois nous tourner autour, même s’il se dérobe toujours à mon regard direct…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:03



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Que se passe-t-il ce soir ? Aurions-nous inversé les rôles, Lucifer Girl et moi ? Elle serait devenue la voix de la raison alors que je suis celui qui dérape. Cette situation ne me plaît pas, d’autant que je serais bien moins placé pour faire la morale après ça, pourtant je ne pourrais pas non plus me contenter de la laisser faire à sa guise. Oublie ce que tu viens de voir beauté, ce n’était qu’un moment de dérapage, quelque chose qui ne se reproduira plus. Quelque chose qui ne doit plus se reproduire. Il faut que je me reprenne, il faut que j’arrête de déraper. Il faut surtout que je redescende sur Terre et pas que je me perde dans mes folies. Elle trouve les humains étranges, pourtant je t’assure qu’ils ne le sont pas tous, mais on ne va pas se mentir, je sais parfaitement que je le suis. Enfin soyons réaliste de tous les côtés, toi aussi tu es étrange Lucifer Girl.

- Etrange ? Qui est étrange ? Le monde entier est étrange. Tous les êtres vivants sont étranges. Les lucioles aussi, elles sont étranges.

Bon sang Kyle par moment il faudrait vraiment que tu apprennes à te taire. Enfin on sait tous que ce n’est pas demain la veille que ça arrivera, mais gardons espoir. Je me rapproche de Lucifer Girl sans vraiment m’en rendre compte, enfin si, je m’en rends compte une fois que je me trouve juste devant elle et que je me mets à la dévisager. Comment mettre les gens à l’aise en trois leçons avec Kyle Gordon. Leçon numéro une, vous rapprocher d’eux sans la moindre raison. Leçon numéro deux, les fixer étrangement. Leçon numéro trois, dire des choses qui n’ont aucun sens. Ça y est, vous êtes prêt à devenir boulet number one !

Il serait peut-être temps que je me reprenne en tous cas, parce qu’à continuer de délirer ainsi je sens que je vais la mettre plus mal à l’aise qu’elle ne l’est déjà, et ça ce serait pas cool. Allez Kyle, arrête-toi avant de vraiment partir trop loin. Et toi Lucifer Girl, oublie tout ce que je viens de dire, tu veux bien ? Je ne comprends pas trop pourquoi elle me demande d’oublier moi aussi, comme ci j’avais finalement dit quelque chose de sensé dans mes phrases insensées... Ouais, vraiment bizarre, mais le bizarre est son trait de caractère principal alors à force je ne suis plus trop étonné. Un silence s’en suit, instant durant lequel je finis par m’écarter d’elle, lui rendant son espace vital, éloignant mon regard d’elle. C’est alors qu’elle finit par me demander mon nom, étonnant qu’elle me pose une telle question, je n’aurais pas cru que cette information puisse l’intéresser, enfin je suis plutôt ravi de constater le contraire je dois dire.

- Kyle Gordon. Et je te retourne la question.

Je préfère préciser avec elle, parce que je ne suis pas sûr qu’elle se serait présenté d’elle-même si je ne lui avais pas posé la question en retour, alors maintenant c’est fait. Et maintenant que les présentations sont faites, je crois que j’ai surtout besoin d‘action, parce que sinon je vais vraiment virer dingue à rester dans cet état, surtout à ne rien faire, et ce serait bon pour personne, pas quand je suis aussi instable.

- Dis-moi Lucifer Girl, et si juste pour ce soir on mettait la bonne morale de côté ? Les meurtres d’innocents ne sont toujours pas autorisés, par contre je vais aller cambrioler une pharmacie. L’aventure te tente ?

Ouais, bizarre comme approche et premier rendez-vous. Enfin heureusement ce n’est pas un véritable rendez-vous, sinon on pourrait vraiment se poser des questions. Je ne peux plus vraiment me permettre de rester dans cet état, encore moins devant elle, alors tant pis pour le vol et la casse, je suis même prêt à passer par la case commissariat s’il le faut, mais là il faut que je me soigne, ou que je m’empoisonne un peu plus, allez savoir au final. Je sais juste que j’en ai besoin pour aller mieux, alors si une fille avec des pouvoirs badass accepte de m’aider, et bien disons que je ne serais pas contre.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:03


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Les sentiments sont-ils un reflet de notre âme ou de notre esprit ? Qui dirige ? Qui contrôle ? Qui les contrôlent ? Je ne sais pas, mais je sais qu’ils peuvent nous contrôler. Voilà pourquoi je suis mieux sans sentiment, aussi morte que le soit mon âme, j’arrive à avoir encore assez d’esprit pour savoir à qui m’attaquer, tout du moins la plupart du temps. Mais toi, chasseur ? Est-ce que tu as perdu l’esprit ou as-tu perdu le contrôle de tes sentiments ? Va savoir, allez savoir même. Est-ce intéressant ? Tellement de choses pourraient l’être mais peu le sont. Tes sentiments ne sont pas ma priorité, peut-être l’aurait-ce été avant que je ne devienne celle que je suis, avant que les alchimistes ne se mêlent à ma vie. Mais même avant, je ne vivais pas comme les autres humains. J’étais étrange. Ou peut-être était-ce eux ? Mais maintenant, je suis totalement hors de leur monde. Peut-être que toi aussi. Ou peut-être représentes-tu l’ensemble de l’humanité. Je ne sais pas. Je ne fréquente pas les humains. Je ne fréquente même pas mes propres semblables, pour dire.

Il répond. Par une question et une affirmation. Plusieurs affirmations même. Tout est étrange dans ce monde, car tout est faux, chasseur. On ne peut compter sur rien, pas même sur nous. Rien n’est réel. Cela me fait penser à ce film, que j’avais vu il y a longtemps. Celui où tous les esprits étaient connectés et en réalité, rien n’était vrai. Tout était force de volonté. Prendras-tu la pilule rouge ou la pilule bleue, chasseur ? Vérité ou oubli ? Parfois, il n’y a pas de bonne solution. Parfois, il faut juste se détourner et trouver sa vérité…

« Tes lucioles ne sont pas ce qu’il y a de plus étranges. »

Pourquoi s’approcher ? Notre ancienne distance me convenait parfaitement. Fais attention à tes gestes car je ne contrôle pas ceux de mon protecteur et je ne maintiens que difficilement le contrôle de moi-même. Parfois, j’agis avant qu’il n’agisse. D’autres fois, il réagit avant que je ne comprenne. Nous nous complétons mais nous sommes d’accord sur un fait, seul Henry a pu me toucher sans qu’il ne tranche dans la chair. Tu as eu de la chance la dernière fois, je ne sais toujours pas pourquoi d’ailleurs, mais tu n’auras pas toujours cette chance. Il parle. De mon protecteur. Et cette fois, je ne peux pas contrôler mes sentiments, ma peur, de survenir. Que ferait-il de cette information ? Est-ce dangereux pour mon protecteur ? L’oubli, tous les deux, prenons cette pilule bleue… Mais avant d’oublier, il y a une information  qui m’intrigue, mais pas de la façon dont tu le penses… Ton nom, chasseur ? Apparemment, Kyle. Etrange, je ne t’aurais pas appelé ainsi. Mais après tout, aucune tête ne correspond jamais à aucun visage. La racine de mon nom vient bien de l’enfer et pourtant, je ne suis pas certaine que tous comprendraient l’illusion en voyant mon visage. Peut être un jour, demanderais-je à mes parents le pourquoi de ce prénom…

« Ehlena. »

Je ne donne pas de nom de famille, je n’en ai plus vraiment depuis qu’on a détruit mon lien avec la réalité. Je n’ai besoin que d’un prénom pour ne pas me perdre dans la masse des visages, mais de rien d’autre…
Mon regard se porte sur la poubelle où se cache le corps, là où mon protecteur s’est réfugié. Je ne le comprends, à s’éloigner pour ensuite se rapprocher. Est-ce un signe de confiance ou de méfiance envers cet être : Kyle ? Je n’aime pas être dans l’inconnu, je préfère l’inconstance si je devais choisir. J’entends Kyle parler et je me tourne vers lui. Le chasseur aurait donc changé de proie ? Qu’y a-t-il d’intéressant dans ce genre de lieu ?

« Ce sont les alchimistes qui ont les meilleurs drogues. »

Ma voix est lointaine pendant que je me parle à moi-même. Les alchimistes et leurs fichus sérums de vérité, leurs acides et leurs douleurs. Presque distraitement, ma main passe sur les reliefs de quelques uns de mes cicatrices. Choix, choisir, prendre ou donner. Que faire, que faire. Rien. Ou tout. Selon le point de vue. Devrais-je le suivre ? La dernière fois, il m’a mené vers une nouvelle piste mais je n’y crois plus. Pharmacie, préparation, peut-être quelques êtres passeront par là. En tout cas, chasseur, tu ferais mieux de prier pour que les hommes ne s’approchent pas trop, ou le sang coulera, peu importe tes souhaits.

« Je n’ai jamais cambriolé une pharmacie. Allons-y, Kyle. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:04



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Pourquoi faut-il toujours que nos rencontres soient si étranges ? En même temps, je crois que c’est aussi ce qui me plaît avec elle, qu’elle accepte mon côté un peu à part et que je découvre le sien. Faut croire que les êtres bizarres n’attirent que d’autres êtres bizarres, en soit ça me va très bien, d’autant que je suis tombée sur une fille plutôt jolie, même sacrément belle en fait. Heureusement qu’elle ne lit pas dans les esprits, je crois que sinon elle aurait pris la fuite depuis un moment. Déjà que parler de lucioles n’aide pas vraiment à paraître normal, mais apparemment elle a déjà assisté à plus étrange que ça. Est-ce que je devrais en être rassuré ou m’inquiéter ? A vrai dire je ne sais jamais avec elle.

Je m’approche. Pourquoi ? J’en ai aucune idée, faut croire qu’il y a une certaine attractivité autour d’elle, un truc qui me pousse à aller vers elle, mais je finis quand même par m’arrêter, remarquant cette gêne. Du coup je reculerais bien pour qu’elle soit plus à l’aise, mais ça risque de faire bizarre, de m’avancer puis de reculer, d’autant que je suis pas un danseur. Vous trouvez ma comparaison bizarre ? Moi aussi en fait. Enfin bref, au bout de la deuxième rencontre on finit tout de même par se présenter et je dois dire que je suis assez étonné que ce soit elle qui m’ait demandé mon nom. Je devrais me sentir fier en fait, qu’elle s’intéresse un peu à moi, à mon avis c’est pas le genre de question qu’elle doit poser à n’importe qui. Oui, je vous avais bien dit qu’elle est bizarre.

Ehlena, c’est donc ainsi qu’elle s’appelle. Assez original, sa manière de prononcer son prénom, ça le rend unique d’une certaine manière. Peut-être que je devrais prendre peur, que le début de son prénom résonne avec l’enfer, mais en fait... Bah ça prouve bien que je ne m’étais pas trompé à son sujet ! Lucifer Girl, j’aurais pas pu trouver mieux comme surnom. Bref je finis par lui proposer d’aller cambrioler une pharmacie, je sais, c’est mal de demander à une fille une chose pareille, mais bon elle a déjà tué, alors j’imagine que voler ne devrait pas la déranger plus que ça, je me trompe ?

- Drogue ? Je cherche pas de la drogue, il me faut un médoc et j’ai plus de prescription.

Bon d’accord, c’est aussi de la drogue, d’une certaine façon, mais hé, ce sont les médecins qui me les ont filé, moi je m’en serais bien passé ! Sauf que maintenant je ne peux plus m’en passer justement, au risque de voir des lucioles pour le restant de mes jours, et même des tas d’autres trucs, donc ouais, vaut mieux que je me drogue. J’aimerais bien malgré tout qu’elle ne me voit pas comme un pauvre camé qui dépend de cachetons. Pas que l’opinion des autres m’intéresse, mais le sien oui. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire face à sa dernière phrase.

- Chouette, devenons de grands criminels !

C’est une blague, qui finalement n’est pas drôle quand je l’entends et d’ailleurs je me demande même si elle va comprendre l’ironie étant donné sa façon étrange de penser. Bref, ne nous attardons pas là-dessus. Sans vraiment réfléchir à mes actes j'attrape sa main dans la mienne et l’entraîne avec moi dans les rues, cherchant une pharmacie située dans un quartier désert histoire de ne pas nous faire repérer. Je finis par la libérer lorsque j’ai repéré la bonne cible.

- Bon, voilà le plan. Je vais essayer d’ouvrir la porte proprement, histoire de ne pas causer trop de dégâts, ce qui serait bien c’est que tu détournes les caméras avec tes pouvoirs, ou les débranche, enfin faudrait qu’elles soient HS. Ensuite on recherche les médocs, une boite devrait suffire, non deux en fait, ou trois. Bref essayons juste de ne pas trop foutre le bordel dans la boutique.

Tu parles d’un criminel hein ? Que voulez-vous, même quand je m’apprête à faire de mauvaises choses je pense à ceux qui devront nettoyer derrière moi. Pas de ma faute, je punis le mal mais je ne suis pas du genre à faire de mauvaises choses. Je suppose que tu dois me trouver un peu ridicule, mais bon je crois que je ne suis plus à ça près en fait. Je finis par lui indiquer les médicaments qu’il me faut, espérant qu’elle ne sache pas à quel genre de personnes est-ce qu’on les donne. Je suppose qu’il est temps d’y aller maintenant.

- Prête ?


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:05


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Je m’en étais déjà fait la remarque mais cet homme est étrange. Je veux dire, vraiment étrange, presque plus que moi. Il était décalé et surtout, il cherchait à me parler. Je ne comprenais pas ces hommes, ma conversation n’avait jamais intéressé personne d’autre qu’Henry et encore, les silences ponctuaient la plus grande part de notre relation. Je ne suis pas le genre d’être à chercher à combler le silence. Avant, rien n’était silencieux, il y avait toujours les voix, qui m’encourageaient, qui me guidaient, celles qui m’avaient menés à mon premier massacre… Mais elles ont disparus. Malgré tout, je ne parle pas plus. Au contraire. Mais je n’ai pas besoin de parler. Alors pourquoi parles-tu ? Quel est l’intérêt de partager des mots pour illustrer tes idées ? Non, je ne te comprends pas, mais je ne comprends pas l’humanité. Que tu cherches à te justifier ne m’intéresse pas, je ne fais que des remarques. Prends les comme tu le souhaites mais je ne te répondrais pas. Ta réaction face à tes médicaments, alors que je pensais juste à mon passé… J’étais décidément mieux quand je ne remarquais rien. D’ailleurs, où se trouve mon protecteur ? Pas trop loin. Pas trop proche. Trop éloigné, trop rapproché. Trop, pas assez. Des mots qui ne veulent rien dire, encore.

Je finis par croiser de nouveau le regard de Kyle, lui annonçant que je participerais à son expédition. Qui sait vers quoi cela me mènera après tout… Il prend de nouveau la parole mais je ne lui réponds pas, je ne l’entends pas. Que fais-tu, protecteur ? Qu’est-ce qui t’intrigue soudainement ? On dirait qu’il s’est figé… Ou qu’il disparaît. Est-ce qu’il vient de partir sans moi ? Cela ne lui arrive pas, habituellement. Je sens soudainement une brûlure contre ma main et quand je baisse les yeux, j’en comprends la logique. Un contact. Une étreinte. Le feu. Ce feu destructeur. Je n’aime pas les contacts, je ne veux pas de contacts. Je ne veux pas de peau contre la mienne, pas quand la seule qui compte a déjà commencé à se décomposer dans un sous-sol froid… Et ta peau est trop chaude, trop humaine, surtout comparé à la mienne. Je sais, dans un coin de ma tête, que c’est le manque de sang qui me rend aussi froide mais je n’aime pas ça. Je ne me rends même pas compte que je marche jusqu’à ce que ne soyons arrêté dans un nouveau lieu et qu’il me lâche. Il prend la parole mais je ne l’écoute qu’à moitié.
Henry, Jessy, puis Kyle. Voilà à quoi se résument mes contacts humains, et en même temps, ce sont les seuls noms que je retiens. Y-a-t-il de l’intérêt dans cette information ? Je ne pense. Je ne sais pas. Je ne désire pas savoir. Savoir est pouvoir. Mais pouvoir est destruction. Il y en a déjà bien assez. Un nom, de médicaments. C’est ce qui me remet sur la piste. Oh. Oui. L’infirmerie. Ah non, la pharmacie. Les préparations, les herbes, les plantes, les médicaments. Humains. Alchimistes. On ne sait pas qui on croisera. Mais toi, tu veux un médicament. Je relève les yeux vers lui, croisant son regard sombre. Prête ? Prête à quoi ? Oh, à rentrer à l’intérieur. Pour le médicament.

« Oui. »

Est-ce que tes yeux sont sombres par les secrets qu’ils cachent ou pour dissimuler ton âme ? Les miens sont tellement clairs qu’on y voit le vide qui les entoure, qui m’entoure. Et toi ? Peut-être cela, le feu que j’ai ressenti à ton contact. Ce n’est pas ta chaleur, c’est ton âme… Ou peut-être pas. Je me perds. Et je vois derrière toi que réapparaît mon protecteur, ce qui me permet de reprendre le contact en la réalité. Et une question me revient… Ce contact. Pourquoi l’initier ? Pourquoi perdre du temps à toucher un autre être quand cela signifie blesser ? L’être humain est décidément trop étrange pour ma compréhension.
Je m’approche de lui, avant de tendre la main et de toucher, du bout des doigts, son nez. J’en ressens la brûlure, le mal aise, mais pas encore l’envie de fuir. Mais je ne comprends toujours pas, pourquoi vouloir s’infliger cet inconfort ? Pourquoi en avoir envie ? Je laisse retomber ma main et me recule de nouveau, tout en prenant la parole, avec une voix peut-être un peu moins dénué de sentiment qu’habituellement. Chercher à comprendre ne me réussit décidément pas.

« Je ne comprends décidément pas… »

Je pointe ensuite la pharmacie du menton, avant de continuer, reprenant le contrôle de mon esprit et enlevant immédiatement cette pointe d’émotion en moi, totalement inutile…

« Allons-y. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sombre chemin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sombre chemin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» La Garde Sombre
» Probleme avec ma Sega Naomi : affichage trop sombre en 15khz
» La sombre histoire des soeur alabham.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Les archives :: Archives-
Sauter vers: