Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Convaincs-moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Convaincs-moi   Mar 16 Mai - 21:36


Convaincs-moi
Peter & Kahlan

Je pensais retrouver Daniel ce soir, peut-être passer une partie de la soirée avec lui, rattraper un peu le temps perdu. C’est étrange, mais j’ai toujours cette sensation de faire face à un inconnu. En même temps ne sommes-nous pas étranger l’un pour l’autre après toutes ces années de séparation ? Nous ne nous sommes connu qu’enfants, aujourd’hui nous avons tous deux plus d’un siècle. J’essaie quand même de passer du temps avec lui, par envie, quand j’y pense aussi, parce que je suis assez tête en l’air, à laisser mes pensées vagabonder d’un sujet à un autre si facilement. J’ai eu un débat très intéressant avec un mendiant à propos du bonheur, ses arguments étaient plus fondés que les miens étant donné que je ne comprends pas vraiment ce sujet. On a ensuite débattu de la vie et de la mort et c’est finalement moi qui ai eu le dernier mot dessus. Un point dans tous les camps, peut-être que je reviendrais discuter avec lui, s’il ne meurt pas de froid entre temps.

Tout ça m’a détourné de ma route pour aller rendre visite à mon frère. C’est généralement moi qui vais le voir, étant donné que j’habite dans la forêt c’est un peu plus difficile de me trouver. Où loge-t-il déjà ? Le quartier nord je crois. Je vous l’ai dit, je suis tête en l’air et je ne retiens pas forcément ce qui me semble secondaire. De toute façon il n’est pas chez lui ce soir, ou alors j’ai sonné à la mauvaise porte. Allez savoir. Je m’éloigne, me baladant dans le quartier centre, attirée par toutes ces belles lumières qui décorent la ville. J’aime quand l’humain apporte une touche artistique à son environnement et toutes ces lumières de couleurs me rendent gai. Je ne m’attendais pas néanmoins à ce qu’on m’interpelle de la sorte.

- Oh mon dieu, vous êtes exactement le modèle qu’il me faut...

Je regarde cette jeune femme étrangement. De quoi parle-t-elle ? Les humains peuvent être étranges parfois. Je ne comprends pas vraiment ce qui lui passe par la tête pour estimer avoir le droit de me toucher et me traîner vers une quelconque boutique. Je regarde l’endroit en question, mes yeux se posant automatiquement sur une paire de ciseaux.

- Avec votre chevelure et un le maquillage que j'ai en tête mes photos seraient parfaites ! Je sais que vous avez sûrement mieux à faire mais je promets de vous payer !

- Rien n’est parfait, surtout pas l’homme, encore moins les montres.


Elle me regarde étrangement mais sourit avant de me faire m’asseoir sur une chaise. Que fait-elle au juste ? Je la vois ramener tous ses pinceaux et des couleurs fascinantes. J’attrape une palette de fard à paupières, je n’ai jamais utilisé ce genre de choses, c’est d’ailleurs la première fois que j’en tiens une dans les mains. On pourrait dessiner un joli tableau avec toutes ces couleurs. La femme commence alors à glisser le pinceau sur ma peau. Je recule sur ma chaise, agrippant fermement son bras dans ma main.

- Que faites-vous ?

- Faites-moi confiance, je suis sûre que vous adorerez le résultat.


Je soulève un sourcil. Quel résultat ? J’ai envie de savoir, alors je relâche sa main et attends de voir ce qu’elle va faire. Je comprends finalement que mon visage est sa toile et je finis par me laisser prendre au jeu. Pourquoi pas après tout ? Ça peut être amusant, de ressembler à un tableau, nous verrons si elle est aussi douée qu’elle le prétend. Un certain temps plus tard elle termine son travail et se contente d’attacher un nœud rouge à mes cheveux pour finaliser le tout.

- Et voilà ! On va pouvoir prendre des photos maintenant !

Je me regarde dans le miroir et je n’aime pas ce que je vois. Je n’ai jamais apprécié mon reflet, je le déteste encore plus avec tous ces artifices. Elle a l’air pourtant ravie du résultat, sans doute que tout individu normal aurait même adoré, mais pas moi. Elle me tire vers l’arrière salle où se trouve un fond blanc, sauf que je commence par être lassée par son jeu que je ne comprends toujours pas. Elle me place, telle une marionnette au beau milieu de la pièce avant de se diriger vers son appareil.

- Faites-moi un beau sourire.

Je ne souris pas. Je ne souris jamais. Elle prend quand même la photo et un flash m’aveugle quelques secondes, me faisant croire à une stratégie d’agression, me faisant perdre le contrôle. Je quitte ma place pour arriver dans son dos en moins d’une seconde et je mords dans son cou sans chercher à être douce. Elle hurle et je doute que la pièce soit insonorisée mais tant pis. Je finis par la relâcher et donner un coup à l’arrière de sa tête pour l’assommer, retrouvant ainsi le silence alors que j’essaie de me calmer. Je ne crois pas avoir envie de tuer cette fille, elle ne m'a pas l'air mauvaise, sans doute ne mérite-t-elle pas la mort, mais je suis en colère à cause d’elle.

Je me retourne en entendant un bruit, finalement son cri aura bel et bien attiré quelqu’un. A moins que ce ne soit l’odeur du sang, étant donné qu’il s’agit d’un strigoï. Un homme que je n’ai pas oublié. Un homme qui m’a perturbé dès notre première rencontre, ce qui concrètement n’arrive jamais. Je sais qu’il est contre la mort d’innocents, qu’il est contre la cruauté. Il sait aussi que je ne suis pas ce genre de strigoï là. Je le regarde droit dans les yeux et le sang sur mes lèvres ne plaidera probablement pas ma cause, mais ce n’est pas moi qui ai commencé.

- Je ne suis pas un tableau, je déteste sa peinture. Elle n’est pas morte, mais peut-être que je ne devrais pas l’épargner alors qu’elle m’a attaqué avec ses lumières. Qu’en penses-tu, Vengeur ?

J’aime connaître ton avis, tu sais toujours apporter des arguments déstabilisants. Vas-tu me convaincre que cette femme est innocente ? Est-ce qu’à tes yeux elle mérite d’avoir la vie sauve ? La dernière fois tu es arrivé trop tard pour te permettre de sauver une vie, aujourd’hui tu as cette possibilité.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 17
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Mer 2 Aoû - 22:12


Convaincs-moi
Kahlan & Peter

Je n’arrive plus à savoir quel camp est le bon. Est-ce que les informations qu’on m’offre ne servent donc qu’à se jouer de moi ou est-ce la vérité ? Parce que si c’est la vérité, alors je me trouve dans le mauvais camp depuis le début. Je ne sais plus, que doit-on faire quand on doute du bien fondait de ses actions ? Je suppose que c’est le moment où on demande des vacances, malheureusement, le genre de contrat que j’ai signé ne me permet pas ce genre de largesse. Au final, si je veux des réponses, ne devrais-je pas chercher auprès de ceux qui les détiennent ? A moi de trouver un être appartenant à l’unité, qu’il soit humain ou strigoï, pour me permettre de découvrir quel chemin est le bon…

Je sors du motel dans lequel je séjourne, d’ailleurs, il va falloir que j’envoie l’adresse à l’unité, je ne l’ai toujours pas fait depuis que j’ai changé d’adresse… Enfin. J’avance dans les rues de Missoula, passant au travers des quartiers sans jamais croiser les personnes que je recherche. Etonnement comme on tombe toujours au mauvais moment sur les mauvaises personnes, et comme, dès qu’on recherche ses personnes, elles disparaissent de notre vue. A croire que les gens ont un sixième sens. Et celui-ci ne m’arrange pas le moins du monde.

Je m’apprête à partir dans une autre direction quand une profonde inspiration me fait changer d’avis. A l’odeur du sang se mélange une autre odeur que je connais mais que je n’arrive pas à identifier. Ainsi, c’est quelqu’un avec qui j’ai déjà discuté, mais pas assez longtemps pour pouvoir enregistrer son odeur. Je commence à me faire à ses sens de strigoï. Je vérifie que personne ne me regarde avant de me hâter dans la direction d’où vient le sang et je tombe sur un spectacle qui a un air de déjà vu. La jeune femme philosophe qui se trouve au-dessus d’un corps. Sauf que j’entends le cœur de sa victime battre, ce qui change légèrement la donne, tout comme le maquillage étalé sur sa figure.

C’est quand elle prend la parole que je sors de ma contemplation et que je lui rends son regard. Je remarque dans son discours qu’elle n’aime apparemment pas le maquillage et visiblement… Il y a une grande différence de culture entre toi et le reste du monde. Je pensais déjà que tu avais un côté étrange, exotique, à notre rencontre mais il se confirme encore un peu plus aujourd’hui. Je n’ai jamais fait de travail en tant que mannequin et pourtant, je connais ses appareils. Alors d’où sors-tu pour être aussi surprise, ma chère ?

« Ce sont des flashs afin de prendre le meilleur profil d’une personne en photographie, ma chère. Et au vu de l’appareil sur le sol, son intention n’était pas d’attaquer mais plutôt d’immortaliser une belle jeune femme. Je pense que peu importe combien tu as haï ce moment et tu souhaites te venger… Tu l’as déjà fait en lui faisant une sacré frayeur. »


Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on se fait sucer le sang… J’observe la jeune femme, bien que plus âgée que moi, qui n’est apparemment pas convaincue si la moue sur son visage est une indication. Je ne peux pas empêcher un léger sourire de venir sur mes lèvres. A l’observer, on dirait une de ses jeunes filles qui prend le maquillage de sa mère, oh je ne dis rien, il a été superbement appliqué mais il ne correspond pas du tout au caractère de la strigoï. Et ça la rend un peu plus infantile, un peu plus mignonne également. Bien que ce dernier terme ne soit pas assez flatteur à mon goût. Je m’approche encore de deux pas, restant à distance d’un pas d’elle et je tends ma main, paume vers le haut. C’est à elle de choisir ce qu’elle fera. Je n’avais pas prévu que ma fin de soirée se termine ainsi, mais je n’ai rien contre une nuit en plaisante compagnie. Alors, me suivras-tu ?

« Viendras-tu avec moi ? »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Ven 4 Aoû - 14:21


Convaincs-moi
Peter & Kahlan

Je n’ai jamais rien eu contre de nouvelles expériences, je pense que dans la vie il faut tester de tout pour savoir ce que l’on aime ou pas. Aujourd’hui je sais de source sûre que je n’aime pas ce qu’il se passe, autant observer cette femme appliquer délicatement ses couleurs sur ma peau était assez fascinant, autant voir le résultat final ne me plaît guère, tout comme ce qu’il se passe ensuite. La mode n’est pas un milieu dans lequel j’ai évolué dans mon siècle de vie, aussi je n’y connais rien et je n’ai pas vraiment envie d’en savoir plus. Lorsque cette femme tente de m’aveugler avec ses lumières, mon corps réagit instantanément, passant à l’attaque, buvant son sang avant de l’assommer. Le noir est revenu, le silence également et je me sens mieux, moins en danger. Maintenant il ne me reste plus qu’à réfléchir à ce que je vais faire de cette femme.

Peut-être pourras-tu m’aider, vengeur ? Tu tombes au bon moment contrairement à la dernière fois, c’est pour toi l’occasion de me convaincre de ne pas tuer, mais si tu t’y prends mal cette femme ne connaîtra pas de lendemain. Alors, quels sont tes arguments ? Pourquoi devrais-je épargner cette femme alors qu’elle m’a attaqué ? Il me parle de flashs et de photographie, puis mon regard se pose sur l’appareil sur le sol qu’il indique. Tu dois te dire que je manque cruellement d’éducation, mais ma mère ne m’a pas appris grand-chose de la vie, ni la secte que j’ai connu et encore moins les animaux. Mon regard est toujours fixé sur cet appareil, c’est gros, c’est laid, je ne comprends pas comment un objet de plastique peut immortaliser la beauté.

- Ce que tu dis me paraît bien étrange, improbable, mais je veux bien te croire.

Quant au fait que j’ai obtenu vengeance en lui faisant peur, je ne sais pas si c’est réellement à la hauteur, mais peut-être que tu as raison, peut-être que cette femme n’est pas une ennemie. Je pose maintenant mon regard sur elle, endormie sur le sol, blessée, le sang sur son corps reflète l’œuvre de ma sauvagerie. Si ce que tu dis est vrai alors j’ai gâché la vie d’une honnête femme sans raison valable et je dois expier mes pêchés pour ça. Je le ferais plus tard, quand tu arrêteras de me dévisager. Je le vois s’approcher et je ne cherche pas à reculer, maintenant c’est vers toi que je porte toute mon attention. Tes traits n’ont pas changé vengeur, tu sembles toujours autant tiraillé qu’à notre première rencontre. Je le vois me tendre sa main et me demander de le suivre. Où désires-tu m’emmener au juste ? Tu ne sembles toujours pas me vouloir du mal, je me demande à quel moment est-ce que tu changeras d’avis, peut-être lorsque tu me verras perdre le contrôle et commettre un massacre.

- Ta requête est bien mystérieuse Vengeur, tu ne me dis pas où ni pour quoi faire. J’accepte néanmoins de te suivre, ne me le fais pas regretter.

Car depuis notre première rencontre tu ne m’as pas l’air d’être un ennemi, tu es même sans doute le plus à même à pouvoir devenir un bon allié dans le futur. Mon regard toujours plongé dans le sien, je pose ma main dans la sienne, acceptant de le laisser me guider, j’accepte donc par la même occasion de ne pas tuer cette femme. Une fois encore tu as su trouver de bons arguments pour me convaincre, je t’avais bien dit, à notre première rencontre, que tu étais un protecteur. Vers où comptes-tu m’emmener à présent ? Est-ce la pièce d’à côté ? Est-ce un lieu en particulier ? Est-ce loin de cet endroit ? Pour la première fois de ma vie j’accepte de faire confiance et de suivre un inconnu, voyons voir si ce choix se retournera contre moi. Laisse-moi continuer de croire que tu es différent des autres, un homme meilleur que les autres strigoïs, meilleur que les humains, meilleur que moi.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 17
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Dim 6 Aoû - 22:09


Convaincs-moi
Kahlan & Peter

Les soirées à Missoula sont toutes étranges et j’ai appris qu’on ne peut jamais prédire à l’avance comment elles se termineront. Je ne suis pas sorti spécialement pour tuer, ma liste n’a pas été renouvelé depuis la disparition de Nathaniel, ainsi il ne reste plus que des noms bien trop difficile d’accès pour que je les atteigne sans un plan préalablement établi de A à Z. En réalité, je suis bien plus sorti pour ne pas me torturer l’esprit au fond de ma chambre de motel. Et également pour aller chercher des poches de sang auprès d’un des contacts de l’armée. J’en aurais besoin pour terminer ma semaine. Mais au final, je me retrouve à ne rien faire de ce que j’aurais pensé au départ. Au contraire, je me retrouve devant cette strigoï si étrange et une de ses proies. Un de celle qui vit encore et qui pourra, je l’espère, continuer à vivre. En tout cas, la strigoï a l’air de vouloir me laisser une chance et je ne compte pas la gâcher. Je lui parle ainsi, découvrant la vérité. Je ne pense pas qu’enjoliver les choses soient une façon de faire avec elle. Alors je lui livre la vérité nue, espérant que cela suffise. Et ses paroles me détendent, me prouvant que j’ai eu raison de faire confiance à mon instinct et… d’en parti lui faire confiance.

Maintenant, il est temps de bouger, avant que cette humaine ne reprenne conscience et que nous ne soyons obligés de nous retrouver dans une situation bien délicate. Je m’avance vers la strigoï et cette fois, c’est sa confiance que je recherche. Et pas dans un but meurtrier comme cela aurait pu être le cas dans une de mes missions. Cette fois… Je suis moi, dirons-nous. Et si elle me refuse, je ne compte pas le prendre mal, au contraire. Disons juste que nous définissons ainsi nos limites. Sa prise de parole me fait sourire, surtout quand je me retrouve avec sa main délicate dans la mienne, bien plus grande. Je parie, étrangement, que tu ne dois pas avoir l’habitude de ce genre de contacts, me tromperais-je ?

« Eh bien, vu que je ne compte pas trahir ta confiance, nous devrions passer une plus agréable soirée. »


Je la tire doucement à ma suite, faisant une halte pour faire boire un peu de mon sang à l’humaine, m’assurant ainsi qu’elle s’en sorte en vie. Ensuite, je l’entraîne avec moi dans la pièce d’à côté, qui semble être son atelier. Et je vois à côté du miroir ce que je recherche. Je suis un homme ne touchant pas à ce genre de fioriture, certes, mais comme beaucoup d’autres, j’ai eu une mère que j’observais avec des yeux ébahis se démaquiller le soir devant son grand miroir. Alors je nous arrête devant le miroir, relâchant sa main pour verser du lait démaquillant sur du coton avant de me tourner vers la strigoï avec un léger sourire rassurant.

« Fermes les yeux, sinon cela risque de piquer. »


J’attends qu’elle obtempère, tenant son menton d’une main légère, avant de commencer à la démaquiller. Il me faut renouveler l’opération trois fois avant de ne plus voir de touches de couleurs partir avec le coton. Et je retrouve enfin les traits habituels de la strigoï, bien plus sauvage, bien plus naturel.

« Voilà, tu es bien mieux comme cela. »


Je relâche finalement son menton, croisant son regard de manière pensive. Je n’aurais jamais pensé pouvoir parler, ou même m’approcher, un jour d’un strigoï dans un autre but final que de le tuer. Mais avec cette jeune femme, qui ne doit pas être si jeune que cela d’ailleurs, je n’arrive pas à savoir quel est mon but final. En tout cas, malgré ce que j’ai vu en arrivant, le désir de la tuer n’est toujours pas présent… Il faut dire que mes doutes n’arrangent rien. Je n’arrive plus à savoir si ce que je fais est juste ou non. Si je fais ce qu’il se doit ou si je me fais manipuler. Je suis en plein doute et je n’arrive pas à les faire taire. Peut-être qu’elle le pourra ?

« Dis-moi, quand tu doutes, comment sais-tu quel chemin emprunter ? Comment sais-tu quel est le meilleur chemin ?... »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Mer 9 Aoû - 16:58


Convaincs-moi
Peter & Kahlan

Ce strigoï est étonnamment étrange, mais dans le bon sens du terme, il n’est pas comme les autres de mon espèce, loin de là, loin de ressembler à Daniel ou aux autres. Daniel… Chaque fois que je songe à mon frère c’est avec une pointe de tristesse. Je me demande si un jour il s’en sortira, mais je n’en suis pas sûre, peut-être même que ce sera mon rôle de le délivrer en lui arrachant la vie, parce qu’il continuera de souffrir dans ce monde, mais je ne préfère pas penser à une telle destinée. Alors je me concentre plutôt sur l’homme en face de moi, lui aussi tiraillé, mais je sais que lui s’en sortira parce qu’il prend les bonnes décisions, même s’il n’en a pas conscience. Tu devrais savoir une chose strigoï, se sont toujours les bonnes personnes qui doutent d’elles, les autres agissent en pensant avoir raison, voilà ce qui les différencie.

J’avance à ses côtés, acceptant de lui faire confiance, voulant voir si j’ai raison ou tort. Mais il s’arrête bien vite et je me rends compte que c’est pour offrir son sang à l’humaine que j’ai blessé, pour qu’ainsi elle puisse s’en sortir. Tu vois strigoï, une telle idée ne m’aurait jamais traversé l’esprit, c’est aussi ce qui fait la différence entre toi et moi. On s’éloigne de l’humaine et je ressens de plus en plus ce besoin de me racheter, de faire couler mon sang, de ressentir cette douce sensation de brûlure sur ma peau. Mais je ne peux pas, pas encore, pas devant cet homme. Il va falloir que je trouve une solution pourtant, car plus j’attendrais et plus mon aspect sauvage prendra le dessus.

Je continue de me laisser guider par ses gestes, je m’arrête quand il s’arrête, je ferme les yeux quand il me le demande et je le laisse passer cette substance sur ma peau, me doutant qu’il retire tout ce que je n’aime pas. Lorsqu’il me dit que je suis bien mieux maintenant, je le prends comme un signal pour rouvrir les yeux. Alors je les ouvre pour me regarder à travers le miroir à côté de nous et je retrouve mon reflet, la femme que je suis, mais je n’aime toujours pas ce que je vois. Non, je n’aime pas la femme que je suis. Je retire le nœud rouge qu’il y a dans mes cheveux et détourne mon regard de ce miroir, préférant davantage porter mon attention sur ce strigoï.

Je n’ai toujours pas dit un mot depuis que nous avons quitté l’autre pièce, je ne suis pas du genre à parler pour ne rien dire et le regarder droit dans les yeux en silence ne me dérange pas le moins du monde. C’est lui qui finit par prendre la parole, par me poser des questions. En quoi est-ce que mon opinion est importante ? En général les hommes n’écoutant jamais ce que peuvent dire les femmes, ou alors c’est juste moi qui n’ai rencontré que des hommes comme ça. Quoi qu’il en soit je n’ai pas besoin de réfléchir à ta question avant de te répondre, mais je ne suis pas sûre que ma réponse t’aidera à y voir plus clair.

- On ne sait jamais quel chemin est le meilleur, on sait seulement que n’en prendre aucun ne fera pas avancer les choses. Alors on en choisit un, celui qui nous paraît le mieux mais pas forcément le plus beau, et si on se trompe, tant qu’on essaie de se racheter, alors notre cause n’est pas encore perdue.

Oui car vouloir se racheter prouve que ton âme n’est pas encore complètement souillée, qu’il y a toujours du bon quelque part en toi. C’est ce que j’ai appris durant ces quelques années à vivre dans une famille de fanatiques. J’ai aussi appris qu’on pouvait faire de mauvaises choses en connaissance de cause mais qu’on serait pardonné si on confesse et expie ses pêchés. Je pense à cette chaîne d’argent que j’ai dans l’une de mes poches et au bien que cela me ferait de l’enrouler autour de mon bras. Ce genre d’autoflagellation est quelque chose qui me correspond, qui me permet de me sentir mieux, mais tout le monde règle ses problèmes de manière différente. Une telle façon de faire ne te correspondrait pas, je ne pense pas que tu en aurais besoin de toute façon, toi qui ne fais pas le mal.

- Tant que tu as peur, tant que tu as des doutes ou des craintes, alors tu es encore sur la bonne voie, strigoï.

Il y a bien longtemps que mon frère ne ressent plus toutes ces choses, qu’il est devenu à mes yeux une cause perdue. Il y a bien longtemps que je le suis devenue aussi, mais toi tu peux encore être sauvé, tu peux encore t’en sortir.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 17
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Ven 11 Aoû - 17:04


Convaincs-moi
Kahlan & Peter

Je ne sais plus quoi penser. Je ne sais plus, parmi ce qu’on m’a enseigné, à quoi puis-je croire. Est-ce que je peux croire que tous les hommes que j’ai éliminés étaient des monstres ? Je pense que oui, je sais que oui, je l’ai vérifié à chaque fois. Mais est-ce que je peux croire que tous mes collègues ont eu la même prévenance ? Je ne pense pas, je ne crois pas. Pire encore, je sais maintenant que l’unité nous cache tellement de choses, tellement de secrets. C’est un vrai bourbier, un carnage où l’horreur se dispute au dégoût. Et malgré tout, je reste là, je ne prends pas de décision. La seule décision que j’ai prise jusque là, c’est de ne pas obéir aux ordres et de ne pas tuer Nathaniel, et regardons où cela nous a mené…

Après toutes ses constations, j’ai une question à te poser, chère strigoï. Est-ce que toi, tu sauras capable de m’éclairer, de me dire quel chemin est le bon. Car je n’arrive pas à choisir quel chemin prendre. Quel chemin sera celui qui sera, non pas le plus long, mais le plus juste. J’aurais aimé que tu es une réponse toute faite à me fournir, mais non, comme je l’avais deviné à notre première rencontre, tu n’as aucun plaisir à mentir ou enjoliver la réalité. Tu m’offres dans la main les cartes qui me permettent de choisir mon destin sans me pousser vers un chemin plutôt qu’un autre. Mais… j’aurais vraiment aimé une autre réponse. Car celle-ci me promet bien des périples pour bien peu de récompenses. Est-ce le chemin que tu prends jusqu’à présent ? Et dois-je comprendre, par tes paroles, que tu es croyante ? Car je dois t’avouer que j’ai du mal à penser qu’on puisse se racheter, une fois le gouffre crée… Mais j’espère que tu es celle qui a raison. Au moins sur ce point.

Je ne te réponds pas mais en même temps, je ne sais pas quoi te répondre. Tout comme je ne sais pas quoi choisir. Il me faudra du temps pour ses deux choses. Et je pense que tu le ressens, vu que tu continues à parler. Oh oui, ces trois choses là sont bien présentes dans ma vie, avec Nathaniel, avec l’unité, avec mes valeurs et mes choix, avec les morts… Tout aurait été tellement plus simple si j’étais resté humain… Mais encore une fois, je n’aurais jamais pu laisser Nathaniel entrer dans un sentier sombre et inconnu sans moi. Nous avons toujours pu compter sur l’autre pour couvrir nos arrières… J’aimerais juste que cette époque puisse revenir un jour.

« Est-ce ta philosophie à toi aussi ? Celle qui guide tes pas et t’ouvre le chemin ? »

Pour certains, tu serais une cible à éliminer mais de ce que j’ai vu jusqu’à maintenant… Tu n’es pas mauvaise. Tu fais des mauvais choix, surement, je n’ai qu’à penser à notre première rencontre. Mais je pense que tu es surement de celle qui s’en soit sortie de façon la plus pure, dans cette vie. Tu n’es pas aussi vile et mesquine que la plupart de nos congénères. J’aurais juste aimé que soit plus nombreux les gens à finir comme toi, plutôt que comme ceux que j’ai éliminé.

« Viens, sortons d’ici avant que la femme ne se réveille. »

Je dépose une main contre sa taille avant de nous faire sortir du studio puis de l’immeuble. Autant être un peu plus discret cette fois-ci et un peu plus… Standard. On se retrouve mêlé à la population, heureusement peu nombreuse. Je ne peux pas m’empêcher de jeter des petits coups d’œil à cette femme. Je ne comprends toujours pas pourquoi je me sens autant en confiance à ses côtés, alors que même Nathaniel arrive maintenant à hérisser mon instinct. Pourtant, on ne peut pas dire qu’elle dégage beaucoup de douceur, au contraire, j’ai l’impression qu’elle est plus proche de ses instincts que beaucoup d’autres… Et pourtant, on dirait qu’elle a su en tirer les bons côtés, si je puis dire. Elle n’est pas aussi sanguinaire que les autres. Ça me donne un peu d’espoir, qu’on ne soit pas tous obligé de passer par cette phase sanguinaire, que je ne sois pas obligé de finir comme Nathaniel, même si je m’en veux pour cette pensée bien égoïste.

« Est-ce que cela te dérange, si on marche quelques temps ensemble ? J’apprécie ta compagnie et je te promets de ne faire aucun geste inapproprié. »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Mer 16 Aoû - 20:19


Convaincs-moi
Peter & Kahlan

Vivre n’est pas si facile qu’on pourrait le croire, surtout quand on se retrouve dans une position comme la tienne, vengeur. Il y aura toujours des choix à prendre, parfois des bons, parfois des mauvais, et chaque choix nous mènera vers un autre chemin, jusqu’à ce que l’un d’entre eux nous renvoie tout droit en enfer. Enfin, pour ceux qui veulent bien croire à l’enfer. J’y ai cru il fut un temps, à une autre vie après la mort, au paradis et à l’enfer, on m’a poussé à y croire et puis du jour au lendemain cette pensée m’est devenue naturelle. Puis elle a fini par disparaître le jour où je suis devenue strigoï. Le voilà l’enfer, après tout n’est-ce pas une vie après la mort ? Condamné à errer sur Terre jusqu’à ce que plus fort nous tue, condamné à boire le sang d’innocents pour continuer de vivre, condamné à ne pouvoir sortir que la nuit, comme les monstres que l’on évoque dans les histoires que l’on raconte pour effrayer. Tous les strigoïs ont plongé en enfer mais aucun d’eux ne le remarque, pensant au contraire être au paradis puisqu’ils sont forts et immortels. Bien stupide.

Je me perds bien trop dans mes pensées ce soir, souvent quand je suis avec toi, tu m’amènes à réfléchir bien plus que les autres. Notre espèce n’est que provocation et action, tu es différent d’eux, plus calme, plus réfléchit. Peut-être est-ce pour cette raison que je me sens plus en confiance à tes côtés, que je laisse mon aspect sauvage un peu plus loin pour apprendre avec toi. Nous apprenons l’un de l’autre, mais je ne sais pas si ce que je te dis t’apporte réellement quelque chose. Je ne sais pas si tu es déçu de mes réponses ou si tu les acceptes juste telles quelles sont. Tu me demandes si ma philosophie ressemble à ce que je te dis, il fut un temps où c’était le cas, aujourd’hui moi-même je ne sais plus vraiment.

- J’essaie, mais il y a bien longtemps que mon âme est devenue noire, je ne suis pas sûre qu’il y ait encore quelque chose à récupérer.

J’ai peut-être épargné cette femme ce soir, mais j’ai tué bien des innocents avant elle. A une période j’ai même aimé avoir ce pouvoir, être capable de tuer qui bon me semblait, tu ne m’aurais probablement pas épargné si tu m’avais rencontré à cette période de ma vie. Alors oui, même si aujourd’hui j’épargne des vies, je continue encore de tuer et j’aurais toujours ces morts qui pèseront sur la balance. Entre mes bonnes et mes mauvaises actions, la balance pèsera bien plus d’un côté et je vous laisse deviner lequel. S’il y a un autre enfer que celui de devenir strigoï, c’est là-bas que j’atterrirai.

Le strigoï me propose de sortir avant que l’humaine ne se réveille. Je le laisse m’entraîner dehors et nous nous retrouvons à errer dans les rues de Missoula, l’un près de l’autre, deux âmes perdues au milieu de tant d’autres. Qu’attends-tu de cette soirée au juste ? J’ai du mal à saisir ce que tu espères à travers nos rencontres, tu es décidément intrigant à vouloir me fréquenter ainsi alors que nous sommes si différents. Je veux bien accéder à ta requête strigoï, après tout même si je ne me l’avouerai pas, j’apprécie aussi ta compagnie, elle me calme, d’une certaine façon, elle m’aide aussi à résister à l’envie de me brûler la peau avec de l’argent.

- Je te fais confiance strigoï. J’ignore pourquoi mais je te crois.

Et pourtant je suis connue par ne faire confiance en personne, je ne crois pas en la parole de mon propre frère pour vous dire, mais lui m’inspire de bonnes ondes, je sais qu’il ne fera rien contre moi, tout comme il doit savoir qu’il le regrettera amèrement s’il essaie. Nous continuons de marcher sans destination particulière en tête, simplement l’un à côté de l’autre, ça semble nous suffire à tous les deux. Sauf que c’est à mon tour de poser une question à présent.

- J’aimerais que tu répondes à une question pour moi. Je sais que tu tues, je sais aussi que tu ne choisis pas tes cibles au hasard. Comment fais-tu pour décider qui doit vivre ou mourir ?

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 17
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Sam 2 Sep - 12:09


Convaincs-moi
Kahlan & Peter

Parfois, il m’arrive de faire des choix difficiles, mais je m’assure toujours de ne pas avoir à les regretter, de faire ces choix en mesurant absolument toutes les conséquences. Nathaniel, quand il était encore saint d’esprit, aimait se moquer de ce côté de ma personnalité, mais c’était quelque chose de profondément ancré en moi. On ne pouvait pas être un soldat, tuer des hommes par dizaines, et ne pas avoir une certaine ligne de conduite. Sinon, nous franchissons la limite qui nous sépare des monstres ou des insensibles. Et je ne souhaite pas être de ces hommes là. Les conseils que tu me donnes, je les écoute, et je suis certain qu’ils me seront utiles un jour. Mais pour cette fois, je ne pense pas pouvoir les comprendre pleinement et les appliquer. Je te retourne ton conseil et ta réponse me surprend, un peu. J’avais repéré cette flamme d’auto flagellation en toi, je suppose, comme dirait mon frère, nous nous reconnaissons entre nous. Malgré tout, je ne peux pas être d’accord avec la vision que tu as de toi-même. Oui, je t’ai vu dans des circonstances qui ne te mettaient pas forcément en valeur, mais… Ce que j’ai compris de toi, depuis cette première fois, ça ne correspond pas à l’image que tu as de toi.

« Je ne suis pas certain d’être d’accord avec toi. Je ne crois pas que ton âme soit noire, encore moins que tu sois irrécupérable. »

Après tout, si c’était le cas, ça ferait longtemps que mon instinct m’en aurait prévenu, longtemps également que j’aurais tenté de t’attaquer. Tu es la première strigoï avec qui je tiens une réelle conversation. La première que je vois maîtriser ses instincts de destruction pour tenter de devenir une personne telle que tu le souhaites être. A mes yeux, tu es bien plus un message d’espoir qu’une âme noire. Je ne doute pas que tu possèdes également tes zones d’ombres mais j’ai découvert que peu nombreuses sont les personnes innocentes dans cette vie… Peut-être même que la femme que tu as attaqué ne l’est pas totalement, mais en tout cas, je pense qu’elle a eu suffisamment peur sans devoir nous revoir à son réveil alors je finis par te proposer de sortir.

Je ne saisis pas exactement tout ce que je ressens à tes côtés, mais étrangement, il y a une grande part de confiance. Je ne dirais pas que j’irais jusqu’à te tourner le dos sans me méfier… Mais je veux t’accorder le bénéfice du doute. Ta présence a un côté apaisant. Certaine fois, tu m’obliges à réfléchir, à aller au bout des mes réflexions pour te répondre. C’est parfois intrusif, parfois mauvais, mais… libérateur également. D’une certaine façon. A tes côtés, je sais que je ne peux pas regretter le choix de mes mots, ni le choix de mes actes. Et quand tu ne m’obliges pas à réfléchir, tu as ce côté apaisant, qui me permet de relâcher légèrement mon esprit, ma garde, sans pour autant que je ne me sentes menacer. Je ne sais pas si c’est une bonne chose. Mais j’apprécie malgré tout ce côté de notre relation, enfin si ce mot est le bon. C’est certainement pour cela que je te propose de continuer notre soirée. Malgré tout, je pense avoir commencé à saisir ta façon de penser alors je te fais également une promesse. Je ne sais pas si c’est elle qui te permet de te décider mais ta réponse me fait sourire.

« Je vois que je ne suis pas le seul à être dans ce cas. »

Je lui adresse un dernier sourire avant de regarder devant moi. Nous croisons toutes sortes de personnes, des couples, des bandes d’amis, des personnes seuls, d’autres promenant des chiens, même un couple de personnes âgées. C’est eux, ce sont ses gens là, que je souhaite protéger, à qui j’ai envie de donner une chance de vivre plus longtemps, plus heureux, ce sont pour eux que je me suis engagé, en tant qu’humain et en tant que strigoï, dans cette vie faite de combat, d’honneur et de déshonneur.

Je tourne la tête vers la strigoï, sortant de mes pensées quand je l’entends s’adresser à moi. Voici le genre de questions dont j’aurais préféré ne pas avoir la quête d’y répondre, mais également le genre qui me fait apprécier ta présence. On dirait que cette fois encore, tu vas m’obliger à réfléchir, à aller au fond des choses. A te donner une réponse honnête, tout en ne risquant pas de mettre nos deux vies en danger. Voici tout un programme. Je prends quelques secondes, voir une minute ou deux pour réfléchir à comment formuler ma réponse. A ce qui relèverait de la vérité, sans pour autant impliquer un incident futur…

« Je reçois des indications et je vérifie ensuite les informations que j’ai pu recueillir. Pour moi, une vie a son importance, qu’elle soit humaine, moroï ou strigoï. Aucune n’a plus de valeur qu’une autre, ce n’est pas l’âge qui y change quelque chose. Alors, quand je tombe sur un meurtrier de masse, un être qui se complait dans la souffrance de l’autre, qui aime briser des vies et des familles… C’est le moment où je choisis d’agir. Car à mes yeux, ce n’est pas parce qu’il a des siècles devant ou derrière lui ou parce qu’il est de mon espèce qu’il mérite plus de vivre que les femmes, les enfants, les hommes qu’il a assassiné… »


Te parler de cela… Je ne me rends compte qu’un peu plus que je suis égoïste, que je déroge à toutes mes règles. Je laisse Nathaniel vivre alors qu’il fait parti de ces êtres que je devrais tuer. Mais… J’ai du mal à oublier le passé qui nous uni. Je ne veux pas perdre mon frère s’il me reste un espoir. Je suis un fieffé égoïste qui mériterait tout autant que les autres de finir sous une balle de sniper… Mais si je peux sauver encore une seule âme, alors ma vie a une raison de  se prolonger encore un peu… Je tourne la tête vers la femme à mes côtés afin de lui poser à mon tour une question. Car j’ai appris qu’avec elle, il y avait une raison derrière chaque mot…

« Cette question… Je suppose que tu avais une raison de me la poser, une raison plus importante que de combler le silence, je me trompe ? »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Mer 6 Sep - 15:28


Convaincs-moi
Peter & Kahlan

On m’a toujours trouvé étrange pour ma philosophie, pour ma façon de voir le monde, je suis sûre qu’on doit te trouver étrange toi aussi. Nous ne voyons pas les choses de la même façon, mais tu as aussi ta propre façon de penser, d’agir, tu n’es pas comme les autres, tu n’es pas comme nos semblables. Il y a bien peu de strigoïs comme toi et moi, ce serait bien qu’il y en ait plus qui te ressemblent. Par moment je me dis que j’aimerais te faire rencontrer Daniel, peut-être que tu réussirais à lui faire voir les choses autrement, mais en même temps je ne suis pas certaine que tu survives à une telle rencontre et je n’ai pas envie d’avoir ta mort sur la conscience. Etrange, à notre première rencontre j’avais dans l’idée de te tuer moi-même après avoir levé les mystères qui pèsent autour de toi et aujourd’hui je n’ai plus les mêmes désirs. Néanmoins tu ne devrais pas croire en ce que tu prétends strigoï, mon âme est noire, ce n’est pas une possibilité, c’est une certitude.

- Si tu doutes de cela alors ça signifie que j’ai réussi à manipuler ton cœur.

Peut-être que mes mots te mettront en garde, mais peut-être aussi que tu devrais réellement être en garde contre moi. Ne prétends pas me connaître alors que tu en sais bien peu sur moi. J’ai déjà manipulé plus d’un homme avant toi, plus d’un qui croyait voir en moi quelque chose de bon jusqu’à ce que je ne l’achève de mes propres mains. Ne te fourvoie pas strigoï, peut-être qu’aujourd’hui je ne veux plus te tuer, mais peut-être qu’un autre jour ça reviendra. Toi mieux que personne devrais savoir qu’il ne faut jamais se fier à un autre strigoï. Peut-être que je devais appliquer ces conseils à moi-même, puisque je me retrouve à avouer au strigoï que je lui fais confiance, parfois il m’arrive de penser que je deviens bipolaire.

Il semble heureux de ces mots que j’ai prononcé, en tous il esquisse un large sourire, étonnante réaction. Il m’avoue en retour qu’il me fait confiance lui aussi et je me contente d’acquiescer. Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose qu’on se fasse confiance l’un l’autre, mais pour l’instant laissons simplement les choses suivre leur cours. On continue d’avancer à travers les rues de Missoula et je finis par lui poser une question, je veux savoir comment il décide de qui doit vivre ou mourir, un pouvoir que personne ne devrait d’ailleurs avoir. Il prend un peu de temps avant de me répondre, tant mieux, une réponse trop rapide à une telle question m’aurait simplement prouvé que je me fourvoie sur l’homme qui se trouve à mes côtés.

J’écoute ses mots attentivement, de quoi m’en révéler davantage sur l’homme qu’il est. Il reçoit des indications, donc la chasse fait partie de son métier. Peut-être un tueur à gage, peut-être encore autre chose mais je suis sur une piste. Il me révèle qui sont ses cibles et à nouveau je me demande pourquoi est-ce que je suis encore en vie. Il finit par me poser à son tour une question, il veut savoir pourquoi est-ce que je lui demande. Tu commences à saisir de mieux en mieux ma façon de penser strigoï, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose pour moi, mais je réponds quand même à ta question.

- J’ai envie de comprendre ta façon de penser. Je voulais aussi comprendre pourquoi est-ce que je ne suis pas ton ennemie, mais je ne sais toujours pas.

Non décidément je ne comprends pas pourquoi est-ce que tu m’épargnes alors que j’ai été l’un de ces monstres, d’une certaine façon je le suis toujours aujourd’hui. Je crois que tu te trompes à mon sujet strigoï, ou peut-être as-tu choisis consciemment de fermer les yeux, mais je ne suis pas celle que tu crois. Je m’arrête, le poussant à s’arrêter lui aussi et à se tourner vers moi s’il veut poursuivre cette conversation.

- Combien de personnes faut-il avoir tué pour que tu te dises que cet ennemi est à abattre ? Dix ? Cent ? J’ai tué bien plus de monde que ça et même si je ne me complais pas dans la souffrance j’ai détruit des vies moi aussi. Alors pourquoi penses-tu que mon âme puisse encore être sauvée ?

Car telle est la véritable question au fond, j’ai besoin de savoir pourquoi un être qui déteste le mal est capable d’offrir la rédemption à une personne comme moi. Peut-être que si tu es capable de le faire alors d’autres le feront aussi. Si un ange prend la défense d’un démon, est-ce que dieu l’écoute et offre une chance au démon ou est-ce qu’il décide de condamner l’ange avec ? J’ai beau me dire que je ne crois pas en toutes ces choses, ces années passées dans cette secte fanatique s’est bien plus ancrée en moi que toutes les autres périodes de mon existence, peut-être parce qu’elle a été la plus marquante.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le vengeur
Messages : 17
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 39
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   Mar 26 Sep - 17:45


Convaincs-moi
Kahlan & Peter

Je me suis toujours demandé, et je sais que je me le demanderais toujours, est-ce que je fais les bons choix ? J’aime à penser que le fait que je puisse me poser les questions prouvent que je ne me suis pas perdu dans mes instincts comme cela semble être le cas de tout ceux de mon espèce. Mais est-ce que je saurais vraiment voir venir la folie ? Est-ce que je serais capable de faire les bons choix avant que cela n’arrive ? Est-ce que je serais capable, si un jour cela arrive, de faire ce qui est nécessaire ?

En tout cas, cette strigoï dont je ne connais même pas le nom possède des réponses qui sont captivantes mais qui creusent également le mystère à son propos. Toutefois, malgré l’attrait qu’elle possède, je ne doute pas qu’elle ait fait son compte de victimes, son compte de mortelles surprises… Mais quand elle parle de manipulation, encore plus de manipuler mon cœur, j’ai un peu de mal à y croire. Non, jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé en elle une femme manipulatrice, mais au contraire, quelqu’un de franc, qui réagissait uniquement à ses instincts. Mais si je me trompe… Eh bien advienne que pourra. Après tout, je pourrais très bien mourir demain, alors je compte bien faire le maximum de chose auparavant et non pas fuir ce jour…

« Peut-être. Mais j’ai envie de croire que même si tu manipulerais vraiment mon cœur, je saurais reprendre le contrôle de ma raison avant qu’il ne soit trop tard. »

Et tu peux l’entendre, j’ai du mal à croire que tu m’ais réellement manipulé. Mais après tout, je ne prétends pas tout savoir. En tout cas, il est temps pour nous de bouger, maintenant que tu es débarrassée de tout ce maquillage. Oh, il t’allait bien, je ne dis pas le contraire. Mais je préfère largement un visage au naturel, ou au moins, un maquillage moins prononcé. Mais j’ai un peu de mal à comprendre tes goûts, par contre, je dois bien l’avouer.

Nous sortons et finalement, elle profite de ce temps pour me poser une question dont j’aurais préféré donner la réponse bien plus tard, voir jamais… Malgré tout, après toutes les réponses déjà données et en raison de cette confiance, je décide de lui confier une part de la vérité. En tout cas, même si j’omets, je ne prononce aucun mensonge. Mais après, c’est à mon tour de poser une question. Je ne comptais pas me priver de cette occasion, surtout que je ne pense pas que ma question soit très intrusive. Et je ne la pousse pas à répondre.

Sa réponse m’étonne légèrement. Chercher à me comprendre ? Dans quel but ? Tu es bien la première à tenter de le faire. Peut-être pour tenter de me tuer plus tard, mais dans ce cas, ne te donnes pas cette peine, je ne suis pas si difficile à comprendre, encore moins à tuer. Ce qui m’étonne réellement, c’est son arrêt, puis toutes ses questions. Je la contemple, écoutant son discours assez véhément. On dirait presque qu’elle tente de me convaincre de la détester, de chercher à la tuer. Mais ce n’est pas quelque chose que je souhaite faire pour le moment. Pas tant qu’il reste un peu d’espoir. Après un moment de silence, je reprends la parole. Je ne sais pas si mes mots seront les bons, mais ils seront le reflet de ma pensée, en tout cas.

« Le simple fait que tu te demandes pourquoi tu devrais être sauvé, c’est déjà suffisant. Jusqu’à toi, je n’avais rencontré que des strigoïs qui se complaisaient dans la souffrance, qui cherchaient à m’entraîner dans des tueries, dans des boucheries voir dans des viols. Qui ensuite tentaient de me tuer pour avoir fait l’affront de leur refuser cela. Oui, tu as tué. Tu tueras surement encore. Mais tu représentes malgré tout l’espoir, pour moi, de trouver un équilibre entre la mort et la vie. Tu tues. Mais je ne pense pas que tu détruises leurs vies plus que tu ne détruits la tienne. Et c’est cette fine limite qui te permet de rester sur la corde. »

Et c’est qui empêche que tu deviennes une cible. Tu penses que tu manipules mon cœur ? Non, je ne le pense pas. Et même si tu le fais, je te laisserais faire, parce que tu représentes pour moi l’espoir que le futur puisse être moins sombre qu’il n’y paraît. Je ne cherche pas à exterminer toute une espèce. Malgré les apparences, je ne suis pas pour les génocides. Mais je veux protéger ceux qui en ont besoin, ceux qui devraient vivre en toute innocence. Et pour ça, je tue des meurtriers. Mais si, dans un futur lointain, il ne pouvait rester que des strigoïs pondérés et dotés de sens de la morale… Alors pour moi, je n’aurais plus aucune raison de les tuer. Mon avis est resté le même, mais mes espoirs ont pu changer à ta rencontre. Et c’est surement cette raison qui me pousse à te faire survivre longtemps encore. Je tends la main, attrapant la sienne que je serre doucement, sa main paraissait frêle alors qu’elle était bien plus puissante que la mienne, cette dichotomie était toujours aussi étrange, malgré la décennie que j’avais pu passer dans cette nouvelle peau qu’était la mienne…

« A mes yeux, tu mérites de survivre. Tu mérites de te laisser une seconde chance et de la vivre pleinement. Et pour le moment, tout ce que j’apprends de toi me confronte dans cette avis, sache-le. »
Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Convaincs-moi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Convaincs-moi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Centre :: Quartier des affaires-
Sauter vers: