Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Irys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La douce rose
Messages : 10
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 22
MessageSujet: Irys   Jeu 18 Mai - 21:21


Irys Rehvenge
Feat. Alicia Vikander

175*280
Date de naissance
: 10 novembre
Lieu de naissance :
Italie, Venise
Age :
21 ans
Statut :
Célibataire
Groupe désiré :
Alchimiste



Caractère & Physique

Les gens se fondent beaucoup sur ce qu'ils perçoivent de nous. Sur la première impression. Sur la femme qu'il croit entrapercevoir. Mais généralement, cette femme, ce n'est pas l'exact reflet de l'âme dans ce corps. Quand on me regarde, on me voit, effacée, discrète, efficace. Plongée dans un livre ou la tête ailleurs. On me voit, demander avec un sourire désolée "Pouvez-vous répéter s'il vous plait ? J'étais ailleurs". On me voit ainsi. Mais ce n'est pas mon âme. Je suis effacée pour me laisser le temps de réfléchir à mes prochaines actions. Je suis rêveuse pour pouvoir m'échapper de la réalité. Je suis celle que je suis. Et vous me voyez tel que vous croyez que je suis.

Physiquement, nous devrions être d'accord sur la femme que nous voyons. Un physique assez longiligne. J'ai très peu de courbes, mais elles me vont. Je suis petite, je le sais. Même si je ne suis pas si éloignée de la moyenne chez les femmes... C'est juste que je ne porte jamais de talons alors on le remarque. J'ai un tatouage sur la joue, pour ceux qui sont au courant de l'existence de ma branche, ils le comprendront... Mes cheveux sont bruns et mes yeux de la couleur du café. Une boisson dont je ne peux me passer. Tout comme le soleil. Ce qui explique surement ma couleur de peau... Au moins, ne risque-t-on pas de me confondre avec une morte. Comme cette ville semble en pulluler.
Et ne soyez pas surpris, cela fait quelques mois que je suis en Amérique mais je n'ai pas perdu mon accent italien pour autant alors si vous m'entendez parler un jour... Vous comprendrez que j'ai souhaité vous prévenir.


Histoire


Parfois, les gens ont peur. Souvent même. De la mort. De la vieillesse. De la douleur. De la technologie. De la Terre. Et moi j'ai peur. Souvent. De tout et pour tout. Mais en même temps, je suis détachée. De tout et envers tout. Il faut que je m'explique je crois. Alors je vais le faire...

Hum... Par quoi commencer ? Ah oui. Les alchimistes... C'est généralement une affaire de famille. On est des savants, si je puis dire. Un mélange de mathématique, de chimie et d'une dose de surnaturelle. C'est notre quotidien. Mais on arrête aussi jamais de réfléchir à l'histoire. On philosophe. On se demande : "et si..." Mais il y a tellement de "et si" possible.

Enfin, j'ai eu une enfance plus ou moins normale. L'école avec les autres êtres humains. Puis je rentrais à la maison et c'était l'apprentissage de l'alchimie et du surnaturel. Un jour, ma mère a disparu. J'avais six ans. Et j'avais un frère de onze ans. Je n'ai pas totalement compris, pas tout compris. Apparemment, une simple mission, elle devait rejoindre une reine et discuter de ce qui se passait dans notre pays. Elle a pris un avion, elle nous a téléphoné après avoir discuté avec la reine puis... C'était fini. J'ai vu. A la télévision. Ces images de crash, ces histoires de terrorisme. Je n'ai plus jamais regardé la télévision après ce jour-là. Les images ne s'effaçaient pas de ma tête. Je ne savais pas ce qui lui était arrivé... Mais je savais très bien qu'elle n'était plus là et qu'elle avait surement eu peur, le jour de sa mort. A partir de là, je me suis détachée. De mon frère, de mon père, de mon école. Mais pas de mes études. L'alchimie. Je m'y suis adonnée, avec ferveur. L'idée de faire des découvertes, de voir de nouvelles choses, sans être obligée de sortir de chez moi... Une douce idée. Une douce idylle. Mais j'ai été la seule à penser ainsi.

Ne pensez pas à mal, j'ai grandi correctement, passé le cap de l'adolescence. Sans vraiment m'intéresser aux garçons. Ni aux filles d'ailleurs. J'avais juste la tête ailleurs, des formules pleins la tête et des mondes à découvrir devant mes yeux. Puis, de nouveau, ça a été le drame. Mon frère cette fois. Si j'étais devenue une alchimiste qui passait son temps à créer ou fabriquer de nouvelles choses, il était du genre à être en contact avec le reste du monde. Il se débarrassait des cadavres, il accomplissait des missions diplomatiques. Comme maman. Et même si je tentais de mettre de la distance entre mon frère et moi... Sa disparition... Sa disparition m'a blessé. Surtout quand on a pas retrouvé son corps. J'ai compris pourquoi ensuite. Plus tard. Peu de temps après même. Un mois plus tard, il s'est présenté à la maison, les yeux rouges, le teint blanc et les crocs en plus. Mon frère n'était plus. Il me regardait avec des yeux gourmands et des paroles captivantes, comme les sifflements d'un serpent... Papa... Papa m'a sauvé une dernière fois. Il m'a écarté, il m'a crié d'aller me cacher. Je me suis enfermée, dans le bunker aux sous-sols. J'ai entendu des cris, des hurlements. Plus un son. Puis un bruit de grattement et de nouveau sa voix ensorcelante. Combien de temps est-ce que cela a duré ? Des heures durant, du moins c'est ce qu'on m'a dit. J'ai eu l'impression que des mois y sont passés. Puis il a disparu. Le soleil. Ce magnifique astre qui le faisait maintenant fuir... Je suis sortie. Pour me retrouver en plein cauchemars. Sous la force de sa soif ou de sa rage, il avait découpé notre père en deux. Sa tête reposée encore contre son but et m'observait de ses yeux morts. J'ai hurlé. Je crois. Et je me suis effondrée, dans le noir le plus complet.

Illuminée. Douce, rêveuse. Lointaine. Peut-on me le reprocher ? Il me fallait m'éloigner. De la réalité, de l'Italie, pour pouvoir oublier. Pour pouvoir dormir sans hypnotique. J'avais besoin d'une pause. De ne plus être suivie par des regards inquiets. J'ai tenu jusqu'à l'enterrement de mon père puis je suis partie. Je crois que mon frère m'a suivi une fois. Je l'ai vu. Sur la caméra, dans ma chambre, la veille de mon départ. Ca a précipité mon départ. En trois heures, alors que le soleil était à son zénith, j'avais fait mes bagages, transféré mon argent et je me suis envolée vers l'Amérique. Et maintenant... Il ne me reste plus qu'à voir si je pourrais me reconstruire ici. Il paraît qu'il y a pas mal d'alchimiste dans une certaine ville... Au moins pourrais-je me fondre dans la masse. Disparaître de tous les radars. Tel est mon objectif, jusqu'à ce que je sois prête à renaître de mes cendres...
Xoxo comme on dit dans ce pays... Et à la prochaine, en vraie cette fois. Peut-être...


Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Irys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans son regard absent et son iris absinthe...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Administration :: Présentations :: Alchimistes-
Sauter vers: