Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jensen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le torturé
Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2017
Age : 38
MessageSujet: Jensen   Mar 23 Mai - 15:44


Jensen Weaver
Feat. Luke Evans

Date de naissance 14.11.1979
Lieu de naissance : Angleterre, Londres
Age : 38 ans
Statut : Veuf
Groupe désiré : Humain
175*280



Histoire

Passons sur toute l’enfance et l’adolescence, croyez-moi il n’y a rien de très intéressant à savoir, c’est juste une période où on est jeune et stupide, on s’amuse, on tente des choses, on fait des erreurs, on apprend. Le genre de vie que tout le monde connait. La suite en revanche devient plus singulière.

J’ai toujours su ce que je voudrais faire plus tard, fils unique, j’étais particulièrement proche de mon père qui travaillait dans la police, alors évidemment j’ai voulu suivre ses pas. Pas très original je sais, mais c’est un choix que je ne regrette pas. Déjà gamin je m’amusais à essayer de trouver les indices que mon père aurait loupés pour l’aider à résoudre une affaire. Oh j’oubliais, mon père est un peu le shérif du coin, du coup tout ce qui tourne mal dans la ville, c’est lui qui s’en occupe, et à Londres je peux vous assurer qu’il y a beaucoup de problèmes, beaucoup de criminalité. J’étudiais souvent ses dossiers dans son dos, mon père détestait ça, il disait que c’était dangereux et confidentiel, mais j’ai toujours été du genre têtu.

A l’âge de quinze ans je leur ai trouvé la solution pour coincer un tueur en série très recherché, j’ai fait la fierté de mon père et de son service de police. Ils m’appelaient tous le surdoué, parce que je savais interpréter les indices d’une manière qu’ils ne savaient pas faire, parce que je ne réfléchissais pas de la même manière qu’eux. Je pensais comme un criminel et c’est ce qui me permettait de les devancer, peut-être aurais-je dû me méfier de quelque chose dès cette époque. J’avais déjà ma place parmi eux, il me suffisait de passer le bac et de dire bonjour à ma nouvelle vie. Le bac ne fut franchement pas compliqué à obtenir pour moi, ni la mention.

Je ne vous ai pas encore parlé de ma mère, elle est décédée quand j’avais huit ans, accident de voiture, j’étais avec elle cette nuit-là. Un sujet qu’on évite d’aborder mon père et moi, à quoi bon de toute façon ? J’en ai donc terminé avec le lycée et je réussi haut la main la formation pour devenir un bon policier. C’est là que je rencontre ma coéquipière, Jessica Brown. On avait du mal à se supporter au début, un sale caractère tous les deux, jamais un pour rattraper l’autre, au bout du compte on a fini marié et parents d’une merveilleuse petite fille nommée Judith. Elles représentaient tout pour moi.

Puis deux hommes de l’Etat sont arrivés à ma porte pour me recruter, visiblement mon profil les intéressait beaucoup. Pourquoi devrais-je dire oui ? J’ai un métier qui me plaît, qui est raisonnablement payé, une maison, une famille, je n’avais pas besoin de bouleverser ma vie avec autre chose. Sauf que ces hommes avaient de bons arguments, on s’en sortait peut-être bien pour l’instant, mais plus tard, quand ma fille voudra faire de grandes études, nous n’aurons pas de quoi les payer. L’argent est un problème de toutes les époques et je n’en ai pas été épargné. Alors j’ai fini par accepter.

J’ai continué de résoudre des affaires mais mon champ de travail s’étendait au-delà de Londres, parfois même on me faisait voyager. Ces affaires s’avéraient être bien plus compliquées, bien plus étranges, bien plus mondiale, mais je continuais de faire mon travail, jusqu’à ce qu’on me transfère dans une autre section et qu’on me confie cette enquête. Le meurtre d’une centaine de jeunes dans une fête étudiante, aucun coup de feu, aucune blessure, aucun étranglement, ils sont tous morts de la même manière : vidés de leur sang. Cette enquête n’avait pas de sens à mes yeux mais il fallait que je comprenne, alors j’ai approfondi les recherches, je n’étais pas prêt à laisser tomber comme ça, il fallait que je trouve la raison. Tout le monde m’observait étrangement dans ma section, comme s’ils étaient déjà tous au courant, comme s’ils attendaient que je trouve cette réponse qu’ils semblaient déjà tous avoir. J’ai fini par la trouver.

Je dirais bien qu’on se serait cru dans un film de Twilight, mais il n’y avait pas de loup-garou et ces monstres étaient bien plus effrayants que ça. Les vampires existent, ou plus précisément les strigoïs. J’ai longtemps cru qu’on essayait de me faire une blague, mais tout le monde doit bien savoir que l’Etat n’est pas du genre blagueur. Ils ont donc fini par me révéler pour qui je travaillais réellement, l’unité 101. Apparemment il y a entre 1 et 10 unités cachées dans chaque pays. Les Etats-Unis en comptent 10, l’Angleterre en a 7. Etait-ce dangereux ? Oui, mais c’était mieux que de continuer à vivre dans l'ignorance, au moins maintenant je pouvais mettre en place des mesures pour protéger ma famille.

En plus de mes talents de détective, on m’a formé à devenir combattant. Je n’étais pas le meilleur dans le combat au corps à corps mais j’étais particulièrement doué au tir. A cette époque je ne sais pas si on pouvait encore m’appeler policier, j’étais bien plus un chasseur, même si je continuais d’opérer de la même façon, à la différence que cette fois je ne devais pas arrêter mais tuer. J’ai profité de l’argent pour installer ma famille dans une nouvelle maison, plus grande, plus sécurisée et avec un personnel à proximité pour intervenir en cas d’attaques. Ma femme n’était pas au courant pour ces strigoïs, je n’avais pas le droit de l'informer de ce que je faisais, mais je me disais que ce serait pour le mieux, au moins elle ne vivrait pas dans la peur.

J’ai regretté mon silence. J’aurais dû la mettre au courant, j’aurais pu la former, elle aurait été prête pour se défendre. J’étais aux Etats-Unis lorsque c’est arrivé, je travaille beaucoup avec l’unité 101 de ce pays. Je devais rentrer dans 3 trois jours quand on m’a annoncé l’attaque. J’ai mis du temps à réaliser quand j’ai entendu ces mots. Le monde s’est arrêté de tourné, mon cœur s’est arrêté de battre, je n’entendais plus rien, j’étais en train de mourir à l’intérieur. J’ai directement pris l’avion pour rentrer, mais ça ne changeait rien, ma famille était déjà morte, ma femme et ma fille avaient été tuées.

Lorsque je suis arrivé, la maison était saccagée, il y avait du sang, les corps des employés reposaient sur le sol. Mon père faisait aussi partit des victimes. Ma seule envie était de m’écrouler et me laisser mourir à leurs côtés, mais il fallait que je sache qui était responsable d’un tel massacre. Alors j’ai regardé les vidéos de surveillance. Trois hommes sont entrés, on ne voyait pas leurs visages à cause de la capuche. Ils ont tué mon père en premier, il rendait visite à la famille, il a tenté de les faire sortir mais il ne pouvait rien faire contre des monstres sanguinaires. Je vous épargnerais les détails de sa mort. Ma femme et ma fille ont couru à l’étage pour se cacher, pendant que le personnel devait se charger de les tuer. Ils étaient formés pour ça, chacun d’entre eux. Pourquoi ont-ils échoué ?

La suite des vidéos a été une horreur pour moi. Ils ont trouvé Jessica et Judith, ils ont violé ma femme, ils ont bu le sang de ma fille. Ils les ont tués en riant et en dansant. Des psychopathes. Des sauvages. Ils ont emporté le corps de ma femme et laissé celui de ma fille, mais il y avait un problème avec elle, je l’avais compris en voyant les vidéos. Alors j’ai couru à la morgue pour voir son corps mais il n’y était plus. C’est elle qui m’a retrouvé, en revenant à la maison. Ce n’était qu’une enfant de six ans, apeurée et en manque de sang. Une part de moi s’est à nouveau brisée lorsque je l’ai serré dans mes bras avant de la tuer. Je ne pouvais pas être égoïste et la forcer à vivre une éternité dans un corps d’enfant, je ne pouvais pas la laisser tuer d’autres personnes et l’accepter. J’ai passé la nuit entière à pleurer en serrant son corps contre moi. A partir de ce jour, plus rien ne m’animait excepté la vengeance. Alors je me suis remis à enquêter, à traquer, à chasser.

Je les ai tous retrouvé, tous tué jusqu’au dernier. C’est justement le dernier qui a été le plus difficile à traquer, comme s’il savait déjà à qui il avait à faire. J’ai compris qu’il le savait réellement. C’est alors apparu comme des flashes. C’était lui. Ce n’était pas un accident de voiture. Ma mère, elle était comme moi, un soldat pour l’unité et cet homme était l’une de ses cibles, celle qu’elle n’a pas réussi à tuer. Je me rappelle maintenant, sa panique, son empressement, sa manière de rouler beaucoup trop vite. Puis l’accident et cet homme qui la sort de la voiture avant de la tuer. Comment avais-je pu oublier tout ça ? Je ne sais pas, peut-être le choc. Quoi qu’il en soit je me suis assuré que ce monstre ne puisse plus faire de mal à qui que ce soit, démembré, cœur arraché, corps brûlé, il n’avait aucune chance de revenir, mais il a eu le temps de lâcher sa bombe avant de mourir. Ma femme est en vie, mieux que ça d’après lui, elle a même la vie éternelle.

Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais ma vie a suivi un cheminement de catastrophes qui m’ont conduit à devenir cet homme. J’ai arrêté de travailler pour l’unité qui pour moi étaient de grands manipulateurs et des traîtres. J’ai tenté de retrouver ma femme, pendant un temps, avant de finir par abandonner. Qu’est-ce que je ferais après tout si je la retrouvais ? Je ne pourrais pas la tuer elle aussi, j'en serais incapable, alors je crois qu'il vaut mieux que je ne la retrouve jamais. Je suis devenu un homme froid et solitaire, loin de celui qui savait s’amuser et qui avait toujours le sourire. Je ne sais même pas pourquoi je continue de vivre, peut-être pour tenter de rendre le monde meilleur, ce qui est tout de même ironique puisque je le fais en tuant.

Je suis devenu mercenaire, aujourd’hui je travaille pour le plus offrant. On me donne un nom, je fais mon enquête et je l’élimine, généralement une balle me suffit. On ne m’engage que pour tuer des criminels, des tueurs, des violeurs, des hommes nés pour faire le mal. Si quelqu’un veut me faire assassiner une personne innocente, c’est lui qui finit par avoir de mes nouvelles et croyez-moi, personne ne m’apprécie dans ce genre de situation. En tant que mercenaire je suis connu sous le nom de Jude, en référence à l’abréviation que ma femme donnait comme surnom à ma fille. J’ai failli oublier, en dehors de mon métier de mercenaire, je continue d’être un chasseur, assassinant tous les strigoïs qui croisent ma route, sauf que désormais je ne le fais plus en travaillant pour l’armée.


Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jensen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» John Reidar Torseth Jensen, 14k Def (D/G/C)
» fiche d'Adam Jensen[en attente]
» Le cas von Karma
» Présentation de Tiffany
» Unboxing Deus Ex - Human Revolution (collector)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Administration :: Présentations :: Humains-
Sauter vers: