Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renouveler ses voeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Crazy Girl
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 28
MessageSujet: Renouveler ses voeux   Mer 24 Mai - 18:25


Renouveler ses vœux


Saizen

Mon joli trésor, tu as été un bien vilain garçon. Ne nous sommes-nous pas jurés d’être toujours l’un avec l’autre ? De toujours nous amuser, avec l’autre ? Ou tout du moins, que le meilleur des jeux se passe toujours avec l’autre ? Alors pourquoi… IGNORES-TU MES JEUX DEPUIS UN MOIS ? Je pousse un cri violant dans la chambre, renversant la commode contenant quelques uns des sabres d’Aizen. L’un d’entre eux est assez tranchant pour me toucher, déposant un joli tatouage fait de sangs sur mon bras, ouvrant la peau comme une rose éclot. C’est joli, presque poétique. Et le flot de sang est important. Je me dirige vers l’un des murs et je marque un message avec mon sang. Quand tu verras ce message, Aizen, tu joueras… Ou alors, tu auras perdu d’office ! A toi de voir, mon trésor.

«
"Viens à l’usine récupérer ce que tu risques de perdre à jamais"… Ca claque ! J’aime bien ! Et toi, chouchou ? »

Je me tourne vers le crâne sur ma table de chevet, lui tapotant la tête. Attention, ce n’est pas n’importe qui ! C’est ma Soizic chérie ! L’une des filles qui a cru pouvoir me trahir, me vendre aux indics et récupérer mon trésor. Eh bien ma chérie a perdu, mais elle m’accompagne toujours maintenant ! Et je m’assure de lui parler de temps en temps, histoire qu’elle ne s’ennuie pas trop ! Ca serait dommage, hein chérie ?

D’un pas guilleret, je me dirige vers la salle de bain, déchirant un bout de mon tee-shirt pour compresser ma plaie, je commençais à avoir des vertiges, c’était amusant mais contreproductif ! Je devais aller à l’usine ! Je me change, enfilant un corset et un short de couleur rouge foncé, presque noir. Ensuite, je prends Cynthia et je sors, évitant les garçons sur le chemin. Ce soir, c’est entre mon trésor et moi ! Il est temps de reprendre nos vœux après tout !

Je me glisse dans l’usine que j’ai mis à mon nom. Ouais ouais, je le jure, j’ai son acte de propriété ! Et je suis sa propriétaire ! Je réfléchis à l’appeler Bébé Cynthia, mais ma jolie ne le veut pas, alors il faut que je fasse quelques négociations avec elle. J’en profite pour faire un tour et vérifier que tout est prêt, ce qui a l’air d’être le cas, génial ! J’ai hâte qu’Aizen soit là, histoire qu’on s’amuse un peu ! En parlant du loup, d’ailleurs, il pointe sa jolie queue dans le coin. Je reste en hauteur, en profitant pour le regarder. Ça me rappelle notre première rencontre, pas toi, mon trésor ? Là aussi tu n’as eu conscience de ma présence que trop tard ! Dis, est-ce que tu reconnais ma patte dans les préparations de l’usine ? J’ai ajouté des sarcophages remplies de pics en acier pour toi. A ton avis, ça donne combien de litres de sang, un strigoï piégé là dedans ? Et si on en faisait bientôt l’expérience ? Partout aux alentours se trouvent des jouets pour nous amuser avec nos chéris, dont celui qu’il a utilisé contre moi la première fois. Tu te rappelles de cette cage ? Elle a une histoire et j’adorerais que tu sois mon prisonnier, chou, mais faut lancer les hostilités.

Je sors mon pistolet et je vise soigneusement avant de tirer. Je vois Aizen faire un pas de côté et je vois avec les jumelles que je mets devant mes yeux, qu’il y a une longue trace sur son bras, on dirait que je l’ai touché ! J’éclate de rire en voyant sa moue, mon joli…

« Eh bah, tu as perdu de ta souplesse, mon trésor ? Fais attention, je t’ai presque eu ! »


Oh, je n’allais pas le tuer ! Je sais qu’on a tous les deux assez de sang de strigoï dans le corps pour nous laisser une seconde chance. Et hors de question que je vive loin de mon trésor. Mais c’est amusant de frôler la Mort et de lui rire au nez ! Et j’adore voir mon trésor tout couvert de sang et tout prêt à jouer ! Dis, mon chou, tu es prêt à jouer ? On va s’éclater ! Je le vois lever la tête vers moi alors je lui fais de grands signes avec mes mains pour lui faire un coucou avant de crier à travers l’usine :

« Trouves-moi, mon trésor, si tu veux gagner cette partie. »


J’ai un éclat de rire en quittant ma position, me faufilant dans la loge et mettant en route le courant dans l’usine. Des guirlandes s’allument et surtout, le réseau électrique est rétabli, tous mes jouets sont prêt à être utilisés, de la scie aux électrochocs en passant par un manège de dadas. Quoi ? Me regardez pas comme ça, c’est sympa les dadas ! Et eux sont stylés, leur cuir est faite en dos de strigoïs après tout ! Alors, Aizen, penses-tu que tu arriveras à me trouver à travers ce dédale ? Je t’attends, mon amour, ne sois pas trop lent !  

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le prince du crime
Messages : 4
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 31
MessageSujet: Re: Renouveler ses voeux   Mer 7 Juin - 0:29


Sélène & Aizen

La dame de trèfle entre dans les rangs, reste à savoir à qui elle fera couler le sang.

Les affaires me prennent du temps, énormément de temps, ce qui ne plaît pas à Sélène je le sais, mais parfois il y a d’autres priorités que de nous envoyer en l’air. Ton frangin est un type sympa chaton, mais il n’a pas que des bons contacts dans son réseau, une chance pour lui que je sache flairer les mauvaises graines, autrement il serait peut-être déjà six pieds sous terre. Le camion enfonce la barrière de notre propre demeure avant de se garer juste devant l’entrée. Les hommes se précipitent vers moi pour venir m’aider mais aucun n’ose me toucher tant que je ne leur en ai pas donné l’autorisation, et je ne la leur donne pas. Oh tu aurais vu ça chaton, c’était un véritable feu d’artifice ! On y a perdu quelques hommes, j’y ai perdu un peu de chair, mais le principal est que nous avons gagné la bataille. Je leur dis de décharger le camion pendant que je me dirige vers ma chambre, allant directement dans la salle de bain.

Je passe sous la douche, laissant couler le sang et la peinture le long de mon corps. Je plonge mes doigts dans mes blessures pour retirer moi-même les balles qui s’y sont logées. Une. Deux. Trois. Une fois retirées je me mets à éclater de rire alors que mon sang continue de couler dans la baignoire, mais je n’en ai que faire, je ne ressens aucune douleur, seulement un frisson plaisant. Une fois propre j’enfile un pantalon avant d’enfin quitter la salle de bain. C’est seulement là que je me rends compte de ce message inscrit de sang sur le mur. Je me rapproche du mur et glisse mon doigt sur l’une de ces lettres, tâchant mon index de sang que je ramène jusqu’à mon visage pour le sentir. Définitivement l’odeur de Sélène, je la connais par cœur.

Viens à l’usine récupérer ce que tu risques de perdre. Je sais que cette menace ne vient pas d’un ennemi. Je sais que ces mots viennent directement d’elle. Je grimace face à cette menace avant d’enfiler une chemise et de quitter le manoir. Même mes hommes sont surpris de me voir redescendre sans avoir pris la peine de me remettre toute une couche de peinture sur la peau. Ce soir je n’ai pas de temps à perdre avec ça, j’ai horreur lorsqu’on me provoque, encore plus lorsqu’on me menace. Alors tu auras droit à un Aizen naturel, sans la moindre couleur superficielle, mais toujours muni de mes armes, même contre toi. Surtout contre toi.

Je prends la Lamborghini et quitte le quartier, me rendant à l’usine, comme tu me l’as indiqué. Je gare la voiture devant et entre à l’intérieur, prudemment. Je ne t’entends pas, je ne te vois pas, mais je sais que tu es là, quelque part à m’observer. Montre-toi chaton, j’ai une leçon à te donner. Un tir sort de nulle part, une balle traverse mon bras. Il semblerait que ce soit ma soirée. Je serre les dents, non pas de douleur mais de colère. Tu as décidé de jouer contre moi ce soir chaton, ton corps va en payer le prix, peut-être ton esprit aussi. Je laisse une lame glisser le long de ma manche jusqu’à ma main alors que je l’entends rire. Je reprends mon avancée, ignorant ses provocations. Crois-moi chaton, lorsque je t’aurais attrapé, c’est moi qui rirais.

- J’espère que tu es bien cachée chaton, si je te trouve tu ne seras plus capable de rentrer au manoir toute seule.

Je sais que mes mots l’excitent, la tenteraient presque de se montrer, et ils sont bien vrais pourtant, dès lors que je te mettrais la main dessus, tu seras prise au piège. Ma proie, ma femme, ma victime. Mon regard finit par se poser sur elle, comme toujours tu as une préférence pour la hauteur. Elle me met au défi avant de disparaître, enclenchant le courant et alors toute sa petite mise en scène se met en route. Je ne me laisse pas distraire par toutes ces fantaisies, je continue mon avancée, esquivant les obstacles, bien préparé à devoir en affronter plus d’un. Je te connais si bien ma chère Sélène.

Une nouvelle lame a glissé dans mon autre main alors que je continue d’avancer, je les frotte l’une contre l’autre, comme ci je les limais, provoquant ce bruit aigu qui donnerait la chair de poule à plus d’un humain, mais sans doute pas à elle. Tu veux jouer ma douce ? Alors jouons, jouons, jouons ! Un mauvais sourire se dessine sur mon visage lorsque mon regard se pose sur un jouet plus que plaisant. Je dérive de ma trajectoire pour me servir de ses joujous à mon avantage. J’utilise le canon de cirque que tu as pris grand soin d’installer et place dedans autant de lames que je trouve autour de moi. L’avantage à être ensemble, c’est que nous avons au moins le même goût prononcé pour les objets tranchants. Je bouge le canon pour le cibler vers le toit, c'est là que je t'aperçois, la curiosité t'a poussé à venir voir ce que je trafiquais.

La seconde suivante je lance l'une des lames que je tiens dans les mains tout droit dans sa direction, mais elle n'atteint pas sa peau, plutôt ses vêtements, la clouant à sa place. Oh tu risques d’avoir très mal chaton. Je me mets à rire en même temps que j’allume le feu du canon et trois secondes plus tard, des lames fusent de partout vers le plafond, vers sa direction, se plantant dans les poutres, tranchant des câbles, détruisant d’autres affaires, peut-être même que l'une d'entre elle a atteint son cœur, mais mon rire continue toujours de résonner à travers les murs.

- Toujours en vie chaton ? Si c’est le cas papa a d’autres lames qui t’attendent...

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crazy Girl
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: Renouveler ses voeux   Lun 21 Aoû - 14:21


Renouveler ses vœux


Saizen

Alors mon trésor, est-ce que tu es prêt à m’accorder de ton temps ou tiens-tu à finir sans femme à tes côtés ? Car je ne plaisantais pas dans mes menaces, j’avais déjà acheté mon billet mon New-York afin de me prendre des vacances, si jamais mon trésor décidait de faire sa tête de mule. Heureusement, tu as du temps pour moi ! Ca veut dire qu’on va pouvoir jouer toute la nuit ! Car je ne te laisserais pas disparaître avant, sois en sûr ! Allez, on joue mon chou !

Enfin il se trouve dans ma ligne de mire alors je lance le jeu. Un joli frisson d’excitation qui traverse l’air, tu ne trouves pas mon trésor ? On va tellement s’amuser, je le sens ! Ne m’ignores pas, tu sais que tu n’es pas bon à ce jeu. Essaies plutôt de me trouver, je suis sûre que la traque va être amusante ! Sa menace me fait sourire avec un petit frisson d’anticipation, tu as intérêt à avoir raison trésor. Tellement intérêt, sinon…

« J’espère pour toi que tu as raison, sinon, je partirais voir ailleurs mon trésor. »

Je m’amuse à le provoquer un peu plus, maintenant hors de sa vue, avant de remettre le courant dans l’usine. Oui, tu as bien entendu, si jamais tu décides de m’épargner un peu, je reprendrais mon projet de voyager sans toi. Je veux te retrouver ce soir, et non pas un ersatz de mon mari. Alors, redeviens mon tigre sauvage, trésor, j’ai hâte de redevenir ta tigresse.

Je vérifie sur mes caméras pour voir si je le trouve, agrandissant mon sourire en entendant le petit son provenant des lames d’Aizen. Tiens donc, serais-tu prêt à jouer jusqu’au bout ? A aller jusqu’au bout ? J’ai hâte de voir ça ! En tout cas, tous les jouets ont l’air de fonctionner et je m’apprête redescendre quand je me fige. Tiens donc, tu as arrêté cette jolie musique ? Mais pourquoi ? Qu’est-ce qui a bien pu te passionner comme cela ? Je sors de la loge et je me penche au bord d’une poutre pour essayer de le repérer.

Soudainement, je vois une étincelle attirer mon regard avant que je me retrouve planté en arrière, contre une autre poutre. Oh Oh… J’entends la détonation et je vois pleins de jolis feu follets argentés. J’ai tout juste le temps de lever ma main qu’une lame se plante à l’intérieur, s’arrêtant à quelques millimètres de mon œil.

« Pfiou ! C’est pas passé loin celui-là ! »


Il y a pleins d’autres petites dagues plantées autour de moi ou dans mon corps. Elles me font rire et provoque une chaleur brûlante et satisfaisante à la fois. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusée !

J’entends mon trésor parler. Des promesses, toujours des promesses mon chou. Avec une main, je me débarrasse des lames qui me cloue à la poutre, enlevant également celles qui sont plantés dans ma cuisse et dans mon épaule, me présentant de nouveau au regard d’Aizen. Ah tiens, je t’ai vu, mais où est donc passé ton teint blanc, mon trésor ? J’espère que personne d’autre que moi n’a pu te voir comme ça ! Ca c’est ma moitié, mon amant et je tiens à rester la seule à le voir !

« Tu m’as promis beaucoup de choses dans notre vie, mon trésor, j’en attends encore certains ! Alors voyons ce soir, si tu n’as qu’une parole. »


Je lui fais un salut militaire, avec ma main dont la lame est toujours plantée à l’intérieur. Oh, c’est vrai ! J’avais oublié cette chérie ! Soudainement, je me laisse tomber du toit dans un éclat de rire, direction treize mètres plus bas, sur un minuscule trampoline. Et bam ! J’ai bien visé, cool ! Je rebondis, atterrissant sur le premier étage d’une réplique d’une maison hanté. Je dois avouer que pouvoir transporter ce petit chef d’œuvre m’a pris du temps mais hey ! Ca vaut le coup ! Surtout que j’ai pu la remanier d’une superbe façon ! Vous allez voir !

« Allez mon trésor, dépêches-toi, je t’attends ! »


Je retire la lame planté dans ma main, avançant à travers les salles plus belles les unes que les autres avant d’arriver là où je le souhaite ! Oh oui, j’aime cette salle, une vraie œuvre d’art. Une minuscule reconstitution d’une scène de cirque, où le lanceur de lames lancent celles-ci sur son assistante qui est attachée à une roue. Voyons, trésor, j’espère que tu es prêt à jouer ? Parce que je dois t’avouer que je ne sais pas encore quel rôle je veux que tu tiennes ! En attendant qu’il arrive, je commence à préparer quelques petits pièges. Ne m’en veux pas, mon chou, mais je crois que tu vas saigner un peu ! En fait… Tu risques même de finir transpercer par le joli épieu qui t’attend à l’entrée de la salle. Mais c’est pour la bonne cause ! Je te fais travailler tes réflexes ! Faudrait pas que tu les perdes, mon amour, ça serait dommage, je détesterais que tu t’empâtes !

« La roulette russe ! Oh oui ! »


Je tombe sur un révolver que j’avais posé là et je l’attrape avec un grand sourire. J’avais failli oublier ! Oh oui, j’adore ! Je t’attends, mon trésor. Je commence même à trouver le temps long, me dis pas qu’un grand garçon comme toi n’a pas vu où je suis tombée ? Voyons, tu le sais pourtant, je ne suis pas patiente, je risque d’aller trouver quelque chose d’autre à faire si tu me laisses trop de temps… Allez, allez, viens mon chou, sinon Cynthia et moi irons voir ailleurs !

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le prince du crime
Messages : 4
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 31
MessageSujet: Re: Renouveler ses voeux   Mer 30 Aoû - 14:02


Sélène & Aizen

La dame de trèfle entre dans les rangs, reste à savoir à qui elle fera couler le sang.

S’il y a bien une chose dont j’ai horreur dans la vie ce sont les menaces. Les rares personnes qui se sont permises ne me menacer ne sont désormais plus de ce monde aujourd’hui. Quant à toi Sélène, je n’ai pas encore décidé ce que je comptais faire de ton joli derrière, peut-être devrais-je te tuer aussi, mais sans doute te ferais-je subir pire que la mort. Après tout avec nous le meilleur c’est comme le pire et nous avons prêté serment le jour de notre mariage, avant d’assassiner celui qui nous a unis. J’arrive sur place et tu m’accueilles avec des balles certes, mais surtout avec une autre menace, encore une, tu as décidément de mauvaises fréquentations chaton, tu n’étais pas si indisciplinée avant. Tu as de la chance que je sois d’humeur à te donner une leçon ce soir. Tu veux jouer ? Alors jouons, mais ne te plains pas si tu perds la partie.

Après avoir pris un peu connaissance des lieux je décide qu’il est temps d’agir, surtout quand mon regard se pose sur ce canon dont tu as eu la bonne idée de transporter jusqu’ici. Voyons voir si tes jouets fonctionnent correctement. Après avoir cloué Sélène à une poutre, j’allume le canon et oui, on peut dire que ses jouets fonctionnent. Je ne m’inquiète pas de l’état de Sélène, oh je sais bien qu’elle est vivante sinon ça voudrait dire qu’elle n’en vaut pas la peine, quant à l’état dans lequel elle se retrouvera peu importe, de toute façon je lui ai promis qu’elle ne sera pas capable de rentrer seule ce soir et j’ai bien l’intention de tenir parole. Alors Sélène, quand as-tu l’intention de te montrer ? Pas tout de suite apparemment, tu t’amuses encore à te montrer puis te cacher à nouveau mais ce n’est pas grave, je sais être patient. Alors que je la vois entrer à l’intérieur d’une maison hantée, je sors une autre lame et entre à mon tour à l’intérieur, prononçant ces mots telle une comptine alors que je cogne la poignée de ma lame contre les murs au fur et à mesure de mon avancée.

- Dans la maison s’est caché un délicieux petit chaton, il croyait pouvoir gagner jusqu’à ce que son sang se mette à couler. Flop. Flop. Flop. Ton temps est écoulé, bébé.

Plus le moindre son. Pas de mots, pas de coups portés contre le mur avec ma lame, pas de bruits de pas. Rien, juste le silence la rendant impatiente. L’un de ses pièges s’active, la faisant tourner la tête, mais la seule chose qui se fait embrocher par son épieu est un clown de cirque gonflable qui se dégonfle à cause de la déchirure. Un autre piège s’active du côté opposé, lui faisant tourner la tête de l’autre côté, cette fois c’est une peluche qui se fait défigurer. Et ça continue, les pièges s’activent les uns derrière les autres mais ce n’est jamais moi qui les reçois. Déçue chaton ? Tu devais bien te douter qu’il en faudrait plus pour m’avoir. Une fois que le dernier piège est activé, le silence revient à nouveau.

Elle me cherche mais cette fois c’est elle qui ne me voit pas. Sauf qu’au moment où je me trouve presqu’à sa hauteur, un autre piège est activé. Tiens, je ne l’avais pas vu celui-là. J’esquive presque toute les lames, sauf une qui se plante à l’arrière de mon épaule et une deuxième dans ma cuisse mais je ne m’en préoccupe pas, je ne tiens pas à perdre mon ouverture. Je me jette sur Sélène alors qu’elle pointait son arme sur moi, appuyant sur la gâchette mais aucune balle ne sort, moi en revanche je l’écrase contre le sol, une main serrée autour de sa gorge, l’autre agrippant son poignet qui tient son arme.

- J’ai horreur des menaces chaton, tu vas devoir payer pour les deux qui ont été prononcées. Heureusement tu as ramené de quoi jouer.

Et sur ces mots, ma tête heurte la sienne avec suffisamment de force pour lui ouvrir l’arcade et l’envoyer dans les vapes, ça ne te rappel pas un peu le bon vieux temps ? Parce que moi si. J'arrache enfin les deux lames enfoncées dans ma chair avant de la porter sur mon épaule et l’emmener au premier jeu, désormais ce n’est plus toi qui tiens les rennes chaton, je reprends la main sur le cours des événements. Il ne me faut pas longtemps pour la placer à l’endroit où je le souhaite mais elle commence déjà à retrouver ses esprits quand je termine de l’attacher. Parfait, pile à l’heure pour le tour de magie.

- On se réveille chaton, c’est l’heure du spectacle. Avant de me menacer d’aller voir ailleurs, tu devrais plutôt me prouver que tu vaux toujours le coup de m’occuper de toi.

Oh oui des provocations, c’est ton tour d’être en colère, si tu veux mon attention, commence d’abord par survivre. J’active un levier et Sélène se retrouve alors redressée puis suspendue en l’air par des chaines qui maintienne ses mains au-dessus de sa tête et la soulève. Puis je la dirige au-dessus d’un bac transparent remplis d’eau froide, je suppose que tu as entendu parler de ce petit tour de magie, celui où il faut se détacher avant de finir noyé, sauf que j’ai ajouté un petit truc spécialement pour toi. Comme tu peux le voir il y a un compteur et au moment où il attendra zéro, le couvercle du bac tombera du toit pour se refermer avec des épées accrochées dessus qui viendront t’embrocher.

- Je me demande si tu finiras noyée ou déchiquetée en premier.

Ou alors si tu réussiras à te libérer de tes chaines et à sortir du bac avant la fin du minutage. Je n’évoque pas cette solution, c’est bien mieux de te provoquer en évoquant ta fin plutôt que ta réussite. Le boitier toujours en main, je m’installe confortablement pour être à mon aise durant le spectacle.

- On se revoit en enfer chaton.

Et sur ces mots j’actionne le bouton qui la fait plonger sous l’eau puis un autre qui permet à une barre métallique soudée en deux de se refermer une fois que les chaines à ses pieds l’ont dépassé, se bloquant par la pression et l'empêchant de remontant à la surface. Son seul moyen de s’en sortir est de se libérer d’abord les mains puis les pieds. Dépêche-toi chaton, tu n’as pas beaucoup de temps.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crazy Girl
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: Renouveler ses voeux   Dim 26 Nov - 14:43


Renouveler ses vœux


Saizen

C’est quand même le comble, trésor, que je sois obligée de te menacer de disparaître pour que tu fasses de nouveau attention à moi ! On s’était promis bien des choses que tu as tendance à oublier, et moi, je ne vais certainement pas oublier notre passé, ni même oublié d’organiser notre futur ! Mais d’abord, on se concentre sur le moment ! Surtout qu’il y a pas mal de choses qui se passent. Bon, d’accord, pour le moment je suis la plus blessée mais tu me permets d’inverser la tendance ? De toute façon, prêt ou non, je ne vais pas m’empêcher de jouer !

J’entends Aizen qui s’approche, il ne cherche pas à être silencieux, en même temps, mon trésor et la discrétion, ça fait deux ! Deux mille très exactement ! Ca c’est mon domaine et je vais jouer ce soir ! Mais pas encore maintenant, pour le moment, je veux voir si tu es capable de me retrouver. On a déjà perdu pas mal de temps de jeu, le temps que tu arrives à cette usine, alors ne retardons pas plus le moment de se retrouver !

J’entends le premier piège qui s’active, me faisant faire volteface et je vois un petit tas sur le sol, mais pas d’Aizen en vue. Je laisse un grand sourire prendre place sur mes lèvres pendant que je tournoie sur moi-même, le voyant agir sans jamais l’apercevoir. Qu’est-ce que tu comptes faire maintenant ? M’affronter de face ? Me tuer ? M’ignorer ? Je détesterais ce dernier choix, mon doux trésor, ça serait le pire, sois en sur !

Brusquement, je me retrouve contre le sol, à plonger dans les beaux yeux clairs de mon trésor. Tiens, tu as l’air furieux, mon adorable fou, est-ce que c’est moi qui te fait ça ? Oh allez, tu devrais être capable de jouer ! Nous avons déjà fait bien pire que d’insinuer une séparation ! Et puis il faut savoir entretenir la flamme ! Par contre, je déteste toujours autant tes façons de faire, tu pourrais quand même me laisser t’observer à l’œuvre ! Grr !

Quand je reprends conscience, il me faut plusieurs clignements de l’œil pour voir par-dessus le voile rouge devant mes yeux. Du sang, mon sang. Et même par pour nous amuser, nan, juste pour que je ne parle pas. C’est vilain ça mon trésor ! Par contre, ses paroles me font de nouveau voir rouge. Essaie donc de t’occuper de quelqu’un d’autre, et on va voir si tu gardes ta gueule d’amour ou si tu ne perds pas tes yeux au passage ! Si jamais ça devait arriver, je te jure que cette pétasse vivra les pires moments de sa vie et toi, tu vas totalement détestée la suite !

« Je n’ai rien à te prouver, Aizen, c’est à toi plutôt de me prouver que j’ai raison de rester ! »

Oui oui, je suis suspendue soudainement par les bras et je me rends compte que cette situation pue du boudin ! Mais hey ! C’est pas pour autant que j’ai pas à manifester mon mécontentement ! Je ne suis pas une poupée avec qui on joue, j’ai des sentiments ! Et là, je pense que mon trésor s’est rendu compte que je n’aime pas du tout son ton, parce que je ne l’appelle par son prénom que dans les pires moments… Ou lors d’une situation bien différente de celle-ci, bref !

Je le fusille du regard pendant qu’il s’éloigne et je ne baisse même pas les yeux sur le bloc d’eau qui m’attend. Je retiens un petit cri quand je tombe, par contre je ne le retiens pas dans l’eau. C’est froid ! C’est liquide ! Je déteste le froid, ça me fait me recroqueviller du bout de mes orteils ! Mettez-moi en plein milieu d’un feu, rien à faire, mais l’eau froide ? Ah ça non, c’est dégoûtant ! Si j’attrape un rhume, je te jure Aizen, je te tue !

Je n’ai même plus envie de jouer selon les règles, de jouer avec Aizen. A la place, je baisse mes mains liées vers la banane accrochée à ma taille, sortant de sa pochette une grenade. C’est une grenade à choc, l’un des seuls types prévus pour fonctionner dans tous les terrains, tous mes autres gadgets doivent être foutus avec l’eau, mais ça… Et avouons le, c’est le seul point qui m’empêche de paniquer. Je déteste l’eau. Même un bain, je n’aime pas ça et ça fait des années maintenant. Un lac, ça me fait paniquer alors un container à eau ? Sans ma grenade, je me serais noyée, c’est sur ! Et bon, je sais que je l’ai jamais dis à Aizen mais quand même, je pense que c’est assez évident que c’est ma phobie, la seule chose qui me donne envie d’arrêter de jouer pour me rouler en boule sous mon lit !

Je dégoupille la grenade, la laissant tomber dans l’eau et trois secondes plus tard, la grenade produit une impulsion qui détruit le verre de la structure, provoquant son effondrement et libérant toute l’eau en une énorme vague. J’ai le plaisir de voir qu’Aizen s’est laissé surprendre, et mouiller, avant de me débarrasser des liens à mes pieds, m’écartant ensuite avec un petit pas dansant avant que les épées ne tombent derrière moi dans un petit bruit schuintant. Et pendant que j’avance vers Aizen, je me débarrasse des chaînes autour de mes poignets.

J’esquive un coup de mon charmant mari avant de me glisser derrière lui, entourant d’un geste habitué sa taille, ses mains et sa nuque de la chaîne, le bloquant efficacement. Oh je ne suis pas méchante, la preuve, je lui laisse accès à ses jambes. Je reste dans son dos, resserrant les chaînes en tirant dessus pendant que je lui parle contre sa nuque, sentant l’eau dégouliner de mes vêtements et de mes cheveux, le jour où j’ai choisi de me maquiller en oubliant le water proof !

« L’enfer, c’est notre territoire, c’est nous qui le créons, nous qui l’animons, qui le vivons. Mais faut croire que tu as oublié ça, mon amour. Toi et moi, c’était pour toujours, tu n’aimes pas les menaces, moi j’aime les promesses et je déteste qu’on les oublie. »


Je pense que je t’ai prouvé que je reste toujours aussi digne d’intérêt, n’est-ce pas ? C’est notre jeu mon amour, notre enfer, notre vie. On ait des plans sur la comète, on déjoue ceux de l’autre, on le met dans une mauvaise posture et on se sauve l’un l’autre. Ou pas. Le dernier point reste un peu obscur, je sais !

Et je déteste ce qui se passe là, parce que maintenant, je n’ai même plus envie de jouer ! Nan je veux juste passer des vêtements secs et me laver la figure. Je dois ressembler à un clown triste, le genre dont on se moque dans la rue, quelle horreur. Je retiens un frisson de dégoût et finalement, je lâche les chaînes d’Aizen, le laissant se débrouiller avec les nœuds.

« Je n’ai plus envie de jouer, je rentre, avec ou sans toi. »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Renouveler ses voeux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Renouveler ses voeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mariage de Brise et Hegdes
» pour renouveler ma garde robe
» Voeux et Vertus d'un Chevalier d'Azeroth
» Voeux et vertus
» Tous nos meilleurs voeux 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Sud :: Usines-
Sauter vers: