Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Astrid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La reine
Messages : 7
Date d'inscription : 26/05/2017
Age : 213
MessageSujet: Astrid   Ven 26 Mai - 14:24


Astrid Thorsen
Feat. Katheryn Winnick

Date de naissance 04.03.1805
Lieu de naissance : Norvège
Age : 212 ans
Statut : Célibataire
Groupe désiré : Strigoï
175*280



Histoire

J’ai été beaucoup de choses au cours de ma vie, une paysanne, une reine, une mère, une guerrière, une femme battue et torturée, une strigoï. Alors installez-vous bien car je vais tout vous raconter, après tout, n’êtes-vous pas là pour ça ?

Pendant les dix-huit premières années de ma vie j’ai été paysanne. Je m’occupais de la maison, des animaux, de la plantation. J’aidais ma mère à élever mes cinq frères, même ceux plus âgés que moi. J’avais des rêves innocents que je croyais irréalisables. J’étais encore loin de me douter de ce que me réserverait la vie. C’est grâce à l’aîné que tout a basculé, ou à cause, je ne saurais pas trop dire aujourd’hui. Devenu guerrier au sein de la cour royale, il m’a invité à l’accompagner à un banquet avec l’accord de mes parents. En réalité c’est surtout mon père qui voulait que mon frère me présente à de riches hommes, et bien ça n’aura pas loupé. J’étais parée de ma plus belle robe pour l’occasion et pourtant loin d’être à la hauteur de tous ce que portaient ces femmes à la cour. Je ne voulais plus y aller, je ne voulais pas avoir honte, mais mon frère m’a convaincu que ma beauté naturelle suffirait à faire oublier notre classe sociale.

C’est le roi lui-même qui m’a désiré, visiblement mon frère avait raison. Quand j’ai su que j’avais séduit un homme comme lui, j’ai alors tout fait pour user de mes charmes et l’avoir à mes côtés. J’ai pris conscience pour la première que mon corps pouvait être une arme. Beaucoup critiquaient ce petit jeu entre lui et moi, disaient que ce serait mauvais pour la réputation d’un roi de s’enticher d’une pauvre paysanne, mais j’ai gagné. Il est tombé fou amoureux, au grand bonheur de ma famille. Est-ce que j’aimais cet homme ? Oui, il était séduisant et courtois, doux et aimant. J’avais eu la chance d’attirer la bonne personne. Sauf qu’il était hors de question pour moi de devenir sa maîtresse, je ne pouvais pas perdre ma virginité et changer de vie pour n’avoir que ça. Non, je ne le voulais pas, alors j’ai fait en sorte de le rendre accroc, je l’ai poussé à me désirer un peu plus chaque jour sans jamais rien lui offrir. Jusqu’au jour du mariage.

J’ai dix-neuf ans et je suis mariée à un homme de vingt-six ans. J’ai dix-neuf ans quand je deviens reine de Norvège. Ma vie a basculé du tout au tout ce jour-là, ainsi que celle de ma famille. Chacun de mes frères a pu obtenir le poste qu’il désirait, mon père est devenu comptable à la cour et ma mère est devenue une Dame. Ceux qui disent que l’argent ne fait pas le bonheur ont tort, nous étions riches et nous étions enfin heureux. Puis un problème s’est rapidement posé, je n’arrivais pas à avoir d’enfants, je n’arrivais pas à offrir un héritier au roi. Ça a duré presque deux ans, ça a failli me coûter ma place au trône et je sentais que mon mari s’éloignait de jour en jour. Jusqu’à ce que je tombe enceinte. A vingt-un ans j’ai donné le premier héritier au roi, un jeune fils nommé Christian. A vingt-deux ans nous avons eu un autre enfant, un autre garçon, Frédéric. A vingt-trois ans nous avons eu une ravissante petite fille, Noora. A vingt-quatre ans mon mari est mort dans la bataille.

Après le statut de reine et de mère, on passe maintenant au statut de guerrière. Notre pays n’était pas loin de finir en feu et en cendres, il n’y avait plus de roi et ses héritiers étaient bien trop jeunes pour gouverner quoi que ce soit. Comme aucun homme ne parvenait à se mettre d’accord, j’ai commencé à prendre les décisions. J’ai alors découvert une nouvelle facette en moi, une femme forte et stratégique. Ça a marché. Nous avons réussi à repousser l’ennemi, nous avons réussi à gagner la guerre grâce à mes propositions et j’ai commencé à aimer le pouvoir à partir de ce jour-là. Gouverner me plaisait, mais ce n’était pas suffisant, je voulais ressentir ce que ressentent les hommes au combat, alors on m’a appris à me battre. Je n’ai jamais été aussi respectée que durant ces quatre années de règne. Toute la Norvège me suivait, toute la Norvège pensait que je les mènerais au sommet, ça a été le cas, durant un temps.

Puis comme tous les hommes j’ai fini par avoir trop soif de pouvoir, je voulais conquérir des terres, des biens et je ne savais plus m’arrêter. Personne ne voulait m’arrêter car tout comme moi ils aimaient ça. Sauf que nos ennemis n’aimaient pas cette humiliation et nous n’avions pas prédit que certains s’allieraient entre eux pour nous atteindre. La guerre a éclatée, nous étions encerclés d’ennemis et même si pour l’heure nous leur tenions tête, je savais que ça ne durerait pas éternellement. C’est à cette période que je l’ai rencontré. Cet homme, ce strigoï. Il était amoureux de moi, je ne l’aimais pas, mais je savais qu’il pourrait me sauver la vie, pas en combattant non, ils étaient beaucoup trop nombreux même pour lui, en revanche il pouvait me faire renaître.

Alors j’ai tout organisé, la fuite de mes trois enfants, la fiole de sang, le drapeau blanc. Je ne voulais pas que tous mes hommes se fassent massacrer par ma faute, alors j’ai offert ma vie, sachant pertinemment que je reviendrais d’entre les morts. Peut-être aurais-je dû fuir moi aussi. Peut-être aurais-je dû laisser les miens mourir. Je leur avais demandé une seule condition : une mort rapide. Ils ne l’ont pas respecté. Ils m’ont enfermé dans une cage tel un animal, torturé, violé par tous les rois que j’avais offensés. Pourquoi ne me tuaient-ils pas ? Je ne savais pas ce qu’ils attendaient, jusqu’à ce qu’ils me les montrent. Ils avaient intercepté mes trois enfants et ils m’ont forcé à regarder leur mort à tour de rôle, c’était au moins rapide, mais tellement sanglant. Je suis morte cette nuit-là, juste après eux.

Je ne pensais pas me réveiller après tous ces jours passaient depuis que j’avais bu cette fiole de sang. Je ne voulais pas me réveiller. Puis il m’a serré contre lui lorsque j’ai ouvert les yeux et m’a expliqué qu’il trouvait le moyen de glisser un peu de son sang à chacun de mes repas. Je l’ai tellement détesté de m’avoir ramené. Comment pouvais-je vivre après ça ? Après ce qu’ils m’avaient fait ? Après ce qu’ils avaient fait à mes enfants ? J’ai vingt-huit et je suis devenue une strigoï, mais surtout une femme qui déteste les hommes. Il a été mon premier meurtre en tant que vampire, mais rapidement les autres ont suivi. Je les ai tous tué, j’ai vengé mes bébés, je me suis vengée moi-même, les achevant jusqu’au dernier. Mon premier véritable massacre, mon premier véritable bain de sang. Toutes les guerres que j’avais menées à côté n’étaient rien comparées à ça.

J’ai quitté la Norvège, reprenant mon ancien nom, allant de pays en pays, évoluant en suivant l’aire du temps. Je suis devenue une femme intrépide, sans scrupule, presque insensible. Je me suis mise à apprécier la compagnie des femmes, me jurant de ne plus jamais retomber dans les bras d’un homme. Jusqu’à lui, Alec Mcdowell. Ce n’est pas de l’amour, juste du sexe pur et dure, avec quelques avantages puisque j'arrive souvent à obtenir de lui ce que je veux. Il est l’heure pour toi de rentrer à Missoula mon mignon, ne me force pas à torturer ta sœur pour te convaincre. Il est aussi l’heure pour moi de découvrir une nouvelle ville. De grandes choses nous attendent là-bas, crois-moi, et ce sera une partie de plaisir.


Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Astrid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» set fire to the rain (astrid)
» Recrutement de Go-astrid sacrieur 185 mule de Go-titi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Administration :: Présentations :: Strigoïs-
Sauter vers: