Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Face à mon sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le roi des échecs
Messages : 9
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 121
MessageSujet: Face à mon sang   Ven 2 Juin - 10:42


Face à mon sang
Daniel & Kahlan


Stupide. Stupide… J’entends ce mot résonner encore et encore. Stupide. Synonyme de bête, crétin, inintelligent, sot. Vient du latin « stupidus ». Ouais, j’ai été ainsi. Des centaines de jours, d’heures. Des milliers de moments, de secondes. Tout ça, envoyé d’un revers de la main, d’un coup d’échec et maths. C’était fini, c’était terminé, et j’étais laissé derrière. J’arrache une gorge de plus, un autre qui passe sous ma main. Ou qui se laisse aller sous ma main, voulant rejoindre sa famille ? Stupide. Tu aurais du chercher à les venger. J’aurais peut-être eu assez mal pour me reconcentrer.

J’avance. Je laisse derrière moi un sillon de morts mais je m’en rends à peine compte. Laisser derrière, laisser pour compte. Depuis combien d’années m’as-tu considéré comme ton valeureux pion ? Avant de décider que tout d’un coup, je n’en valais plus la peine ? Oui, j’ai été stupide, comme le dit cette voix, stupide de compter sur autre chose que sur moi-même. J’entends au travers d’un tunnel un grondement, un gémissement. Je relève les yeux, je voix comme un mirage, comme une forme. Je m’approche, un peu, avant de me rendre compte de ce que je tiens dans ma main – quand ai-je saisi cet objet ? – c’est un médaillon. Mais pourquoi l’ai-je ramassé ? Je dois dire que je n’en sais rien. Mais je l’ai entre mes mains et quand je le porte à mon regard, je vois cette emprunte, minuscule, cette série de petits coups qui forment un motif… Stupide Oui, je sais que j’ai été stupide ! Maintenant tais-toi ! Je donne un coup de pieds dans l’un des débris qui m’entourent et je me reconcentre sur le médaillon. Il a la marque de Lucas. La marque de mon frère ennemi. C’est vrai. Il y a Lucas, et Kahlan, dans cette ville, dans cette vie. Ce n’est pas encore le moment de sombrer. Il reste des choses à faire, des choses à voir. Il est temps que je reprenne le contrôle et les devants. J’ai bien trop perdu de mon temps. Distraitement, je passe le médaillon autour de mon cou et je me rends compte de mon état. Je n’ai pas changé de vêtements depuis les cinq jours de son départ, et ils sont couverts de sang et de morceaux d’organes. Il est temps de se rendre un peu plus présentable…

Je m’enfonce dans la forêt, jusqu’à trouver un point d’eau où je m’immerge. Je n’y reste pas longtemps, frottant ma peau pour enlever le plus gros de cette couleur rouge qui représentait mon éternité. Quand je sors, le point d’eau est rose et il le restera longtemps, contaminé, transformé, sublimé ou maudit. Je lève la tête, entendant des bruits de pas, de course même, je me dirige vers eux quand je me rends compte qu’ils font un détour et que je ne risque pas de les croiser. Il est temps de me remettre dans le bain, d’arrêter de me plaindre et de geindre comme un bébé. C’est le moment de reprendre le dessus.

Quand j’avance, je tombe sur une surprise. Trois hommes, avec des fusils de chasses. Trois chasseurs donc. Stupide Chut. Et ils sont à l’arrêt, en train de viser quelque chose avec concentration. Quand je suis leur regard, je tombe sur une crinière de cheveux bien connus. Le temps que je réagisse… Pan ! Un tir. Je suis à deux doigts de les étriper sans sommation quand je me rends compte qu’ils ont visés le loup que Kahlan caressait et non pas Kahlan. Des chasseurs d’animaux, et non pas de strigoï. Mais ça ne va pas vous aider les gars, parce que de ce que j’ai vu de ma sœur… Pour le coup c’est vous qui avez fait un truc stupide !

« Ma’m’selle, tout va bien ? Plus de dan’er, il est mort c’t saligaud, ça fait’des jours qu’on le chasse, j’ai eu p’ur qu’il vous f’sse du mal ! »

Oh cet accent. Mes oreilles saigneraient si elles le pouvaient. Je grimace avant de m’avancer et je donne un grand coup dans le dos des deux mecs qui n’avancent pas vers ma sœur. Bah ouais, joignez vous à la fête ! Et en même temps, j’apparais au regard de ma sœur mais je suis pas certain qu’elle s’en rende compte là, elle a l’air assez furieuse. C’est bien une Fisher ça !

« Salut sœurette, t’es prête pour le dîner j’espère ? Il est servi sur place ! »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Face à mon sang   Mer 7 Juin - 1:19


Face à mon sang
Daniel & Kahlan

La vie a toujours été incompréhensible à mes yeux, joueuse, étrange, bonne et mauvaise, douce et malsaine. Elle offre et elle reprend, elle crée et elle détruit. Et vous les Hommes, vous vous croyez au-dessus de tout ça, vous vous croyez à son pied d’égalité. Je n’aime pas les Hommes, de quelle espèce qu’ils soient, je les trouve mauvais et répugnant, ils ne méritent rien d’autres que la mort. Il n’y a que les animaux qui me fascinent, qu’eux que je comprends, qu’eux qui peuvent m’influencer. Cette femme aura pourtant essayé, Malia Steele, la petite amie de mon frère, du moins l’ex. A peine ai-je posé mon regard sur elle que je savais que je la détesterais. Je ne sais pas si tu es au courant Daniel de ce qu’elle a voulu faire, m’éloigner de toi, me chasser, tenter de me tuer. Mais aucun Homme ne m’effraie. Je n’ai jamais cherché à parler d’elle avec toi, à quoi bon ? Tôt ou tard tu finirais bien par ouvrir les yeux à son sujet, il semblerait que ce jour soit arrivé plus vite que je ne l'avais pensé.

Je crois que mon frère va mal, je n’en suis pas sûre, j’ai du mal à discerner les émotions. Je ne cherche pas à l’aider pour autant, c’est un grand garçon, il se relèvera tout seul, et puis quelqu’un d’autre a besoin de mon attention. Une louve ne va plus tarder à accoucher, je peux entendre trois cœurs battre à travers son ventre. Je reste à ses côtés, la protégeant de ceux qui la traquent. J’ai déjà tué un chasseur l’autre soir, mais visiblement ça ne suffit pas à les faire fuir. Perdue dans mes pensées, je caresse doucement son pelage, l’aidant à se calmer. Les bébés vont sortir, ce soir. La louve est posée à mes côtés, incapable de bouger, attendant que ses enfants viennent au monde. Puis très vite la compagnie se joint à nous. Pourquoi ai-je laissé mon esprit s’envoler aussi loin ? Si j’étais restée concentrée, j’aurais pu réagir à temps.

Le coup de fusil est tiré et j’entends la louve gémir de douleur. Lorsque ma main caresse sa peau pour la calmer, du rouge se dessine sur ma peau, du sang. Ma main tendue sous mes yeux, je reste là à fixer cette tâche rouge, sentant la colère grandir en moi alors que l’un de ces hommes prend la parole. Je me lève de ma place, dépassant la louve, continuant de fixer ce rouge alors que je me rapproche. Je ne prends que brièvement conscience de la présence de Daniel, j’entends tout de même ses mots, c’est le signal dans mon esprit pour attaquer. Dès lors que mon regard croise les yeux du premier chasseur, il n’y a plus que la sauvagerie qui se lit dans mes yeux.

Je me jette sur le premier, le renversant au sol, mordant, griffant, arrachant sa peau alors qu’il se met à hurler. Je ne cherche pas à me nourrir, seulement à détruire. J’abandonne le premier dans un mauvais état avant de passer au suivant, sous le regard amusé de mon frère. Il faut croire que ces humains sont trop choqués pour s’enfuir. Celui que j’attaque tente quand même de se débattre, mais aucun de ses coups ne me fait arrêter. N’avez-vous pas compris ? J’aime la douleur. Le troisième a quand même la bonne idée de braquer son arme vers moi, mais Daniel veut intervenir. Personne n’a le droit d’intervenir. J’use de ma rapidité pour disparaître du champ de vision du chasseur et renverser Daniel au sol, lui montrant mes crocs pleine de sang d’un air menaçant.

- Ils l’ont blessé. Ils sont à moi !

Sauf que dès lors que je termine de prononcer ces mots, un tir de fusil résonne et ce n’est qu’après avoir vu mon sang couler le long de mon bras que je ressens ces légers picotements dans mon épaule, une sensation plaisante. La seconde suivante je me retrouve devant le chasseur, son fusil dans ma main que j’enfonce dans son ventre avant de le retirer d’un mouvement sec, créant un trou béant dans son estomac et le laissant se vider de son sang sur la terre froide de la forêt. Le sang à mon épaule continue de couler, visiblement la balle est restée à l’intérieur mais je n’en ai que faire, ce qui m’intéresse c’est de savoir si la louve s’en est sortie. Alors je retourne la voir, elle est encore en vie mais mal en point, sans doute n’aura-t-elle pas assez de force pour donner naissance à ses enfants. J’entends des bruits de pas, Daniel approche. Je protège la louve de mon corps, montrant à nouveau les crocs à mon propre frère, comme s’il était lui aussi un ennemi.

- N’approche pas ! Les Hommes ne savent que détruire et tu es comme eux, tu l’as laissé te rendre comme ça.

Ne crois pas que j’ignore ce que tu faisais ces derniers jours, je t’ai vu détruire, tuer en abondance sans jamais être rassasié. Ce frère-là n’est pas celui que j’ai connu et je sais que c’est elle qui t’a créé, qui t’a transformé, qui t’a rendu ainsi. Tu es devenu un animal sauvage mon frère, le genre d’animal que l’on ne veut pas approcher, pas même moi. Je reporte mon regard sur la louve qui continue de gémir. Sans doute devrais-je la tuer pour abréger ses souffrances, mais je n’aime pas avoir à faire ce genre de choses... Les Hommes me forcent toujours à faire ce que je ne veux pas.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le roi des échecs
Messages : 9
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 121
MessageSujet: Re: Face à mon sang   Jeu 10 Aoû - 18:56


Face à mon sang
Daniel & Kahlan


Bah sœurette, t’as pas l’air très contente. C’est à cause des chasseurs ? Dis toi que ta louve, tu pourras la remplacer, t’en as plein d’autres qui grouillent dans la forêt. Par contre, un moment comme celui-là, entre frère et sœur, ça se fête, ça n’est pas arrivé si souvent que ça après tout ! Enfin, t’as l’air un peu enragée petite, bien que j’apprécie ça, ça serait cool que tu te calmes, histoire qu’on puisse faire la fête. Mais bon, c’est que mon avis après tout. N’empêche que je serais curieux de voir comment tu te calmes. Est-ce que tu vas arracher leurs tripes pour nourrir ta louve ? Ca serait amusant à voir, j’avoue. Stupide Ah tiens, t’es de retour la petite voix ?

Soudainement, je vois ma sœur entrer en action alors je profite de la vue, ça n’arrive pas si souvent que ça que la sauvage Kahlan soit déchaîné contre quelqu’un d’autre que moi. Joli tout ça, bien joli. Mais tu pourrais y mettre plus de forme, on dirait un bulldozer. Bon, un très joli bulldozer, forcément, tu es une Fisher ! Mais tout de même… On peut y mettre des formes, faire de l’art. Toi, tu fais plus boulet de démolition. Je vois une arme pointée vers ma sœur donc j’avance vers lui. Ouais, hors de question de voir le spectacle se terminer aussi rapidement. Et me parlez pas de mon instinct fraternel, il est là, il est juste… très loin. Psychopathe Ah ouais, présent ! Qui me demande ?

Brusquement, je me retrouve sur le sol à contempler la vue des crocs de Kahlan – tu devrais te laver les dents ma sœur, t’as un bout de chair humaine entre ton incisive et ta canine – et je comprends que ma sœur a décidé de se la jouer solo. Bah écoutes, fais ce que tu veux mais franchement, tu pourrais évoquer de meilleures raisons que ça ! T’as tout plein d’excuses mais nan, t’utilises cette louve ridicule. De toute façon, ça vit pas vieux un loup alors qu’elle soit morte maintenant ou plus tard, quelle importance ? Je lève les mains en une posture innocente et j’entends le coup de fusil. Ah bah tiens, on dirait bien que je suis vengé. Psychopathe. Quoi ? Je connais juste ma sœur, elle est costaud, c’est pas ça qui va la mettre à terre. C’est pas être psychopathe ça, c’est être logique. LO-GI-QUE, tu comprends ce mot petite voix ?

J’assiste à la fin du spectacle, assis par terre, voyant ma sœur se désintéresser des cadavres pour s’intéresser à la louve. Alors primo, t’aurais au moins pu te nourrir avec mon cadeau ! Deuxio, t’aurais pu m’en laisser un quand même ! Je me relève finalement, m’approchant de Kahlan et déclenchant ses instincts sauvages. Bouh, tu vas me rendre triste. Ah nan, je plaisante en fait. Et évites de parler de Malia veux-tu, c’est encore assez sensible pour me rendre sanguinolent.

« Oh ça va toi, on se calme. T’as beau dire, t’es pas différente de moi, d’eux, du reste du monde. Alors évitons les grands airs, on est en famille après tout. »


Et arrêtes donc avec cette louve, elle est en train de mourir de toute façon. Par contre, si tu te bouges le cul, tu pourras peut-être sauver les louveteaux, toi qui tiens tant que ça à être différente de moi. Enfin, je dis ça, je dis rien, si je cause, tu vas encore tenter de me bouffer de toute façon. Quoi que, ça serait amusant dans les journaux ça : Une vampire cannibale, elle ne laisse que les os de ses victimes ! On ferait la une ! Stupide ! Ah tiens t’es revenu toi ?

Je me laisse tomber au côté de Kahlan, plantant à son pied une lame que j’ai récupéré sur le corps d’un des chasseurs. Quoi ? Je suis gentil, je fournis les instruments ! Et j’ai hâte de voir tout ce que tu as appris. Bon c’est pas un humain mais c’est déjà ça de pris ! Montres-moi ton talent pour le découpage, tu veux ? Et je t’en montrerais encore plus derrière.

« Bah alors elle vient cette césarienne ? Nan parce que là, je t’attends ! Si tu ne te décides pas, dis le, je la tue juste et on passe à autre chose. »

J’examine mes ongles, l’air de rien, lui faisant bien comprendre qu’elle m’ennuie. Quoi ? Faut pas me regarder comme ça, c’est elle qui m’oblige à la pousser dans ses retranchements. Sans moi pour la booster, on y passerait cent sept ans et ça deviendrait un moment nostalgie. Autant dire que ça deviendrait chiant quoi. Allez plus vite que ça, qu’on passe à l’épisode suivant de la série Fisher, celui-ci a déjà trop duré.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La sauvage
Messages : 9
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 113
MessageSujet: Re: Face à mon sang   Mar 15 Aoû - 20:48


Face à mon sang
Daniel & Kahlan

Les chasseurs sont des êtres stupides, ils tirent pour le plaisir, massacre soit disant pour se nourrir, surtout pour avoir des trophées. C’est à cause d’un chasseur que j’ai quitté la forêt, blessée d’une balle perdue, il m’a recueilli et soigné. L’un des rares hommes que j’ai connu à avoir bon cœur, pourtant ça ne l’a pas empêché de recommencer à chasser des bêtes innocentes. J’aurais probablement dû tuer cet homme à l’époque, mais j’étais encore humaine et ensuite je l’ai tout simplement oublié. Eux je ne les épargnerais pas et je ne laisserais pas Daniel profiter du massacre. Je tue pour venger la louve, mais je tue vite encore une fois, car la souffrance des autres ne m’intéresse pas, contrairement à mon frère. Je suis bien plus attirée par la mienne.

Une fois les deux hommes morts, je ne me préoccupe pas de la balle dans mon épaule, au moins les picotements m’aident un minimum à garder mon calme. Par contre mon frère me rend d’autant plus sauvage. Je ne veux pas qu’il approche, il a déjà fait bien assez de mal comme ça en laissant ces hommes tirer alors qu’il les avait repéré avant, j’en suis sûre. Visiblement le fait que je le repousse ne lui plaît pas et il surenchérit en répondant que je ne vaux pas mieux. Je ne te contredirais pas à ce sujet Daniel, contrairement à toi je ne me suis jamais prise pour une reine. Quant au fait que nous sommes de la même famille... Ce mot ne veut plus dire grand-chose à mes yeux.

- Famille, encore un mot vide de sens.

La famille n’a jamais rien voulu dire à mes yeux. Combien de famille ai-je connu au court de mon existence ? Bien trop, et aucune ne valait mieux que les autres. Notre père nous a abandonné, notre mère était une junkie qui vendrait père et fils pour avoir sa drogue. Puis il y a eu cette autre famille, cette secte qui faisait de mauvaises choses en se convainquant être sur la bonne voie, qui m’ont fait faire des choses en me faisant croire que c’est ce que dieu attendait de moi. Puis il y a eu cette troisième famille, ces strigoïs qui m’ont appris à me nourrir, à faire couler le sang, à tuer vite ou douloureusement, à devenir aussi mauvaise qu’eux. Alors explique-moi Daniel, en quoi est-ce que le mot famille est censé vouloir dire quelque chose ?

Mon regard se porte vers la lame qu’il plante devant moi avant de me demander ce que j’attends pour faire la césarienne. La suite de ses paroles m’énerve davantage, comme je le savais, Daniel n’a aucun respect pour la vie, humaine ou animale. J’ignore ses mots, attrapant la lame avant de m’atteler à la tâche. Une louve est morte ce soir, je ne laisserais pas mourir deux bébés innocents, il y a eu assez de morts pour ce soir. Alors même si j’ai horreur de ça, je lui ouvre le ventre et m'applique à libérer les louveteaux qui se trouvent à l’intérieur, qui réclameront probablement très vite leur mère sans jamais la trouver.

Lorsque je lui ouvre le ventre, je ne peux m’empêcher de penser à cette femme. Elle faisait partit de la secte elle aussi, elle était enceinte du maître de la maison, comme bien d’autres. J’étais la seule qu’il n’avait pas encore touché, il disait attendre le bon moment, attendre que la lumière lui indique quand il aurait le droit de me prendre. Il m’avait demandé d’aider une autre femme pour l’accouchement parce qu’il y avait eu des complications et lorsqu’on était en train de perdre et la mère et l’enfant, j’étais la seule à avoir eu le courage de lui ouvrir le ventre pour sauver ce bébé, sacrifiant une vie pour en sauver une autre. Je reviens à la réalité lorsque les louveteaux gémissent. Ils auront besoin de quelqu’un pour leur apprendre à survivre et se nourrir. Je leur apprendrais, en l’honneur de leur mère. Je me lève de ma place et remets la lame pleine de sang entre les mains de Daniel.

- Si tu as un minimum de conscience, tu leur trouveras leur premier repas avant que je ne revienne.

Je n’attends pas sa réponse, je m’éloigne de lui et des louveteaux, prenant le risque de les laisser avec lui, j’ai bon espoir qu’ils puissent éveiller quelque chose de bon en Daniel, mais peut-être que j’en attends trop de lui. Je disparais un peu plus loin dans la forêt, là où se trouve l’un de mes nids et quelques affaires. J’ai besoin de me calmer et je sais comment y arriver. Lorsque je sais être seule, je m’applique d’abord à retirer la balle dans mon épaule, enfonçant mes doigts à l’intérieur de ma chair pour l’arracher. Une fois que j’ai terminé, je retire ma veste et la pose de côté dans l’herbe. En dessous je porte un pull large dont une grande partie du dos est découvert. Je sors alors de mes affaires un fouet d’une dizaine de lanières en argent, chacune d’entre elle ayant une lame en argent à son bout. Et je frappe, laissant les lames s’enfoncer dans ma peau, les lanières brûler ma chair. Puis je retire et je recommence, comptant le nombre de coups, me focalisant sur le bien être que me procure chaque coup. Je sais que je n’arrêterai que lorsque mon dos sera déchiqueté, ma peau arrachée et brûlée, les lames atteignant presque mes os. Chaque coup est plus douloureux. Chaque coup m’aide à me sentir mieux.

acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Face à mon sang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Face à mon sang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment tenir face à des chevaliers de sang
» Aventures de Gurlizek "hache de sang"
» Choisir la face du héros après avoir choisi sa classe [Résolu]
» He - Skaven ile de sang
» Les elfes de sang en manque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Autres lieux :: Forêt-
Sauter vers: