Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les yeux de diamant brillent dans la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Ven 30 Juin - 17:38



Les yeux de diamant brillent dans la nuit

Le temps joue contre nous. Tic tac. Les heures passent et l’ennemi se rapproche de son but. Tic Tac. Je vois des yeux, plusieurs paires de yeux, ceux d’hommes, ceux de femmes, je vois des visages sombres. Tic tac. Je vois un médaillon qui s’enfonce dans une porte, je vois une arme, je vois la mort, je vois le début de notre destruction. Tic tac tic tac tic tac... J’ouvre les yeux lorsque le camion se gare, me rendant compte que je suis toujours allongée dans le coffre, au beau milieu d’un tas de dessins que j’ai moi-même colorié. J’entends le camionneur refermer la portière et venir ouvrir le coffre, laissant pénétrer un rayon de lune à l’intérieur.

- Voilà on est arrivé à Missoula ma p'tite dame ! Oh bah merde alors... C’est quoi toutes ces feuilles ?

- C’est l’annonce de la fin du monde, mais rassure-toi Monkey, je suis là pour les arrêter !


Ils me regardent d’un air étrange alors que je lui adresse un immense sourire qui dévoile toutes mes dents. Oui une folle, mais il l’avait déjà vu avant d’accepter de m’embarquer dans son camion. Je ramasse mes feuilles et descends du coffre en sautant jusqu’au sol, puis je tapote l’épaule de monsieur Monkey avant de le remercier et lui souhaiter de faire bonne route pour la suite. Je lui fais un grand signe de main pour lui dire au revoir lorsqu’il s’éloigne, puis je défais le papier d’un bonbon que je balance dans ma bouche avant de me diriger vers le centre-ville de Missoula en chantonnant.

Sauf que plus j’avance et plus j’entends les murmures devenir de plus en plus fort dans ma tête. Je ne vous ai pas parlé des voix ? Oh ce sont elles qui m’aident à comprendre ce que je vois, ou à les rendre encore plus floue, tout dépend de leur humeur. Je ferme les yeux, essayant de me concentrer. Je vois la silhouette d’une femme, son corps est... Ravagé, excepté certaines parties, le reste est couvert de cicatrices. Je la vois avancer, entre quelques humains qui courent pour s’enfuir, elle ne cherche pas à les blesser, elle a d’autres cibles en tête. Puis le reste est flou, je vois une ombre, je vois du sang, la douleur et la mort. Les voix murmurent toujours les mêmes mots, ces mots que je répète à voix basse.

- Son retour dans l’agonie. Le sang nettoie le sang. Son retour dans l’agonie. Le sang nettoie le sang...

Quand ? J’ai besoin d’une date. Aujourd’hui. Dans quelques minutes. La vision s’arrête et je regarde autour de moi lorsque j’entends le clocher de l’église sonner vingt-trois heures, comme dans ce que j’ai vu. Où exactement ? Ce n’est pas dans cette rue mais c’est proche. Je me mets à courir, à chercher, jusqu’à ce qu’un humain apeuré me heurte et me fasse tomber, tous mes dessins se retrouvant étalés sur le sol mais je ne me préoccupe pas d’eux. Je m’avance vers la fille au corps meurtri et avant qu’elle ne tue ceux qui sont apparemment des alchimistes, j’attire son attention.

- Arrête ! Ne les tue pas. Ne fais pas le mal intentionnellement.

J’essaie toujours de raisonner l’ennemi avant de devoir prendre des mesures moins civilisées. La fille ne semble pas se préoccuper de moi, alors je prends le risque de m’avancer jusqu’à elle, sans la toucher. Je n’oserais imaginer le mal que cette fille a pu subir, mais le mal ne doit pas entrainer le mal, autrement le monde entier serait condamné. Je finis par la dépasser, me mettant entre la moroï et ses proies, de toute façon ils n’iront pas bien loin étant donné leurs blessures, et s’il le faut je les arrêterais moi-même, jusqu’à ce que je comprenne toute cette histoire. Sauf que lorsque je porte mon regard dans celui de la femme en face de moi, j'en perds mes mots et j’ai de nouvelles visions, les mêmes que tout à l’heure, sauf que cette fois je vois désormais son visage, celui de ma sœur.

- Son retour dans l’agonie. Le sang nettoie le sang...

Ehlena. C’est de ton retour qu’il s’agit, tu reviens le corps meurtrie, le cœur dans l’agonie et le sang de tes ennemis nettoiera le sang qu’ils auront fait couler. Je ne mettais pas préparer à ça, à la retrouver, surtout dans une telle situation. Moi la grande sœur qui n’ai pas su protéger son étoile, comment suis-je censée réagir maintenant que je l’ai retrouvé ?

- Mon Diamant... Je t’ai retrouvé.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 22
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Mar 11 Juil - 18:20


Les yeux de diamant brillent dans la nuit
Ehlena & Ellyn

De combien de temps disposons-nous encore, mon protecteur ? De plus si longtemps, tout du moins c’est ce que je pense. Il ne me reste que peu de temps avant que le château de cartes ne s’effondre. Le chasseur en a déjà bougé la première carte, l’équilibre devient précaire… Je ne sais pas quoi faire, à son sujet, à notre sujet. Depuis quand y a-t-il un nous déjà ? Depuis hier ? Depuis cette rencontre ? Depuis toujours ? Non, pas toujours. Non, avant je ne le connaissais pas. Alors… C’est depuis un certain temps. Mais maintenant, il faut que je trouve un moyen de le tenir au loin, le temps d’en terminer. Il reste peu de monde. Une petite dizaine de têtes, mais parmi eux, il y en a que je ne pourrais pas toucher avant la fin, dont un… Qui sera une proie bien spéciale.

Je me lève, passant devant mon mur de visages, pour sortir de ma chambre. Je ne referme pas ma porte, ce n’est pas comme s’il y avait quelque chose à voler. Je sens mon protecteur suivre mes pas, de loin. C’est étrange comme sa présence fluctue. Présent, puis déjà passé, mais revient dans un futur proche. Il ne sait jamais quelle place tenir. Quelle place lui donnerais-je, ce soir là… Oh ce soir, il se rapproche. Surprise. Sans Lui pour exciter mes émotions, je peux retourner à mon état de paix, de vide. Dans cet état qui me définit et me convient très bien.

J’avance. Je marche et je tourne. Je frôle mais j’évite. Je ne m’arrête pas d’avancer, une destination en tête. Cette date est bien particulière et elle verra la réunion de deux de mes cibles. Deux monstres qui rejoindront les enfers. Je les y retrouverais peut-être après mais dans ce cas, je reprendrais le rôle de leur bourreau avec plaisir. Un bruit, sourd, répétitif. Je m’arrête, mauvaise idée. Je sens, brusquement, un corps me rentrer dedans et le bruit s’arrête. Je n’ai pas besoin de me retourner, je sais déjà ce qui se passe. Le sang coule de ta gorge, celle que mon protecteur a saisi n’est-ce pas ? Mais tu n’es qu’un visage sans nom, alors pourquoi m’arrêterais-je sur toi ? Non, restes où tu es. Vivante ou morte, ce n’est pas à moi de le décider, nous verrons bien, enfin tu verras bien…

Soudainement, j’arrive à leur vue, tout comme ils arrivent à la mienne. Je ne m’étais pas rendue compte que j’avais tant avancé. Mais maintenant, ils sont devant moi et pourtant, encore bien loin. Plusieurs mètres nous séparent, et ils ne m’ont pas encore repéré. Mais ce n’est pas mon cas. Bien au contraire. Je m’approche un peu plus, remarquant qu’ils s’enfoncent dans une ruelle en compagnie de plusieurs autres hommes. Justement, des hommes. Pas mes cibles mais s’il le faut, je les détruirais. Tous ceux qui les fréquentent sont des pourritures. Alors pourquoi l’espèce changerait la nature des hommes les fréquentant ? Encore quelques pas, quelques pas de plus…

« Ehlena… »


Je vois mon prénom s’inscrire sur les lèvres de l’alchimiste qui a croisé mon regard et j’en sourirais presque, si j’étais capable de ressentir. Quelle ironie, moi aussi, j’avais cette expression de crainte, par le passé, quand tu venais t’approcher de moi avec tes instruments de science comme tu les appeler, tes instruments de torture, comme je les décrivais. Toi et ton acolyte m’avaient fait vivre un vrai horreur, je suppose que je me dois d’exercer un juste retour des choses. J’hoche légèrement la tête et cela suffit. Brusquement, à leurs yeux, ils se retrouvent sur le sol, projeté par une force invisible qui lacère leurs peaux et les ouvrent en deux. Les autres hommes détalent comme des lapins dans la direction approchée pendant que je m’approche de mes proies qui hurlent de terreur et de douleur. Mais c’est encore loin d’être suffisant…

« Pitié ! Stop arrêtes, je t’en supplie ! »

« Ehlena, stop ça ! »


Entre deux cris, j’entends leurs supplications qui ne me font ni chaud ni froid. C’est pour cela que je resterais un monstre. Parce que je ne suis ni capable de sentir des remords, ni de ressentir du plaisir dans ma vengeance. Je l’effectue par besoin, et non pas par pulsion. C’est une différence à prendre en compte. Malgré tout, j’éprouve une pointe de satisfaction à leurs douleurs, bien que celles-ci soit encore loin d’approcher celle que nous avions éprouvées…

Brusquement, je me retrouve  à avoir la vue bloqué par une femme légèrement plus petite que moi. Et quand je baisse les yeux, je croise un regard qui me dit quelque chose, sans que je n’arrive à retrouver quoi. Un petit air de déjà vu, mais pourquoi cela ? Quand elle parle, ses mots sont assez incompréhensibles pour que je ne réagisse pas, continuant à la regarder avec impassibilité. Par contre, le son de sa voix… Assez soudainement, j’ai un flash, d’une jeune fille qui coiffe mes longs cheveux en une coiffure qui avait l’air compliqué pendant que j’étais en train de rire. Rire ? Comment avait-elle réussi à me faire déjà ? Dis moi, Ellyn, comment faisais-tu ? Enfin, ce n’est pas intéressant. Ce n’est plus le présent. Dans mon présent, tu es parti, tu es bien loin. Et rien ne changera. Même si tu penses m’avoir retrouvé.

« Non, tu as retrouvé son ombre, son écho. »


Tu l’as connu, mon Henry. Le seul homme qui pouvait être mon double, mon miroir, mon amant et ma douce tendresse. Il a été mon meilleur et seul ami, toujours avec moi. Mais plus aujourd’hui. Alors sans lui, il ne reste que l’écho de la femme que tu as connu. Peut-être que Kyle a raison, peut-être que je commence à reprendre un peu de… consistance dirons-nous, mais ce n’est pas suffisant. Pas assez pour donner envie de vivre sans lui en tout cas.

« Pousses-toi, Ellyn. Je ne sais pas ce que tu fais là, mais ça ne te concerne pas. Retournes d’où tu viens. »


Arrêtez de provoquer des choses en moi, cela commence à me mettre sur les nerfs. Sciemment, je la contourne, me retrouvant de nouveau devant mes proies qui gémissent de peur en se rendant compte que je porte de nouveau mon attention sur eux. Et déjà, j’oublie, enfin du moins je tente d’oublier, la présence de ma sœur. A la place, je reprends où j’en étais, la jambe droite des deux alchimistes commençant à se déchirer, à se détacher du reste de leurs corps dans des bruits de chair et d’os brisé, de ligaments qui craquent. Dans des bruits qui m’ont si longtemps accompagné…

« Chacun son tour, n’est-ce pas… »



Dernière édition par Ehlena Adams le Sam 2 Sep - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Dim 16 Juil - 13:44



Les yeux de diamant brillent dans la nuit

Nous vivons dans un monde où tout doit être bien rangé avec des noms pour chaque catégorie, bien ou mal, gentil ou méchant paradis ou enfer, et blablabla. Conneries ! En réalité on est tous mauvais et bon à la fois, nous avons juste chacun une plus grande part de l’un ou de l’autre qui se développe, mais à la naissance nous sommes tous les mêmes. Oh puis il y a aussi la troisième catégorie de personnes qui ont 85% de folie et 15% du reste, coucou c’est moi ! Etre prise pour une folle ce n’est pas facile dans la vie de tous les jours, on vous fait consulter, prendre des cachets, et pour les pires d’entre nous on se retrouve enfermé. On nous regarde toujours avec dégoût ou pitié, nous ne sommes jamais considérés comme des êtres normaux. On met du temps à s’y faire, certains n’acceptent même jamais leur différence, moi j’ai fini par l’embrasser. A quoi bon prétendre être quelqu’un que je ne suis pas ? Je me moque bien de la société et de ses préjugés, je suis différente et je ne m’en cacherai pas, au contraire, je n’ai aucun problème à me faire remarquer. Et ceux qui tenteront de m’approcher verront bien que je ne suis pas un être dangereux, contrairement à d’autres personnes soit disant bien plus saines que moi.

Enfin bref, revenons à nos moutons, à force de déblatérer je divague, je me prends des vague et pouf ! Disparu, je me souviens plus de ce que je voulais dire ou faire. Ehlena ? Ah oui, merci petite voix ! Lorsque je plonge mon regard dans les yeux d’Ehlena, je la reconnais tout de suite parce que même si son corps a changé, les yeux ne changent jamais, c’est juste la lueur et l’intensité qui peuvent varier. Je me perds dans ses yeux autrefois étincelants qui ont perdu toute leur luminosité, ne laissant plus que la froideur et les ténèbres. Ce n’est plus ma sœur, ces monstres l’ont transformé. Je ne cesse de la fixer, mon cerveau se mettant sur off, je ne sais plus ce que je dois faire là tout de suite et aucune voix dans ma tête ne semble vouloir m’aider, bande de petites fripouilles ! Lorsqu’Ehlena me dit que je n’ai retrouvé qu’une ombre de ma sœur et me demande de retourner d’où je viens, je me dis qu’il est temps de réagir.

Sauf que non, Ellyn est restée en mode off. Allo la Terre, quelqu’un me reçoit ? Mayday, mayday, une moroï est en train de massacrer des alchimistes, je répète, une moroï est en train de massacrer des alchimistes. C’est lorsque je vois la quantité de sang s’écouler et entend les hurlements de ces hommes m’arracher le cœur que mon cerveau semble se reconnecter. Je ne peux pas la laisser faire une chose pareille, je ne peux pas laisser ma sœur devenir un monstre. Allez Ellyn, réagis ! Réagis ! Je dois me cogner la paume de la main fortement contre mon crâne à plusieurs reprises pour qu’enfin mes pensées puissent prendre les commandes de mon corps. Et je me jette sur Ehlena, littéralement. Je la renverse au sol et la retourne pour pouvoir la regarder droit dans les yeux, la maintenant bloquée au sol, plongeant mon regard dans le sien.

- Tu ne peux pas faire ça ! Je suis venue te sauver mon diamant, je suis venue retrouver la sœur que j’ai perdue.

Si ces hommes que tu tortures sont ceux qui t’ont fait du mal, alors tuons-les, qu’il ne puisse jamais blesser personne d’autre, mais ne les torture pas, je t’en prie ne deviens pas comme eux. Je refuse de te voir devenir un monstre. Je ressens une étrange pression sur mon corps, comme si une force tentait de me séparer de ma sœur, mais je maintiens ma prise, malgré cette étrange sensation qui me parcourt. Blesserais-tu ta sœur Ehlena ? Je suis prête à courir le risque. Plutôt que de continuer de la maintenir bloquée contre son gré, je relâche ses mains pour finalement l’enlacer, collant mon corps au sien, respirant son odeur, retrouvant un véritable contact avec ma sœur. Je sais que cette étreinte ne durera pas, qu’elle me repoussera, mais tant que je suis encore là, j’en profite pour chantonner doucement ces paroles.

- Laisse-moi soulever le voile, oh ma précieuse étoile. Tu n’as pas besoin de te cacher, car je suis là pour te protéger. Brille de tout ton éclat, qui illumine même l’au-delà. Toi seule peux traverser le firmament, mon doux et magnifique diamant.

Te souviens-tu de cette petite mélodie ? Je l’avais inventé pour toi et je te la chantais au départ pour t’aider à t’endormir après un cauchemar, ensuite lorsque tu étais triste, puis juste parce que tu aimais l’entendre. Cette mélodie te calmait à l’époque, est-ce toujours le cas aujourd’hui ? Je ne sais pas, mais je ne perds rien à essayer, même si ces paroles ne sont plus d’actualité. Je n’ai pas réussi à te protéger ma sœur et je m’en voudrais toute ma vie de cet échec. Toujours contre elle, mon visage au creux de son cou, je lui murmure doucement mon regret.

- Pardonne-moi Ehlena...


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 22
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Mer 2 Aoû - 13:32


Les yeux de diamant brillent dans la nuit
Ehlena & Ellyn

Qu’est-ce que vous avez tous à m’interrompre pendant mes sorties ? Ce n’est pourtant pas si dur de passer son chemin, de détourner les yeux en voyant d’autres personnes dans le besoin. Vous faites tous ça habituellement. Combien d’hommes se sont détournées des SDF ? Combien de dhampirs ai-je sollicité pour retrouver Henry, sans jamais reçevoir de réponse positive ? Oui, c’est le propre de l’homme de détourner le regard alors arrêtez de me regarder ! Je vois ton regard, Ellyn, je vois dans ton regard. Il porte la même étincelle de désapprobation que Kyle. Ouais, à vous deux, j’arrive même à identifier des sentiments… C’est pour ça qu’il faut que vous partiez. Parce que ma mission est la seule chose qui me maintient en équilibre. Et vous voulez me l’enlever. Vous voulez m’enlever la dernière chose qui me relie à lui. La dernière chose qui me relie également à cette terre. Sans ça, je meurs. Vous ne voulez pas le comprendre !

Je me détourne d’elle, physiquement et dans ma tête. Tu as des années de retard, ma sœur. Si tu étais venue pendant que je suppliais encore pour vivre, peut-être t’aurais-je mieux accueilli. Mais aujourd’hui ? Je sais que tu ne seras qu’un obstacle à mon but. Qu’une façon de me détourner de mon droit chemin. Comme Kyle. Décidément trop de point commun. Peut-être devrais-je vous présenter… Je ne sais pas pourquoi, à cette pensée, je ressens une crampe dans l’estomac loin d’être agréable. Arrêtez de penser à ça donc. Me concentrer sur eux. Tiens, d’ailleurs, ils viennent de perdre leurs jambes. Ça me paraîtrait presque plaisant… Si ce n’était pas aussi vide de sens, aussi vide de sentiments. Comme moi…

Brusquement je me retrouve sur le sol, égratignant la paume de mes mains et de mes genoux, quand un poids me compresse et me fait me retourner. Et dans ma tête, ils reviennent. Ils sont là, mon protecteur. Et je sais que bientôt, leurs mains dégoûtantes vont venir se promener sur ma peau avant de l’ouvrir délicatement, avant de trancher une partie de mes ligaments, me provoquant mille et une douleur et m’empêchant de fuir. Je t’en prie, reviens, mon protecteur. Parce que je ne résisterais pas une autre fois. Je sens un corps se coller tout entier au mien et je retiens mon cri. Mais à l’entente de cette balade, de cette musique, je me rends également compte que les courbes contre les miennes sont féminines. Les femmes ne sont jamais occupées de moi, sauf une fois, quand elles m’ont versées de l’acide dans les yeux avant de les faire revenir grâce à du sang de Strigoïs. Les femmes sont les pires. Le plus vicieuses. Les plus tendancieuses. Et les plus malignes.

Mais quand je baisse le regard, je me rends compte que c’est Ellyn, grâce à sa chevelure. Grâce à sa voix. Et aussi par le fait que, bien que mon protecteur soit tout contre nous et a ses mains posées sur les épaules d’Ellyn, il ne fait rien. Mais juste… Je ne peux pas subir autant de contacts. J’ai l’impression d’étouffer. Trop, c’est trop. Je ne le supporte pas. Je l’ai déjà trop supporté. Ça fait combien de temps ? Cinq minutes ? Dix minutes ? Ca fait trop longtemps que tu es contre moi.

« Tu arrives trop tard pour que je te pardonne ou pour retrouver ta sœur. Et c’est de leurs fautes ! »

D’un geste, je la repousse, m’asseyant au bout milieu de cette ruelle avant d’indiquer les alchimistes de ma main. C’est à cause d’eux que tu peux apercevoir toutes ses brûlures, toute cette peau abîmée, salie. Et si c’était le pire. Nan, le pire, c’est mon âme. Ils me l’ont arrachés un peu plus chaque jour et aujourd’hui il ne reste rien. Même pas assez pour savoir différencier le bien du mal et agir comme il le faut.

« Je n’ai plus grand-chose à faire avant d’être enfin libre, et sœur ou pas, je ne te laisserais pas te mettre sur mon chemin. »

Je ne suis plus à ça près, n’est-ce pas ? Peut-être rentreras-tu même dans la case des innocentes pour qui Kyle serait prêt à me tuer. Oui, je suis prête à aller jusque là, tout du moins je le pense. J’en ai assez de cette vie, de cette lutte perpétuelle. N’y a-t-il donc personne pour le comprendre… ?

« Pars Ellyn. Quittes cette ville, c’est la meilleure chose que tu puisses faire. »



Dernière édition par Ehlena Adams le Sam 2 Sep - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Jeu 24 Aoû - 14:46



Les yeux de diamant brillent dans la nuit

Qu’es-tu devenue ma sœur ? Qu’a-t-on fait de toi ? Je ne sais même pas pourquoi je me pose une telle question alors que je l’ai vu et vécu en partie. Oui j’étais avec toi là-bas Ehlena, incapable de les combattre, tout comme toi à l’époque. Bloquée dans un asile pendant que tu étais bloquée dans leur cage. Tu as souffert ma sœur, bien trop souffert, mais je refuse de te laisser partir pour autant, je ne t’abandonnerai pas, pas une deuxième fois. Reviens-moi mon diamant, je ferais tout pour faire revenir la sœur que j’ai connu, peu importe le prix à payer pour ça. Alors oui, je n’hésite pas à plonger sur toi, te renverser au sol et te retourner vers moi. Tu ne deviendras pas comme eux Ehlena, je ne laisserais pas une telle chose arriver. Je peux accepter de te laisser tuer pour ce qu'ils t’ont fait, mais pas la torture. Ne deviens pas comme eux.

J’aurais aimé pouvoir te calmer, mais tu me repousses et ça me brise le cœur, néanmoins je me doutais que ce ne serait pas aussi simple, pas après tout ce que tu as vécu. Les premiers mots qu’elle prononce me compriment le cœur : c’est trop tard pour que je te pardonne. J’aurais aimé que ce ne soit pas le cas, mais peu importe tes mots, je n’abandonnerai pas Ehlena, pas alors que je t’ai enfin retrouvé, peu importe à quel point tu as changé. Quant au fait que ces alchimistes sont responsables de tes malheurs, nous les ferons disparaître ma sœur, je te le promets, mais pas à ta manière. Elle s’assoit face à moi, avant de me repousser une seconde fois. Menacerais-tu de me tuer Ehlena ? Dans ce cas il faudra aller jusqu’au bout de tes menaces. Je ne partirai pas de cette ville comme tu me le demandes, pas alors que tu y es, pas alors que cette ville court à la catastrophe.

- Et que comptes-tu faire si je décide de rester, petite chenille ? Tu vas m’arracher les jambes comme eux ? Me broyer le cœur ? Non, je sais que tu ne le feras pas, ce n’est pas aujourd’hui que je suis censée mourir, ni dans cette ruelle.

Je sais déjà de quelle manière se déroulera ma mort Ehlena, et ce n’est pas aujourd’hui que ça arrivera. Alors oui, je peux bien prendre des risques puisque j’ai la certitude de réchapper à cette soirée. Assise sur le sol en face d’Ehlena, je plaque mes deux mains contre ses tempes, la forçant à me regarder dans les yeux alors que mon visage est si proche du sien, tellement qu’à peu de choses près je pourrais l’embrasser. Je sais que tu n’aimes pas les contacts Ehlena, mais avec moi tu devras t’y habituer et les accepter.

- Je sais ce que tu as vécu Ehlena, je l’ai vu et ressenti, j’étais là à travers tes yeux, à travers ton corps. Je sais qu’ils t’ont détruite, je sais que tu mérites ta vengeance, mais je t’interdis de devenir le monstre que tu poursuis.

Oui tu as bien entendu, je te l’interdis, après tout l’aîné est censé avoir le plus de pouvoir alors autant m’en servir ! Tu veux voir tes ennemis morts ? Alors tuons-les, assurons-nous qu’ils ne répètent pas leurs actes sur d’autres, que ces pourritures ne fassent plus de mal à personne, mais la torture n’est pas la solution. Tu ne devrais pas aimer ça Ehlena, tu ne devrais pas le vouloir. Ne te perds pas là-dedans je t’en prie. Je relâche ma sœur mais mes yeux sont toujours plantés dans les siens, si sérieux, si concentrés sur elle.

- Tue ces hommes, contente-toi de leur mort. Si tu joues à nouveau avec leurs souffrances je les achèverai moi-même et te volerai ta vengeance.

Est-ce que cette menace te fera enfin réagir ? Non parce que j’ai l’impression d’être face à un pantin sans expression possédant le corps de ma sœur. Ressens quelque chose Ehlena, de la peine, de la colère, de l’amour, n’importe quoi. Montre-moi que tu vis encore, montre-moi qu’il y a toujours des émotions en toi. Prouve-moi que je peux encore te sauver.


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 22
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Dim 3 Sep - 16:41


Les yeux de diamant brillent dans la nuit
Ehlena & Ellyn

Détourner la tête, détourner le regard. Faire comme si de rien était, comme si on avait rien vu. Les hommes, peu importe leurs espèces, sont les spécialistes dans cette catégorie. Faire semblant de rien est bien plus simple que tenter de réparer ses fautes et ses péchés. Alors fais donc comme eux. Choisis la voie de la facilité. C’est le propre de l’homme. C’est eux. C’est vous. Ca peut être toi. Ça sera toi. Pourquoi serais-tu différente ? Ce n’est pas parce que nous partageons le même sang, que nous sommes toujours des sœurs. Je ne suis plus celle que j’étais, celle que tu as connu, celle que tu as aimé. Il me reste à peine assez de raison pour différencier mes ennemis du reste du monde. Et ne croyez pas pouvoir faire revenir cette raison. Toi ou Kyle, vous êtes les mêmes êtres égoïstes. Vous faites la paire. Mais je ne veux pas de vous dans ma vie. C’est trop tard, bien trop tard.

Ce contact, je l’ai déjà trop supporté, je ne le supporte plus. Je fais preuve de violence, dans mes mots, dans mes gestes, dans mes images. Mais ça ne te suffit pas. Ca ne suffit jamais à une Adams, la violence, ce n’est pas ce qui nous décourage. A croire que tu aurais presque des points communs avec la femme que je suis devenue. Serais-tu devenue folle, comme moi ? Peut-être. Surement même. Après tout, tu poursuis une chimère ce soir. Encore une. Décidément, vous aimez ça, dans cette ville. Ce que je ferais ?

« Tu ne sais pas de quoi je suis capable. »

Pour te repousser ? Je suis prête à aller loin, bien plus loin que ce que tu peux imaginer. Je n’ai plus grand-chose à perdre, plus grand-chose à moi. Juste une vengeance qui touche à sa fin. Et pour la défendre, j’ai déjà été loin, bien trop loin. Et je n’hésiterais pas à aller encore plus loin. Oui, je ne suis plus rien de la fille avec son rien de folie douce, où seul sa sœur et son homme comptaient. Je ne suis plus cette fille là.

Elle me touche. Elle me touche et je hais ça. Je ne supporte plus ce trop plein de contact. Je ne supporte plus qu’on veuille me toucher. Je veux qu’on me laisse. Qu’on s’éloigne. Qu’on me laisse mon espace, qu’on me laisse respirer. Ses mots sont encore pires. Je ne peux pas imaginer que tu ais vu ce que j’ai vécu. Mais même en ayant vu, tu ne peux pas imaginer. Tu ne peux pas comprendre. Tu ne peux pas me comprendre. Tu penses pouvoir être plus proche que moi de tous les autres à cause de cela ? C’est faux. Au contraire, tu es encore plus loin que tous les autres. Enfin, les autres visages que j’ai retenu…

Sa menace. Sa menace suffit à faire bouillir mon sang, d’une façon désagréable, d’une façon que je n’ai pas ressenti depuis bien longtemps. Bravo, tu te places au même rang que les autres. Que mes ennemis. Je n’aurais pas pensé cela de celle qui avait partagé tant de temps ma vie. Je n’ai pas besoin de relever les yeux pour comprendre que mon protecteur est maintenant prêt à passer en mode offensif. Tu n’aurais pas dû passer à la menace.

« Les menaces ne servent à rien, il faut des promesses. Et les promesses ne valent rien sans les actes. »


La promesse du chasseur ne vaut rien. Parce qu’il n’est pas prêt à mettre ses actes en action. Il ne tiendra pas parole. Quand aux menaces… Menacer, c’est être faible. C’est ne pas tenir parole. C’est ne pas savoir mettre en action ses propos. Je ne menace pas. Je ne promets pas, habituellement, sauf à Henry. J’ai fais une seule autre promesse. Je la tiens en ce moment.

« Je te promets que je ne te laisserais pas faire. Je te l’ai dis, c’est trop tard. »

Je croise son regard une dernière fois avant qu’elle ne se retrouve traîner en arrière, sur le dos, jusqu’au mur, maintenu par mon protecteur. D’un point de vue extérieur, cela pourrait donner l’impression que je l’ai repoussé et qu’elle glisse… Sauf que nous sommes sur du béton et je ne l’ai pas touché. Je croise ses yeux écarquillées une seconde, le temps de me rappeler qu’elle ne connaissait pas mon protecteur. Tout comme elle ne me connait plus maintenant. Je me redresse, sans faire cas des blessures que je dois à ma rencontre avec le sol. Je le sais, je ne suis pas assez nourrie, c’est ce qui rend ma peau aussi fragile que du parchemin. Mais je ne ressens pas la soif, pas le besoin, pas même la faiblesse. Pas tant que mon esprit est au contrôle, aux commandes…

« Dernière chance, Ellyn. Pars. Ou alors tu seras considérée au même titre que les autres. »

Je sais que ma voix froide, sans sentiment, sans aucun intonation, peut être étrange, impressionnante même. Mais j’espère que malgré tout, elle se rendra compte du sérieux de mon menace. Je reconnais ton visage, oui. Mais ce n’est pas dur de te plonger dans la même brume que les autres. Et alors, dans ce cas, si tu as le malheur de me frôler… Tu pourrais être un dommage collatéral. Sans que je ne m’en rende compte. Sans que je culpabilise. De toute façon, ressentir est une perte d’énergie, une énergie que je ne possède plus depuis longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   Lun 9 Oct - 17:04



Les yeux de diamant brillent dans la nuit

J’aurais aimé que ce jour n’arrive jamais petite sœur, le jour où toi et moi nous confronterons. Je ne veux pas être ton ennemie Ehlena, je veux seulement sauver ton âme mais tu ne me laisses pas faire, tu ne me laisses aucune opportunité de t’approcher. Tu as raison, j’ignore de quoi tu es capable aujourd’hui, peut-être que tu auras le cran de me tuer mais je te connais assez pour savoir que même la femme que j’ai en face de moi sera détruite par un tel acte. Même si aujourd’hui tu ne me portes plus dans ton cœur, tu te détesteras d’avoir mis un terme à la sœur qui t’a tant apporté par le passé, qui t’a tant aimé et t’aime encore aujourd’hui. Alors pour cette raison je ne me laisserais pas mourir entre tes mains Ehlena, pas pour moi mais pour toi. Je refuse aussi de te laisser devenir comme eux, je ne veux pas voir ma sœur se transformer en monstre sans cœur. Laisse-moi croire qu’il y a encore une chance de te sauver.

Je vois les traits du visage d’Ehlena se tendre, visiblement ma menace a fait effet. Un peu trop effet d’ailleurs. Apparemment le temps des mots est écoulé. Je me retrouve alors traînée en arrière, mais pas par elle ni par quelqu’un d’autre à vrai dire. C’est comme une force invisible et froide, comme si le vent pouvait se matérialiser et toucher. Tu n’avais pas un tel pouvoir à l’époque Ehlena, je vois que ça aussi, ça a changé. Ma sœur m’offre une dernière chance de m’en aller, comme c’est aimable de sa part.

- Reçu cinq sur cinq. Je m’en vais Ehlena, mais tu me reverras vite.

Elle ne semble pas s’en inquiéter. Finalement Ehlena détourne son attention de moi et se reconcentre sur ses cibles et je me sens alors libérée de cette force qui me maintenait au sol. D’un coup je n’existe plus du tout dans le monde d’Ehlena, comme si j’étais déjà partie, bien loin de son esprit. Voilà de quoi jouer en ma faveur. Je grimace face aux prochains hurlements de ses victimes et je ne veux même pas voir ce qu’elle leur fait subir, autant m’épargner une nuit de cauchemars. A la place je me rapproche très discrètement dans le dos d’Ehlena, ravie d’être ignorée de la sorte.

Une fois arrivée à une certaine hauteur je sors un flingue de mon manteau. Est-ce que je sais tirer avec ce genre de chose ? J’ai pris un cours une fois, pas vraiment une réussite, mais bon j’ai pas grand-chose d'autre sous la main pour abréger les souffrances de ces hommes à distance. Ce sera une question de chance j’imagine. Je pointe, je vise et je me concentre au mieux pour avoir la tête de l’homme de gauche dans le viseur. Puis je tire. Rien. Oups, j’avais pas chargé. Malheureusement le petit déclic de la gâchette a déjà attiré l’attention d’Ehlena et je la vois planter son regard noir dans mes yeux alors que je lève mes deux mains en l’air, feignant d’être innocente malgré mon arme encore en main.

- Je t’assure que cette balle n’était pas pour toi sœurette.

Mais j’imagine que ça ne me sauvera pas de dire qu’elle était pour eux. Quand je vois le regard de ma sœur sur moi, je me dis que tout compte fait je devrais peut-être utiliser cette arme contre elle. Sauf que l’arme me glisse des doigts et tombe au sol, et là, le choc du flingue contre le béton déclenche une balle perdue. Bah on dirait qu’il était chargé tout compte fait... Est-ce que la balle a atteint quelqu’un ? Est-ce que j’ai blessé Ehlena ? Est-ce que j’ai tué l’un de ces hommes ? Ou peut-être un chat ? Faites que ce ne soit pas un chat ! Ehlena ne me regarde plus, ses yeux ont dérivés vers l'un des hommes qui semble avoir lâché son dernier souffle. C'est là que je vois ce trou par lequel une certaine quantité de sang s'est écoulé de sa gorge. Ketchup, on va dire que c'est du ketchup.

- Woh, même en me concentrant j'aurais pas visé aussi bien.

Je dois dire que je suis assez épatée mais je crois que je ferais plutôt mieux de courir, parce que j'ai comme l'impression que je risque de prendre la place du mort dans pas longtemps.


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les yeux de diamant brillent dans la nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les yeux de diamant brillent dans la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Danse avec les Loups] Un Hurlement dans la Nuit...
» Hurlements dans la nuit
» Les muses de la nuit [a effacer s'il vous plait ]
» Lumières orange pendant la nuit !
» Il se réveille la nuit, sale petit joueur ! ;-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Centre :: Rue piétonne-
Sauter vers: