Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La rencontre des héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: La rencontre des héros   Jeu 6 Juil - 17:57



La rencontre des héros

Je la vois, aussi clairement que si elle était juste devant moi : la porte de l’Enfer. Oui elle se tient là, terrée au chaud, attendant que quelqu’un vienne l’ouvrir et pille ce qui se trouve à l’intérieur, ou plutôt l’utilise. La destruction, voilà tout ce qu’apportera cette porte lorsqu’elle sera déverrouillée, le sang, la souffrance, la mort de milliers de personnes. Je dois empêcher ça, cette mission, c’est le but de ma vie, je dois sauver le monde, détruire cette porte, cette arme, ou au moins la protéger. Je me réveille au beau milieu d’une usine, me rendant compte que j’ai marché dans mon sommeil. Moi qui pensais que les visions n’avaient duré que quelques secondes, ils se trouvent qu’elles ont plutôt duré des heures. En tous cas j’ai eu le temps de traverser la ville et de faire cet immense dessin à même le mur de cette usine. La porte... Personne ne doit la voir, il faut que je détruise ce mur.

Je regarde autour de moi, cherchant ce qui m’aidera à détruire ce mur le plus rapidement possible. Mon regard se pose sur toutes sortes d’outils et de lames, pas vraiment pratique. La massue m’a déjà l’air plus costaud. D’ailleurs je me demande bien ce que font tous ces outils dans cette usine, on dirait que quelqu’un a rassemblé tout un attirail pour torturer une troupe. Les gens peuvent parfois être étranges. Je m’avance vers la massue, calculant son poids en la portant dans mes mains, jusqu’à ce que je relève la tête et que mon regard croise l’objet parfait dont j’ai besoin. Un grand sourire se dessine sur mon visage.

- Oh toi tu es faite pour moi ma jolie !

Je lâche la massue, la laissant s’écraser sur la table où je l’ai prise, puis je m’avance vers cette machine, prête à prendre les commandes de ce qui s’appelle une boule de démolition. Mes yeux brillent lorsque je commence à faire rouler l’engin. C’est que c’est assez amusant à conduire ce jouet.

- Vroom vroom !

Bon d’accord, ça ne roule pas si vite qu’on pourrait le croire, mais c’est quand même assez hilarant. Une fois positionnée, je commence à faire avancer la boule d’avant en arrière, la laissant prendre de plus en plus d’élan, jusqu’à ce que j’entende quelqu’un m’interpeller.

- Hé arrête ça tout de suite !

Trop tard, le temps que la personne arrive jusqu’à moi, j’ai eu le temps de détruire le mur et donc mon dessin au passage. Voilà une bonne chose de faite, mais ce qui est moins amusant, c’est lorsqu’une main musclée me sort de force de l’engin et me balance au sol. C’est qu’il n’a pas été bien éduqué celui-là.

- Doucement camarade, prends-toi plutôt une limonade.

Bon d’accord, pour la rime et la répartie, il y a mieux, mais au moins une limonade ça rafraîchit et le petit mousquetaire en aurait bien besoin. Oh tiens, un strigoï, étrange que je ne l’ai pas remarqué avant. Je me relève pour lui faire face et lorsque mon regard se pose dans le sien, une nouvelle vision me foudroie. Le futur du présent. Je le vois me renverser au sol, énervé et tenter de me sucer le sang, mais une balle en pleine tête l’arrête net et son corps s’écrase sur le mien. Pas très appétissant tout ça.

- Dis donc, tu tires une drôle de tête quand tu meurs.

Oh donc c’est moi qui l’ai énervé... Le strigoï sort les crocs et de la même manière que je l’ai vu, il me pousse violemment, me faisant tomber au sol, encore ! Puis il se rue sur moi, toutes canines sorties, prêt à me vider de son sang. Maintenant il ne manque plus que le tire en pleine tête et son corps qui s’écrase sur moi, raide mort. Et ensuite ? J’essaierai de deviner qui est mon héros. Je parie sur un homme, et même un dhampir. Bon d’accord, je triche, j’ai vu sa tête, je sais parfaitement qui sera mon sauveur, j’ignore simplement son nom. Quoi que, les voix ont murmuré un truc du style "Gallette Cosmos", un peu étrange, mais bon, je ne juge personne, et puis sinon il n’aura qu’à se plaindre à ses parents.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Superman
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 22
MessageSujet: Re: La rencontre des héros   Mar 8 Aoû - 18:25

La rencontre des héros
Ellyn & Gallen

Je n’ai qu’un mot à dire : merdum. C’est comme la merde mais ça pue moins, par contre ça a toujours l’aspect ragoûtant. Du coup, c’est plutôt pratique quand on baigne dedans. Enfin, quoi que, c’est toujours aussi chiant à nettoyer. J’ai qu’à laisser ça à mon boss, remarques. Enfin… Boss, c’est vite dit. Bureaucrate plutôt, la pire des espèces tiens, filez-leur un flingue, ils seraient capable de s’envoyer une balle dans le derrière en tirant devant eux. Ouais, me demandez pas comment c’est possible, moi-même je sais pas, pourtant j’ai déjà à peu près tout tenter avec une arme à feu. Mais le résultat reste toujours le même : les armes à feu et moi, on est pas trop trop potes. Je veux dire, on cohabite, hein, mais… Faut pas trop demander de notre union, c’est tout.

Je baisse le casque qui me part les oreilles, un joli casque rose bonbon d’ailleurs, y a pas à dire, j’ai la classe avec. Bref, je le baisse et je me rapproche de ma cible pour voir un peu le score que j’ai fais. Ah ouais, vous avez pas l’explication ? Bah en fait, je cherche à postuler dans le niveau de haute sécurité, celui où les prisonniers sont gardés en l’attente de leur jugement, histoire d’avoir accès à quelques informations classés secrètes… Mais pour ça, faut que je réussisse le test d’entrée, dont ce fichu tir au pistolet. Autant dire que c’est pas encore gagné pour l’instant.

« Ouille. Merde mec, j’ai mal pour toi. »


Ouais, je sais, je parle à un bout de carton mais faut comprendre aussi ! Je visais la tête mais j’ai réussi à viser tout autre chose, bien plus bas. Enfin remarques, si je tire dans cette zone là, je crois pas que le mec, peu importe l’espèce, nous cherchera encore des noises… Et au moins, je tue personne. C’est pas si mal, nan ? Pis, au moins, à la fin, y a pas de balle de perdue, y a juste… du gruyère. Ou du steak haché. Que j’irais pas bouffer mais bon, chacun ses goûts hein !

Soudainement, j’ai la frayeur de ma vie. Si si, je le jure. Je veux dire, y a un boucan de tous les diables, et plein de poussière qui partent du bâtiment d’à côté, et ensuite, de nouveau le silence. Mais merde, il se passe quoi là ? Me dites pas que c’est mes balles qui ont fait ça, je vous croirais pas, mes balles font pas encore du 90° ! Je mets un autre chargeur sur mon pistolet, me précipitant dans le bâtiment en oubliant d’enlever le casque rose bonbon de mon cou. Bah, ça donne un certain style…

Je suis la poussière, remontant la piste jusqu’à une nana au sol et un strigoï qui montre les crocs. J’ai moins d’une seconde pour agir et les automatismes de mon endoctrinement de dhampir prennent le pas sur ma raison. Je tire une balle et j’ai tout juste le temps de prier pour réussir à bien viser cette fois (faudrait pas transformer la nana en gruyère !), que la balle explose le crâne du strigoï. Oups, je crois que j’ai pris les balles à tête creuse moi… Bah au moins j’ai un chargeur qui dépote. Je m’avance rapidement vers la femme au sol, on dirait une humaine d’ailleurs, croisant un regard un peu ailleurs. Euh ?

« Ca va ? Il n’a pas eu le temps de vous faire du mal ? »

Je tends ma main non armé vers la sienne, lui donnant une impulsion pour lui permettre de se retrouver debout, en face de moi. Je remarque en même temps que si la femme est plus petite (beaucoup plus petite, tu postules pour entrer dans les minimoys ?) et fine, elle est malgré tout plus âgée que moi. Bah, petite mais costaud alors, parce que dans cette ville… J’ai bien envie de lui poser la question, pour savoir si c’est elle qui a démoli le mur, mais j’entends un bruit pas très rassurant qui me fige, ma main toujours sur son avant bras. Je lève la tête, à temps pour remarquer la fissure qui s’agrandit le long du mur.

« Oh putain de merde. Cours ! Cours, t’arrêtes pas ! »

Je la tire, profitant du fait que je ne l’ai pas lâché pour faire machine arrière. J’entends de plus en plus de bruits pas rassurants, avant que des morceaux de plâtres et de bétons commencent à tomber. Il y a ensuite un petit parcours d’obstacle avant qu’on arrive à se retrouver dehors. A dire vrai, on a même juste le temps de se retourner pour voir toute l’usine s’effondrer comme un château de cartes…

« Florent Pagny, il est temps pour toi de chanter. »


Je peux pas m’empêcher de marmonner, me rappelant de la période de ma sœur sur ce chanteur. C’est quoi déjà la chanson ? Les murs porteurs, je crois… Bah là, c’est le cas de le dire, apparemment, celui qui a été détruit en étant un et y a tout le bâtiment qui s’est effondré. Et voilà comment on perd des milliards, tiens, et pour une fois, c’est même pas ma faute ! J’ai un petit rire incrédule avant de me tourner vers la femme à mes côtés.

« Ca, c’est une rencontre qui dépote. Je peux te tutoyer, après tout ça ? Rassures-moi, t’es pas asmathique. »


Nan, parce que je sais pas si c’est la poussière qui est tombé et tombe toujours, la course contre la montre ou la peur, mais il serait temps que tu reprennes ta respiration, hein… J’aimerais autant éviter la case hopital si c’est possible. Ouais ça serait cool, donc respires. Allez, inspires, profondément. Tu peux le faire. C’est comme les cours de relaxation, ou d’accouchement, t’en as surement fait nan ? Même moi j’en ai fais, enfin les premiers hein, pas les cours d’accouchement ! Sinon, ça serait vraiment trop bizarre…


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La voyante
Messages : 10
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 28
MessageSujet: Re: La rencontre des héros   Dim 13 Aoû - 15:24



La rencontre des héros

Pas à dire, mes visions sont à la fois un sacré avantage et inconvénient. Ce qu’il y a de bien, c’est que ça me permet d’intervenir sur le futur et de le changer. Ce qu’il y a de mal, c’est quand je me mets à dessiner hors de chez moi, comme sur ce gros mur d’une usine par exemple, là ça devient plus problématique par contre. Mais pas de panique, j’ai trouvé de quoi effacer mes traces ! Non parce qu’il faudrait pas qu’un vilain tombe sur mon dessin. Un bon coup de boulet de démolition et le tour est joué, puis c’était fun en plus, enfin jusqu’à ce que le strigoï me balance au sol. Hé j’ai pas mis mes protections coudes et tibias, ça te dirait pas d’être moins violent ? Non, il semblerait même qu’il veuille ma mort, pas très cool tout ça, et après ils se demandent pourquoi on n’aime pas les strigoïs, mais c’est pas nous qui sortons les crocs pour un oui ou un non.

Un coup de feu est tiré et le cadavre m’écrase de tout son poids, c’est qu’il est plutôt lourd celui-là. Je repousse difficilement son corps sur le côté mais réussi au moins à me libérer. Par contre je suis toute sale maintenant, pleine de sang et je vais puer le cadavre, c’est pas très chouette non plus ça mais c’est toujours mieux que de mourir. J’attrape la main que Gallette Cosmos au casque rose me tend et retombe sur mes pieds en un bon. Chouette couleur au passage. Je vérifie rapidement que je n’ai rien de cassé mais on dirait que c’était plus de peur que de mal.

- Nop, te fais pas de bile la chenille, c’est plutôt lui qui a dû avoir mal !

Je regarde le strigoï à la tête éclatée, pas étonnant que je sois toute tâchée, on peut dire que tu ne l’as pas loupé. J’ai pas vraiment le temps de réengager la conversation que le dhampir se met en mode urgence et me dit de courir. Tu veux faire la course maintenant ? Il me tire à sa suite pour que je le suive et je me mets à courir aussi vite que je peux pour le réussir à le suivre et surtout parce que ça a l’air de s’écrouler derrière nous, j’aimerais mieux éviter de faire partie des décombres. On finit par arriver dehors, juste à temps, juste avant que tout ne s’écroule. Ouah, sacré spectacle ! C’est moi qui ai fait ça ? Je me féliciterai bien mais je suis pas sûre que ce soit une bonne chose.

J’ai encore les yeux fixés sur toute la poussière qui vole devant nous, entre ça et le sang on peut dire que je vais avoir besoin d’une bonne douche ce soir. Le dhampir me sort de mes pensées en reprenant la parole, c’est qu’il a l’air de parler beaucoup celui-là, tant mieux, j’aime bien les pipelettes, en général ils sont sympas ces gens-là. Je finis enfin par me tourner vers lui et un grand sourire s’affiche sur mon visage alors que je réagis enfin. Oui oui je sais, parfois il me faut le temps, ça agit un peu à retardement là-dedans.

- Wouhou encore mieux qu’Apocalypse Now ! Salut Gallette, je m’appelle Ellyn !

Je lui serre la main comme le veut la tradition, ou alors on devrait se faire la bise ? Bof, pas terrible. Je récupère ma main et continue de le fixer à travers son casque rose, il a des yeux un peu plissé, c’est mignon, lui ce sera yeux de panda, je trouve que ça lui va bien.

- Il est chou ton casque, tu fais de la moto ? On n’a jamais voulu me faire conduire, les médecins disent que j’ai pas le droit, pourtant je sais bien me servir des engins de construction !

Ou de démolition. J’ai un début de rire mais m’arrête assez vite. Tu crois qu’on m’en voudra d’avoir détruit cette usine ? Mais en même temps c’était pour nous préserver de la fin du monde, alors je pense que j’ai bien fait. J’ai bien envie de faire un petit tour de moto, mais je suis pas sûre que yeux de panda voudrait m’emmener, après tout on vient tout juste de se rencontrer.


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Superman
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 22
MessageSujet: Re: La rencontre des héros   Mar 26 Sep - 15:10

La rencontre des héros
Ellyn & Gallen

C’est possible de faire plus de dégâts que moi ? Nan, je veux dire, on arrête pas de me dire que partout où je passe, y a des catastrophes mais là, je vous jure, je suis pas responsable ! Le truc là, qui a pété dans l’immeuble d’à côté, c’est pas ma faute ! J’ai rien fait ! Pis d’abord même si ça avait été ma faute, y a pas de preuve, la présomption d’innocence, ça sert à ça ! Mine de rien, je me dirige quand même vers l’explosion, disons que c’est histoire d’être sur. Et je tombe sur un spectacle qui chatouille mon instinct. Je tire, j’ai à peine le temps de supplier ma balle de pas se perdre que pouf, miracle, on est tous les deux vivants. Je m’approche de la femme et je la relève, me faisait légèrement surprendre par l’entrain de sa réponse. Et bah, on peut dire qu’y en a une qui est contente d’être vivante.

On a pas vraiment le temps de se réjouir, de faire les présentations ou de penser à autre chose. Je vois que l’immeuble commence à craindre alors j’entraîne la femme avec moi, la faisant courir de toutes ses forces en espérant qu’on se prenne pas de morceau de béton au coin du museau. Nan parce qu’il y a pas à dire, ces machins, je pense qu’ils seraient capables de nous ralentir, même si on court plus vite que la musique là. Enfin là aussi ça dépend de quelle musique, nan parce que Staying Alive va potentiellement plus vite que nous, ce qui est amusant quand on considère la traduction…

Je me tourne vers la minimoys et pour la première fois depuis longtemps, je me mets à espérer qu’une nana me cause, parce que je vais finir par la penser en état de choc. On fait comment pour sortir les gens de cet état ? Nan parce que j’aurais tendance à dire qu’il faut un truc qui fracasse mais vu que l’usine vient de tomber en morceaux, je pense pas pouvoir faire mieux que ça. Ah tiens, mais c’est qu’elle a retrouvé sa langue ! Moussaillons, vous pouvez abandonner les recherches, la princesse en détresse s’est réveillé. Et qu’est-ce qu’elle cause. D’ailleurs, de quoi elle cause ? Gallette ? Où est-ce qu’il y a de la bouffe ? J’en mangerais bien moi, ça fait longtemps… Ah nan merde. Est-ce que c’est moi qu’elle vient d’appeler comme ça ? Y a un truc qui va pas très bien chez cette nana. Et pourtant, je fréquente que des fous dernièrement, mais j’avais encore jamais vu, nan pardon, entendu ça !

« Euh je m’appelle Gallen, schtroumpfette ! Mais la blague est bien trouvée, même si je me rappelle pas t’avoir causé de mon prénom. »

Ouais enfin je compte pas approfondir là-dessus. Si tu fais parti d’un quelconque fan-club, je préfère pas le savoir. Les nanas peuvent être flippantes. Enfin t’es peut-être un peu vieille pour ce genre de lubie. Alors t’es peut-être juste une assassin ? Mais alors dans ce cas, désolée de te le dire, mais t’es la pire de ton espèce, t’as manqué de te faire tuer déjà deux fois en moins de trois minutes. Même moi, faut que je travaille pour en arriver à ce résultat !

Enfin, j’enlève le casque d’autour de mon cou, me redemandant encore comment il a pu arriver là. Ah ouais, je tirais sur des cibles en cartons. M’enfin, le rose quoi… Tiens, je suis sûre que ça ira plus à la schtroumpfette qu’à moi. Alors du coup, je lui passe autour du cou. Tiens, pour toi. Mais c’est pas une demande en mariage alors laissons le côté fan-girl enragée pitié ! Je préfère une tueuse !

« C’est pour réduire le bruit, pas pour faire de la moto. Quand tu sauras faire la différence, je suis certain qu’on te laissera prendre quelques leçons, petite ‘Lyn. »

Ou pas… Mais après tout, c’est pas moi qui resterait dans les parages quand ça arrivera. Enfin la poussière retombe et du coup, on voit juste des gravas à perte de vues. Bah là, si le strigoï avait des copains cachés dans l’immeuble, je crois qu’on peut dire que ses idiots se sont suivis, m’étonneraient qu’ils puissent survivre à toutes ses poussières. Même si on respirerait pas, c’est impossible de ne pas décéder sous toute cette saleté. Ouais ouais, pas possible. Alors pourquoi je vois un corps, mais debout ? Avec des yeux braqués sur nous ? Comme s’il vivait encore ? Ah tiens, et voilà qu’il bouge. Bah merde, on a un zombie ! Ou…

« Dis, si tu essayais de nous trouver un… engin de construction ? Je dois causer à un pote de ton ancien meilleur ami avant qu’il cherche à bouffer tout le monde. Ouais, évitons de faire un remake de Resident Evil, ça serait cool. »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La rencontre des héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
La rencontre des héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Sud :: Usines-
Sauter vers: