Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un visage familier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La captivée
Messages : 7
Date d'inscription : 04/09/2017
MessageSujet: Un visage familier   Mar 5 Sep - 1:14



Un visage familier

J’ai fait un mauvais rêve cette nuit. Je me trouvais dans une cage, affamée, apeurée, complètement nue. J’essayais de cacher mon corps de mes mains du mieux que je pouvais, pour la première fois je ne voulais pas qu’on me regarde. Il y avait des rires, des voix masculines, on me crachait des choses obscènes. Puis il y a le bruit du cadenas qui saute et la porte qui s’ouvre. Ma peur s’intensifie, je rêve qu’il y ait un espace derrière moi où je puisse aller me cacher, ou personne ne pourra m’atteindre, mais on m’agrippe le poignet et me sort de force. Je ne vois pas les visages de ces hommes, pourtant ils sont là à me regarder mais tous leurs traits sont flous, m’empêchant de les identifier. Je réussi à frapper celui qui me tient et tente de m’enfuir mais on me rattrape. On m’assène un coup dans les côtes avant de me plaquer au sol, face contre terre, puis je sens les larmes couler sur mon visage et cette main qui glisse sur ma peau.

Je sens que quelque chose est humide lorsque j’ouvre les yeux puis je me rends compte avoir pleuré durant mon sommeil. Je reste là, immobile sur mon lit de longues secondes, sans rien faire, sans même penser, je suis comme éveillée et mise en veille. Puis finalement je me lève et me dirige vers la salle de bain pour prendre une longue douche brûlante. L’eau qui coule sur ma peau cesse d’être chaude au bout d’un certain temps et je me rends compte que ça doit bien faire plus d’une heure que je suis restée sous la douche. Je coupe l’eau et m’habille, enfilant un pull gris avec un short noir et des chaussettes noires montantes pour cacher mon corps, sauf que cette fois ce n’est pas à cause des marques que j’ai envie de le camoufler. Je ne m’occupe pas de mes cheveux humides, tout comme je ne m’occupe pas d’un quelconque maquillage, les marques ont presque complètement disparues de toute façon, alors à quoi bon m’embêter avec ça.

Je sors dans les jardins de l’académie, j’ai besoin de prendre l’air. C’est étrange mais je n’arrive pas à me sentir en sécurité malgré les barrières que l’on a ici. La peur est toujours là, bien ancrée en moi même si j’essaie de l’ignorer. Faire semblant est devenu mon nouveau mode de vie, mais au moins il fonctionne. En avançant à travers les jardins j’entends du bruit provenant du terrain d’entraînement, je ne pensais pas que quelqu’un serait réveillé à cette heure-ci. J’avance discrètement vers le terrain d’entraînement puis je remarque deux silhouettes qui se battent, un homme et une femme, un moroï et une dhampir, un Christian et une inconnue.

Il m’a fallu quelques secondes pour reconnaître Christian, enfin du visage il n’a pas vraiment changé mais le reste du corps… Ouais, il est encore mieux foutu que dans mes souvenirs. Je m’approche discrètement, ne voulant pas les interrompre mais refusant de louper un tel spectacle, surtout qu’il a laissé le tee-shirt de côté alors je ne vais pas me gêner pour me rincer l’œil. Je ne dirais pas non à une bonne distraction de toute façon. Je m’installe sur l’herbe, hors du terrain d’entraînement mais assez près pour pouvoir les observer. Christian est concentré et en même temps il a l’air de prendre plaisir à se battre contre elle. Puis à un moment donné son regard se pose sur moi et il me fixe, comme s’il venait de voir un fantôme. Je lui adresse un léger sourire puis je regrette ensuite de ne pas avoir un portable pour filmer le placage qui suit l'instant suivant. Je crois que cette dhampir là aussi, je vais éviter de la provoquer.

L’entraînement semble se terminer, je les observe s’échanger quelques mots sans entendre quoi et finalement ils se séparent, la dhampir part dans une direction et Christian remet son tee-shirt –dommage-, avant de venir vers moi. C’est assez rassurant de revoir un visage familier, même si Christian a changé, j’ai l’impression d’être à nouveau en sécurité à ses côtés. Par moment il m’arrive de penser que rien ne me serait arrivé si j’étais restée avec lui et les autres cette nuit-là, mais ce genre de pensée ne m’aide pas vraiment à me sentir mieux. Je continue de sourire quand Christian approche, ça ne sonne peut-être pas très vrai mais en même temps je suis réellement heureuse de le revoir.

- Tu viens de me cacher un joli spectacle Christian, tu aurais au moins pu attendre de me faire un câlin avant de remettre ce tee-shirt.

J’en aurais probablement profité pour glisser une main ou deux sur ses pectoraux, mais après tout un corps pareil c’est fait pour en faire profiter les femmes, non ? Tu as changé Christian, moi aussi, mais j’espère au moins que notre relation est restée intacte malgré ces deux années.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le jeune guerrier
Messages : 11
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Un visage familier   Jeu 21 Sep - 15:51




Un visage familier
Christian & Jade

Je ne sais pas où nous mène notre relation, Nayla, mais on dirait que certaines choses resteront incontournables. Comme l’entraînement du mercredi, bien que je l’appellerais plutôt le « Bottons-le-cul-de-Christian-histoire-qu’il-se-rappelle-de-moi-jusqu’à-la-semaine-suivante ». Enfin, j’ai de la chance, ou plutôt du vécu derrière parce que maintenant, j’arrive à esquiver la plupart de ses coups. J’ai vite compris que cette nana là n’en avait rien à foutre de mes flammes et vu que je préfère éviter d’avoir sa mort sur la conscience, c’est vite devenu une habitude de nous battre uniquement au corps à corps. Parfois, on a même le droit à un public, bien que l’un comme l’autre, on tente d’éviter ça. Surement pour ça qu’on se bat quand les autres couillons doivent être en cours. N’empêche, parfois, je me dis qu’il manquerait plus que tante Tasha se ramène pour que je me retrouve avec l’air bien con.

Je sais pas pourquoi, mais soudainement, je ressens le besoin de regarder autour de moi alors je repousse Nayla avec un coup assez vigoureux pour faire le tour du terrain des yeux. Et là, bingo. Ça serait pas Jade ? Nan, pas possible. Cette nana est comme l’air, elle a filé y a bien longtemps. Mais nan, on dirait que le chaton est revenu aux bercailles. Je dois me faire des idées. Ah nan, elle me salue. Y a bien qu’elle comme fille à oser m’adresser un sourire. Enfin qu’elle en femme blonde et de la même tranche d’âge, les autres préfèrent la grimace.

Soudainement, je me remets les idées en place parce que Nayla décide de me broyer les côtes. Je jure que je sens des vertèbres se déplacer avec son placage. J’ai même le droit à une petite engueulade sur les distractions. Certaines choses ne changeront jamais. Malgré tout, je la vois regarder vers Jade et comprendre ce qui m’a distrait. Du coup, décret de fin d’entraînement alors même qu’on est pas à la moitié du temps d’entraînement. J’ai tout juste le temps de déposer ma main contre sa nuque pour l’attirer dans un semblant d’étreinte et lui faire promettre de la retrouver demain qu’elle part déjà. Je l’observe partir une seconde avant de chopper mon tee-shirt et de me diriger vers la jolie blonde.

Je m’approche, la détaillant du regard et ouais, si c’est un sosie, c’est drôlement bien imité. Même sens de la mode (ouais, je suis un mec qui s’intéresse pas trop à ce genre de chose mais tout de même, ça se différencie une fille qui fait gaffe à elle d’une autre qui le fait pas). Même air taquin. Même visage. Tiens, même le même genre de réplique. Ouais, si c’est imité, c’est drôlement bien recherché. Et vu que personne ne chercherait à imiter la grande Jade Fitzgerald, je crois que la situation est vite résolue. Je pars dans un bref éclat de rire à sa réplique, avant de redonner dans le côté piquant et tentant de notre relation.

« Et te priver de l’occasion de te plaindre ? Je serais bien égoïste si je faisais ça, chérie. »

Je lui rends son sourire, toujours avec cette pointe sarcastique, mais ce côté sincère qu’elle est l’une des seuls à connaître chez moi. Pour les autres, je reste toujours le petit connard. Et pour d’autres, je peux être un peu plus. Enfin, comme réclamé, je donne le câlin à la princesse, ce qui me permet de m’assurer également qu’elle est bien là. Waouh, même l’odeur de shampoing à mille dollars est le même. Si ça, c’est pas la marque que c’est bien Jade Fitzgerald, je veux bien faire un plongeon dans une piscine remplie de glaçons. Je m’écarte d’elle, les mains contre sa taille et je croise son regard afin de lui poser la question qui me démange depuis que je suis presque à cent pour cent certain que c’est elle.

« Dis-moi un truc que seul Jade Fitzgerald oserait dire. Je veux être sûr que je fais pas un drôle de rêve où je me fais démonter par une nana avant d’en revoir une autre qui a disparu. Sinon c’est que mon imagination part vraiment loin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La captivée
Messages : 7
Date d'inscription : 04/09/2017
MessageSujet: Re: Un visage familier   Dim 24 Sep - 23:42



Un visage familier

Quelque chose a changé, depuis que je suis revenue de ce kidnapping tout est devenu... Etrange, oui je crois que c’est le bon terme. Est-ce moi ou eux ? Est-ce ce monde ? Autrefois je m’imposais face au reste du monde, aujourd’hui j’ai du mal à retrouver ma place, savoir où je dois aller, qui je dois fréquenter, ce que je dois faire. Est-ce que je suis censée reprendre les cours ? Est-ce que je dois quitter l’académie ? Mais si oui pour aller où ? Tout le monde a avancé et moi j’ai deux ans de retard que je ne sais pas comment récupérer. Alors certes ce n’est pas compliqué de refaire sa garde-robe et acheter le dernier Iphone pour être à jour niveau mode, mais en dehors de ça c’est le vide.

Mon regard se pose sur Christian qui s’entraîne dans les jardins et étrangement je me sens rassurée. Enfin un visage connu, enfin quelqu’un qui n’a pas quitté les lieux. Ou peut-être est-il ici juste pour s’entrainer ? D’ailleurs depuis quand s’entraînent-ils ainsi ? Vue son corps actuel, j’imagine que ça ne date pas d’hier, d’autant qu’il se débrouille bien, très bien même, enfin sauf quand il se laisse distraire. Je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire moqueur sur mon visage alors qu’il se fait renverser, même si au fond j’espère tout de même que la dhampir ne l’a pas trop abîmé autrement je lui en toucherais deux mots. La dhampir a peut-être des muscles mais moi j’ai ma grande gueule.

Christian finit par quitter la dhampir pour me rejoindre et mon sourire s’agrandit un peu plus. Oui il est bien là, devant moi, je vais pouvoir retrouver l’un de mes proches amis et je suis heureuse à cette idée. Je n’aurais pas cru le revoir un jour à vrai dire, je n’aurais pas cru que si je devais revoir l’une de mes connaissances, ce serait lui, mais je suis plutôt ravie que ce soit le cas. Christian fait partit des rares personnes à toujours avoir été honnête avec moi, à ne pas me voir juste pour les avantages qu’il y avait à me fréquenter, d’autant que lui-même appartenant à une famille royale, il n’avait pas besoin de ça.

La réplique de Christian vient agrandir un peu plus mon sourire, finalement malgré les deux ans qui se sont écoulés et les changements physiques, entre nous les choses semblent être restées les mêmes. Il me prend enfin dans ses bras et je profite réellement de cette accolade, me serrant un peu plus contre lui. Je me sens bien ainsi, dans ses bras, en sécurité. J’aurais aimé que ces mêmes bras me sortent de cet enfer, j’aurais aimé qu’il ait pu être près de moi la nuit de mon enlèvement et les empêcher de faire ça, mais en même temps je n’aurais pas aimé qu’il soit attrapé avec moi. Christian défait doucement sa prise mais garde quand même ses mains sur ma taille alors qu’il reprend la parole, provoquant un nouveau sourire sur mon visage.

- Même si ton imagination peut parfois m’étonner, je suis quand même bien mieux dans la réalité que dans les rêves, alors tu n’as qu’à bien regarder pour savoir. Mais si malgré tout tu as encore quelques doutes, je ne vois pas d’inconvénient à te prouver autrement que tout est bien réel.

Non, je ne vois vraiment pas d’inconvénient à te montrer que je ne suis pas un rêve, mais après tout peut-être que tu n’en as pas envie. Etrangement j’ai l’impression que mes paroles te font penser à une autre femme, peut-être la dhampir que tu as quitté, peut-être as-tu une petite amie, ou peut-être que je me fais simplement des idées... Mais non, je suis le genre de femme qui reconnaît quand un homme est pris, ou du moins quand son cœur et ses pensées sont occupés ailleurs. Alors je me racle doucement la gorge et défais le contact qu’il y a entre nous, libérant ma taille et ses mains par la même occasion, ce sera sans doute plus simple ainsi. Une part de moi a pourtant envie de venir se réconforter dans ses bras et ne jamais les quitter, alors qu’une autre me fait me dire que jamais plus je ne supporterais le contact intime d’un homme. Je croise mes bras autour de ma poitrine, un peu mal à l’aise même si j’essaie de n’en rien montrer grâce à ce faible sourire.

- Alors Christian, depuis quand as-tu commencé à jouer les guerriers ? On peut dire que ça te réussit bien, quand tu n’es pas déconcentré.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un visage familier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un visage familier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tueur Sans-Visage - Le retour
» [Familier] Tofoudre !
» Débat: quel familier pour un panda eau
» Peinture des visage
» [Tuto] Visage pas à pas par Alcuin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Académie :: Les jardins :: Le terrain d'entraînement-
Sauter vers: