Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hello mom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La miraculée
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 42
MessageSujet: Hello mom   Dim 19 Nov - 14:16

Hello mom
Amaëlle ✧ Elina
Ils disent tous qu’il est temps pour moi de la rencontrer, mais je me demande encore si c’est une bonne idée. Malgré toutes les années qui se sont écoulées, je n’ai pas réussi à me convaincre de faire le premier pas. Et si elle ne voulait pas me rencontrer ? Et si elle n’aimait pas la femme que je suis ? Pourquoi n’a-t-elle jamais essayé de me retrouver après tout ? Lucifer me dit qu’il n’y a qu’en lui posant directement ces questions que j’aurais le droit à des réponses. Cet idiot est encore plus excité que moi à l’idée de cette rencontre, à croire qu’il en tirera quelque chose. En tous cas il a fait en sorte de me fournir tous le nécessaire pour la retrouver, alors ça n’a pas été bien compliqué de remonter jusqu’à elle. Depuis le toit d’en face, j’utilise mes jumelles pour l’observer dans cet appartement. Amaëlle n’est pas seule, un homme lui tient compagnie. Serait-ce le nouvel homme qui partage sa vie ? Ils ont l’air proches, mais pas de cette fois, plus comme de très vieux amis.

Au bout d’une quinzaine de minutes Amaëlle finit par sortir de chez elle, seule. Je la suis tout le long de son trajet, experte en filature, j’arrive à ne pas me faire repérer, ou alors c’est ce qu’elle veut me faire croire. Où te diriges-tu comme ça Amaëlle ? Au bout d’un certain temps je me rends compte que je ne suis pas la seule à suivre Amaëlle, cinq humains la suivent également. Humains ? Que te veulent-ils au juste ? Je me tiens sur mes gardes, prête à attaquer, prête à lui venir en aide, je sais bien que parfois il faut se méfier des apparences. Amaëlle disparait de sa position pendant quelques secondes, je regarde aux alentours, essayant de la repérer à nouveau, les humains en font de même, puis j’entends un hurlement et vois l’un d’entre eux s’écrouler au sol, mort. Des tirs commencent à fuser, mais Amaëlle s’en sort bien pour l’instant.

Un deuxième corps tombe, suivi d’un troisième. Il n’en reste plus que deux, ils n’ont aucune chance, ils le savent, je le sais aussi. Ils tentent quand même de sauver leur peau dans un dernier espoir, sachant pertinemment qu’elle ne les laissera pas fuir. Amaëlle est devenue une lionne en chasse et elle est très douée pour ça. Un autre tombe, il n’en reste plus qu’un, voué à une mort certaine, mais elle ne décide pas de le tuer tout de suite. Amaëlle semble avoir envie de s’amuser, mais dans son amusement elle ne se rend pas compte que l’une de ses cibles n’est pas encore morte et braque un flingue dans son dos. Je réagis avant même de penser, alors que le coup est tiré, je me place sur la trajectoire de la balle, l’empêchant d’atteindre Amaëlle en la laissant heurter mon bras métallique. On entend parfaitement le bruit de la balle entrer en collision avec le métal avant de tomber au sol. Je ne lui offre pas l’occasion de tirer à nouveau, j’achève l’humain en arrachant littéralement la carotide de sa gorge. Le sang gicle devant moi et ça lui prend plusieurs secondes avant de mourir enfin.

Lorsqu’il n’y a plus aucun bruit, je sens le regard d’Amaëlle peser sur moi. Je lève mon regard vers elle et je me demande si elle sait qui je suis. M’a-t-elle reconnu ? Ou suis-je semblable à une parfaite inconnue ? Quoi qu’il en soit on dirait que cette fois je ne pourrais plus repousser une vraie rencontre avec ma mère. Je continue de la fixer, toujours silencieuse, cherchant quels mots seraient les plus adaptés. Devrais-je lui dire tout de suite qui je suis ? Peut-être, mais après tout si elle l’ignore c’est peut-être mieux comme ça aussi.

- Les humains sont suicidaires de nos jours, pourtant l’un d’entre eux a bien failli vous tuer.

Je ne me serais pas inquiétée à son sujet si ça avait été une balle quelconque qui avait été tiré, mais c’est bien de l’argent que je vois là sur le sol. Visiblement tes ennemis ne sont pas si stupides que ça, devrais-je m’en inquiéter ? C’est là que je repère ce badge caché à moitié dans la veste de ma victime. Je me penche pour la ramasser et je réalise alors que ces hommes appartiennent au gouvernement, j’ai eu l’occasion d’en rencontrer plus d’un avec ce genre de badge lorsque je travaillais pour les alchimistes.

- Il semblerait que ce soit l’Etat qui en ait après vous, voilà qui est d’autant plus curieux.

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La dame des ombres
Messages : 38
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 61
MessageSujet: Re: Hello mom   Mar 28 Nov - 15:19

Hello mom
Amaëlle & Elina

Je n’aime définitivement pas ce qui se passe ses dernières semaines. Non rectification, ce n’est pas que je n’aime pas, c’est que je suis furieuse. Contre cette moroï, contre ce destin, contre les Ivashkov, contre Lucas, contre moi-même. Je crois que je n’ai jamais tué autant de personnes que ses derniers jours et je ne me suis jamais aussi peu amusé. Malgré tout, je rentre un jour sur deux à mon appartement, y retrouvant Logan parfois. C’est étonnant au vu de l’homme, mais c’est un peu devenu mon repère, je crois que sans lui j’aurais définitivement péter un boulon, surtout après ma dernière rencontre avec Lucas.

Le soir tombe alors je quitte les bras de Logan pour m’habiller et pouvoir sortir. Non, je n’ai pas couché avec lui, j’ai juste dormi avec lui. Peu importe combien j’ai envie de secouer Lucas, de le sortir de cet état, de me venger de son absence, je ne peux juste pas passer par-dessus. Je ne peux pas passer au-dessus des souvenirs de sa tendresse, de son corps contre le mien, de sa chaleur, de sa maladresse, de ses sourires… C’est juste trop compliqué, pour l’instant, et c’est la première fois que j’ai autant de mal à oublier un homme. Dois-je ajouter que c’est l’une des raisons de ma fureur ?

Je suis sortie sans m’en rendre compte, par contre, je me rends bien compte du bruit régulier que j’entends derrière moi. Je suis suivie. Encore. Décidément, est-ce que plus personne n’est capable d’originalité dans cette ville ? Cela fait déjà trois fois cette semaine, ils pourraient tout de même faire un effort ! Je profite du fait de tourner à l’angle d’une rue pour disparaître de la vue des humains, me retrouvant au rebord d’une fenêtre deux étages plus haut. Je n’attends pas très longtemps avant de réapparaître à leurs yeux. Je tombe sur l’un des humains, mon poids lui faisant rencontrer violemment le sol et il s’évanouit. Je me déplace rapidement, esquivant quelques balles et passant sous le bras de deux des humains, pour trancher leurs gorges avec ma dague favorite.

Encore deux humains, j’en sélectionne un, passant dans son dos, je plante ma dague dans sa nuque, sectionnant sa moelle épinière, puis je m’approche du dernier, le repoussant violemment contre le mur avant de l’attraper par la gorge, le soulevant jusqu’à ce qu’il ne touche plus le sol. Dans un réflexe pathétique il s’agrippe à ma main comme si j’allais le lâcher. Tss. Depuis quand la vermine est-elle devenue aussi conne ? Ah oui, depuis que je commence à choisir mes proies avec un peu plus de soin. Et malheureusement, vu que mon partenaire n’est plus, il n’y a plus rien pour relever le niveau, c’est d’un triste…

« Vraiment, vous ne voulez pas me lâcher un peu la grappe ? J’ai d’autres choses à faire que de jouer avec vous, par exemple j’ai un homme à récupérer. Mais on dirait que j’ai été trop gentille dernièrement, si vous pensez pouvoir m’attaquer encore et encore. Il va falloir, tous les deux, qu’on décourage tes collègues de venir. »

Il y en a même un qui a tenté une fois de m’attaquer alors que j’étais presque devant l’appartement de Lucas. De vrais fouines, toute aussi chiante. Méthodiquement, je m’applique à blesser l’humain, tranchant sa chair jusqu’à dessiner de belles arabesques dedans, un vrai petit chef d’œuvre. Mais j’aurais peut-être du tout simplement retourné tous ses os ? Cela aurait été de l’art un peu plus visuel et dissuasif peut-être…

Soudainement, j’entends le bruit d’un tir et quand je me retourne, je vois le dos d’une femme. Je ne prête presque pas attention à l’humain qui se meurt, préférant regarder cette femme. C’est assez étonnant que quelqu’un que je ne connais pas cherche à me sauver la vie. Généralement, j’ai tué un membre de la famille de chaque personne à Missoula et il y a toujours des vengeances. Et même si cette femme est strigoï, je me suis attaquée à bien assez de membre de mon espèce pour que ce soit surprenant.

Elle reprend la parole et elle parle dans le vent. Pff, la mort. Une vaste blague. Je croise mes bras sur ma poitrine en haussant un sourcil, attendant qu’elle prenne la parole pour quelque chose d’intéressant. Sauf qu’elle détourne son  regard pour s’intéresser à autre chose. Hum ? L’état ? Ah y a encore des strigoïs pour ignorer l’existence de l’unité ? Tss, quelle déception, moi qui commençais à penser que cette femme était intéressante.

« Laisses tomber le vouvoiement, c’est bon pour la vermine ça. Et franchement, la seule chose qui est curieuse c’est que ces gens continuent à faire leurs kamikazes, ils devraient savoir qu’ils vont finir par mourir et ils ont de la chance, je suis assez gentille dernièrement dans mes mises à mort. »

J’avance d’un pas, retenu en arrière par quelque chose. Je baisse le regard pour tomber sur un humain qui s’accroche à ma cheville. Tss, il faut savoir choisir ses batailles, il aurait mieux fait de ne pas se manifester. Est-ce que je devrais leur apprendre la subtilité, histoire de relever un peu le niveau de nos confrontations ? Dire qu’avant je les considérais comme mes plus grands ennemis, c’était avant d’avoir Lucas comme ennemi, maintenant ils me semblent juste… être de pathétique limaces, juste bonnes à récurer le sol et encore. D’un coup de talon, j’écrase la moitié de son crâne et je me libère de son emprise avant de m’approcher de la femme. Je suppose que la plupart des gens s’arrêteraient sur ses tatouages ou son bras, pas moi. Je préfère m’arrêter sur son regard. Je suis assez proche d’elle pour que seul un avant-bras de distance nous sépare et je lève la main pour agripper une de ses boucles, tirant dessus avec quelque chose proche de la malice, enfin, cela le serait si j’étais d’humeur à taquiner.

« Ton visage me dit quelque chose, ma jolie, mais je suis certaine que je ne t’ai jamais croisé. Etrange… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La miraculée
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 42
MessageSujet: Re: Hello mom   Mar 28 Nov - 20:25

Hello mom
Amaëlle ✧ Elina
Je la vois se battre contre tous ces hommes, fascinée par la femme qu’elle est. Je m’imagine un instant combattre à ses côtés, être unie dans le même affrontement, ça aurait pu être bien. Je chasse ces pensées de mon esprit lorsque j’aperçois cet humain prêt à l’attaquer, ce qui me pousse à sortir de ma cachette. C’est trop tard maintenant pour partir, pour éviter cette rencontre. Je tue l’humain pour être sûre qu’il ne puisse rien tenter de plus, mais aussi par colère, à cause de lui je n’ai plus d’autres choix que de devoir lui faire face maintenant. Peut-être que je pourrais trouver une excuse pour rapidement repartir, je ne suis pas très à l’aise avec la situation. J’aimerais que Lucifer puisse être là pour m’aider, lui aurait su trouver les mots pour me sortir de cette situation... Quoi que non, cet homme lui aurait simplement dit de but en blanc que je suis sa fille avant de disparaître et nous laisser là toutes les deux, ça aurait été pire.

Elle reprend la parole et me tire de mes pensées en disant que le vouvoiement est fait pour la vermine. On m’a toujours appris à vouvoyer les gens, on m’a toujours fait comprendre que je n’avais pas une place assez importante dans la société pour me permettre de tutoyer sans autorisation. Je me retiens de grimacer un peu, cette rencontre commence déjà mal selon moi. Oui, je me dis maintenant qu’Amaëlle n’aimerait pas la femme que je suis, visiblement bien trop différente d’elle. Je ne réponds rien face à ses mots, je ne sais pas réellement quoi dire pour être franche et elle ne m’a pas posé de questions. En fait j’ai surtout envie de partir loin d’ici, loin d’elle, mais mes jambes restent fixées au sol, comme si une part de moi refusait de s’éloigner d’elle, avait besoin de cette rencontre. Je n’aime pas du tout cette sensation.

Elle tue sa cible avec son talon mais sa mort ne me fait rien, ce qui me gêne un peu plus c’est de la voir s’approcher autant. Heureusement l’expérience m’a appris à ne rien laisser paraître sur mes émotions, mais intérieurement plus elle approche et plus je suis déstabilisée. Elle joue avec une mèche de mes cheveux et sourit avant d’insinuer que mon visage lui dit quelque chose. Fait-elle semblant ? Non, elle ne se doute vraiment pas de qui je suis, j’ai encore une chance de sortir d’ici sans rien lui dire. Pourtant j’ai encore cette voix de Lucifer dans la tête qui me hurle de lui dire la vérité, il m’a même menacé une fois de me renvoyer si je ne lui disais rien, probablement une menace en l’air, même si avec lui il faut se méfier de tout. Mon regard planté dans celui de ma mère, j’imagine qu’elle doit trouver ce silence étrange, alors je finis par prendre la parole.

- Rien n’est étrange, je dois sans doute vous... te faire penser à mon père.

Je regrette avoir dit ces mots juste après les avoir prononcé. Pourquoi me suis-je lancé là-dedans ? Pourquoi n’ai-je pas simplement menti et trouvé une excuse pour repartir ? Je vois sa curiosité grandir, et peut-être un peu de méfiance aussi. Mon regard est toujours planté dans le sien et je ne bouge pas. On m’a appris à manipuler, à jouer, à séduire, à me battre, à mentir, à bien des choses encore, mais rien ne m’a préparé au jour où je ferais ma rencontre avec cette femme. Il est pourtant l’heure de se lancer maintenant, je ne peux plus revenir en ailleurs, je ne peux plus l’éviter. Au pire si elle ne veut pas me connaître je peux rentrer au Canada et demander à Lucifer de mettre quelqu’un d’autre à ma place sur sa mission.

- Il s’appelait Ethaniel Ivashkov.

Je ne dis rien de plus, elle fera le rapprochement d’elle-même, n’est-ce pas ? A ma connaissance Ethaniel n’a pas eu d’autres enfants, mais en même temps je ne sais rien de lui, je sais seulement qu’il est mort et j’en ignore même la cause. Mais peut-être qu’Amaëlle pourra m’en dire plus à son sujet. J’imagine que pour une première rencontre je devrais être plus bavarde que ça, pourtant je ne dis rien de plus, j’attends sa réaction. De toute façon je n’ai jamais été une grande bavarde, la preuve, on utilisait mon corps pour apporter des messages, on ne m’a jamais demandé d’en livrer un seul oralement.

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La dame des ombres
Messages : 38
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 61
MessageSujet: Re: Hello mom   Jeu 7 Déc - 18:18

Hello mom
Amaëlle & Elina

C’est étrange comme mes objectifs ont pu changer en si peu de temps. Jusqu’à maintenant, mon seul objectif était de m’amuser et de combattre pour se faire. Je n’adorais rien de mieux que de mettre en scène un combat où la victoire signifierait le moment du repas. Et maintenant… Maintenant que les humains savent et ont commencés à se défendre, maintenant que selon mes standings, ils deviennent mon met favori, tout cela ne m’intéresse plus. Je voudrais juste… Pouvoir revenir en arrière. Mais je ne sais pas jusqu’à où ? Jusqu’à la nuit où Lucas a disparu pour faire place à cet être sans sentiment ? Jusqu’à la nuit où Elisa m’a capturé et torturé, attirant l’attention de l’unité sur mon couple ? Ou peut-être jusqu’au jour où j’ai quitté Logan, alors même que je m’attachais à lui, afin de rejoindre Emrys, comme un chien qui revient à son maître… Ou peut-être tout simplement au jour de ma transformation. Me voilà transformée en un être pathétiquement mélancolique. Ignoble.

Je me retrouve à combattre l’unité mais surtout, à tomber sur une strigoï bien étrange. Les strigoïs de cette ville sont tous assez… a part. Et je ne crois pas que celle-ci décevra la population de cette ville. Toutefois, je me retrouve assez déçue quand elle est étonnée de la présence de l’unité. Comment a-t-elle pu survivre dans cette ville ? Surement est-elle nouvelle… Ou bien trop chanceuse. Mais cela ne durera pas. Est-ce que cela signifie que je dois l’aider à trouver les outils nécessaires pour qu’elle se défende ? Peut-être, peut-être pas… Je ne me sens pas d’humeur très généreuse dernièrement, j’ai bien d’autre chose à penser et d’autres gens à voir. Malgré tout, je m’approche d’elle, la taquinant légèrement tout en touchant à l’une de ses pointes et en lui demandant d’où est-ce que je peux la connaître…

J’ai des dizaines d’idées en tête, des dizaines de possibilités, mais aucune ne correspond à la réalité. Tout d’abord, sa première femme attire ma méfiance, on dirait qu’elle ressent le besoin de s’introduire. Généralement, c’est le genre de moment où il faut craindre les pires présentations. Mais ma curiosité est plus forte que ma méfiance alors je reste sur place, continuant de la regarder dans les yeux quand elle prononce Son prénom. Immédiatement, la haine flambe en moi à l’entente de son prénom, mais cette haine disparaît aussi vite qu’elle est apparue quand je comprends le sens de ses mots. Son enfant… Mon enfant ?

« Tu… Es-tu… ? »


Je n’ose pas prononcer les mots à voix haute, je n’ose pas leur donner vie, laisser l’espoir m’envahir, m’écraser. Tout autant que l’horreur. Parce que c’est le pire moment pour revenir dans ma vie. Parce que sa vie est menacée, par ma faute. Parce que je ne suis plus… Je ne suis pas la mère qu’il faut, que l’on rêve d’avoir… Je dévore malgré tout son visage du regard et je lève ma main jusqu’à sa joue, caressant doucement ses traits, sa mâchoire carrée, ce n’est pas la mienne, par contre ses pommettes hautes, ses yeux en amandes, ses boucles brunes et ce petit nez retroussé sont de traits venant de ma famille. Elle est toutefois légèrement plus grande que je ne le suis…

Je n’aurais jamais imaginé pouvoir retrouver ma fille, la toucher, la revoir. Et plus de quarante sont passés depuis la dernière fois. Qui suis-je pour elle, si ce n’est une inconnue l’ayant mis au monde ? Et comment a-t-elle su que j’étais sa mère ? Comment l’a-t-elle appris et pris ? Toutes ses questions me tuent mais pour une fois… Je ne veux pas penser égoïstement qu’à moi. Je veux pouvoir penser à elle. Je me rapproche encore un peu, levant la deuxième main pour prendre son visage en coupe, gardant mon regard plongé dans le sien. Elle a l’air plus que malaise et un doute m’envahit, mais je tente de refouler celui-ci…

« Es-tu certaine de toi ? Et comment as-tu su ? Comment es-tu devenue vampire ? Et comment as-tu appris pour ce profond salaud qu’est ton géniteur ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La miraculée
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 42
MessageSujet: Re: Hello mom   Ven 8 Déc - 19:35

Hello mom
Amaëlle ✧ Elina
Je suis dans une situation étrangère, plongée dans un dilemme dont j’ignore quel choix serait le mieux. Vérité ou mensonge ? Je me dis qu’elle a bien le droit de savoir qui je suis, mais en même temps je ne suis pas sûre d’être prête pour des retrouvailles mère-fille. Pourtant je ne peux pas me contenter de lui mentir alors qu’elle se pose des questions, je pourrais, mais je ne le fais pas. Et en même temps je regrette la vérité après avoir prononcé ces mots, son nom. J’analyse ses réactions, ses émotions, je ne suis pas sûre de toutes les saisir d’ailleurs, à tel point que je ne suis pas sûre si cette nouvelle lui fait plaisir ou non. Elle essaie de me poser une question à laquelle je me contente d’acquiescer. J’ai compris la question et elle connaît la réponse.

Qu’est-ce que ça donne ? J’attire davantage son attention. Elle me scrute, elle me touche et ça me met mal à l’aise. La seule personne à m’apporter autant d’attention se trouve être Lucifer, les autres ne s’attardent pas autant sur moi, je ne veux pas qu’ils le fassent. Ils me posent encore moins toutes ces questions. Je fronce légèrement les sourcils face à l’appellation de mon père. Salaud ? Je ne comprends pas. Je recule, rompant le contact de ses mains contre mon visage. J’ai besoin de penser clairement et ses gestes ne m’aident pas. Ce mot vient résonner à nouveau dans mon esprit, j’ai l’impression d’être replongée dans cette cellule où ils n’arrêtent pas de me dire que mes parents sont des monstres, et maintenant voilà que ma mère se met aussi à insulter mon père, ça ne me plaît pas. Cette rencontre ne me plaît pas.

- Pourquoi l’appelles-tu ainsi ? Mon père n’était pas un monstre. Tu n’es pas un monstre non plus.

Et je ne le suis pas non plus. Ne viens pas me dire que j’avais tort en croyant que mes parents puissent être autre chose que ce qu’ils me décrivaient. Ne viens pas me dire que les alchimistes qui me torturaient avaient raison, tout sauf ça. Au fond je ne sais même pas si j’ai envie de connaître ces réponses. Je n’aurais pas dû chercher à la rencontrer, je n’aurais pas dû venir à Missoula. Lucifer avait fait fausse route, cette rencontre n’est pas une bonne chose. Je la vois faire un pas en avant, ce qui me fait reculer d’un pas instinctivement.

- Je n’aurais pas dû venir ici... Tu as raison, je me suis trompée, je ne suis pas celle que tu recherches, je ne suis qu'un projet.

Un numéro. Je prononce ces derniers mots dans un souffle, peut-être est-ce assez bas pour qu'elle ne l'entende pas. Je pensais qu’avoir un nom et quitter ces alchimistes changeraient ma vie mais je me trompais. Je ne peux pas être comme tout le monde, avoir une famille, avoir des proches. Je suis née pour servir à des missions et je continuerai de jouer mon rôle en travaillant avec Lucifer. Je n’ai pas besoin de plus. Je ne veux pas plus. Je la vois lever une main dans ma direction, comme pour tenter de m’empêcher de partir, ou me toucher à nouveau le visage, je ne sais pas, je ne lui laisse pas le temps d’aller au bout de son geste. Mon corps agit instinctivement, je m’écarte sur le côté pour la laisser avancer vers le vide alors que je m’empare de cette main en même temps que je me glisse derrière elle, bloquant sa main dans son dos en exerçant une pression suffisamment forte pour suggérer que je pourrais briser son poignet d’une seconde à l’autre. Mon bras métallique se glisse par-dessus son épaule pour attraper son cou sans que je ne serre ma prise pour autant. Je ne veux pas lui faire du mal, mais je ne veux pas non plus... Je ne sais pas. Faire connaissance ? Qu’elle me touche ? Qu’elle me révèle certaines vérités ? Peut-être tout. Mon visage à côté du sien, je prononce ces mots d’un ton froid, voire menaçant.

- Je ne peux pas être ta fille. Je ne peux pas être comme toi.

Tu ne seras jamais fière de la femme que je suis, alors à quoi bon insister ? Epargnons-nous une déception mutuelle. Epargnons-nous de possibles souffrances. Tu n’as pas besoin de moi dans ta vie et j’ai envie de croire que je n’ai pas besoin de toi non plus. Il te suffit de me laisser disparaître pour que tout redevienne comme avant.

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hello mom   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello mom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Quartier Centre :: Rue piétonne-
Sauter vers: