Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chaleureuses retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
L'inatteignable
Messages : 6
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 413
MessageSujet: Chaleureuses retrouvailles   Mar 28 Nov - 14:37



Chaleureuses retrouvailles

Missoula, une ville que je ne connais pas encore malgré mes siècles d’existence, il faut dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds aux Etats-Unis. Gabriel ne m’a dit que du bien de cette ville, à quel point on y trouve des buffets alléchants, des fous à provoquer, des esprits à corrompre ou des ennemis à terrasser. Il est grand temps de voir si mon plus vieil allié m’a menti ou non. Coordonnées en tête, il ne m’a pas fallu bien longtemps avant de trouver où se situe le fameux manoir de Gabriel, de Jake maintenant. J’aurais pu passer par la grande porte et me présenter à tous ces nouveaux visages, sauf que c’est bien plus amusant lorsque des retrouvailles se déroulent de manière un peu plus... Spéciale.

Alors non, je ne passerais pas par la grande porte. Gabriel m’avait demandé de laisser un peu de côté l’Eventreur pour ne pas attirer encore plus l’attention sur son groupe, mais il devait bien se douter que je ne le ferais pas. Après tout on ne renie pas ce que l’on est. Alors j’attends que le manoir se vide un peu pour avoir plus de chances d’attirer l’attention de celui qui m’intéresse. Au manoir il ne reste plus que Jake, une délicieuse moroï et un autre strigoï plus jeune que nous deux. Je balance une tête de dhampir aux yeux crevés à travers l’une des fenêtres du manoir, promis je paierai les réparations. C’est le plus jeune strigoï qui la trouve, mais avant de passer à l’action, Jake l’arrête et décide de prendre les choses en main. Un mauvais sourire se dessine sur mon visage, voilà qui va enfin devenir intéressant. Après m’être assuré que Jake a trouvé ma petite note dans la bouche de cette victime, je décide de disparaître des lieux, persuadé qu’il se rendra à l’adresse indiquée.

Nous voilà au campus de Missoula. En entrant par la porte principale, Jake verra de nombreux corps suspendus par des chaînes accrochées au plafond, un peu comme dans une boucherie, sauf que ce sont des humains, dhampirs, moroïs ou même strigoïs qui se trouvent dans cet état. Certains sont vivants, d’autre ont lâchés leur dernier souffle depuis un moment. J’ai mis du temps à préparer tout ça, donc j’espère que le spectacle plaira à mon frère. Le chemin de corps conduira Jake jusqu’à un amphithéâtre plongé dans le noir, là où est projeté sur le tableau des images de victoires, de massacres qui ont pu faire la une des journaux, des morts que je sais être tous accomplis de la main de Jake.

- C’est qu’il y a tout un paquet de jolis clichés qui t’appartiennent, Jake.

Je parle à travers un micro qui projette ma voix dans les hauts-parleurs de l’amphi, l’empêchant de trouver ma position. Ma voix est d’ailleurs modifiée pour ne pas qu’il puisse me reconnaître, même s’il peut déjà avoir un doute par rapport à toute la mise en scène. Les images projetées changent alors, cette fois ce ne sont plus les cibles de Jake mais tous les alliés qu’ils ont perdu, et en plusieurs siècles il y en a eu plus d’un, surtout ces derniers temps.

- J’imagine que ces photos-là ne viennent pas de toi.

Je sens une lueur de rage monter en lui face à ces dernières photos et c’est tout ce dont j’ai besoin avant d’intervenir, maintenant la lutte sera intéressante. Je coupe le projecteur, je coupe les hauts-parleur et je rallume les lumières. Bientôt de nombreux adversaires nous rejoindront pour participer à cette partie, mais avant qu’ils ne débarquent, amusons-nous un peu. Il est temps de voir si tu as toujours d’aussi bons réflexes. Sortis de nulle part je fonce sur Jake et plonge sur lui pour le renverser, nous faisant tous les deux glisser le long des marches jusqu’à arriver en bas de l’amphithéâtre. Mon corps au-dessus du sien, je relève la tête au-dessus de lui pour qu’il puisse bien voir mon visage et surtout ce sourire qui trône dessus.

- Surprise mon frère ! J’espère que tu ne t’es pas trop ramolli parce qu’on va avoir de la visite, mais en attendant...

Je donne une sacrée droite dans la mâchoire de mon camarade avant d’user de ma vitesse pour me remettre sur mes pieds. Debout un peu plus loin, je lève à hauteur de mon visage mes poings serrés et sautille d’un pied à l’autre comme le ferait un boxeur avant de monter sur le ring. Je suis pire qu’un enfant ce soir, et je sens que la suite va être très amusante.

- Allez approche mon mignon, tonton a encore de sacrés droites à te donner !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le bourreau des coeurs
Messages : 24
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 353
MessageSujet: Re: Chaleureuses retrouvailles   Mer 10 Jan - 0:18

Chaleureuses retrouvailles
Jake & Matthew

L’entente d’un bruit de verres brisés me fait réagir et quitter le lit où dort en ce moment même Effy. J’attrape un pantalon que j’enfile sans prendre la peine de le refermer avant d’atterrir dans le salon pour voir une des fenêtres brisés et Bastien qui se trouve devant, avec une tête décapitée entre les mains. Je ne peux pas empêcher mon sourcil d’avoir un petit tic et évidemment, j’ai le droit à un regard noir de Bastien. Ah ces petits regards noirs, ils me manqueraient presque, si je n’en avais pas un tous les jours… Non je plaisante. Il me gonfle sérieusement à me regarder comme si j’avais tué son chat, c’est bon, calmons le petit minet.

« Reposes ça stupide chat, tu ferais quoi sans tes mains parce qu’il y aurait une bombe de caché là-dedans ? »
« Si y avait une bombe, on l’entendrait Jake ! Et je ne suis pas un chat, connard. »

Je hausse un sourcil amusé avant d’attraper la tête. Quoi ? J’allais pas l’appeler chaton comme Effy, alors stupide chat est un bon compromis. Et après tout, j’appelle le fiston comme je veux, même si ça ne lui plaît pas, c’est ça le privilège des parents après tout non ? Même si Bastien donnerait tout pour me buter, je dois dire que ça m’amuse. Détends-toi un peu, stupide chat, on dirait que tu es constipé et désolé, je ne te donnerais pas de suppositoires, il ne faut pas abuser non plus. D’un coup sec, j’arrache la mâchoire de l’étêté, me retrouvant à voir un papier glacé sur lequel se trouve uniquement une adresse, celle de l’université. En avançant celle-ci vers mon nez, je sens le léger fumet de quelqu’un de connu. Tiens donc, un revenant ? Au bout de quelques secondes, je mets enfin une tête sur cette odeur et un sombre sourire me revient, qui fait réagir Bastien. Oh, on dirait qu’on n’aime pas mon sourire par ici, quel dommage, dois-je comprendre que je ne suis pas assez beau pour toi mon chou ?

« Restes ici avec Effy, je m’occupe de notre invité. Profites en donc pour réparer la fenêtre, un peu de travaux manuels te fera du bien, tu commences à t’empâter, petit chat. »
« Qui… »


J’entends Bastien commencer à parler, surement pour protester ou je ne sais pas quoi, mais après un coup de pied digne des meilleurs footballeurs, qui envoie la tête valser dans la forêt, je me retrouve dans ma chambre pour prendre des habits. En deux minutes, je suis dans une des voitures du clan en direction de l’université. Après tout, tel que je connais Matthew, ses pièges ne sont pas sophistiqués au point de prendre du temps pour s’y préparer. Et il aime s’entendre parler encore plus que moi, donc ce n’est pas comme si je risquais une attaque surprise qui me coûterait la vie. En une dizaine de minutes, je suis arrivé et en sortant de la voiture, je prends une profonde inspiration qui me permet de sentir l’odeur du sang qui sature l’air. Hum… Un comité d’accueil ?

C’est en entrant dans le bâtiment que je me retrouve à observer un nouveau style de décorum. Tiens donc, je ne souvenais pas que l’université fût aussi amusante. Ah c’est peut être parce que je n’y ai jamais été aussi. Oui, cela doit être ça. D’un petit coup d’uppercut, j’éloigne un des corps du chemin avant de suivre l’allée d’honneur qu’on m’a préparé. J’espère que tu n’as pas préparé un prêtre pour un mariage, Matthew, parce que je serais obligé de te mettre un vent, désolé Matty.

Finalement, j’arrive dans une salle où je vois des images assez connus. Ah tiens, Washington en 86 ça. Oh tiens, on dirait Athènes en… 1889 non ? Tu aurais au moins pu trier ça par ordre chronologique mon cher. J’entends tout à coup la voix de Matthew à travers ce qui semblerait être un haut-parleur. Je jette un regard sur toute la salle mais non, on dirait qu’il n’ait pas présent dans la pièce. Par contre, quand il reprend la parole, je me réintéresse à la projection, à temps pour voir des visages biens connus. Aymeric, Sylvain, Greg, Louis, Karim, Nicholas, Frederich… Et bien d’autres. Si tu souhaitais m’énerver, tu n’aurais pas pu mieux t’y prendre. Je serre les dents, entendant un bruit menaçant venant de celle-ci, pendant que je murmure à moi-même :

« Des désirs de morts, Matthew ? »

Je ne sais pas si c’est le fait que je me sois parlé à moi-même mais soudainement, je suis heurté par un poids lourd. Ah non tiens, c’est Matthew. Mon gros, t’as besoin de faire un petit régime, tu te négliges depuis que la dernière fois que t’es venu nous rendre visite. Le temps que je me retourne, cet abruti s’est relevé et a continué de parler. Surprise ? Vraiment ? Faudrait ne pas t’être annoncé pour être une surprise, là t’es juste le mec qui se fait attendre. Par contre, je me fais surprendre par son putain de coup de poing. Bordel, à quoi tu joues connard ? Je me relève d’un bond pour le voir sautiller comme une fille qui a besoin d’aller pisser. Mec, t’es ridicule.

« Tu sais quoi, tonton Matthew ? Etrangement, je parie que tu te prendras plus de droites dans ta gueule que moi ? Je sais pas, j’ai l’impression que t’as une gueule qui ressemble à un punching-ball, surtout avec ta petite vidéo de la nostalgie. »

Je feinte un uppercut avec le poing droit, le faisant réagir avant de m’approcher pour le frapper dans le ventre avec mon autre poing, réussissant mon coup. Ce n’est pas parce qu’il était plus vieux qu’il était invincible. Après tout, n’oublions pas que je m’entraînais avec Gabriel, et ce petit con était plus vieux que nous deux. A partir de là, ce n’était pas dur de réussir à frapper ce rigolo. On fait à peu près la même taille mais vu son réflexe de se recroqueviller, je dois me pencher pour parler à son oreille avec un sourire sombre.

« Surprise, Matty. Ça c’est pour être en retard, t’as juste deux siècles de retard, c’est rien… Mais si tu veux te ramener, j’espère que Gabriel t’as fais un joli mot parce que sinon, je vais être obligé de te botter le cul jusqu’à ce que tu me prouves que je peux te faire confiance. »

Ouais il serait pas le premier à faire semblant de revenir pour tenter de nous exterminer. A croire que les récentes et nombreuses pertes étaient une invitation à faire un coup d’état. Sauf que les mecs, vous rêvez si vous croyez que vous pourrez réussir tant que je suis présent. Je me recule à temps pour que son prochain coup ne fasse que me frôler plutôt que de me cogner. Malgré tout, ça picote. Oh, oh, on dirait que t’es prêt à jouer mon gars, ça tombe bien, moi aussi. Je laisse un sourire sombre étirer mes lèvres pendant que je le regarde avant de retirer ma veste et de lever les poings. Tu veux jouer, on va jouer. Ouais ouais, moi aussi je croyais qu’on pouvait pas prendre de muscles en devenant un strigoï mais… Faut croire que c’est possible. Amusant non ?

« Mais t’as raison l’ami, je vais accepter ta proposition. J’ai bien envie de cogner ce soir et vu que tu te proposes si gentiment… Je crois qu’on va jouer à la guerre tous les deux. Prêt à t’amuser, mon vieux ? »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chaleureuses retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Missoula :: Université du Montana :: Amphis-
Sauter vers: