Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le passé ressurgit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
L'inatteignable
Messages : 9
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 414
MessageSujet: Le passé ressurgit   Mar 28 Nov - 16:53



Le passé ressurgit

J’ai besoin de récolter des informations, des renseignements précis. On m’a donné une adresse, un lieu où je devrais facilement tout savoir en échange d’un versement à la hauteur. Voilà comment un fils de famille royale s’est retrouvé en ma possession, un certain Aaron Drozdov ou quelque chose comme ça. J’ai la prime, j’ai l’adresse et la tenue adéquate, jean et tee-shirt noir avec une veste en cuir, je ne vais pas non plus me mettre sur mon trente-et-un pour eux. Il ne me reste plus qu’à me rendre sur les lieux maintenant. J’ai pris soin de ligoter les mains de mon petit moroï, juste au cas où, et comme je n’ai pas non plus envie de le porter sur mon épaule ni de lui courir après, je lui ai mis une petite laisse pour être sûr de ne pas le perdre. C’est que je prends soin de ma monnaie d’échange.

Je tourne à la prochaine ruelle, là où se trouve le marché des strigoïs. J’avance parmi tous ces hommes et ces femmes, sourire aux lèvres. J’en vois plus d’un qui meurt d’envie de se bagarrer, d’autres qui veulent trouver un bon plan pour la nuit, d’autres encore qui ne pensent qu’au business. Je passe entre ces gens, ignorant les propositions qu’on me fait, ne détournant pas mon attention de mon objectif. Cet endroit est un pur lieu de tentations, mais je sais rester concentré, heureusement d'ailleurs sinon je serais déjà parti avec la jolie rousse. J’entre dans le bâtiment qui m’intéresse et je n’aime pas vraiment avoir à faire la queue, mais face à autant de possibles ennemis j’accepte de jouer le jeu, pour l’instant du moins.

On me donne mon ticket d’entrée et m’annonce que pour la fête c’est au sous-sol, pour l’intimité c’est au premier étage et pour les échanges c’est au deuxième. Je passe par les escaliers et grimpe jusqu’au deuxième étage, curieux lorsque je remarque que les marches continuent encore sur un autre étage. Tiens tiens, peut-être que j’irais faire un tour au troisième étage ensuite, nous verrons selon mon degré de satisfaction. Je pousse la porte et suis étonné de voir autant de monde, moi qui pensais que la fête se situait au sous-sol, on dirait que certains se sont perdus. Je brave la foule, tirant sur la laisse de mon petit moroï apeuré qui semble avoir oublié de me suivre. Qui est donc ce fameux Delta ? On m’avait dit que je saurais le différencier des autres dès que je poserai mon regard sur lui, mais pour l’heure aucun ne sort du lot.

- On dirait qu’il va falloir attirer l’attention de ce Delta si on veut le trouver.

Oui je m’adresse au moroï même s’il s’en fiche, à l’heure qu’il est je pense qu’il aimerait surtout pouvoir disparaître, ou juste se faire tuer vite. Bref, je réfléchis à un moyen d’attirer l’attention sans faire trop de victimes, mais c’est en pleine réflexion que j’entends parmi toutes ces conversations un nom qui sort du lot : Gabriel Connor. Tiens tiens, est-ce qu’on cherche encore des problèmes à mon cher allié ? Il est temps d’aller voir ça. J’avance vers la voix féminine, mais plus je me rapproche, plus j’ai cette sensation étrange. Je connais cette voix, n’est-ce pas ?

J’arrive jusqu’à elle et cette sensation désagréable trouve bel et bien une raison d’être lorsque je la vois. Elle est là, exactement la même femme que dans mes souvenirs, à l’exception qu’elle est désormais strigoï aujourd’hui. Comment est-ce possible ? Quand a-t-elle ingurgité du sang ? Elle devait être morte. Morte entre mes mains. Non seulement Alena est vivante, mais en plus là voilà à la recherche de Gabriel. Je me demande si ce n’est pas une plaisanterie, si ce n’est pas Gabriel qui m’a poussé à revenir à Missoula pour ça, s’il n’y a pas encore quelque chose d’autre de caché. Tout ce que je sais, c’est que je lâche la laisse du moroï pour apparaître devant Alena et la plaquer au mur derrière elle, la soulevant par la gorge alors que mon regard noir est plongé dans le sien.

- Bonsoir beauté, il semblerait que je n’ai pas été jusqu’au bout des choses à notre dernière rencontre, permets-moi de rectifier le tir.

Et sur ces mots je m’apprête à plonger ma main dans la poitrine d’Alena pour lui arracher le cœur. Oui, je ne cherche pas à être doux avec elle, après tout c’est à cause d’elle qu’est né l’Eventreur, alors il est temps pour elle d’y faire face. Je ne te laisserais pas l’occasion de refaire à nouveau partit de ma vie Alena, alors autant t’éliminer tout de suite.



Dernière édition par Matthew Thompson le Mar 28 Nov - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'ange et le diable
Messages : 8
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 404
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Mar 28 Nov - 19:55


       


Le passé ressurgit

   Etait-ce une bonne idée ? Non, je ne pense pas. En réalité, je sais que cela ne l’est pas. Toute idée pour laquelle Katera est d’accord est une mauvaise idée, mais… J’ai besoin de savoir. J’ai besoin de confirmer mes pensées. Je ne peux plus vivre dans le doute. Je jette un autre coup d’œil à mon téléphone, y voyant toujours l’invitation affiché, envoyé par le numéro personnel de Delta. Cet homme était une énigme à mes yeux, mais il l’était également aux yeux de ma double, ce qui n’était que légèrement rassurant.

J’agrippe de mes mains le lavabo avant de relever le regard vers le miroir de cette minuscule salle de bain. Presque immédiatement, le changement s’opère. Mon reflet se part d’un sourire sardonique, elle relève la tête, le menton en avant, les épaules en arrière. Une vraie petite garce, sûre d’elle et de son pouvoir. Mon reflet, ma malédiction. Katara. Je la vois m’adresser un clin d’œil avant que je ne me détourne, lissant ma robe pourpre d’un geste habitué. Des hallucinations sur ma double personnalité, plus cela va, plus cela empire. Siècle après siècle, elle prend de plus en plus de place dans ma tête, dans mon corps, dans mes gestes. Bientôt, cela sera son corps à elle et je serais la prisonnière. Je secoue la tête pour ne plus penser ainsi et je chausse mes hauts talons noirs, quittant la salle rapidement.

Quand je me retrouve devant l’immeuble de Delta, cela ne prend pas plus de trois minutes avant qu’un homme arrive afin de m’accompagner au maître des lieux, ou plutôt, la face publique du maître des lieux. A fréquenter cet homme, j’avais pu me rendre compte qu’il n’était pas aussi libre de ses mouvements qu’il voulait le faire croire. En quelques minutes, je me retrouve devant cet homme aux inimitables cheveux roux, un bel homme je le conçois mais très loin de mon idéal de beauté.

« Ivy, ma chère, toute en beauté ce soir. »

« Delta… »


D’un geste de la tête, j’effleure ses joues en une parodie de baiser, accueillant sa main dans mon dos sans y réagir. Cet homme était bien plus gentleman que la plupart des gens de ce lieu. D’ailleurs, où que je tourne le regard, j’y voyais de la dépravation et du sadisme. La lie de l’humanité. Je sentais Katara s’agiter au fond de ma tête mais je la chassais de mes pensées d’un froncement de sourcils.

« Heureuse d’être ici, j’espère ? »
« Pas spécialement, Delta. »

« Et pourtant, c’est toi qui tiens à être présente. »


Oui, je tiens à l’être, parce que j’ai pris ma résolution. Je jette un regard à Delta, le voyant se renfrogner en voyant mon sérieux. Mais cela ne dure pas longtemps avant qu’il ne retrouve de sa bonne humeur habituelle. Une façade, un masque pour de bien plus sombres secrets.

« Est-ce que tu me régaleras d’un autre de tes récits, ce soir, ma chère ? »
« Si je trouve ce que je cherche. »

« Je te promets que tu trouveras, après tout, je l’ai choisi ainsi. »


Je ne fais pas confiance à son sourire mais je hoche la tête. Delta était friand d’histoire bien plus que de toute autre chose, même le sexe. Un homme qui appréciait ma compagnie, non pas pour ma beauté, mais pour les connaissances que je possédais sur de nombreux pays, sur de nombreux récits. Et cela ne me dérangeait pas de partager mes informations avec lui, c’était le passé. Et au moins, sa compagnie n’était pas très chère, en plus… Cela endormait Katara, qui n’aimait rien de plus que l’action…

Au fil de la soirée, je me mêle à quelques convives, posant quelques questions sur Gabriel. J’appris qu’il avait un groupe et une demeure dans les environs, mais qu’il n’était pas à Missoula. Toutefois, on m’envoya de tête en tête pour recueillir sa position actuelle. Tout ce que j’espérais, c’est que son voyage ne l’avait pas mené jusqu’à Matthew. Aux dernières nouvelles, celui-ci se trouvait en Russie, à massacrer les derniers descendants de la famille royale. D’un geste de la tête, je chasse encore une fois ses pensées, je n’étais pas prête, pas encore, pour le confronter. J’avais besoin… Je ne sais pas de quoi j’avais besoin mais je savais que je ne pouvais pas encore le confronter.

Soudainement, alors que je souris poliment à l’homme face à moi, je me retrouve à être collé à un mur et à croiser des yeux sombres que je connais fort bien. Ses yeux… Mes mains s’arrêtent sur la sienne se trouvant sur ma gorge et je me retrouve à écouter ses paroles, bien loin de son ancien ton, de son ancienne diction. On dirait que la tendresse n’a plus lieu d’être. Au moins, cela confirme que ce soir là, ma mort n’avait rien d’accidentelle…

Je réagis instinctivement quand je le vois lever le bras, je profite de l’élan qu’il met dans son geste pour retourner sa force contre lui, tordant son bras dans son dos. Je suis toujours dos au mur mais cette fois, il se trouve dos à moi, le bras bloqué dans une position douloureuse et handicapante. Et je vois que nous sommes le sujet de plusieurs attentions mais je crois que je ne réalise toujours pas que Matthew se retrouve devant moi… Malgré tout, je sais que je ne peux pas me permettre de devenir léthargique, pas maintenant.

« Je suis désolée, mais je ne vais pas pouvoir te laisser faire, Matthew. Je ne prévoyais pas de tomber sur toi ce soir mais… Il fallait bien que cela arrive un jour. »

J’aurais juste préférer que cela arrive après avoir pu retrouver Gabriel… Je pousse un soupir avant de le repousser loin de moi, me tenant sur mes gardes. Je ne retrouvais pas l’homme que j’avais aimé dans la posture de combattant qu’il adoptait mais je savais que c’était un guerrier qui était face à moi. Or, j’avais été générale dans tellement de combat que cela été presque devenue une habitude, de me tenir sur mes gardes, prêt à asséner des ordres et des coups.

Je sens Katara s’agiter de plus en plus, elle prête plus d’attention à cette situation qu’elle n’en a prêté à ma vie ses derniers mois et ce n’est pas quelque chose que j’apprécie. Amuses-toi un peu Alena, on dirait que cet homme a gagné en virilité, peut-être qu’il n’est pas si inutile que cela. Tais-toi ! Hors de question qu’elle s’intéresse à Matthew, nous lui avons déjà fait bien assez de mal comme cela. Je croise le regard de Delta qui s’approche de nous, mais je préfère régler cette situation seule, je secoue doucement la tête avant de reporter de nouveau mon attention vers Matthew.

« Que fais-tu ici ? Qu’est-ce que tu cherches à faire ce soir ? Non oublie, ce n’est pas important. Tu ferais mieux de sortir de ce bâtiment, Matthew, la suite de la soirée risque de ne pas te plaire… »
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'inatteignable
Messages : 9
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 414
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Mar 28 Nov - 22:11



Le passé ressurgit

Je n’étais pas venu pour l’affrontement, je pensais encore moins la revoir ici. Pourtant elle est bien là, à Missoula, dans ce même bâtiment que moi, et à rechercher Gabriel visiblement. Vous savez, cette femme a bien failli me faire détester ce frère qui m’a tout offert. L’envie de tuer Gabriel m’a traversé l’esprit lorsqu’il m’a annoncé qu’elle était venue dans sa chambre une nuit, qu’elle le voulait lui plutôt que moi. J’ai détesté l’idée de la voir dans ses bras, l’idée de ne pas être à la hauteur pour elle, l’idée que je ne puisse pas moi-même tout lui offrir. Heureusement cette nuit-là il n’y a eu que des mots, et une décision également, celle de la tuer. J’étais prêt à tout pour toi Alena, la seule femme que j’ai eu l’occasion d’aimer, mais tu m’as appris la meilleure leçon de ma vie : l’amour est un poison.

Ma main droite s’apprête à s’enfoncer dans sa poitrine pour la tuer à nouveau, mais je dois dire que je ne m’attendais pas à la suite, à ce qu’elle sache se défendre aussi bien. A vrai dire j’avais plutôt envisagé que d’autres personnes autour de nous m’empêchent de la tuer, mais pas qu’elle réussisse à se sauver d’elle-même. En moins de trois secondes je me retrouve dos à elle, mon bras tordu dans mon dos. Voilà qui est à la fois surprenant, frustrant et alléchant, un mélange bien étrange. Je ne vais pas le cacher, j’adore qu’Alena puisse me tenir tête voire même m’en faire baver, tout comme je déteste en même temps l’idée qu’elle puisse être à la hauteur. Vraiment, cette femme m’a déjà rendu dangereux, maintenant elle va aussi me rendre schizophrène. Grâce à ma position, je peux me rendre compte que non seulement beaucoup de personnes nous observent, mais aussi que mon moroï a tenté de s’échapper et s’est fait arrêter par une paire de canines se plantant dans son cou. Je roule des yeux. Ben voilà, ma prime vient de s’envoler, encore une chose qu’Alena a foutu en l’air, oui oui je préfère remettre la faute sur elle.

- Oh excuse-moi d’interrompre tes plans, j’imagine que tu aurais préféré tomber sur Gabriel.

Evidemment cette excuse est complètement ironique, je ne suis pas désolé d’interrompre ses plans, tout comme je ne serais pas désolé de la tuer une deuxième fois, après tout elle ne doit cette situation qu’à elle-même. Et puis je ne risque pas de m’excuser alors qu’à cause d’elle je viens de perdre ma monnaie d’échange. Elle me relâche et je me tourne vers elle sans chercher à l’attaquer cette fois, pas encore du moins. Je la vois sur ses gardes, prête à attaquer s’il le faut, ce qui contraste totalement avec cette sublime robe du soir qui fait bien plus ressortir son côté fragile que je lui connaissais. C’est ton ennemie Matthew, souviens-t’en une bonne fois pour toute.

- Figure-toi que je ne suis pas venu pour toi, mais ma prime est foutue maintenant, alors il va falloir que tu rattrapes ça.

Pourquoi est-ce qu’elle dit que la suite de cette soirée risque de ne pas me plaire ? Je n’en sais rien et je n’ai pas envie de le savoir, j’ai déjà trouvé ma mauvaise surprise et elle se trouve devant moi, d’autant que j’ai perdu mon moroï, donc je ne vois pas comment ça pourrait être pire. Cette soirée ne me plaît déjà pas, et si quelqu’un souhaite me provoquer, il le fera à ses risques et périls.

- D’autant que je suis le mieux placé pour savoir ce que fabrique Gabriel et où il se trouve, alors si tu veux des réponses, commence déjà par me trouver quelqu’un qui pourrait me renseigner sur l’unité 101.

Autant qu’elle me soit utile avant que je ne la tue, après tout elle a l’air de mieux connaître cet endroit que moi, alors autant m’en servir pour avoir ce que je veux puisque mon moroï ne me sera plus d’aucune utilité dans l’état où il est.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'ange et le diable
Messages : 8
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 404
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Jeu 7 Déc - 17:20


     


Le passé ressurgit

   Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, ce qui se passe ce soir. Je ne m’attendais pas à devoir rechercher autant pour trouver Gabriel, dans mon souvenir, il n’était pas le genre d’homme à passer inaperçu, ni même à tenter de l’être. Mais la surprise la moins agréable reste de me retrouver devant Matthew. Je suis obligée de me forcer à réagir, à bouger, à ne pas penser ni ressentir. J’ai aimé cet homme, peut-être pas passionnément, mais pleinement et tendrement. J’ai aimé, j’ai ris, j’ai pleuré entre ses bras. Et je suis morte de par son fait. Et le fait de savoir, d’avoir la confirmation, ce soir, qu’il m’avait tué intentionnellement… C’est étonnement douloureux. Mais je réagis. Parce qu’il ne sera pas là pour défendre ma vie, au contraire même, je ne peux plus compter que sur moi-même.

Je le repousse finalement, sentant son dos contre ma poitrine et je dois me fustiger pour ne pas rester bloquée sur ce contact. Généralement, je n’ai pas de sexe avec les hommes, c’est Katara qui le fait pour nous deux. Je n’ai pas eu l’occasion de séduire ou même de me reposer contre un homme depuis longtemps, et même si je sais que Matthew veut me tuer en cet instant, il reste quand même l’un des derniers hommes à avoir posséder mon corps et mon cœur. Sa réponse me ramène par contre sur Terre, provoquant un profond soupir venu du fond de ma poitrine. Gabriel. Bien sur, cela a toujours été la seule chose qui l’intéressait…

« C’est exact, mais certainement pas pour les raisons auxquels tu penses. J’ai besoin d’un renseignement de sa part. »


Je parle plus que cela n’est nécessaire mais… J’en ai marre de voir les hommes se battre autour de moi, que ce soit contre moi ou dans mon camp. Je ne tiens pas à voir Matthew s’énerver un peu plus et Delta m’en voudrait si je gâchais sa soirée. Je croise d’ailleurs le regard de celui-ci quand je relâche Matthew et j’ai le temps de lui faire un petit hochement de tête signifiant que je m’occupe du problème avant de me concentrer sur mon ex-amant.

Plus cette rencontre sera courte et mieux nous nous en sortirons alors il n’y a rien d’étonnant à ce que je cherche à l’écourter. Je peux voir pour la première fois son côté sournois – bâtard tu veux dire, j’adore !(, tais-toi Katara !) Et je n’apprécie pas ce côté, pas du tout même. Il ordonne, comme s’il était un roi à couver de cadeaux. Mon pouce et mon index pince la base de mon nez, contrant la migraine que me cause déjà sa présence. Je suis les ennuis qui arrivent à vitesse grand V.

« Tu n’es pas en position d’exiger, Matthew, encore moins de moi. Mais tu as de la chance, je veux te voir partir alors si c’est tout ce qu’il faut pour que tu partes… Suis-moi. »

Je le dépasse, marchant devant lui et lui montrant mon dos. Ce n’est pas inconsidéré, je sais que je fais preuve de ce qui pourrait être une faiblesse mais mon corps est sur le qui-vive, prêt à bondir hors de sa portée s’il se rapproche de trop. Je sens ma robe onduler contre mes cuisses, une sensation commune, mais qui me permet de garder le contrôle encore un peu plus longtemps, juste le temps qu’il faut. Je nous arrête devant Delta, qui s’est assis à une table ronde, le bras tendu contre une deuxième chaise pendant qu’il nous vrille du regard.

« Delta, j’aurais besoin de tes services. »
« Je t’écoute ma chère. »

Je sens Matthew se rapprocher de nous et je ne peux pas m’empêcher de me raidir pendant que je vois le garde-du-corps de Delta poser la main sur l’étui de son pistolet. Je n’aime absolument pas ce que je présage cette rencontre et de savoir que Matthew est de retour… Oh arrêtes de te plaindre, Alena ! Il est de retour et à croquer, j’en prendrais bien un petit bout moi… La ferme Katara ! Punaise, elle ne se tait jamais cette gourde. Je reprends la parole avant qu’elle ne me coupe encore une fois, m’adressant uniquement à Delta.

« Matthew ici présent voudrait des renseignements sur l’unité 101… »
« Je t’ai déjà offert un service ma chère, que tu dois me rembourser, alors… »
« Ajoutons un dîner en plus et considérons l’affaire close. »

Je vois Delta me regarder avec amusement, je sais que mon ton ferme et décisif l’amusent bien plus que mon corps ne pourrait le faire. Et j’ai également du respect pour cette homme, c’est pour cela que la décision ne me coûte que peu. Perdre une soirée de ma vie à raconter des comptes et légendes qui endormiront Katara pour permettre à Matthew de disparaître de nouveau de ma vie jusqu’au moment où je serais prête à mettre fin à sa haine ? Ce n’est pas cher payé, au contraire même…

Je vois Delta faire un signe de la main et un humain apporte une chaise supplémentaire face à Delta et la chaise vide. D’ailleurs, quand Delta se lève et me tend la main, je comprends que cette chaise est pour moi. Je frôle sa main avant de m’assoir sur la chaise qu’il me tire, pendant que Delta prend place à mes côtés. Je ne sais pas pourquoi, mais j’arrive à le sentir frétiller à mes côtés, à croire qu’il avait attendu cela toute la soirée. A quoi est-ce que tu joues, Delta ? Même si je ne tourne pas mon regard vers les deux hommes à mes côtés, j’entends Delta prendre la parole avec un rien d’empressement.

« Vu le marché conclu par ma chère Ivy, je suis obligé de vous écouter. Que voulez-vous savoir, Matthew ? »

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'inatteignable
Messages : 9
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 414
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Ven 8 Déc - 18:14



Le passé ressurgit

Est-ce que cette soirée pourrait encore plus mal tourner ? Certainement, mais elle est déjà bien partie pour devenir une nuit dont je n’aurais pas spécialement envie de me remémorer. Mes retrouvailles avec Alena sont loin d’être chaleureuses, mais en même temps je n’étais pas préparé à vivre des retrouvailles tout court. Elle aurait dû être dans un cercueil, enterrée depuis des siècles, entièrement décomposée aujourd’hui. Pourtant elle est loin de la mort et de la décomposition, très très loin, je dirais même qu’elle est plus en forme que jamais. Non seulement je la retrouve, mais en plus elle me confirme que c’est bien Gabriel qu’elle recherche, soi-disant pour des renseignements, et tant qu’on y est, jamais deux sans trois, je perds aussi mon moroï dans le feu de l’action. C’est décidément une bien mauvaise soirée et le pire c’est que je n’ai pas la moindre fichue idée de comment est-ce qu’elle pourrait se terminer.

Je finis par exiger à Alena de me trouver un moyen d’obtenir des informations, après tout c’est de sa faute si j’ai lâché des yeux mon moroï et évidemment cet idiot ne pouvait pas se tenir tranquille. Heureusement qu’il n’a pas été trop dur à dénicher sinon je n’aurais pas hésité à arracher la tête de ce strigoï qui vient de me le voler. En attendant je veux voir Alena se démener pour me trouver ce que je réclame et visiblement elle accepte d’accéder à ma demande et ce n’est même pas pour le deal que je lui propose.

- Seulement pour me voir partir ? Allons, tu vas finir par me vexer chérie.

Je la vois me tourner le dos et je l’imagine très bien rouler des yeux en cet instant. Je la suis, non sans afficher un sourire mesquin sur mon visage alors que je la vois avancer devant moi dans cette robe qui définit parfaitement bien ses courbes. A une autre période, dans d’autres circonstances, je n’aurais pas attendu longtemps avant de l’entraîner dans un coin pour nous débarrasser de ce magnifique tissu, mais ce soir je vais me contenter de jouer avec les yeux. On s’arrête un peu plus loin, devant un homme particulièrement roux me rappelant quelques souvenirs appréciables que je chasse bien vite de mon esprit lorsque je l’entends prononcer le nom de Delta. Ainsi donc voilà le type que je cherchais, si on m’avait dit tout de suite que c’est à sa chevelure que je le reconnaîtrais je ne me serais pas attardé sur autant de visages pour essayer d’y trouver des cicatrices atroces et effrayantes. Oui, c’est bien plus impressionnant que cela que j’imaginais ce Delta, mais je ferais avec ce qui se trouve devant moi.

J’observe Alena et Delta discuter et je les trouve particulièrement proches. Beaucoup trop proches. Je n’aime pas trop ces échanges de regards et de sourires, ni cette proposition d’ailleurs. Un dîner ? Si c’est tout ce qu’il lui faut je peux bien le lui offrir moi-même ce dîner, avec spécialité du chef en prime. Pas intéressé ? Je les laisse passer leur accord, préférant d’abord obtenir mes informations avant de donner mon véritable avis quant à la situation, mais j’admets apprécier de moins en moins ce rapprochement que j’aperçois entre eux. On s’installe et Delta me porte enfin un peu d’attention, il était temps, c’est que je me suis bien rasé en plus. La première chose qui me fait hausser un sourcil dans ses paroles est lorsqu’il nomme Alena Ivy. Ivy ? Est-ce un faux nom pour passer inaperçu ? Peut-être, dans le doute j’attendrai qu’on se retrouve seul pour lui poser la question, en attendant un autre sujet m’attend.

- Je veux savoir comment je peux me débarrasser définitivement des unités installées dans notre pays, à commencer par l’unité 101. Tous les organismes ont une faille, il me suffit de savoir laquelle pour les détrôner.

Tiens, on dirait que je l’intéresse enfin. Ah non, il détourne bien trop vite son attention de moi pour reporter son regard sur Alena. Qu’attend-t-il au juste ? Pense-t-il trouver les informations en la regardant ? Non, il reporte son regard sur moi mais son air a changé, beaucoup plus renfermé, beaucoup plus sombre.

- Ma chère Ivy, il semblerait que ton ami ne tienne pas beaucoup à sa survie. Ne l’as-tu pas prévenu que je ne participe pas aux massacres ?

- Mon cher Delta, si vous ressentez le besoin de me faire passer un message, adressez-vous directement à moi. On m’a dit que vous étiez une grande source d’informations, il est temps de prouver si les rumeurs sont vraies, à moins que je ne vous en demande trop.

- Ce que je peux vous dire, c’est que je ne suis pas prêt à sacrifier des contrats passés avec ces unités pour une vendetta.

- Dans ce cas vous ne m’êtes d’aucune utilité. Allons-y Ivy. Oh et vous pouvez considérer que le dîner qu’elle vous doit est annulé.

- L’affaire a déjà était close, c’est trop...


Je ne le laisse pas terminer sa phrase, quittant ma place pour renverser ce Delta de sa chaise et planter une lame d’argent dans son torse, juste en dessous de son cœur. Il me suffirait de remonter d’un centimètre pour l’achever. Le problème ? Ce sont tous les flingues pointés vers moi, mais en même temps s’ils tiennent à la survie de leur chef ils feraient mieux de ne pas tirer. Un sourire sadique sur le visage, je me penche près de l’oreille de Delta alors que je commence à tourner la lame dans son torse, lui arrachant quelques gémissements de douleur et de jolies grimaces.

- On dirait que nous sommes dans une impasse l’ami. Alors dis-moi, quelle solution es-tu prêt à proposer pour qu’on survive tous les deux ? Je meurs d’envie de le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'ange et le diable
Messages : 8
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 404
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Sam 9 Déc - 17:24





Le passé ressurgit

Il faut croire que la beauté des femmes russes n’était plus la même que dans le temps car cela n’avait pas suffi à garder Matthew éloigné de cette ville. Et à la place, il se trouvait là, prêt à m’éliminer, ce qui me faisait ressentir des émotions que j’étais loin d’approuver. Et je sentais Katara s’agiter au plus profond de mon corps, prête à étendre ses antennes mentales pour en prendre le contrôle. C’est l’une des raisons pour laquelle je tourne le dos à Matthew, malgré ses propos, ses gestes, ses pics. Au moins, je peux discuter avec elle et reprendre le contrôle avant qu’elle ne prenne la main. Et si cela devait arriver… La soirée risquerait d’être bien plus sanglante que prévue.

Nous nous approchons finalement de Delta sans que je ne relève les pics de Matthew, bien décidée à ne pas réagir. Je suppose qu’il avait ses raisons, pour être aussi mauvais. Mais… J’avais l’impression de me trouver dans un inconnu qui avait pris son corps. Quoi que… Peut-être que je ne le connaissais pas vraiment. Ou peut-être avait-il changé. De toute façon, résoudre ce mystère ne changerait rien, je ne comptais pas revenir dans sa vie, j’y avais déjà fait bien assez de dégâts… Tout comme il en avait fait bien assez dans ma vie.

Je me retrouve assise aux côtés de Delta et je ne suis pas vraiment la conversation. J’avais déjà entendu parler de cette unité, j’avais même failli quelques fois me retrouver confronter à eux, mais je n’avais pas assez fait parler de moi pour les intéresser. Au contraire même, j’avais une tendance maladive à être discrète dans les milieux non-strigoïs afin de compenser les exploits de Katara. Et j’avais même plutôt tendance à être discrète même parmi eux, ne me mêlant qu’aux plus puissants, les autres n’ayant qu’une vague image de fantôme de notre rencontre.

Concentres-toi Alena, tu manques le plus important ! Et si tu ne le fais pas, moi je le ferais ! Depuis quand est-ce que tu me préviens plutôt que de mettre la menace à exécution ? J’ai beau tendre mes oreilles mentales, je n’entends pas la réponse de Katara, on dirait presque qu’elle boude… A moins qu’elle ne soit tout simplement passionnée par la rencontre entre les deux hommes.

J’entends mon nom et je finis par reprendre pied à temps pour comprendre que les réponses n’ont pas plus à Matthew et qu’il veut négocier ce qui n’est pas négociable. Soudainement, je vois la dague s’enfoncer dans le torse de Delta et je me relève d’un bond, renversant ma chaise et l’envoyant en arrière. Et je vois le sourire sadique de Matthew qui fait frémir d’intérêt Katara pendant que je suis obligée de froncer les sourcils pour me battre contre elle afin de garder le contrôle. Les propos de Matthew me passeraient presque par-dessus la tête si je ne comprenais pas qu’il se mettait dans les ennuis. Cet homme… était devenu encore plus impossible que par le passé.

« La solution est que tu fasses immédiatement demi-tour et je consentirais à ne pas lancer de contrat à ton nom et à t’oublier. Alors, l’ami, tu as intérêt à te calmer. »


Autant Delta paraissait auparavant impatient de sa rencontre avec Matthew (d’ailleurs je commençais à le soupçonner d’avoir organisé sa venue ici, sans en comprendre le motif). Autant il paraissait maintenant décider à détester Matthew. Je ne pouvais pas lui en vouloir, passer proche de la mort pouvait faire cet effet à beaucoup de monde. Cela n’avait pas été mon cas. Mais cela avait rendu Katara encore plus présente alors je n’étais pas sûr de savoir quelle finalité était la meilleure.

Je m’approche des deux hommes, sentant les hommes de Delta être près à tirer, que ce soit sur Matthew ou sur moi s’ils en venaient à sentir une ouverture leur permettant de récupérer leur boss. Je les comprenais, même si Delta traînait dans un trafic plus que nocif, il était assez protecteur et puissant pour leur offrir un endroit confortable. Malgré tout, je ne pouvais pas m’empêcher de maudire Matthew pour cette fin qu’il nous apportait, il était encore en train de nous mettre en danger. Je dépose ma main sur l’épaule de Matthew… Et je ne sais pas si j’étais prêt à le tirer loin de Delta pour mettre celui-ci en sécurité ou à le rejeter loin de nous pour le mettre lui en sécurité. Tu es nulle, Alena, il y a d’autres choix ! On pourrait tellement s’amuser, tu ne sens pas tous ses strigoïs qui sont prêt à vous sauter dessus au moindre signe de faiblesse ? La salle frétille littéralement ! Tout peut arriver ! Tais-toi Katara, je n’ai pas le temps de t’écouter !

« Ecoute Matthew, je ne sais pas ce qui t’intéresse tellement, mais tu ne fais pas le bon choix. Si tu tues Delta, tu vas te retrouver dans les ennuis jusqu’au cou, tout comme ton groupe. Relâches-le et je suis certain que tu trouveras quelqu’un d’autre dans cette salle, quelqu’un que Delta pourrait même t’indiquer, pour répondre à tes questions sans que cela ne mette le business de Delta en danger. Vous pourrez trouver un arrangement… Mais pas comme ça, Matthew. Et je suis désolée de te le dire mais… S’il doit y avoir un combat, tu vas te retrouver tout seul dans ton camp. »

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'inatteignable
Messages : 9
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 414
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Mar 19 Déc - 15:41



Le passé ressurgit

J’avais envisagé une toute autre voie à cette soirée, une toute autre fin, mais il faut croire qu’une fois encore Alena a le don de modifier mes plans. J’aurais pu être beaucoup plus patient avec ce Delta si vous ne me provoquiez pas sous mon nez. J’imagine que ça doit t’amuser de jouer à ce petit jeu avec lui, tout comme tu as joué à un jeu bien plus dangereux avec Gabriel. Une fois de plus tu me fais réagir dans l’excès, mais sois contente, au moins cette fois ce n’est pas ta vie que je menace, pas encore du moins. Je me jette sur Delta, une lame enfoncée dans son torse, il me suffirait d’un tout petit mouvement pour que la lame transperce son cœur et le tue. Alors Delta, que dis-tu de ça ? Sa réponse me fait sourire, mieux, elle me fait rire, le genre de rire sadique et sournois qui présage mauvais augure.

- Tu crois que tes sbires réussiraient à me vaincre ? Je te mets au défi.

Prouve-moi que tu ne t’entoures pas que de minables que je vois s’agglutiner autour de toi. Prouve-moi qu’il y en a au moins un qui mérite son salaire. Je serais franchement ravi de te démontrer le contraire. Je sens la main d’Alena attirer mon attention, une fois de plus elle veut encore gâcher mon plaisir. Depuis quand es-tu devenue si raisonnable Alena ? La dernière facette de toi m’avait pourtant prouvé à quel point tu aimais la destruction, alors ne fais pas semblant avec moi. Ah la revoilà, cette femme qui est toujours contre moi, celle qui choisira toujours l’autre camp que le mien, je me disais bien qu’elle ne pouvait pas être cachée si loin.

- Rassure-toi Alena, à aucun moment je n’espérais t’avoir dans mon camp.

Je prononce son vrai nom cette fois, lui prouvant bien que j’en ai terminé de jouer le jeu, de faire semblant, maintenant on va passer aux choses sérieuses. Je replonge mon regard dans celui de Delta, un regard bien plus sombre que tout à l’heure, mais au dernier moment je décide de lui laisser la vie sauve. A la place j’use de ma rapidité pour m’en prendre aux cinq hommes autour de nous qui me menacent. J’arrache le cœur du premier, lui volant sa matraque en argent que j’enfonce dans le crâne du suivant. Je m’empare ensuite de l’arme à feu du cadavre pour viser le prochain aux poumons et à la gorge, le laissant agoniser avec les balles restées à l’intérieur. Pour le quatrième j’utilise ma force afin de lui briser les os, retournant sa tête dans son dos tout comme ses jambes. Pour le dernier je bloque ses attaques et enfonce mes canines dans sa gorge, buvant son sang jusqu’à ce que sa tête se détache de son cou. Trois cadavres et deux presque morts et pas la moindre blessure de mon côté, il fallait bien leur prouver que ma réputation d’éventreur ne sortait pas de nulle part. Un mauvais sourire est dessiné sur mon visage ensanglanté alors que je laisse rouler la tête au sol avant de replonger mon regard sur Delta qui commence lentement à guérir.

- Cinq vies en échange de celle du chef, ne te plains pas, profites-en plutôt pour les remplacer par de vrais guerriers.

Il semblerait que je n’ai plus rien à faire ici, je trouverais moi-même le moyen d’éliminer ces unités, après tout j’ai remporté des guerres bien plus compliquées que celle-là. Je ne me préoccupe pas de tous ces hommes et femmes autour de nous qui attendent les ordres de Delta pour agir. Je m’empare d’un mouchoir blanc et essuie le sang sur mon visage et sur mes mains avant de le laisser retomber près du cadavre à mes pieds, tel un déchet auprès d’un autre. Je n’adresse pas de regard à Alena, continuant de porter mon attention sur ce Delta.

- Si tu veux un dernier conseil l’ami, surveille Alena pendant votre repas, les vipères ont tendance à lâcher leur poison dès qu’on les quitte des yeux.

Et sur ces mots je m’éloigne d’eux, toujours sans porter de regard vers Alena. Je passe entre les hommes de Delta, prêt à me battre contre tous s’il leur donne l’ordre de m’attaquer. Visiblement je n’ai plus rien à faire ici, à moins que Delta n’ait encore envie de se mesurer à moi, ou Alena peut-être, mais je saurais prouver à l’un comme l’autre quelle erreur ils feront de vouloir me provoquer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'ange et le diable
Messages : 8
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 404
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Mar 20 Fév - 13:18





Le passé ressurgit
Te retrouver n’est certainement pas le genre de surprise à laquelle je pouvais m’attendre et à laquelle je pouvais aspirer. Au contraire même. Katara était de plus en plus présente, de plus en plus dominante… En réalité, à chaque instant, je me battais contre elle, je tentais de l’endormir car en vérité… Il suffirait aujourd’hui d’un rien pour qu’elle passe en personnalité dominante. Et à partir du moment où Katara aura les pleins contrôles… Autant dire que ta réapparition sera le cadet de mes soucis. Au contraire même, avec de la chance, avec toi, j’aurais le droit à la mort plutôt qu’à une vie à l’observer commettre méfaits sur méfaits.

Toujours est-il que je ne t’accorde pas toute mon attention, tu as déjà celle de la salle, tu n’as pas besoin de la mienne n’est ce pas ? Bon sang, depuis la première fois qu’on se connaît, tu as même le droit à la pleine attention de Katara. En même temps, c’est la première fois qu’elle nous voit agir l’un contre l’autre bien que… Je m’en rende compte, notre affrontement est plutôt cordial, passé le premier contact. Et ça ne fait que me rendre plus méfiante encore. Mais visiblement, je ne le suis pas encore assez vu que tu es capable de te mettre dans les embrouilles sans même que je ne m’en rende compte. Je croyais que tu voulais des réponses, Matthew ? Depuis quand tuer ses informations permet d’acquérir des réponses ? Surtout qu’en dehors de Delta, tu trouveras bien peu de monde qui aurait tes informations. Et tu trouveras rarement plus dangereux également. Delta serait capable de lancer un contrat sur ta tête et à partir de ce moment-là, peu importe tes talents, quand on se retrouve à avoir 60% de la population de Missoula contre soi… On est perdu d’avance.

Finalement, je m’approche, j’attire leurs attentions, je parle à Matthew. Je ne lui donne pas le plaisir de réagir après sa pique, me contentant de le regarder avec ce que j’espère être la plus grande des froideurs. C’est une attaque injustifiée et bien basse, même pour toi. Je n’ai jamais dis que je me positionnerais contre toi, juste que je ne serais pas avec toi. Je n’ai pas envie de me provoquer des problèmes pour l’homme qui m’a tué, peu importe ce qu’il a pu représenter pour moi. Toutefois, pour ce dernier point, je tente de t’offrir une seconde chance. Sauf que j’aurais du me douter de la façon dont tu allais réagir, tu as toujours été impulsif et assez… brusque. Pour rester poli.

J’observe le sang couler, la mort venir en cette assemblée, sans lâcher Matthew du regard. J’ai eu plusieurs ouvertures, mais je n’interviens pas. Après tout, c’est Matthew qui désire ma mort, pas l’inverse. Même Katara ne souhaite pas vraiment le tuer. Elle ne réfléchit pas de cette façon, pour elle tout se mesure en amusement, et rien n’est plus ennuyant qu’un cadavre. Je jette un coup d’œil à Delta pour voir sa réaction et je peux facilement deviner que finalement, il n’est pas heureux d’avoir rencontré Matthew. Au vu de la réputation que celui-ci se traîne, je m’étonne même qu’il ait eu un seul espoir à son encontre. Oh vraiment Alena ? Moi je dirais qu’il est devenu intéressant depuis qu’il ne t’a plus dans les pattes. Comme quoi, tu vois, tu devrais me laisser la place. Je suis certaine que ça en vaudrait la peine. On pourrait bien s’amuser avec cette nouvelle version de lui-même. Mais bien sure Katara, et tu veux également que je t’offre une rivière de grenats ? Non parce qu’autant que tu le saches, le jour où tu prendras le contrôle de mon corps, c’est une rivière de grenades qui t’accueillera. Notre corps, Alena, notre corps…

J’entends derrière qu’il y a une discussion mais j’ai du mal à lâcher ma conversation avec Katara, parce qu’en même temps, elle a décidé de se lancer sérieusement dans la lutte pour le contrôle. Je suis déconcentrée un instant en entendant mon nom, tournant la tête, me rendant compte en même temps que j’ai déjà fait le chemin vers la sortie, pour comprendre que Matthew me critique encore. C’est ma soirée putain ? Oui, il n’y a pas à réfléchir, entre toi et Katara, vous formez un duo du tonnerre. Mais je m’en passerais. Je l’observe me doubler et disparaître. Entendant distraitement la voix de Delta s’adresser à moi, sans en comprendre le sens. Par contre, je sens une main m’attraper… Et c’est fini.

Oh oh. Oh ! Oui ! Il était temps. C’est qu’elle commence à devenir barbante, la sangsue. Elle s’accroche vraiment trop à notre corps. Ah et tiens, il y en a un autre qui s’attache aussi. Hum désolé mon joli… Mais tu n’es pas assez joli pour mériter un deuxième regard. D’une torsion du poignet, j’envoie l’homme valdinguer et atterrir sur le rouquin d’Alena. Oups. Ah non ça va, elle ne réagit pas encore. Cool. Je tape dans mes mains d’une manière excitée, ne leur prêtant que peu d’attention avant de faire un signe d’au revoir de la main, me dépêchant de rejoindre la sortie. Le temps est compté, hors de question de le passer avec ces mecs barbants.

« Hasta la vista, amigos. Et surtout, m’attendez pas pour le retour, vous ne m’amusez plus assez. »

Et comment tu vas te sortir de ça, Alena De Troie ? J’ai hâte de voir ça ! J’entends un bruit avant de voir à l’autre bout de la rue que Matthew me tourne le dos, apparemment en pleine conversation téléphonique. Fera, fera pas ? Fera bien sur ! L’occasion est trop belle. Je me déchausse, virant ses talons ridicules avant de me glisser dans le dos de Matthew. J’arrive à m’approcher assez de lui pour pouvoir le prendre, plus ou moins, par surprise. Je saute sur son dos, posant ma bouche contre son cou en lui donnant un rapide coup de crocs qui fait couler son sang. Ah tiens, je crois que dans ton style de combat, tu as déjà perdu non ? Le premier sang et tout et tout. Ha merde !
Katara, putain tu fous quoi ? Je sens que l’empêcheuse de tourner en rond reprend le contrôle, me repoussant et tranchant peu à peu mes liens avec ce corps. Visiblement, le sang a réveillée l’emmerdeuse. Prout… Bah je m’amuserais plus la prochaine fois. En attendant, je recule de quelques pas et j’esquisse un sourire amusé et animal à Matthew, pas le genre de sourire qu’Alena produirait, cette fille ne sait pas s’amuser… Coup de chance pour toi, ce n’est pas elle que tu vois devant toi, mais c’est sa meilleure version !

« Je sens qu’on va se recroiser souvent, tu es devenu plutôt intéressant ! »


La dernière image que je garde de lui, c’est ses yeux qui s’agrandissent de surprise au son de ma voix alanguie. Et oui, alors qu’Alena est toute en contrôle et en arrondie, je suis bien plus brute, de la pure stupre et violence dans ma voix. Et ce ne sera pas la dernière fois que tu l’entendras. Tu es un des points faibles d’Alena, alors, ton intérêt vient tout à coup d’augmenter. Et qui sait, cette fois, tu te révéleras peut-être être un joueur de talent ? C’est beau de rêver non ? En tout cas, sa tête me tire un éclat de rire amusé pendant que ma vision s’obscurcit une dernière fois. Dommage que je doive dormir, j’aurais adoré voir comment tu te sortirais de ce pas, Alena…


Le bourdonnement présent dans mes oreilles s’arrête quand je reprends définitivement le contrôle, me permettant de comprendre que je suis celle qui contrôle maintenant mon corps. Un drôle de son m’arrête, et je comprends que c’est un rire, avec ma voix, que je coupe net. Et en même temps, je goûte sur mes lèvres un goût enivrant. Je lève mes doigts à ma bouche mais je sais déjà ce que je vais y trouver. Le carmin qui colore mes lèvres est révélateur… Putain Katara, tu ne peux pas t’arrêter d’être une vraie peste. Avec une profonde inspiration, je tourne mon regard vers Matthew et je reprends la parole d’une voix moins assurée que je ne le voudrais, sentant ma vue se troubler devant moi. Merde, il ne va plus me rester très longtemps…

« Si tu veux des renseignements, tu as trois hommes qui pourront t’aider. Ton ami, Jake, et deux autres strigoïs du nom de Lucas et Lucian. Cherches-les, convaincs-les et tu sauras tout. Maintenant, n’oublies pas ta promesse. »


Je ne prendrais pas le risque d’assister à ta réaction de colère à la suite du vol de sang. Et non, je ne te cède pas pour une quelconque clémence. Simplement, avec un nouvel os à chercher, tu t’attireras moins d’ennui avec Delta… Et surtout, tu pourras tenir notre marché et disparaître de nouveau de ma vie. C’est la première fois que Katara est capable de me laisser inconsciente de sa dominance aussi longtemps. S’il n’y avait pas eu ton sang, je n’aurais pas réagis, pas réalisé… C’est dangereux, bien trop dangereux de traîner dans tes parages. Alors je commence à reculer sans le quitter du regard, sans lui tourner le dos non plus. Il n’est pas dit non plus que je serais suicidaire, je réserve ce côté à mon alter-égo…
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'inatteignable
Messages : 9
Date d'inscription : 28/11/2017
Age : 414
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   Ven 29 Juin - 1:00



Le passé ressurgit

Voilà comment on montre aux hommes qu’on ne peut pas jouer avec n’importe qui : en tuant. Voilà aussi comment on provoque une guerre, mais j’en ai remporté des bien plus dangereuses que celle-là, alors je suis prêt à recevoir tous les hommes que ce Delta aura l’audace de m’envoyer. Moi aussi je peux me trouver une armée et il le découvrira vite. Croyez-moi, plus d’un strigoï a une dette envers moi. Je sors de cet endroit sordide, j’y ai déjà perdu bien assez de temps comme ça. Téléphone en main, je passe rapidement un coup de téléphone.

- Allons ma douce, on pourrait échanger des mots salaces toute la nuit mais je dois parler à ton boss, c’est au sujet de son infante.

Evidemment elle me le passe tout de suite, ou du moins c’est ce qui était prévu, jusqu’à ce que je sente un corps se coller au mien, ou plutôt devrais-je dire se jeter sur le mien. Qu’est-ce que c’est encore comme blague ? Si au départ je me dis que Delta à envoyer ses gars, ou femmes, sur moi pour me récupérer, je me rends rapidement compte qu’il s’agit en fait de... Alena ? Sérieusement ? Est-ce qu’elle aime jouer avec la mort ? Parce que me provoquer de la sorte est une très mauvaise idée, encore plus faire couler mon sang, peu importe que ce soit en faible quantité. Je repousse Alena et elle descend de mon dos, se met à reculer avec ce sourire que je ne lui reconnais pas. Es-tu possédée ma chère ? Si c’est le cas alors l’exorcisme ne te réussit pas trop.

Mais plus que son regard, plus que son sourire, c’est sa voix qui me perturbe, comme si ce n’était pas la même. Aurais-je visé juste ? Es-tu réellement possédée ? Ou alors tu joues bien ton jeu mais tout de même, tu as beau m’avoir trompé une fois, je ne te connais pas autant de talent d’actrice. Je fronce les sourcils alors qu’elle éclate de rire, jusqu’à s’arrêter soudainement, au moment où son regard change du tout au tout. Il ne manquait plus que ça pour pimenter ma vie...

- La mort ne t’a vraiment pas réussi Alena. Si tu n’acceptes pas ta nature de vampire, tu sais ce qu’il te reste à faire.

Il suffit d’un peu de soleil ou d’un peu d’argent et le tour est joué. La schizophrénie, ça arrive aux vampires qui n’acceptent pas ce qu’ils sont. C’est assez étonnant, j’étais persuadé que cette nature de morte et vivante à la fois te siérait à merveille. Après tout n’est-ce pas ce que tu es ? Un cœur mort dans une enveloppe vivante. Elle reprend la parole, sa voix est différente cette fois, ou plutôt semblable à la première, à celle que je connais le mieux. Pourquoi me donnes-tu ces informations ? Pourquoi me fuis-tu à nouveau ? Elle a tout juste le temps de faire un pas en arrière que j’apparais devant elle, ma main plaquée sous son menton pour relever son visage vers le mien.

- A quelle sorte de jeu de manipulation est-ce que tu te prêtes, Ivy ?

Après tout cette fausse identité, n’est-elle pas destinée à tromper ? Mais tromper qui au juste ? J’ai l’impression que tu te perds toi-même ma douce amante, ex amante, et dire que j’aurais pu faire de toi une reine. Mon autre main caresse doucement une mèche de ses cheveux tombée devant son visage, un geste tendre à l’opposition du regard sombre qui fixe le sien.

- Et ne m’insulte pas, contrairement à toi je respecte toujours ma parole.

Je rapproche un peu plus mon visage du sien, lui volant ce baiser dont je ne mets aucune passion à l’intérieur, je veux juste lui prouver qu’elle n’est plus rien pour moi. Ou peut-être est-ce simplement à moi que je veux le prouver. Au moment où mes lèvres relâchent les siennes, c’est pour venir vers son oreille murmurer ces mots.

- Voilà pourquoi je te promets ce soir qu’un beau jour, je te tuerai à nouveau de mes mains.

Et pour de bon cette fois. Je ne lui offre pas la possibilité de répliquer, la seconde suivante son corps est libéré du mien et il ne reste plus que le vent pour venir caresser sa peau, plus que le silence et l’absence pour venir hanter ses pensées. On se reverra vite Ivy, de ça je n’en doute pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le passé ressurgit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le passé ressurgit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passé sombre.
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» Le père Noël existe, il est passé nous voir !
» 8077 ► J'aimerais effacer les douleurs du passé comme on efface la craie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Les archives :: Archives :: Rps terminés-
Sauter vers: