Forum privé !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sombre chemin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:06



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Est-ce que l’emmener avec moi cambrioler une pharmacie est une bonne idée ? Définitivement pas. Est-ce que je vais changer d’avis pour autant ? Non plus. En fait tout ce qu’il se passe ce soir est une mauvaise idée, suivre les lucioles, tabasser le strigoï, discuter toujours aussi étrangement avec cette beauté... Alors pourquoi ne pas continuer sur cette voie ? Ça semble bien me réussir après tout. Je relâche sa main une fois que je trouve la cible en question, une pharmacie hein, pas un strigoï, ni un alchimiste, ni quelqu’un de bizarre. De toute façon les personnes les plus bizarres se trouvent déjà réunis alors... Bref, je disais quoi déjà ? Ah oui, j’ai trouvé la pharmacie, maintenant reste plus qu’à expliquer le plan, sauf que j’ai l’impression qu’Ehlena ne m’écoute qu’à moitié lorsque j’en parle. Est-ce que tu trouves ma méthode mauvaise ou est-ce que tu t’en fous ? En fait je ne préfère pas savoir.

Après m’avoir répondu qu’elle est bien prête à faire ce cambriolage je m’apprête à y aller en premier lorsque je remarque qu’elle se rapproche de moi, ce qui du coup me stop net dans mon élan. Qu’est-ce qu’elle fait au juste ? Pourquoi est-ce qu’elle s’approche alors qu’elle déteste les contacts ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Alerte aliens, remettez mon cerveau en place parce que là je ne comprends plus rien ! Ou remettez le sien en place, parce que c’est pas moi qui fais des choses bizarres ! Attendez... Est-ce que je devrais pas plutôt être heureux de ce qui risque de se passer ? Mais ouais, carrément même ! Quel crétin ! Cette nana me rend dingue.

Est-ce que je dois m’attendre à un câlin ? Ce serait bizarre non ? Surtout de sa part. Peut-être que... Peut-être une petite tape amicale ! Pourquoi est-ce qu’elle ferait ça ? Pourquoi est-ce que j’ai le temps de penser à autant de solutions avant que le véritable geste ne se produise ? Bon sang Kyle, mets ton cerveau sur off ! Mets ton cerveau sur off ! Mon cerveau se met tout seul sur off, lorsque finalement Ehlena se contente de toucher le bout de mon nez... Euh... C’était quoi ça ? Attendez, on met sur pause et on rembobine. Est-ce qu’elle vient vraiment de faire ce qu’elle vient de faire ? Pourquoi ? Y avait un truc sur mon nez ? C’est pas vraiment le premier contact dont j’ai rêvé avec elle, et ouais, j’ai vraiment rêvé de ça, une seule fois, et alors ? Faut vraiment que je redescende sur Terre, ce serait cool de me reposer les aliens.

- Je dois avouer que moi non plus, je ne comprends pas...

Mais alors je ne comprends vraiment pas ce qui vient de se passer ! Félicitations en tous cas, tu viens de rendre la pipelette silencieuse, car je suis littéralement en plein bug mental. Heureusement elle ne tarde pas à me rappeler le pourquoi de notre présence ici. Ah ouais, la pharmacie ! Allons-y avant que tout ceci ne devienne trop bizarre, je veux dire encore plus bizarre. Est-ce que c’est possible ? Avec elle je n’en doute pas. Je sors ma carte bancaire de ma poche en même que je me rapproche de la porte de la pharmacie verrouillée. Il me faut quelques secondes pour parvenir à ouvrir la porte... Bon d’accord, quelques minutes, mais entre temps j’ai aussi dû convaincre Ehlena de ne pas briser la porte ! Enfin, maintenant qu'elle est ouverte, je la laisse s’occuper des caméras comme prévu pendant que je commence à chercher.

Est-ce que c’est mal de piquer quelques sachets de bonbons à la pharmacie alors que je ne voulais rien casser et rien voler ? Oh allez, les bonbons ça ne soigne personne de toute façon, alors ce sera pas une grosse perte, je laisserais même quelques billets sur le comptoir, comme ça personne ne pourra dire que c’est du vol ! Bon par contre je commence un peu à m’énerver lorsque je ne trouve toujours pas ce que je veux.

- C’est quoi au juste cette pharmacie ? Ils vendent plus de préservatifs et de bonbons au miel pour la gorge que de vrais médicaments...

D’ailleurs je vais peut-être aussi prendre une petite boite de bonbons au miel. Quoi vous pensez que je voulais prendre les préservatifs ? Je suis peut-être un Gordon, mais pas le bon de la famille.

- Tu trouves quelque chose ?


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:07


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Pourquoi est-ce que je me rappelle de ton visage ? La plupart, je ne les remarque pas, et encore plus difficilement, je me souviens d’eux. Généralement, même ceux que je reconnais dans la rue, je ne les reconnais que grâce à mon protecteur. Mais toi, j’ai réussi à me rappeler de ton visage. Pourquoi ? Je ne comprends pas… Tu es mon mystère et je ne sais pas si j’aime cela. Non. Je sais que je n’aime pas cela. Je n’aime pas les inconnus, les coins d’ombres. Je n’aime pas être surprise. Et je ne tiens pas non plus à l’être de ta part.

On bouge, devant une pharmacie. Pourquoi ? Pour des médicaments. Mais pourquoi est-ce que je te suis ? Je ne sais pas. C’est décidément étrange. Mais ce qui l’est un peu plus, c’est ce besoin de contact. Déjà la dernière fois, tu m’as donné une étreinte, étouffante, bien trop chaude et prenante. Et maintenant, tu me tiens la main. Pourquoi ? Pourquoi ce contact ? Pourquoi manifester cette envie ? Je ne comprends pas. Un contact ne fait que blesser. C’est l’occasion de faire du mal, c’est tout ! Et toi, on dirait que tu ne veux pas de mal. Incompréhensible. Fou. Peut-être est-ce toi le fou. Ou le suis-je, de ne pas comprendre ? Peut-être. Surement pour les autres. Pas pour moi.

J’ai besoin. De tenter de comprendre. De te comprendre, chasseur. Tu es étrange, mais peut-être qu’à tes côtés, je comprendrais. J’initie le contact. Je ne peux pas dire que je l’apprécie. Mais je ne le déteste pas non plus. Il est dérangeant. Intoxiquant également. Je n’aime pas qu’il prenne le dessus sur mon esprit. Que ce contact puisse avoir une quelconque incidence sur mon esprit. C’est la seule chose que je contrôle encore et je compte bien garder la main mise dessus. Non, je ne comprends pas le reste de l’humanité, à désirer l’impossible. J’entends la remarque de Kyle, me disant qu’il ne comprenait pas non plus. Qu’est-ce qu’il ne comprenait pas ? Il n’y avait rien à comprendre, de son point de vue ? A moins qu’il ne parlait des contacts ? Dans ce cas, pourquoi en initier s’il se posait comme moi des questions ? Parfois, il vaut mieux ne pas se poser de questions.

Je lui rappelle qu’on peut y aller. Après tout, toutes les questions sont réglées, et les contacts ne devraient plus avoir lieu maintenant. Je remarque en même temps que mon protecteur s’est approché mais il n’est pas menaçant, juste prêt à nous suivre. C’est étrange. Comme toute cette soirée. Le chasseur agit mais il prend trop de temps. Et quand je tente de m’avancer pour agir à sa place, cela provoque une réaction chez lui. On dirait presque de la peur. Cet homme n’est pas normal… Enfin, je le laisse faire du coup, et quand la porte s’ouvre, je laisse mon protecteur passer devant avant de le suivre, levant les yeux vers le plafond. J’en profite pour diriger toutes les caméras quelques centimètres plus haut, ça y ait, nous sommes hors de vue. On peut définitivement entrer.

Je n’ai jamais été dans une pharmacie, je n’en vois pas l’intérêt. Le corps peut combattre toute maladie et s’il ne le fait pas, c’est qu’il est trop faible pour mériter de survivre. Pas besoin d’utiliser des remèdes qui ne sont pas naturels. Alors cet étalage de boîtes est réellement étrange. Qui pourrait trouver de l’utilité à tout cela ? Je m’approche des étagères, remarquant quelques noms de thérapeutiques. Et en lisant au dos et en remarquant quelques détails, je peux voir qu’ils sont regroupés par fonction, puis par nom alphabétique. Je n’ai pas la fonction de ses médicaments, mais j’ai le nom de famille. Alors je fais les étagères, rapidement. Mais je ne trouve pas, par contre je remarque une arrière boutique, surement le lieu où ils stockent le plus de leurs médicaments. Donc quand Kyle prend la parole, je ne le regarde pas mais je lui réponds tout de même. Pourquoi est-ce que je l’entends toujours quand il parle ? Pourquoi lui ? Non, c’était décidément incompréhensible. Comme toute cette soirée.

« Non. Ça doit être à l’arrière. Ton médicament doit être sous surveillance, ou alors il n’est pas commun. »

Est-ce que c’est de la drogue, comme je l’avais supposé la première fois ? Car dans ce cas, je comprendrais pourquoi  il se trouve à l’arrière. Enfin quel intérêt d’avoir la réponse ? Il fait ce qu’il veut de sa vie. Mais cela me rappelle qu’il faudra que j’aille trouver un donneur…

J’avance, sans lui peut-être, je ne sais pas. Mais j’ouvre la marche. Et je passe derrière les comptoirs pour rejoindre l’arrière de la boutique, nous retrouvant au milieu de grandes allées avec des cartons contenant des médicaments, ainsi que des frigos avec de lourds bourdonnements. Eh bien, si nous ne trouvons pas ici… Je crois entendre la respiration de Kyle changer, comme s’il allait parler, mais je me penche entre deux cartons sur l’étagère, voyant qu’il y avait une jeune femme présente dans la salle, elle aussi en train de regarder dans les cartons, un casque sur les oreilles qui expliquaient qu’elle ne nous ait pas entendu entrer. Mais au vu de sa tenue atypique, elle devait travailler ici. Je me redresse donc rapidement, me tournant vers Kyle avant qu’il ne parle et mettant mon doigt devant sa bouche, sans le toucher. Je sentais déjà l’air qu’il expirait, cela me suffisait. Quand j’ai son attention, je lui fais signe de se pencher, me décalant pour qu’il regarde au même endroit, avant de parler tout doucement, pour que seul lui m’entende.

« On dirait que ce vol vient de se compliquer, chasseur. Ou on peut aussi l’assommer. »

Ou la tuer. Cela serait encore plus rapide, un vrai gain de temps. Et mon protecteur a l’air d’accord, vu qu’il s’agite. Mieux vaut se décider rapidement, car je ne compte pas y passer ma soirée… J’ai quelques têtes à trouver. Oui, la tuer serait plus rapide. Et ça ne serait même pas salissant. Pas besoin. Rapidité. Efficacité. Gain de temps. Un mort vaut mieux qu’un inconscient, ici… Bien mieux. Je t’attends, chasseur, mais décides-toi vite… Ou je le ferais cette fois. A ta place. Je n’aurais pas du le suivre. Surtout avec cette proximité qui commençait à être trop. Vraiment trop…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:07



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Plus rien n’a de sens dans mon esprit, l’univers que j’aperçois, le comportement d’Ehlena, ces lucioles qui reviennent me tourner autour... Non, il faut que je me soigne avant que ça empire, parce que je sens que ça va empirer, rien que mes tremblements sont plus constants et si ça continue il vaudrait mieux que je m’éloigne de toi Ehlena, vraiment loin, car je n’ai pas envie de m’en prendre à toi. Alors ouais, plutôt que de me déstabiliser encore plus avec ce contact très étrange, concentrons-nous davantage sur cette pharmacie. Le cambriolage, ça ne faisait pas vraiment partis de mes plans de la soirée, mais quand c’est nécessaire, on fait ce qu’il faut.

On entre enfin dans cette pharmacie, sans casse, heureusement, et on se met chacun à fouiller les étagères. Bon sang mais où est-ce qu’ils cachent ce médoc ? C’est vrai que parfois il faut faire des commandes pour l’avoir... Mais non, je ne peux pas croire qu’ils n’en ont pas alors que j’en ai vraiment besoin ! Je demande à Ehlena si elle a trouvé quelque chose de son côté, on dirait que non, mais elle évoque l’arrière-boutique et c’est vrai que ça aurait plus de chances de se trouver là-bas. Elle prend les devants mais je ne tarde pas à la suivre, après avoir mis un bonbon dans ma bouche. Ben quoi ? Ça me calme !

J’arrive jusqu’à elle et remarque qu’elle s’est tout à coup immobilisée. Quoi ? Il se passe quelque chose ? Je m’apprête à lui demander ce qu’il y a mais son doigt vient me stopper avant, me faisant signe de me taire. Par pitié ne me dit pas que... Je me penche et je remarque que si, il y a bel et bien une personne qui travaille encore là. Merde... Double merde. Triple merde ! Va falloir qu’on se casse vite d’ici avant de se faire repérer, mais apparemment ça ne fait pas partit des propositions de Lucifer Girl. L’assommer ? Tu te moques de moi ? Hors de question qu’on touche à cette innocente femme et la traumatise !

- Non, on fait demi-tour et on sort de là.

Oui Ehlena, je suis sérieux, on abandonne la mission. Ce ne sont que des médocs après tout, ça ne vaut pas un traumatisme pour cette femme, car après tout l’assommer reviendrait à une forme d’agression physique. Je survis bien depuis plusieurs semaines sans ces médocs, alors même si mon cas se dégrade, je survivrais bien encore quelques jours de plus. Sauf qu’Ehlena n’a pas l’air de vouloir bouger, alors je dois m’y reprendre à deux fois pour bien lui faire comprendre qu’on ne touchera pas à cette femme.

- Sérieux, on s’en va, ne me force pas à t’entraîner avec moi.

Puisque tu n’aimes pas les contacts, ne me force pas à en faire un qui ne te plairait pas. Ma main s’agite nerveusement, peut-être parce que mes délires commencent à se faire de plus en plus présent. C’est moi où les murs de cette pièce se referment petit à petit ? Merde j’ai besoin de sortir d’ici. Je passe devant et sors, prenant le risque de laisser Ehlena derrière avec cette femme, de toute façon le risque c’est moi maintenant, il faut que je m’éloigne d’elles. Ma main s’agite de plus en plus. Merde je crois que je suis en train de faire une sorte de crise. Ma respiration est saccadée, je manque d’air, j’ai l’impression qu’on est en train de compresser un poids contre mes poumons pour les empêcher de fonctionner correctement. Je m’appuie contre le mur et ouvre ma chemise, parce que ouais je porte une chemise ce soir. C’est moi qui hallucine où il y a une espèce de sangsue accrochée à mon torse qui me dévore ? Ça doit être à cause de ça que je ne peux pas respirer. Quoi je vous l’ai jamais dit ? Mes hallucinations peuvent être très étranges parfois, et surtout me sembler très réelle. Je sors une lame de ma poche, ça devrait faire l’affaire je suppose.

- Fais tes adieux sangsue, cet air j’en ai plus besoin que toi.

Ouais vous ne rêvez pas, je suis bien sur le point d’enfoncer cette lame dans mon torse, mais bon à mes yeux il s’agit absolument pas de suicide, juste de survie, parce que cette sangsue je la vois bel et bien et si je ne veux pas mourir étouffé j’ai plutôt intérêt à m’en débarasser.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mar 16 Mai - 21:08


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Pourquoi l’avais-je suivi ? Pourquoi lui ? Habituellement, je ne me souciais pas de suivre les gens et ils ne se souciaient pas de me suivre également. Mais toi, dès la première fois, tu n’as pas agis comme les autres. Tu ne t’es pas laissé aller à l’effet de masse. Est-ce que c’est cette différence, chasseur, qui fait que je retiens ton visage ? Que je sais voir les différences entre tes expressions, même si je ne les comprends pas ? Je ne sais pas. Tu as un côté étrange, atypique, dans un monde monochrome. Juste une petite lueur en plus. Ou en moins. Enfin une chose différente. Mais je préfère la première option, sans savoir pourquoi. Est-ce que tu sais que tu le passionnes également ? Mon protecteur. Il te tourne autour mais il ne veut pas t’attaquer. Je crois qu’il te fait confiance. Etrangement. Un peu. Au moins un peu en tout cas. Peut-être même beaucoup. Je ne le comprends pas. Il n’agit pas souvent ainsi. En fait… Jamais.

On se retrouve, sans que je ne le suive vraiment, dans l’arrière salle. Et je prends la parole, pour signaler la présence de cette femme. J’aurais du l’assommer immédiatement. Elle aurait semblée dormir. Cela m’aurait évité ce qui suit. Ce qui se déroule. Ses expressions. Ses changements. Son corps qui se raidit, assez proche du mien pour que je le remarque. Faire demi-tour ? Ton médicament avait l’air important. Non pas que je le comprenne, je ne suis pas pour ce genre de chose. Je ne suis pas de ce genre. De cet effet de masse. De ces gens, lessivée. Lassé. Laissé pour compte. Laissé dans l’effet de masse de cette société. Je ne te comprends pas. Je te pensais différent. Me suis-je trompé ? Tu insistes, mais je ne fais que te regarder, sans te suivre, sans forcément te comprendre. M’entraîner de force ? Je te tuerais avant. Je commence… A t’apprécier, chasseur. Mais tu ne me forceras pas. On ne me forcera plus.

Je ne fais plus attention à lui, je me dirige vers la femme et je tape rapidement sur son épaule. Je la vois se retourner en sursaut, enlevant ses écouteurs de ses deux mains. Les humains… Ne devraient-ils pas chercher à crier ou à se défendre, dans ce genre de situations ? Leurs esprits sont faibles. Plus que le mien. Plus encore que mon corps. Les alchimistes vous tueraient…

« Que faites… »
« Vas me chercher ce médicament et oublies ensuite ma présence. »

Je ne perds pas de temps, citant le médicament que Kyle a demandé. Trop de temps perdu. J’ai d’autres choses à faire. D’autres choses à voir. Des gens à voir. Pourquoi est-ce que je perds ce temps déjà, pour lui ? En faisant quelque chose qui me rebute. J’ai même touché volontairement cette fille. Je me retrouve avec trois boîtes sous les yeux, que j’attrape sans un mot. J’indique d’un signe de tête à mon protecteur de me suivre, avant de me diriger vers la sortie. Je n’ai jamais été très forte en hypnose, je sais qu’il faut qu’elle me voit le moins longtemps possible, sinon mon ordre ne fonctionnera pas. Mais cela tombe bien. Je ne veux pas la voir. Et je ne veux plus le voir. Du moins je crois. Je pense. Cela serait logique, non ?

Sauf que je me retrouve devant lui, dans une position étrange. J’entends sa respiration sifflante et je vois son geste sans réussir à le comprendre. Suicide ? Pourquoi se suicider ? Qu’est-ce qu’il fait ? Je l’observe avec un début de sentiment, un début de surprise et presque… De frénésie. De panique. Je crois. Je ne suis plus capable d’identifier cette émotion. Depuis combien de temps ne l’ai-je pas ressenti ?

« Non ! »

Je ne prends pas conscience que c’est moi qui ait parlé quand mon protecteur agit. Cette fois, il ne frappe pas pour tuer, mais pour sauver… Enfin je crois. Je vois le filet de sang apparaître sur la main de Kyle, quand mon protecteur agrippe son poignet. Et je vois finalement le couteau tomber, pendant que je les observe. Je pourrais presque voir mon protecteur, s’il n’était pas de dos, je crois que je verrais son visage. Et le chasseur… N’est pas mort. Mais il n’est pas passé loin. Je vois sa chemise déchiré et je sens l’odeur alléchante de son sang. C’est ce qui m’empêche de m’approcher. C’est la première fois depuis longtemps que j’ai soif de sang. La première fois depuis longtemps que je me sens si proche de mon corps. Je déteste ça. Je déteste ressentir ça. Je voulais juste quitter mon enveloppe charnelle et il m’oblige à la ressentir plus que jamais. Je le hais pour cela. Je resserre ma prise sur les trois boîtes, sentant le bruit du carton qui émet une protestation.

« Pourquoi est-ce que tu as fais ça ? Comment peux-tu agir ainsi ? Me forcer aussi à ressentir ? »

Comment peux-tu avoir tant de contrôle sur cette situation ? Comment peux-tu également garder mon protecteur si près de toi quand il se dérobe toujours à mon regard ? Je te déteste en cet instant, chasseur. Et si tu croises mon regard, je pense que tu n’y verras pas du vide, pour la première fois depuis longtemps… Un seul avait le droit de me faire ressentir ainsi. Mon corps et mon cœur sont morts avec lui, tu n’aurais jamais dû les réanimer. Jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mer 31 Mai - 22:42



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Je déteste avoir à le dire mais ces médicaments que l’on recherche me sont nécessaires, sans eux mon esprit se perd et devient fou. Je ne veux pas être traité à nouveau comme un fou, même si j’aimerais pouvoir me passer de cette drogue. Ces médecins sont idiots de ne pas m’en prescrire d’autres, ils ignorent le risque que je peux faire encourir aux autres, ou même à ma propre vie. Alors maintenant je dois voler, car c’est la seule solution qu’il me reste. Sauf que trouver ces fichus médocs est plus facile à dire qu’à faire, non mais sérieusement, j’avais jamais remarqué qu’une pharmacie pouvait ressembler à un véritable labyrinthe, des rayons de partout, des boites de partout, et évidemment jamais celle que l’on cherche. Cette nana qu’Ehlena vient de trouver pourrait m’aider à trouver mon bonheur, sauf que hé, j’ai pas trop envie d’avoir un casier judiciaire pour avoir braqué une pharmacie, quitte à aller en taule autant que ce soit pour une banque ou un autre truc stylé.

De toute façon je crois que je suis en train de faire une crise là. Enfin c’est pas je crois, j’en suis sûr. Et merde, faut toujours que ça tombe au bon moment, c’est ironique bien sûr. Ouais je suis sur le point de mourir étouffé et j’arrive encore à faire de l’humour, balaise pas vrai ? Bon et elle est passée où Lucifer Girl ? Quoi que je veux pas le savoir, d’ailleurs plus elle sera loin de moi et mieux elle se portera. Moi j’ai un souffle à récupérer et visiblement une sangsue à tuer. Sérieusement, comment elle est apparue là cette chose déguelasse ? C’est que j’ai même pas envie de la toucher, mais j’essaie quand même de la tirer en arrière, sauf que non, plus je tire et plus cette connerie me colle à la peau. Bon bah on va passer à l’étape supérieure, un petit coup de lame devrait la faire me relâcher.

Mon arme retournée vers elle et donc vers mon torse, je suis sur le point de l’enfoncer dedans lorsque j’entends un cri d’Ehlena en même temps que quelque chose m’arrête. Une douleur. Quelqu’un. Une ombre imposante m’a agrippé la main. Je cligne des yeux plusieurs fois et je me rends compte qu’il n’y a personne, pas d’ombre, pas de sangsue non plus, juste du sang sur ma main. Merde qu’est-ce qu’il vient de se passer au juste ? Je suis en train de devenir fou. Non rectification, je suis fou, complètement taré, faudrait m’enfermer je crois, mais j’ai pas trop envie d’aller dans ces cellules toutes blanches et glauques. Alors que j’arrive enfin à reprendre mon souffle, mon regard se pose sur Ehlena qui est fixée sur le sol comme un pic en train de me regarder. Croyez-moi c’est pas ça le plus intriguant, ni même son regard sur moi. Non, ce qui est intriguant c’est sa voix et ses mots. Je l’admets, je suis un peu perdu là... Bordel je suis totalement perdu en fait ! Je sais même pas ce que je pourrais lui dire ! Je sais même pas ce qu’elle me reproche véritablement.

- Ecoute Ehlena, j’ai... Je suis désolé.

Ouais, je crois que m’excuser est la bonne chose à faire, déjà parce qu’il semblerait que je lui ai fait peur, ensuite parce que je n’ai pas l’impression de lui avoir apporté de bonnes choses depuis qu’elle a fait ma rencontre, et pourtant j’ai essayé. J’ai essayé de la convaincre que la haine ne méritait pas d’être ressentie et aujourd’hui elle m’a vu frapper avec rage pour obtenir vengeance. Et ensuite quoi ? Je lui demande de m’aider à cambrioler une pharmacie, je suis vraiment un super bon pote dis donc, d'autant que j'ai pas envie d'être juste un pote. Sauf que je suis un danger, pour moi, pour elle, pour tout le monde. Et je la fais ressentir des choses qu’elle n’a pas envie de ressentir... Non, en fait pour ça je ne suis pas désolé, maintenant que j’y pense j’en suis plutôt fier. C’est quand j’en prends conscience que je finis par replonger mon regard dans le sien.

- Ouais, je peux être désolé auprès bien des personnes pour bien des choses différentes, comme t’avoir fait peur ou t’avoir fait entrer dans cette pharmacie illégalement, mais je ne suis pas désolé de te faire ressentir des choses.

Je ne te force pas à ressentir Ehlena, forcer c’est quelque chose que je n’imposerai jamais à personne, encore moins toi. Si tu ressens c’est parce qu’une part de toi est prête à ça, à accepter de nouvelles émotions. Si tu ressens, c’est parce qu’une part de toi en a marre de ce vide et veut se donner une nouvelle chance. Je m’approche d’elle, doucement, sans chercher à faire de gestes brusques. Je me contente juste de la rejoindre pour pouvoir mieux la regarder, pour pouvoir mieux comprendre ses expressions maintenant qu’elle en a.

- Ce masque qui te protège, il te trompe, il t’isole, il t’emmène vers le néant. Ne le laisse pas t’emmener Ehl...

Etre aussi sérieux ce n’est pas vraiment dans mes habitudes, mais là c’est un sujet important. Ou alors je débloque encore ? Non, pour la première fois de la soirée j’ai l’impression que mon esprit est redevenu saint, alors profites-en, car ça pourrait ne pas durer longtemps.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Ven 30 Juin - 12:05


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Je déteste la compagnie des autres, ils ne font que des choses idiotes, incompréhensibles. Et généralement, il cherche en contre-sens, dans le sens qui les conduira trop proche ou trop loin de moi pour que je garde leur visage en tête. Ce chasseur a failli devenir différent, plus fort peut-être, assez pour jouer sur la bonne distance, assez pour survivre. C’est ce que je pensais. Mais il me prouve encore une fois que je ne connais pas bien l’humanité, que je ne peux pas la comprendre, qu’ils sont incompréhensibles. L’espèce Homo Sapiens sous son plus beau jour.

Je ne comprends pas cette émotion qui bouillonne sous la surface, qui chauffe ma peau et qui tente de prendre le contrôle de mon esprit. Je ne comprends pas cette frénésie, ce besoin d’agir, pour un autre que pour Lui ou moi. Je ne comprends pas non plus pourquoi mon protecteur devient le sien. Mais c’est ce qui se passe. J’empêche sa mort, ou il l’en empêche, mais n’est-ce pas la même chose ? Lui et moi, nous sommes tellement unis, tellement proches, que ses actions deviennent les miennes. Mais pourquoi aurais-je voulu empêcher la mort de cet idiot ? De ce suicidaire ?

Je laisse les mots sortir de mes lèvres avant même que je ne les pense. Je les découvre en même temps que lui. Et je le hais pour cela, encore un peu plus. Mais haine, est-ce le bon mot ? Ce qu’il me force à ressentir, envers lui, ne ressemble pas à ce que je ressens pour les alchimistes. Alors est-ce de la haine ? Ou… Oserais-je le dire ? De la colère et de la peur… Je n’ai pas ressenti autant d’émotions depuis que j’ai retrouvé Henry, dans le court moment de paix que nous avons eu. Ces émotions, malgré tout, elles me paraissent délavées, il leur manque encore une essence, mais elles sont là… J’entends à peine ces excuses, continuant de le scruter en tentant de faire repartir ce parasite inutile qu’est l’émotion qui m’étreint.

Je reviens à sa réalité quand je croise son regard sombre. On dirait qu’il tient à me parler, à détailler ce qu’il ressent. Et cela pourquoi ? Les émotions sont inutiles, les raisons derrière ses émotions devraient être éliminés et non pas déballé à la première venue. Par contre, je fronce les sourcils en entendant la fin de sa phrase. Pas désolé de me faire ressentir ? Alors tu ne seras pas désolé non plus quand je te trancherais la gorge pour éliminer la source de mes émotions ? Sauf que je dis cela en sachant très bien que je ne le ferais pas. Je ne ressens pas assez les émotions pour ressentir l’envie de tuer un homme qui ne m’a rien fait, ou presque. Je te l’ai dis, déjà la première fois, j’ai une mission, des gens à éliminer. Il y a des victimes collatérales, mais ce n’est jamais, ou presque, de ma volonté. Il n’y a que quelques hommes que je tiens à tuer, et dont je veux jouir de la mort… Et ton visage n’est pas un de ceux-là.

Par contre, proche, tu es trop proche. Je retiens un mouvement de recul, observant mon protecteur qui se retire. Ne devrais-tu pas rester avec moi ? Alors qu’il est si près ? J’entends ses mots, ceux du chasseur. Sur mon masque. Ce n’est pas un masque, Kyle…

« Ce n’est pas un masque, chasseur, c’est mon vrai visage. Si tu penses pouvoir y changer quelque chose, tu es encore plus fou que je ne le pensais. »

Je fais de mon mieux pour enfouir mes émotions profondément en prenant la parole. Ces parasites sont inutiles pour le reste de ma nuit, pour le reste de ma vie. Car celle-ci devient de plus en plus courte, de plus en plus frêle. C’est pour ça que je vois de mieux en mieux mon protecteur, bientôt, je verrais son visage. Bientôt, il me tuera. Et je serais enfin libéré du poids de cette vie, de ce corps détruit qui m’emprisonne et m’empoisonnes.

« Je n’ai pas changé d’avis, Kyle. A la fin de ma mission, je ne compte pas survivre. Alors peu importe qui a raison, entre masque et visage. Il n’y aura qu’une seule finalité : la mort. Et c’est la seule chose qui compte. »


Je prends le temps de croiser son regard, de voir ses mots s’imprégner dans sa tête. Et étrangement, je ressens une sensation de malaise quand je comprends, à son regard, qu’il se rappelle que mon seul souhait est la mort. Je n’aime toujours pas. Et ce que je ne comprends pas, si je ne peux pas le détruire, je m’en éloigne. Et c’est bien ce que je compte faire. Tu auras été une rencontre… Intéressante. Pour ne rien dire de plus. Mais il est temps de mettre un point final à tout cela avant que tu ne menaces la réussite de mon seul but dans la vie… Je tends la main, paume vers le haut, lui montrant ainsi les trois boîtes du médicament qu’il cherchait et que j’ai récupéré. Ça ne m’intéresse pas de savoir le pourquoi du comment… Mais disons que nous sommes quitter maintenant et que nous n’avons plus besoin de nous rendre service…

« Je crois que ceci est pour toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Jeu 6 Juil - 14:15



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



J’ai été à un séminaire l’autre jour, et je me souviens d’un type qui a dit que les mauvaises personnes sont celles qui ont le plus souffert. Ou alors c’était l’inverse ? Merde je sais plus, je suis pas très attentif, j’ai du mal à écouter le blabla des autres. Ouais, peut-être qu’il disait que ce sont les bonnes personnes qui ont souffert le plus, l’un ou l’autre, je pense que c’est faux. Tout le monde souffre, certains plus que d’autres, une partie choisit de rester bon, une autre choisit de devenir mauvais, les bons s’en sortent à travers le mensonge et les mauvais s’en sortent à travers la violence. Au final personne ne s’en sort vraiment, mais chacun essaie. Que sommes-nous Ehlena et moi ? De bonnes ou de mauvaises personnes ? On essaie tous les deux de combattre notre passé, de nous venger, de nous en relever, mais on traque pour ça et on tue. Normalement le meurtre devrait faire de nous de mauvaises personnes, mais qu’en est-il s’il s’agit de tuer des meurtriers, est-ce que ça fait toujours de nous de mauvaises personnes ? Vous voyez, c’est là tout le problème, les gens pensent que tout est tout blanc ou tout noir, mais on peut être les deux, être bon et mauvais à la fois, et c’est que nous sommes tous les deux.

Oui, quand bien même Ehlena peut se moquer du monde entier, de faire le bien, de faire le bonheur, ce n’est pas une mauvaise personne, juste une âme meurtrie. Alors qui suis-je pour la condamner de faire le mal alors qu’elle a elle-même subit tellement d’horreurs ? Son corps a été le réceptacle de la haine d’autres hommes, de leur folie et de leur masochisme. Mais voilà le problème ne vient pas de sa vengeance mais de ce qu’elle veut faire une fois son but atteint. N’as-tu jamais pensé qu’une fois libérée de ce fardeau autre chose pourrait t’attendre ? La mort n’a jamais été la solution, le suicide ne devrait jamais être envisagé. Penses-tu au moins à ceux qui tiennent à toi ? Mais après tout peut-être n’as-tu plus de famille, plus d’amis, plus de proches pour penser à toi... Mais tu m’as moi, et même si à tes yeux je ne représente pas grand-chose, je me suis attaché à toi, alors je ne te laisserais pas accomplir cet acte, ou bien il faudra d’abord me tuer.

Alors oui Ehlena, que ce soit un masque ou ton vrai visage, j’ai bien l’intention de changer les choses et peut-être que tu as raison, peut-être que ça fait de moi un fou, mais je suis surtout persévérant, alors je n’abandonnerais pas. Peut-être que je ne te ferais pas changer d’avis aujourd’hui, mais peut-être que demain j’y arriverais, ou après-demain, ou dans une semaine. Au final tant que tes ennemis respireront, ça me laissera une chance de pouvoir t’atteindre, de pouvoir te faire ressentir, de pouvoir te faire changer d’avis, alors je compte bien en profiter. Mais dans ce cas il va falloir agir Kyle, et pour l’instant tu ne fais rien si ce n’est l’écouter. Je réalise que je ne sais toujours pas comment je dois m’y prendre avec elle, c’est que Lucifer Girl est vraiment... Une fille à part, et je n’ai pas intérêt de merder. Sauf que là si je ne réagis pas elle va partir, et il est hors de question que je la laisse s’en aller sans l’avoir perturbé encore un peu plus. Alors je n’attrape pas les boites de médicaments qu’elle me tend, non pour l’instant j’en ai rien à faire de ça, ce qui compte c’est elle.

- A quoi ça sert de me soigner si je ne peux pas sauver les gens auxquels je tiens ? Peut-être qu’au moins la folie m’aidera à accepter ta mort, tout comme elle m’a aidé à accepter la mort de ma sœur.

Oui, à quoi ça sert de redevenir saint si de toute façon ta mort va me rendre encore plus fou ? Tu vois le problème avec moi c’est que je m’attache vite, et ouais, je suis ce genre de mec, pourtant je t’assure que je ne suis pas un pot de colle, mais je refuse de voir les gens que j’apprécie souffrir, et encore moins partir. Et toi Ehlena, je pense que je t’apprécie plus que je ne le devrais. Je m’avance encore un peu, d’un pas ou deux, me retrouvant juste devant elle, à quelques centimètres de son corps, mon regard plongé dans le sien, mais je ne la touche toujours pas, pas encore.

- Je suis désolé Ehlena, mais si tu ne voulais pas de mon aide, il ne fallait pas entrer dans ma vie et t’immiscer dans mon esprit. Maintenant… Merde maintenant il est hors de question que je te laisse partir, que je te laisse mourir et je ferais tout pour t’en empêcher, alors si tu veux enfin être en paix, il faudra d’abord me tuer.

Sauf que cette fois je ne lui laisse pas le temps de répondre, je me jette à l’eau, je prends un risque, c’est souvent comme ça qu’on finit par obtenir ce qu’on veut et même si j’en meurs, je ne regretterais pas d’avoir essayé. C’est vrai, mon but est d’obtenir la vengeance de ma sœur, mais à quoi est-ce que ça me servirait si à côté de ça je laisse partir la seule femme qui arrive à me faire ressentir quelque chose d’aussi intense, d’étrange, d’inconnu, mais de puissant. Je ne suis pas du genre à croire au coup de foudre, mais toi Ehlena, tu m’es tombée dessus et maintenant je ne sais pas quoi faire pour te rattraper. Alors je tente de faire quelque chose que tu détesteras sûrement, entrer en contact avec toi, ma main gauche posée contre ta joue et mes lèvres entrant en contact avec les tiennes pour les goûter. Tes lèvres sont froides et délicates, douces et piquantes, un petit goût sucré, un goût dont j’aimerais pouvoir profiter de longues minutes encore, mais tout dépendra de toi à présent.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Jeu 20 Juil - 18:12


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Combien de temps avons-nous passé ensemble, chasseur ? Trop ? Pas assez ? Un certain nombre, en tout cas. Tu as été instructif, intéressant, inintéressant, charmant. Un mélange qui a réussi à m’intéresser assez pour que je retienne ton visage. Mais toutes choses a une fin. Et heureusement, sinon, je n’aurais plus aucun espoir. Et ce soir, c’est la fin pour cette petite interlude. J’ai une mission, un but, une finalité. Tu as tes informations. Il n’y a plus aucune nécessité à se recroiser. Alors oui, je mets fin à cette mascarade, j’y mets fin avant d’y laisser des plumes. Je ne peux pas me permettre d’oublier mon but, Kyle. Je ne peux pas me permettre de te laisser m’influencer. Pour une raison que j’ignore, mon protecteur ne tient pas à supprimer ta vie, tout comme j’ai du mal à m’imaginer avec ton sang sur mes mains. Alors je te laisse une chance, de partir avant d’être détruit, peu importe la façon de cette destruction d’ailleurs.

Je ne suis qu’un morceau d’âme, qu’une ombre, sans cœur, sans vrai corps. J’ai tout laissé derrière moi, je m’accroche à la vie pour une raison que tu ne comprends pas, pour des valeurs que tu arbores. Alors pourquoi as-tu cherché à me retenir ? Tu es étrange. Mais je ne tiens pas à avoir les réponses. Enfin, si, j’aimerais les avoir, mais pas au détriment de la mission que je me suis donné ce soir. Alors au revoir, chasseur. Acceptes ces boîtes, pars avec dignité et la tête haute. Peut-être que tu survivras à cette nuit et au reste comme ça…

Sauf qu’évidemment, tu ne peux pas accepter la bonne décision. Je ne dis rien, je l’observe, je l’écoute, mais je ne comprends pas. Sauver les gens à qui tu tiens ? Je ne te comprends pas. De qui veux-tu parler ? Et tu n’as pas à accepter ma mort, comme tu dis. Tu n’as aucun mot à dire sur celle-ci, donc, rien à y ressentir. Tu devrais déjà l’avoir oublié, avant même qu’elle ne se soit produite. Pourquoi te prendre la tête ainsi ? Tu es vraiment incompréhensible, à chercher à te compliquer autant la vie… Par contre, si tu pouvais reculer, je ne serais pas contre. Tu commences à être trop proche, bien trop proche. Et je me concentre bien plus sur cette proximité que sur tes mots, ce qui avec toi, peut être à double tranchant.

Pourquoi est-ce que mon protecteur ne réagit pas avec toi ? Je ne sais pas, je ne sais pas non plus comment réagir. Cette situation me déstabilise. Je ne sais pas si je dois me sentir en confiance ou au contraire, commencer à redouter le pire. Les seuls envers qui mon protecteur s’est effacé, ce sont mes bourreaux et Henry, autant dire, deux situations totalement différentes. Et toi ? Qu’est-ce que tu veux être ? Qui deviendras-tu ? Je finis tout de même par enregistrer tes paroles, par les comprendre, ce qui me fait réagir. Je sens mon visage afficher ma surprise, celle que je ressens et qui me paralyse totalement. Pourquoi ? Ce n’est pas ce que j’ai voulu, ce que j’ai cherché à faire. Au contraire, je ne t’ai donné aucun signe, rien. Alors pourquoi penses-tu m’être attaché ? Pire encore, que prévois-tu de faire ? Parce qu’il est hors de question que quelque chose me raccroche encore un peu plus à cette monstrueuse existence…

C’est étrange, comme ce contact. Tout est étrange. Mais pire encore, ce que je ressens. Cette main, c’est déjà trop, trop pour mon esprit, pour mon corps. Et pire encore, ce que tu fais après. Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que je suis sensée penser. Ressentir. Si, je sais que je dois te repousser, mais je ne sais pas… Je ne sais pas ce que je fais, je ne sais pas pourquoi je ne t’ai pas déjà repoussé. Je ne me comprends pas comme je ne te comprends pas. Mais je sens tes lèvres chaudes et fines, indéniablement masculines, qui découvrent les miennes. Et je sens cette chaleur que tu arrives à faire naître dans mon corps et ça me fait perdre pied. Comment ? Comment est-ce que je suis sensé réagir ? Trop. C’est trop d’émotions, de sentiments, de sensations. Je ne le supporte plus, j’ai l’impression que mon cœur va exploser. Je me détache de ses lèvres et baissent les yeux, qui se posent sur la veine palpitante de sa jugulaire, ce qui crée une crampe horrible dans mon estomac, ce besoin de sang que j’avais ignoré et qui revient, encore, toujours plus fort.

« Arrêtes, Kyle. Justes, arrêtes. Tu cherches à atteindre une chimère, je ne suis pas une fille que tu peux réparer, soigner, ou aimer. »

Pourquoi est-ce que tu ne veux pas laisser tomber ? Pourquoi est-ce que tu ne fais pas comme tout le monde ? Je fais un pas en arrière, me rendant compte avec surprise que je suis restée dans ses bras pour parler, sans faire d’attaque de panique. Eh bien… je suppose que c’est une amélioration. Pour ce que cela me servira… Je presse mes mains, serrées en un poing, contre mon cœur, espérant y faire partir cette douleur lancinante qui était apparue si brusquement. Pourquoi faut-il que tu ravages toujours tout ? Laisses tomber. C’est encore ce qu’il y a de plus simple, de meilleur. Et c’est ce que je veux. Si tu prétends ressentir quelque chose, alors écoutes au moins mes souhaits.

« Reprends ta promesse, Kyle. Parce que je ne veux pas te tuer, mais je ne veux pas non plus vivre plus longtemps que nécessaire dans cette vie, dans ce corps. »


Est-ce que c’est ce que tu souhaiterais de toute façon ? Allons, même toi, aussi fou sois-tu, tu peux reconnaître que je ne suis pas saine d’esprit, que seule ma folie permet à mon corps de fonctionner, ce corps qui est détruit, défiguré, sans forces, transparent et si faible. Tu veux sauver des vies, chasseur. Alors ne tentes pas de sauver la mienne. Raisonnes-toi donc un peu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le sauveur
Messages : 29
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 25
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Dim 30 Juil - 16:23



Sombre chemin


Ehlena & Kyle



Je ne sais pas de quelle manière atteindre cette fille, ou peut-être que si, mais je ne suis pas certain que ce soit la bonne façon de faire étant donné son caractère, sa manière d’être. Sauf que je ne peux pas me contenter de rien faire, non ça c’est impossible, c’est comme me demander de ne pas parler pendant vingt-quatre heures, dès les cinq premières minutes je perdrais. Alors non, je ne peux pas juste me contenter d’acquiescer et d’abandonner, de la laisser partir, de la laisser se détruire. Va falloir que tu prennes conscience d’un truc Ehlena, je me suis attaché à toi, et ça veut dire que t’es dans la merde parce que je vais pas te lâcher, je serais toujours derrière toi à essayer de te raisonner, à essayer de faire ressentir, à essayer de te donner une nouvelle raison de vivre, peu importe combien tu détestes ça. Et ouais ma belle, je suis devenu ton boulet et je me suis bien accroché à ton pied avant de balancer la clé.

Je suis probablement fou de faire ce que je suis en train de faire, de me rapprocher autant de son corps alors qu’elle déteste ça, d’oser embrasser ses lèvres alors que les contacts la rendent incontrôlable. Ouais je suis fou mais je ne regrette pas, je me lance, je prends le risque et quitte à ce qu’elle me le fasse regretter, au moins je n’aurais pas le regret de n’avoir rien fait. Ce baiser est doux, rassurant, délicieux. C’est fou comme tu peux te sentir si vide à l’intérieur et pourtant me faire ressentir toutes ces choses à chaque fois que je te regarde, que je te parle, et maintenant que je t’embrasse. Jamais une femme ne m’avait fait ressentir ce genre de choses avant toi et maintenant j’aurais encore moins envie de te laisser partir.

Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle qu’elle ne bouge pas tout de suite, qu’elle laisse ce baiser se poursuivre plusieurs secondes avant de réaliser ce qu’il se passe. Mais évidemment elle finit par le rompre, pourtant elle ne se recule pas et au fond de moi c’est une petite victoire, même si je me fais engueuler. Je remarque que ses yeux sont intensément posés sur mon cou et que sa faim se fait ressentir. C’est pas vraiment mon genre d’offrir ma veine, mais avec elle je crois que je le ferais volontiers. Tu penses que je ne peux pas te soigner ? Tu penses que tu ne peux pas être aimé ? Je te prouverais le contraire Ehlena, si tu m’en laisses la chance.

- Je ne cherche pas à changer qui tu es Ehlena, ce que je veux, c’est que tu vois en toi la même femme que moi je vois. Et la femme que je vois ne ressemble pas à une chimère.

Ne me demande pas d’arrêter Ehlena, c’est quelque chose que je ne saurais faire, je ne pourrais pas juste me contenter de te laisser partir et t’abandonner à ta fin. Si tu voyais ce que je vois tu ne voudrais pas mourir. Elle se recule, s’éloigne de moi et plaque ses mains contre sa poitrine. Elle souffre, mais est-ce vraiment d’une douleur malfaisante ? Parfois l’amour peut faire mal, mais c’est une souffrance qu’on aime ressentir, qu’on a envie d’avoir, une douleur qui nous fait plus de bien que de mal. Tu me demandes de reprendre ma promesse mais je ne saurais le faire, je te l’ai dit, je me suis accroché à toi et je ne te laisserais pas t’en aller comme ça, tu me traîneras toujours à tes pieds.

- Je ne changerai pas d’avis Ehlena. Je resterai convaincu que cette vie que tu méprises peu t’apporter de bonnes choses auxquelles tu ne songerais même pas, et ce corps que tu répugnes est loin d’être brisé à mes yeux. Il est peut-être abîmé, mais aucune cicatrice ne parviendra à faire disparaître sa beauté.

Oui, encore une fois j’aimerais réellement que tu vois ce que moi je vois, mais puisque ce n’est pas le cas, j’essaierai de te convaincre autrement, je trouverais bien quelque chose pour te faire rester, pour te donner envie de continuer à vivre.

- Alors non Ehlena, désolé mais je ne reprendrais pas ma promesse, je ne te laisserais pas mourir, pas si j’ai l’occasion de t’en empêcher.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'indomptable
Messages : 21
Date d'inscription : 16/05/2017
Age : 23
MessageSujet: Re: Sombre chemin   Mer 9 Aoû - 21:45


Sombre Chemin
Ehlena & Kyle

Pourquoi cherches-tu à être si proche de moi ? Comment fais-tu pour y arriver autant alors que je ne supporte plus personne depuis la mort d’Henry ? Ce n’est pas normal. Tu n’es pas normal. Finalement, peut-être que tout depuis notre rencontre n’est qu’une invention de mon esprit, mais dans quel but ? Pour me torturer un peu plus ? Non, je n’ai pas besoin de ça pour cela. Tu n’es que le bonus. La dernière couche de fraîcheur et de souffrance au-dessus d’une multitude de couches de laideur.

Pourquoi ? Pourquoi ce baiser ? Pourquoi même vouloir embrasser ce corps ? Je ne te comprends pas. Mais je comprends encore moins ce que je ressens, ce qui me comprime les entrailles et me fait souffrir autant, sans pourtant que je réussisse à te blesser pour me dégager. Les baisers d’Henry, ce sont les seuls que j’ai connu, ils ne me faisaient pas autant souffrir… Qu’est-ce que cela signifie ? Je ne sais pas. Mais je ne suis pas prête à faire des tests pour le découvrir. Arrêtons là. Tu ne peux pas me soigner, me sauver et encore moins me changer, Kyle. Quand aux mots que tu dis… Je ne te crois pas. Je ne te croyais déjà pas quand tu disais avoir des sentiments pour moi mais maintenant que tu me dis ne pas vouloir me changer ? Non, tu es définitivement dans le faux. N’est-ce pas toi qui tentais de me convaincre de ne pas torturer des gens ? De ne pas mourir ? Alors si, tu veux me changer. Tu ne t’avoues juste pas la vérité.

Je me recule, serrant mes mains en poing contre mon cœur. C’est quoi cette douleur qui me dévore ? Je croyais que j’avais déjà assez souffert, pourquoi est-ce qu’on m’en rajoute ? Et qu’est-ce qui l’a déclenché cette fois ? Je ne comprends plus mon corps. Je ne le supporte plus. Je le traîne depuis déjà tellement longtemps derrière moi. Ne peux-tu pas comprendre, chasseur, que je demande seulement à être libre une fois tout cela finit ? Est-ce un souhait si irréalisable que cela ? Est-ce parce que je suis un monstre aux yeux de beaucoup et certainement des tiens, que tu veux rallonger mes souffrances ? Je te demande juste de tenir ta promesse ou de ne pas te mettre au travers de mon chemin, parce que je ne sais pas si je pourrais te tuer maintenant que j’ai mémorisé ton visage…

Tu es fou. Tes paroles sont folles. Ton esprit est encore plus atteint que le mien et je n’aurais pas pensé ça possible. Tout comme je ne pense pas que CA puisse être attirant. Tu ne vois que la surface, même si je ne me soucie pas forcément de cacher mon corps, mais tu ne l’as jamais vu dans son entier. Il n’a plus rien de beau depuis longtemps. Ta nouvelle promesse me fait hérisser mes poils sur les bras, d’un sentiment pas forcément agréable, mais pas entièrement négatif. Je déteste ça, ressentir. Je hais ça avec passion. Et j’aimerais te haïr tout autant en cet instant.

« Avec Henry, j’ai touché des doigts un amour bien plus grand que ce que tu peux ressentir là et jamais je n’aurais souhaité qu’il vive avec cette souffrance et ce corps toute une vie. Alors pourquoi est-ce que toi, tu me souhaites ça ? »


C’est la première fois que je parle d’Henry depuis longtemps, depuis sa mort. L’évoquer me fait ressentir encore toute cette douleur, cette amertume, cette tendresse que je lui vouais. On a partagé l’enfer, et pour ça, je l’aurais aidé à s’en libérer. Et toi, qui « tiens » juste à moi, selon tes propos, tu veux prolonger mon enfer plus loin que ce que ma vengeance ne le permettra. Finalement, peut-être ne suis-je pas la plus monstrueuse de nous deux. Ou peut-être que ce sont ses pensées là qui font de moi un monstre. Je ne sais plus quoi penser. Je ne sais plus quoi ressentir.

« Je veux juste retrouver le bouton stop une autre fois. Pouvoir retrouver cet état de calme et juste… En finir avec tout ça. Que dois-je faire pour que tu l’acceptes ? Est-ce que c’est à ce corps que tu en veux ? »


Puisque cela ne peut être que cela. Je ne t’ai jamais montré de sentiments, donc cela doit être quelque chose de purement physique. Peut-être est-ce ton trip, de te taper quelqu’un dont la peau a été lacérée, brûlée, ouverte, déchirée, mordue, retournée… Je suis littéralement tout en courbes, comme aime dire les hommes, mais pas exactement les courbes qu’on évoque habituellement, bien que mon corps était plutôt beau, avant tout ça. Je le fixe droit dans les yeux, mes prunelles claires dans les siennes si sombres. Très bien, si j’ai trouvé ce qu’il faut alors… J’ai déjà vécu de bien pires moments.

« Si je t’offre mon corps une fois, est-ce que tu me laisseras ensuite en finir ? »


Oui, tu as parfaitement entendu, chasseur. Je te propose de coucher avec moi. Je ne suis plus à ça près et je suppose que tu dois être bien plus doux que les monstres qui ont déchirés mon corps. Au moins, cette dernière parcelle de pureté qu’il me reste ne sera pas donné à un autre monstre… Enfin pour ce qu’elle vaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sombre chemin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sombre chemin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» La Garde Sombre
» Probleme avec ma Sega Naomi : affichage trop sombre en 15khz
» La sombre histoire des soeur alabham.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Team Strigoï :: Les archives :: Archives-
Sauter vers: